Air Méditerranée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Air Méditerranée
Logo de cette compagnie
AITA OACI Indicatif d'appel
ML BIE Méditerranée
Repères historiques
Date de création
Date de disparition
Généralités
Basée à Paris CDG et Orly, Lyon et Nantes.
Autres bases Marseille, Toulouse, Bordeaux, Brest, Strasbourg et Euroairport de Bale Mulhouse Fribourg
Taille de la flotte 7
Nombre de destinations 64 villes à travers 28 pays en fonction des affrètements.
Siège social Juillan
Société sœur Daallo Airlines[réf. nécessaire]
Filiales Hermes Airlines
Effectif 289
Dirigeants Antoine Ferretti
Site web www.air-mediterranee.fr/
Données financières
Chiffre d'affaires 172 M€ (2014)
Résultat net -12.2 M€(2014)

Air Méditerranée (code OACI : BIE) était une compagnie aérienne française charter fondée en 1997. Elle opérait ses vols au départ de Paris, Lyon et Nantes principalement, mais aussi au départ de Marseille, Toulouse et Tarbes. Son siège social se situe à Juillan sur la plateforme aéroportuaire de l'aéroport de Tarbes-Lourdes-Pyrénées[1]. Elle a transporté 1 314 500 passagers en 2006 et effectué 27 000 heures de vol. Son chiffre d'affaires a été de 225,6 M€ sur l'exercice de l'année 2008. Après des années de maigres bénéfices, la compagnie accusa ses premières pertes en 2010, 2,6 M€ ainsi qu'à peu près l'équivalent en 2011 [2]. La compagnie a eu son siège au Fauga, à proximité de Toulouse[3].

Son président est Antoine Ferretti, fondateur. Depuis juillet 2011, il souligne une concurrence importante, de la part de Transavia[4],[5], ainsi que des compagnies étrangères présentes en France.

Histoire[modifier | modifier le code]

La compagnie, basée à Toulouse, a été créée en 1997. Elle effectue des vols réguliers et charter desservant le bassin méditerranéen[6].

Fortement touchée par le Printemps arabe, cette compagnie dépendant des tour-opérateurs commença à s'adapter à la situation[7]. En février 2011, elle commença à commercialiser elle-même des sièges directement auprès du grand public, en créant un site marchand. En août 2011, elle créa une filiale à 80 %, Hermès Airlines, compagnie aérienne grecque à bas coût pour conquérir des marchés touristiques extra-communautaires à destination des îles grecques. Ces marchés n’étant pas régis par les règles du Ciel unique européen, seules les compagnies du pays de départ et du pays de destination peuvent opérer de telles lignes. En novembre 2011, elle poursuit sa commercialisation auprès du grand public en étant présent sur le canal de distribution AMADEUS, accessible aux agences de voyages. L’impact du Printemps arabe et la baisse d’activité de 20 % subie par Air Méditerranée, ont contraint, en fin d’année 2011, à la mise en place d’un plan de sauvegarde de l’emploi et à la suppression de 85 postes (2 postes administratifs / 83 postes de navigants), en adaptant les nombres de ses avions et du personnel navigants à la réalité du marché français. Pour Air Méditerranée, l’activité d’Hermès Airlines est complémentaire, puisqu’Air Méditerranée met au service de sa filiale l’intégralité de ses services au sol, préservant ainsi les emplois administratifs de son siège du Fauga (banlieue de Toulouse). De même, la création d’Hermès Airlines permet à Air Méditerranée d’alléger les charges de location de sa flotte en transférant une partie des avions qu’elle loue, en dotant Hermès Airlines. En février 2012, 3 appareils furent transférés à Hermès Airlines.

Ces transferts d’avion ont créé l’émoi des syndicats du personnel navigants, qui ont interpellé les pouvoirs publics à faire face à ce qu’ils appellent une « délocalisation ». Or selon la direction générale de l'aviation civile (DGAC), il n'existe rien d'illégal dans ce montage. Air Méditerranée est contraint d’adapter sa flotte à un marché français en régression (crise économique, Printemps arabe) et déploie une filiale pour conquérir le marché réceptif grec.

Après plusieurs exercices déficitaires, la compagnie s’est placée volontairement en redressement judiciaire début 2015 pour poursuivre ses activités. La liquidation judiciaire est prononcée le 15 février 2016 : le seul candidat à la reprise, un ancien commandant de bord d’AOM, n’ayant pas pu verser la caution de 2,3 millions d'euros[6]. Toutefois, la société souhaitait faire appel de la décision et réunir d'ici le 25 février les fonds nécessaires à sa reprise[8]. Sa filiale Hermès lui doit 6 millions d'euros.

Flotte[modifier | modifier le code]

En 2015, Air Méditerranée opérait les appareils suivants[9]:

Flotte Air Méditerranée
Type d'appareil En exploitation Commandes Nombre de sièges
Airbus A321-100 3 0 220
Airbus A321-200 2 0 220
Boeing 737-500 2 0 131
Total 7 0

Destinations[modifier | modifier le code]

De par ses vols affrétés de manière régulière, saisonnière ou ponctuelle la compagnie transporte des passagers vers de très nombreuses villes en Europe, en Afrique, et au Moyen-Orient. Au elles étaient :

Europe[modifier | modifier le code]

Europe du Sud :

Europe de l'Ouest :

Europe du Nord :

Afrique[modifier | modifier le code]

Afrique du Nord :

Afrique de l'Ouest :

Asie[modifier | modifier le code]

Proche-Orient :

Maintenance[modifier | modifier le code]

Air Méditerranée fait appel, par le biais de la sous-traitance, à des entreprises de maintenance telles que :

  • EAS Perpignan


Le label horizon n'existe plus depuis le [C'est-à-dire ?]

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Incidents[modifier | modifier le code]

  •  : L'Airbus A321-200 immatriculé F-GYAJ a fait une sortie de piste en atterrissant sur la piste 26L de l'aéroport Paris-Charles-de-Gaulle. Aucune victime, mais dégâts sur l'appareil importants. Le train principal gauche et le train avant ont été endommagés et considérés irréparables. Le train principal droit et les 2 réacteurs, également endommagés, ont été remplacés et mis en réparation. La compagnie a été mise hors de cause. (Source rapport BEA FGYAJ)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Conditions d'utilisation du site Web d’Air Méditerranée." (Archive) Air Méditerranée. Consulté le 30 avril 2012.
  2. Air & Cosmos no 2302 - 2 mars 2012
  3. Accueil. Air Méditerranée. 5 mai 2010. Consulté le 30 avril 2012.
  4. "Non seulement Transavia se développe sur les lignes touristiques, mais elle pratique des tarifs irréalistes pour ses vols charters" ; "Transavia lance des vols à tort et à travers, tout en continuant à enregistrer des pertes significatives". (Air & Cosmos no 2302 - 2 mars 2012)
  5. « Fiche de l'entreprise AIR MEDITERRANEE : Bilan gratuit », sur www.verif.com (consulté le 22 novembre 2015)
  6. a et b « Air Méditerranée mise en liquidation judiciaire », Air Info,‎
  7. (fr) Anna Rousseau, « Pourquoi la compagnie Air Méditerranée se délocalise en Grèce », sur Challenges,‎ (consulté le 22 novembre 2015)
  8. « Cessation d'activité : Air Mediterranée va faire appel de la décision du tribunal de commerce », France 3,‎
  9. « Air Mediterranee Fleet Details », sur planespotters.net