Ali Haddad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Ali Haddad, né le , est un homme d'affaires algérien originaire de la ville d'Azeffoun

Ali Haddad
Description de cette image, également commentée ci-après

Ali Haddad

Naissance (52 ans)
Azeffoun, (Algérie)
Nationalité Drapeau de l'Algérie Algérienne

Biographie[modifier | modifier le code]

Ali Haddad, né le , est un homme d'affaires algérien originaire de la ville d'Azeffoun, dans la Wilaya de Tizi-Ouzou et grandit à Azazga, à 95 km à l'ouest de Béjaïa. Il est PDG de l'Entreprise des travaux routiers, hydrauliques et bâtiments (ETRHB Groupe Haddad). Il est à la tête du Forum des chefs d'entreprises (FCE) depuis le 27 novembre 2014[1] après avoir été le seul candidat en lice[2]. Il est connu pour ses relations proches avec Saïd Bouteflika (frère du président de la République) ainsi qu'avec Abdelmalek Sellal (le Premier ministre algérien)[3].

Il est le propriétaire du club de football algérien l'USM Alger[4], de deux journaux, Le Temps d'Algérie et Wakt eldjazair, et de la chaine privée Dzaïr TV et Dzaïr News, il s’intéresse également à la reprise de la compagnie aérienne française Air Méditerranée en redressement judiciaire depuis janvier 2015.

En 2016 il acquiert deux grands hôtels de luxe à Barcelone en Espagne : le Gran Hotel La Florida et l'Hotel Miramar Barcelona. Ali Haddad étant déjà propriétaire de l'Hotel Palace de Barcelone racheté en 2011. Il possède également deux hôtels en Algérie, Le Marin et Le Marin Bis à Azeffoun en Kabylie Maritime.

Selon le site du journal Le Monde, cité par le quotidien El Watan, Ali Haddad apparaît comme le bénéficiaire économique d’une compagnie enregistrée par Mossack Fonseca[5]en novembre 2004 aux îles Vierges britanniques, Kingston Overseas Group Corporation (KOGC)[6].

En décembre 2016, Ali Haddad est mis en cause lors du scandale du Forum africain[7].

Conflit avec Abdelmadjid Tebboune [modifier | modifier le code]

En 2017, Ali Haddad est en conflit ouvert avec le Premier ministre algérien Abdelmadjid Tebboune. Ce dernier, désireux de « séparer politique et argent », estime que, ces dernières années, Ali Haddad a été avantagé en matière de crédits et de projets octroyés[8]. Suite à la visite d'Ali Haddad à l’École supérieure de la sécurité sociale seulement quelques jours après le discours du Premier ministre au Parlement, ce dernier se fàche et rentre en conflit ouvert avec Ali Haddad[9]. L'homme d'affaire est même déclaré persona non grata[10].

En juillet, le gouvernement adresse une série de mises en demeure à plusieurs grandes entreprises algériennes ou étrangères adjudicataires de gros marchés publics d'infrastructure, menaçant de résilier les contrats pour les chantiers en retard. Parmi ces entreprises figure notamment ETRHB, propriété d'Ali Haddad[11].

Le , Tebboune est remplacé par l'ancien Premier ministre Ahmed Ouyahia[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.algerie-focus.com/blog/2014/11/ali-haddad-plebiscite-president-du-fce/
  2. « Algérie : contesté, Ali Haddad gravit une marche de plus »
  3. http://www.algerie-focus.com/blog/2014/11/ali-haddad-a-tsa-je-suis-proche-des-responsables-militaires-et-civils/
  4. « Union Sportive de la Médina d'Alger - Présentation »
  5. Cabinet au centre des révélations des Panama Papers.
  6. Ali Haddad dans les « Panama Papers », El Watan, 17 mai 2017.
  7. « Scandale du Forum africain : Lamamra et Haddad gravement mis en cause », fibladi.dz,‎ (lire en ligne)
  8. « Tebboune - Haddad : les dessous d’un conflit — TSA », TSA,‎ (lire en ligne)
  9. « Conflit Haddad-Tebboune : le PT apporte son soutien au Premier ministre — TSA », TSA,‎ (lire en ligne)
  10. « Quand Ali Haddad devient persona non grata — TSA », TSA,‎ (lire en ligne)
  11. Algérie : le premier ministre déjà limogé au bout de trois mois, lefigaro.fr, 16 août 2017
  12. Algérie: le premier ministre limogé, Le Figaro, 15 août 2017.