Air Bourbon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Air Bourbon

Logo de cette compagnie

Nous vous offrons l'espace

AITA OACI Indicatif d'appel
ZB BUB BOURBON
Repères historiques
Date de création 2003
Date de disparition décembre 2004
Fondateur Bertrand Rivet, Éric Lazarus et Philippe de Bournonville
Généralités
Basée à Aéroport de La Réunion Roland-Garros
Alliance Aucune
Nombre de destinations Paris, Lyon, Marseille, Milan
Siège social Saint-Denis (La Réunion) Drapeau de la France France
Effectif 160

Air Bourbon (code AITA : ZN, code OACI : BUB) était une compagnie aérienne réunionnaise.

Origines[modifier | modifier le code]

La Réunion est le département d'outre-mer le plus éloigné de métropole et la liaison aérienne entre Saint Denis et Paris est un lien crucial pour les quelque 100 000 Réunionnais vivant et travaillant en métropole, pour les métropolitains vivant sur l'île et pour leurs familles.

Jusqu'en 2001, cette liaison de « service public », censée assurer une certaine continuité territoriale, était assurée par Air France, AOM French Airlines et Corsairfly pendant la saison haute.

La reprise en location gérance de Air Liberté par AOM et les problèmes qu'a connus la compagnie ont fait naître l'inquiétude chez les Réunionnais qui ont eu peur de ne voir subsister sur cette liaison que la compagnie la plus chère. La hausse des prix des billets n'a fait qu'amplifier leurs inquiétudes et leur mécontentement.

Pour répondre à cette inquiétude, Bertrand Rivet, Éric Lazarus et Philippe de Bournonville décidèrent de créer Air Bourbon, une compagnie réunionnaise capable d'assurer une liaison régulière entre Paris et La Réunion à un tarif unique (950 euros le vol aller-retour).

La compagnie louait un Airbus A340-200 auprès d'Airbus et formait une vingtaine de pilotes. L'avion, immatriculé F-OITN, avait été loué auparavant par Air France de 1993 à 1998 et par Air Tahiti Nui de 1998 à 2003.

En février 2003, Air Lib, issue de la fusion d'Air Liberté et AOM, déposait son bilan confirmant les craintes des Réunionnais.

En décembre 2003, la compagnie obtint l'agrément du ministère des Transports et un avis positif du [[Conseil supérieur de l'aviation marchande]], en même temps qu'Air Austral, une compagnie réunionnaise qui affrétait déjà des avions pour Maurice et l'Afrique.

Air Austral assure aussi des liaisons vers la métropole depuis juillet 2003.

Lancement[modifier | modifier le code]

Le vol inaugural a eu lieu entre Saint-Denis et Paris-Orly le 7 juin 2003, c'était la première liaison vers la métropole par une compagnie 100 % réunionnaise.

Opérations[modifier | modifier le code]

L'avion assurait quatre liaisons par semaine entre Paris Orly (trois liaisons par semaine), Lyon (une liaison par semaine), Marseille (une liaison par semaine) et Saint-Denis. Elle a aussi assuré des vols vers Toulouse et l'aéroport de Metz-Nancy.

La compagnie privée se qualifiait volontiers de compagnie de service public puisqu'elle se bornait à assurer une liaison de continuité territoriale.

Air Bourbon desservait aussi Milan depuis avril 2004 ouvrant La Réunion à l'espace européen.

Cessation d'activités[modifier | modifier le code]

Le 26 novembre 2004, Air Bourbon, en proie à des difficultés de trésorerie, déposa son bilan et cessa ses activités. Airbus, le propriétaire de l'A340-200, reprit son appareil et les passagers qui avaient réservé furent bloqués au sol. La compagnie fut ensuite mise en redressement judiciaire le 3 décembre. Éric Lazarus ne trouvant pas de nouvel investisseur, le tribunal de commerce de Saint-Denis prononça la liquidation judiciaire de la compagnie le 8 décembre 2004, lésant 7 000 clients et mettant au chômage ses 165 employés.