Agroécologie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec Écoagriculture.

L'agroécologie (ou agro-écologie) est un concept utilisé en agriculture et en agronomie qui, selon l'usage peut désigner une discipline scientifique, un mouvement social ou un ensemble de pratiques agricoles[1],[2]. Dans le monde, ces trois facettes s'expriment en interaction les unes avec les autres avec des modalités qui diffèrent selon les aires géographiques[2].

Histoire et définitions[modifier | modifier le code]

L’agroécologie comme science apparaît dans les champs de recherche de l’agronomie et de l’écologie. Au cours de son développement, elle mobilise largement toutes les sciences sociales.

Le terme est utilisé pour la première fois en 1928 par Basil Bensin, un agronome américain d’origine russe, pour décrire l'utilisation de méthodes écologiques appliquées à la recherche agronomique[2],[3]. Dans les années 1950, l'écologue et zoologiste allemand Tischler utilise le terme pour décrire le résultat de ses recherches sur la régulation des ravageurs par la gestion des interactions entre les composantes physiques, chimiques, biotiques et humaines des agrosystèmes[2]. Différents travaux de recherche, à ces époques, mobilisent des approches d'agroécologie, sans explicitement utiliser le terme[2]. C'est le cas des travaux du zoologiste allemand Friederichs sur la défense des cultures dans les années 1930, des travaux de l'agronome américain Klages sur les systèmes de culture dans les années 1920-1940, ou de la définition de l'agronomie proposée par Hénin dans les années 1960[2].

L'agroécologie, en tant que science appliquant les principes de l'écologie à l'agriculture, continue à se développer aux cours des années 1960 et 1970. Une des évolutions importantes de cette période est la création du concept d'agroécosystème, par l'écologue Odum[2]. Mais c'est dans les années 1980 que l'agroécologie émerge véritablement, dans les travaux d'agronomes et d'écologues étudiant les systèmes agricoles de l'Amérique latine. Ces chercheurs cherchent des alternatives au modèle de développement de la révolution verte, dont ils observent les limites sur le terrain (dégradations environnementales, impacts sociaux, économiques et culturels)[4]. Un événement marquant est la publication en 1983 du livre Agroécologie, les bases scientifiques d'une agriculture alternative, par Miguel Altieri, professeur à l’université de Berkeley[4]. Ce livre est traduit en espagnol et en français dès 1986[5]. Une des nouveautés des années 1980 et 1990 est l'application de l'agroécologie aux objectifs de durabilité de l'agriculture[2]. En 1995, Altieri définit l'agroécologie ainsi : « L'agro-écologie est la science de la gestion des ressources naturelles au bénéfice des plus démunis confrontés à un environnement défavorable »[6]. Au-cours des années 1990 et 2000, l'agroécologie étend son champ d'étude, passant de l'échelle de l'agroécosystème à l'échelle de la ferme, du paysage, puis du système agraire, c'est-à-dire à l'ensemble des composantes écologiques et sociales contribuant à la production, la distribution et la consommation de la nourriture[2]. L'agroécologie est définie par Francis, en 2003, comme "l'écologie des systèmes alimentaires"[7].

Ces approches développées dans le cadre de la recherche scientifique ont rapidement rencontré les préoccupations de mouvements sociaux ruraux d'Amérique latine[4], qui sont à l'origine du développement des pratiques agroécologiques, dans les années 1980, et de l'agroécologie comme mouvement social interrogeant les relations entre agriculture et société, dans les années 1990[2]. Les pratiques agroécologiques apparaissent dans l'Amérique latine des années 1980, particulièrement au Mexique, comme alternatives aux pratiques agricoles promues par la révolution verte. Elles visent à augmenter la production agricole des petits producteurs sans recours massif aux intrants issus de la synthèse chimique[2]. Le mouvement de l'agriculture alternative[8], né au Brésil dans les années 1970, opposé aux politiques de modernisation de l'agriculture et défendant les intérêts des petits agriculteurs, est une des bases de l'agroécologie en tant que mouvement[2]. Les mouvements agroécologiques, très divers dans leurs formes, mettent en avant les questions de souveraineté et de sécurité alimentaire, de développement rural, et d'autonomie des agriculteurs[2].

L'agroécologie en France[modifier | modifier le code]

En France, à partir des années 1970, des personnages emblématiques comme René Dumont, Pierre Rabhi, Georges Toutain, Marc Dufumier, Dominique Soltner ont suggéré ou évoqué explicitement un rapprochement entre agrosystèmes et écosystèmes, prônant le respect de la nature, intégrant les dimensions économiques, sociales et politiques et visant à une meilleure intégration de l'agriculture dans la société. Néanmoins, le concept d'agroécologie a été utilisé tardivement en France, surtout à partir des années 2000. Selon Wezel, cela est dû d'une part à la dissociation des disciplines de l'agronomie et de l'écologie dans le système d'enseignement et de recherche français, et d'autre part au développement d'une approche holistique propre à l'agronomie française, incluant les sciences sociales, qui a mené au développement d'approches similaires à celles de l'agroécologie sans nécessiter de changer le nom de la discipline[2].

Dans les années 2000, la notion de services écosystémiques (parfois critiquée parce qu'utilitariste), et celle d'agriculture écologiquement intensive, introduites suite au Grenelle de l'environnement, prennent de l'importance. La pratique agroécologique est aussi devenue un mode de production agricole faisant l'objet d'études, à l'image des travaux menés dans ce domaine par le CIRAD et l'Institut national de la recherche agronomique (INRA)[2]. En 2010, l'INRA fait de l'agroécologie un de ses deux axes de recherche prioritaires[9],[10]. L'agroécologie est parfois un terme employé indistinctement de celui de biodynamie, comme c'est le cas notamment chez Pierre Rabhi[11].

En raison des enjeux économiques agricoles qui lui sont liés, il pèse sur elle d'importantes tensions liés à sa définition. Certains acteurs du monde agricole, de tradition productiviste, tendent à la définir comme un "verdissement" de l'agriculture industrielle ou à l'assimiler à d'autres notions comme l'Agriculture écologiquement intensive[12],[13],[14] (adoptée dans les années 2010 en France comme axe stratégique par la coopérative Terrena et comme orientation pour la chambre d’agriculture de Bretagne[15]).

Le 5 septembre 2012, Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture, a commandé à Marion Guillou (ex-PDG de l'INRA) un rapport[16],[17] sur l'agro-écologie (AEF no 14773), pour un modèle de production « plus économe en intrants et en énergie, tout en assurant durablement leur compétitivité ». Marion Guillou, à partir des retours d'expériences pionnières (françaises ou étrangères), propose un modèle à la française, avec des accompagnements et des efforts de formation passant par une réforme de l'enseignement et de la formation agricoles et peut-être un « certificat d'économie d'intrants » (eau, engrais, produits phytosanitaires). Pour inciter à réduire l'utilisation d'intrants (qui a encore augmenté en 2012), Marion Guillou propose :

  • de s'inspirer des certificats d'économie d'énergie pour inciter les vendeurs de pesticides et d'engrais à en vendre moins, en rémunérant les efforts, plutôt qu'en taxant ;
  • d'étudier (au cas par cas) des projets de retenues collinaires ;
  • avec éventuel relèvement du prix de l'eau d'irrigation de « créer une séparation nette entre les activités de conseil et de vente » (comme Delphine Batho l'avait proposé 3 mois plus tôt[18]).

En 2013, un rapport thématique intitulé « La thématique « biodiversité et agriculture » dans les projets de recherche et développement français » (Rapport d’étude ACTA/FRB)[19] a été produit par l'association de coordination technique agricole (ACTA) et la Fondation pour la recherche sur la biodiversité (FRB), afin d'aider à une mobilisation de tous les acteurs de la biodiversité pour notamment « co-construire des projets de recherche à l’interface science / société ». Ce rapport analyse des projets de R&D agricole « CASDAR » portant sur la biodiversité, pour faire un point sur : - « l’évolution de la prise en compte de la biodiversité et des approches adoptées dans les projets » - « les acteurs impliqués et leurs réseaux de collaborations », dans le monde de la recherche sur agriculture & biodiversité.

