Union de transports aériens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir UTA.
Union de transports aériens
AITA OACI Indicatif d'appel
UT UTA UTA
Repères historiques
Date de création 1963
Date de disparition 1990
Généralités
Basée à Aéroport Paris-Le Bourget (1963-1974)
Aéroport Paris Charles-de-Gaulle (1974-1990)
Taille de la flotte 14 appareils
Siège social Paris, 8e arrondissement
Filiales Aéromaritime
Effectif 6 771 (1990)
Dirigeants Georges Fayet (1963-1969)
Francis Fabre (1969-1981)
René Lapautre (1981-1990)
Boeing 747 F-GEXB de l'Union de transports aériens.
L'ancien siège social d'UTA

Union de transports aériens (plus connue sous son sigle UTA) est une ancienne compagnie aérienne française. il s'agissait d'une société anonyme à participation ouvrière, héritière de l'Union aéromaritime de transport (UAT) et des Transports aériens intercontinentaux (TAI).

Fusion avec Air France[modifier | modifier le code]

La fusion de l'UTA avec Air France a été réalisée le , entraînant la disparition du pavillon de I'UTA, héritière de l’UAT et de la TAI, après quarante sept années d'exploitation aérienne.

Cette opération s'est déroulée en deux temps.

Le , toute l'activité aérienne de I'UTA (flotte, exploitation commerciale, effectifs) a été transférée à Air France. Dans la coquille aux trois quarts vide de l’UTA, ne subsistaient plus que l'activité industrielle, et les loyers versés par Air France pour la location gérance de l'activité aérienne.

Le problème posé à Air France par l’absorption de I'UTA, était l'existence de la Coopérative de Main-d’Œuvre, qui l'aurait obligée à lui payer 15/90e de la valeur de liquidation de l'UTA.

Par décision de l'assemblée générale extraordinaire du , Air France, société à participation ouvrière régie par la loi de 1917, a absorbé la Compagnie UTA. Tout son patrimoine a été transféré à Air France. Dans le même temps, la dénomination sociale d’Union de transports aériens disparaissait, pour être remplacée par celle de « Compagnie nationale Air France ». Les statuts ont été modifiés, pour tenir compte de la transformation de la société en "Entreprise Publique de premier rang", mais la forme de société à participation ouvrière a été conservée. Toutes ces décisions ont pris effet au .

Pour procéder à l'échange des actions UTA contre les actions Air France, il convenait de procéder à l'estimation de la valeur relative d'UTA par rapport à Air France.

C'est sa structure juridique qui est aujourd'hui celle du groupe Air France-KLM, holding contrôlant Air France et KLM.

Histoire[modifier | modifier le code]

  •  : faillite de l'Aéropostale et échec de la tentative de reprise de la société par les Chargeurs réunis.
  •  : Aéromaritime, filiale créée par Chargeurs réunis.
  •  : UAT - Union aéromaritime de transport. L'Aéromaritime s'associe avec la Sati (Société aérienne de transports internationaux, créée en 1948) et crée UAT (Union aéromaritime des transports) le 13 octobre (capital Chargeurs 40 %, Air France 40 %, Jean Combard et Roger Loubry créateurs de la Sati 20 %).
  •  : l'UAT est l'une des premières compagnies au monde à mettre en service des avions à réaction : avec l'introduction des Comet 1.
  •  : prise de contrôle d'Aigle Azur (créée en 1946 par Sylvain Floirat).
  •  : UTA - Union de transports aériens. L'UAT fusionne avec TAI (Transports aériens intercontinentaux, créée le ) pour créer le groupe UTA. Francis Fabre devient président du groupe en 1969 jusqu'en 1981. La société se développe rapidement pour devenir la 30e compagnie aérienne au monde.
  •  : création de la Compagnie aéromaritime d'affrètement[1], plus souvent désignée Aéromaritime, filiale chargée initialement de vols passagers et cargo à la demande exploitant des avions affrétés ou loués à UTA.
  •  : L'Aéromaritime est chargée de l'exploitation des Super Guppy assurant le transport des éléments d'Airbus entre les diverses usines du consortium européen[1].
  •  : le vol 772 UTA reliant l'aéroport de Maya-Maya (Brazzaville) à l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle, assuré par un DC-10, est la cible d'un attentat terroriste commandité par la Libye. Aucun des 170 passagers et membres d'équipage ne survivra à la catastrophe.
  •  : prise de contrôle de la compagnie par Air France. Air France a pris le contrôle d'UTA en rachetant à Jérôme Seydoux, successeur de Francis Fabre à la présidence de Chargeurs SA, la majorité des actions de la société.
premier logo UTA
dernier logo UTA
second logo UTA

Liste des présidents de la compagnie[modifier | modifier le code]

Flotte[modifier | modifier le code]

UTA exploitait au 14 appareils :

En outre 6 Airbus A340 et 1 Boeing 767-300 ont fait l'objet de commandes fermes.

McDonnell Douglas DC-10-30 d'UTA en 1986.
Boeing 747-400 d'UTA en septembre 1990.
Boeing 747-200F d'UTA en 1980.

Personnel[modifier | modifier le code]

Les effectifs du groupe UTA atteignaient 8 367 personnes au dont pour la seule compagnie UTA : 6 771 (personnel navigant : 1 248, personnel outre-mer : 1 269, personnel au sol en métropole : 4 254).

UTA se plaçait au 34e rang des 204 compagnies membres de l'AITA pour le trafic international passagers et au 27e rang pour le trafic fret.

Maintenance[modifier | modifier le code]

Sur le site du Bourget, existait un département dédié à la maintenance de sa flotte puis celle d'Air France. Ce département réalisait également des réaménagements intérieur de cellule, des peintures complètes d'appareils, y compris pour d'autres compagnies aériennes comme la Swissair.

Des Super Guppy ont été construits sur le site du Bourget pour Airbus entre la fin des années 70 et début 80.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Airline world directory, Flight International p. 870

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :