Air Littoral

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Air Littoral

La Compagnie des gens du sud

AITA OACI Indicatif d'appel
FU LIT AIR LITTORAL
Repères historiques
Date de création
Date de disparition 2004
Généralités
Basée à Aéroport de Montpellier Méditerranée
Autres bases Aéroport de Lyon St Exupéry , Aéroport de Nice
Taille de la flotte 17
Siège social Montpellier


Air Littoral ( code IATA : FU, code OACI : LIT , Indicatif : Air Littoral) était une compagnie aérienne française régionale basée à l'aéroport de Montpellier qui a été créée en 1974 et qui a déposé son bilan en 2004

Elle desservait une vingtaine de destinations en France en Espagne, Italie, Maroc en partage de code. Marc Dufour en fut le président.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fokker 100 d'Air Littoral

Elle était dirigée par Jean Durand et exploitait 17 CRJ200 (jets régionaux de 50 places) ainsi que des ATR 42-500 (turbo propulseurs de 42 places). Son réseau était essentiellement centré sur les bases de Montpellier, Marseille Lyon et Nice. La compagnie faisait vivre l'aéroport de Montpellier. En 2004, à la disparition de la compagnie, la plate-forme de Montpellier a perdu une grande partie de son trafic aérien. Elle avait fait, avant sa disparition, l'objet d'une offre d'achat par la Filature du Favreuil, derrière laquelle se trouvait Alain Duménil[1]. Celle-ci fut finalement retirée[2].

Aujourd'hui, il ne reste d'Air Littoral qu'une de ses ex-filiales : l'ESMA (École Supérieure des Métiers de l'Aéronautique) qui a été reprise par Aeroconseil, puis, en décembre 2006, par une holding chinoise, DE HEERD Investment Ltd basée à Hong Kong. L'ESMA forme des futurs professionnels de l'aérien (pilotes, hôtesses et stewards, mécaniciens et personnels au sol).

Accidents et Incidents[modifier | modifier le code]

1987[modifier | modifier le code]

1997[modifier | modifier le code]

  • Le 30 juillet 1997, le vol Air Littoral 701, opéré par un ATR 42 (F-GPYE) s'écrase à Florence après son départ de Nice. L'avion a atterri trop rapidement, 40 nœuds au-dessus de la vitesse limite au seuil de la piste), il efface les 1 650 m de la piste 23. L' ATR 42 s'immobile le nez sur le côté de l'autoroute A11. Il n'y aura aucune victime à déplorer.
Un ATR 42, similaire à celui qui s'est écrasé.

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]