En 2013, un appel à projets intitulé « Mobilisation collective pour l’agro-écologie » a été lancé par le CASDAR pour « soutenir et amplifier la diffusion de démarches collectives territoriales ascendantes en faveur de l’agro-écologie et de formes d’agricultures performantes sur les plans économique et environnemental »[20].

Le projet agroécologique pour la France, publié par le ministère de l'agriculture en 2013[21], constitue la première étape de l'inscription de l'agroécologie dans les politiques agricoles françaises[9].

La Loi d’Avenir pour l’Agriculture, l’Alimentation et la Forêt, adoptée en 2014, vise à promouvoir le développement des pratiques agroécologiques, notamment par la création des Groupements d'Intérêt Economique et Environnemental et par l'introduction de l'agroécologie dans l'enseignement agricole[22].

L'agroécologie comme mouvement[modifier | modifier le code]

L'agroécologie comme mouvement apparaît en Amérique latine, lorsque des mouvements sociaux commencent à s'intéresser aux pratiques agroécologiques. C'est le cas, au Brésil, du mouvement de l'agriculture alternative et du mouvement des sans-terres, qui constatent dans les années 1980-1990 l'incapacité des paysans à sortir de la misère, même après l'accès à la terre, en raison d'une production trop faible et d'une incapacité à acheter des intrants. Ils se tournent alors vers les pratiques agroécologiques[23]. MAELA (Movimiento Agroecológico de América Latina y el Caribe) et La Via Campesina font également partie de ces mouvements[23]. En Europe, l'agroécologie comme mouvement social est quasi-absente, son rôle étant plutôt rempli par le mouvement de l'agriculture biologique[24]. Pierre Rabhi représente une exception notable en France, avec Terre et Humanisme et le mouvement des colibris, un mouvement ayant la particularité de toucher plus les urbains que les agriculteurs[24]. Les ONG AVSF et Agrisud International rejoindront ensuite cette mobilisation[25].

Ces mouvements développent une approche explicitement politique de l'agroécologie, comme dans la déclaration du Forum International sur l'Agroécologie de 2015 : « L'agroécologie est politique ; elle nous demande de remettre en cause et de transformer les structures de pouvoir de nos sociétés. Nous devons placer le contrôle des semences, de la biodiversité, des terres et territoires, de l'eau, des savoirs, de la culture, des biens communs et des espaces communautaires entre les mains de celles et ceux qui nourrissent le monde »[26].

Le « mouvement de l'agroécologie » est lié à la pratique agroécologique de terrain, puisque le mouvement s'enracine dans les pratiques locales et que les pratiques prennent du sens dans un mouvement global. En effet, les tenants de l'agroécologie se défendent d'une approche uniquement technique ou techniciste. Ils prônent une approche globale (holistique), la reconnaissance des savoirs et savoir-faire paysans, et une valorisation des synergies[27].

La démarche vise à (ré)associer ou (ré)concilier[28] le développement agricole à la protection de l'environnement et à la biodiversité (sauvage et domestique[29]) : utilisation respectueuse des ressources locales, application du biomimétisme, c'est-à-dire "copier" la nature pour ce qui concerne les processus intéressants pour l'agriculture. Cela peut passer, le cas échéant, par des opérations de renaturation[30].

Les mouvements agroécologiques accordent une grande importance aux questions de souveraineté et de sécurité alimentaire, de développement rural, et d'autonomie des agriculteurs[2]. Maria Elena Martinez-Torres et Peter Rosset (2014) indiquent en s'appuyant sur l'activité de La Via Campesina que l'agroécologie et la souveraineté alimentaire n'ont pas de sens l'un sans l'autre[31]. L'argument avancé est que l'agroécologie systémique est vouée à l'échec si elle ne prend pas en considération et ne se met pas au service des dimensions et revendications humaines portées par le mouvement de la souveraineté alimentaire.

Il s'agit souvent aussi de faire évoluer une agriculture à orientation quantitative vers une agriculture plus qualitative, ce qui implique un changement de buts et de moyens[32]. Une dimension de commerce de proximité est souvent présente.

L'agroécologie comme ensemble de pratiques agricoles[modifier | modifier le code]

L'agroécologie propose avant tout des systèmes de production agricole basés sur les processus et fonctions écosystémiques[33] alors que l'agriculture industrielle issue de la révolution agricole ou de la Révolution verte pense la production à partir des intrants. Pour C. Dupraz l'agriculture pourrait évoluer à moyen ou long terme en passant d'une logique d'exploitation du sol et d'autres ressources naturelles à une logique de « gestion d’écosystèmes cultivés »[34].

Le conseil prescriptif, c'est-à-dire la préconisation de pratiques agricoles « clé en main », est problématique en agroécologie, en raison des caractéristiques des organismes qui sont à l'origine des services écosystémiques[35] : manque de connaissances sur le comportement des organismes dans les agroécosystèmes ; effet important du contexte local sur l'activité et le développement des organismes ; difficulté à contrôler les organismes et présence de conséquences inattendues ou indésirables ; difficulté à évaluer l'effet des organismes sur le fonctionnement de l'agroécosystème. Dans ces conditions, caractérisées par un déficit de connaissance et la difficulté d'évaluer les conséquences des décisions, la gestion adaptative est souvent mieux adaptée[35]. La gestion adaptative est un processus d'apprentissage itératif, qui est basé sur un suivi constant de l'agroécosystème afin d'adapter les pratiques agricoles, de produire de la connaissance et de réduire l'incertitude[36].

Altieri propose 5 principes pour développer les pratiques agroécologiques[37] :

  • Permettre le recyclage de la biomasse et des nutriments ;
  • Maintenir des conditions de sol favorables à la croissance végétale, en maintenant un niveau de matière organique suffisant dans le sol ;
  • Optimiser l'utilisation des ressources (eau, sol, lumière, nutriments) et minimiser leurs pertes ;
  • Augmenter la diversité des espèces et des variétés cultivées, dans l'espace et dans le temps ;
  • Favoriser les interactions positives entre les différents organismes présents dans l'agroécosystème.

Les pratiques agroécologiques[modifier | modifier le code]

Association culturale maïs-haricot-courge, cultures complémentaires dites des trois sœurs, dans la région du Mixtepec au Mexique

Les principales pratiques agroécologiques sont :

Les infrastructures agroécologiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Infrastructure agroécologique.

Les infrastructures agroécologiques fournissent de nombreux services écosystémiques et aménités, en termes de paysage, de protection du sol, de l'eau et de l'air, d'habitat pour des espèces dont certaines sont des auxiliaires de l'agriculture). Elles jouent un rôle majeur dans le maintien ou la restauration de la connectivité biologique de la partie rurale la trame verte et bleue. Elles peuvent contribuer à améliorer la production en diminuant les besoins en intrants chimiques et énergétiques[44].

Les applications[modifier | modifier le code]

Un outil de développement rural dans les pays pauvres[modifier | modifier le code]

L'agroécologie représente une vraie alternative aux systèmes de production dit conventionnels (industriels) dans les pays en développement. En effet, en mettant l'accent sur l'équilibre durable du système sol-culture, elle permet une réduction des apports d'intrants à long terme. Pour Olivier De Schutter, rapporteur spécial pour le droit à l'alimentation (en) du Conseil des droits de l’homme à l'Organisation des Nations unies, « il faut changer de cap, les recettes anciennes ne valent plus aujourd’hui. Les politiques de soutien à l'agriculture visaient à orienter l'agriculture vers l'agriculture industrielle ; il faut à présent qu'elles s'orientent vers l'agro-écologie partout où cela est possible »[45],[46].

La prise en compte de cet équilibre entraîne aussi une meilleure capacité de résistance des cultures aux conditions difficiles : épisodes de sécheresse, pression des adventices, sols appauvris, conditions fréquentes dans les pays en développement, notamment sur le continent africain[47].

Exemple : Le Programme de Promotion des Revenus Ruraux ou PPRR[48], projet du FIDA à Madagascar, soutient à travers le financement de microprojets les exploitants ayant choisi d'appliquer les principes de l'agroécologie sur leur ferme (voir le témoignage vidéo d'un paysan malgache dans les liens externes).

Certaines associations de solidarité internationale ont fait le choix de poser l'agroécologie comme vecteur de développement local. Pour Patrice Burger, Directeur du CARI[49] et Représentant de la Société civile dans le cadre de la Convention des Nations unies sur la Lutte Contre la Désertification (CNULCD)[50], « l'agro-écologie, au-delà d'un ensemble de techniques, doit être considérée comme une véritable démarche »[51].

Un outil de revitalisation des sols cultivés avec pesticides[modifier | modifier le code]

Semis direct (non labour) de soja sur une céréale

Selon un certain nombre de scientifiques, les sols, dans de nombreux pays du monde, seraient dégradés[52]. La sur-utilisation des pesticides et la culture intensive en sont les causes.

Pour endiguer cette dégradation des sols, le compost et le fumier peuvent être répandus sur les sols mais les produits chimiques doivent être limités. Enfin, certaines variétés modernes, notamment hybrides, sont plus fragiles que des variétés ou traditionnelles, qui demandent moins d'irrigation. Celles-ci, bien associées avec d'autres plantes ou arbres, légumes, fruits ou condiments, sont parfaitement rentables et leur croissance est même plus forte que les hybrides. Les besoins en pesticides et en irrigation sont alors beaucoup moins importants[52].

L'agroécologie comme discipline scientifique[modifier | modifier le code]

L’agroécologie est également une discipline scientifique émergente. Elle a pour objet l'étude des agroécosystèmes et l'application des connaissances de l'écologie à l'agriculture.

Miguel Altieri de l'université de Berkeley est un pionnier de cette discipline et est régulièrement sollicité par le PNUE. Il en propose cette définition (1995) [2] : « L'agro-écologie est la science de la gestion des ressources naturelles au bénéfice des plus démunis confrontés à un environnement défavorable. Cette science, de nature biophysique au sens large, porte ainsi sur l'accumulation de connaissances sur les fonctionnements des écosystèmes (cultivés). Elle conduit à la conception, à la création et à l'adaptation sous la forme participative de systèmes de culture complexes productifs et par suite attractifs malgré un milieu défavorable et malgré un recours très faible aux intrants… ».

La recherche en agroécologie peut se mener à différentes échelles : parcelle, exploitation agricole, paysage, système agraire[2]. Francis, en 2003, propose une définition de l'agroécologie à l'échelle des systèmes agraires ou systèmes alimentaires : "l'étude intégrative de l'écologie de l'ensemble du système alimentaire, comprenant les dimensions écologiques, économiques et sociales"[7]. L'agroécologie se caractérise également par son approche transdisciplinaire (incluant l'agronomie, l'écologie, les sciences humaines et sociales), par la prise en compte des savoirs locaux et par l'analyse des systèmes[2].

En raison de la multiplicité des thèmes de recherche pouvant s'inscrire dans l'agroécologie et par conséquent des différences épistémologiques naissantes, certains auteurs tels que Van Dam et al. (2012) suggèrent de distinguer 3 branches au sein de l'agroécologie scientifique[53] :

  • l'agroécologie systémique qui traite de la dimension « bio-technique » en prenant largement appui sur l'écologie, les travaux de Miguel Altieri se sont par exemple inscrits dans cette branche dans un premier temps,
  • l'agroécologie humaine pour rendre compte des organisations sociales impliquées dans les agroécosystèmes, les travaux de Victor M. Toledo ou ceux de Eduardo Sevilla Guzman sont une bonne illustration de ce que peut produire cette branche,
  • enfin, l'agroécologie politique entend aborder la relation entre les mesures, configurations politiques et les agroécosystèmes, en relation avec les systèmes sociaux auxquels nous faisons référence ci-dessus, pour cette dernière branche, les travaux de Manuel Luis Gonzalez de Molina Navarro (MG de Molina) sont des références incontournables.

Transition agroécologique[modifier | modifier le code]

Verrous[modifier | modifier le code]

Des verrouillage socio-techniques peuvent empêcher, à plusieurs niveaux, la transition vers l'agroécologie[35]:

  • Au niveau individuel, le manque de connaissances sur de nouvelles pratiques agricoles;
  • Au niveau de l'exploitation agricole, le manque de terres disponibles pour développer des pratiques alternatives ou l'importance des investissements déjà réalisés, qui doivent être rentabilisés dans un système technique donné;
  • Au niveau du territoire, l'absence de filière de collecte et de commercialisation de produits portant un label de qualité environnemental, l'absence de systèmes de conseil adaptés;
  • Au niveau national, le manque de connaissances scientifiques ou de soutien des politiques publiques.

Leviers[modifier | modifier le code]

En Europe, l'agroécologie pourrait être progressivement encouragée par la conditionnalité des aides compensatrices PAC qui a évolué vers une « écoconditionnalité », aides versées sous réserve du respect de bonnes conditions agricoles et environnementales.

Les acteurs de la « filière agroécologique »[modifier | modifier le code]

Au niveau international, elle est aujourd'hui officiellement portée par des réseaux comme La Via Campesina (200 millions de paysans sur tous les continents), pratiquée par un nombre vraisemblablement aussi important d'agriculteurs à petite échelle dans le monde entier, et enfin appréhendée explicitement ou implicitement comme science par un nombre croissant d'enseignants-chercheurs à travers des équipes de recherche, laboratoires, importantes revues à comité de lecture (Agroecology and sustainable food systems, The journal of peasant studies…).

En France, il n'existe pas encore d'institut réellement spécialisé, mais une constellation d'acteurs[54] (référencés dans une base de données nationales[55]) est plus ou moins impliquée ou intéressée par l'agroécologie et la restauration ou le développement d'infrastructures agroécologiques[56]. Leurs intérêts convergent souvent, et ils peuvent de mieux en mieux s'appuyer sur la recherche et sur des analyses multicritères, modélisations, réseaux d’essai, traitement d’image, web 2.0, etc. Ces acteurs comptent notamment :

  • les ministères chargés de l'Agriculture, de l'Écologie et de la Recherche, qui notamment au travers du CASDAR soutiennent la recherche sur des thèmes en rapport avec l'agroécologie (30 % des projets financés entre 2004 et 2012 traitent de la biodiversité, et le nombre de projet incluant la biodiversité tend à croître depuis 2007, sans doute à la suite du Grenelle de l’environnement au plan Écophyto 2018[56].
  • INRA ; Un bilan publié en 2014 montre que parmi les 96 unités de recherche publique ou associations d’unités (GIS) présentes dans les projets CASDAR « biodiversité », 69 impliquent des équipes de l’INRA[56].
  • l'IRSTEA ; qui travaille notamment sur la trame verte et bleue et l'agroforesterie[57].
  • Solagro, qui est spécialisé sur les infrastructures agroécologiques et anime un projet intitulé « Osez l'agroécologie » visant à faciliter la diffusion des savoirs des agriculteurs en matière d'agroécologie.
  • De nombreux instituts techniques agricoles (ITA) sont également concernés, dont :
    • ACTA ; intéressé par les pratiques agronomiques via notamment les CIPAN (en lien avec l’apiculture), l'écologie des agropaysages et ses liens avec la protection phytosanitaire (contre les nématode, taupins... notamment), les adventice, messicoles, la lutte biologique et la biodiversité des auxiliaires des cultures. D'autres thèmes d'intérêt sont le plan Écophyto, les bandes enherbées et les infrastructures agroécologiques au sein de la trame verte et bleue. L'ACTA se positionne aussi dans les interfilières (apiculture, grandes cultures, tournesol[56].
    • ARVALIS - Institut du végétal ; intéressé par le rôle des associations végétales, assolement, CIPAN, effet précédent, légumineuse, rotation, taupins dans les pratiques agronomiques et phytosanitaires (Écophyto, gestion des adventices & messicoles, utilisation des auxiliaires des cultures, biofongicide, protection intégrée contre les ravageurs, lutte contre les résistances aux pesticides ou antibiorésistances. Rôle des infrastructures agroécologiques[56] ;
    • ASTREDHOR ; notamment intéressé par le prototypage de solutions phytosanitaires innovantes et plus respectueuses de l'environnement, avec notamment ECOPHYTO 2018[56] ;
    • CETIOM ; intéressé — en interfilière — par les pratiques agroécologiques (dont ECOPHYTO, protection intégrée et lutte biologique) concernant le contrôle des adventices, les cultures d’hiver, CIPAN, séquelles de pratiques antérieures, intérêt des légumineuses et de la rotation, etc.[56] ;
    • CTIFL ; intéressé par la protection phytosanitaire, les aménagement parcellaire, les auxiliaires des grandes cultures ;
    • FN3PT ; intéressé par la protection phytosanitaire[56] ;
    • IDELE ; intéressé par la gestion et l'écologie du paysage agricole (Cf. bois, embroussaillement...), la diversité biologique en tant que ressource génétique, la conduite de troupeaux, les diagnostics d’exploitation et de systèmes agricoles (cf. indicateurs, évaluation des infrastructures agro-écologiques via des observatoires, la télédétection, le traitement d’images)[56] ;
    • IFIP ; intéressé par la gestion des territoires et des paysages[56] ;
    • IFPC (Interfilière vin), intéressé par l'impact du paysage et de la gestion sur les arômes, la fermentation, les levures, qualité La protection phytosanitaire : réduction des intrants phytosanitaires[56] ;
    • IFV ; intéressé par la transformation (diversité génétique des levures, fermentation, arômes), la gestion des agropaysages[56] ;
    • ITAB ; intéressé par la biodiversité comme ressources génétique (cf génotype, phénotype, races menacées...) et dans les pratiques agronomiques d'assolement, de rotation et de synergies par associations végétales, ainsi qu'pour la transformation (fermentation) et la protection phytosanitaire (gestion des adventices, protection biologique et intégrée), avec les interfilières agroforesterie, blé dur, poulet, productions fourragères, tomate, vin[56] ;
    • ITAVI ; intéressé par la biodiversité comme ressources génétique (génotype, phénotype, races rustiques et menacées) dans le cadre d'une gestion des territoires et paysages qu'on voudrait plus résilients, y compris grâce à l'agroforesterie ;
    • Institut technique de la betterave ; intéressé par la protection phytosanitaire : adventices, auxiliaires des cultures, champignons phytopathogènes, ECOPHYTO, lutte biologique[56] ;
    • ITEIPMAI ; intéressé par la protection phytosanitaire (ex : phytoplasme du Stolbur, variétés tolérantes)[56] ;
    • ITSAP ; qui accompagne les CIPAN (avec des réseaux d’essai)[56] ;
    • UNIP ; qui travaille notamment sur l'importance des associations végétales[56].

Filmographie[modifier | modifier le code]

À Madagascar, de nouvelles pratiques agricoles se mettent en place pour lutter contre les changements climatiques et préserver la sécurité alimentaire des familles, un film (8 min) de l'institut de recherche pour le développement.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Agroécologie - Les Mots de l'agronomie », sur mots-agronomie.inra.fr (consulté le 12 juin 2016)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r et s (en) A. Wezel, S. Bellon, T. Doré et C. Francis, « Agroecology as a science, a movement and a practice. A review », Agronomy for Sustainable Development, vol. 29, no 4,‎ , p. 503–515 (ISSN 1774-0746 et 1773-0155, DOI 10.1051/agro/2009004, lire en ligne)
  3. « Qu'est ce que l'agroécologie ? », France Culture.com Science publique (consulté le 6 juillet 2014)
  4. a, b et c « MOOC Agroécologie, Montpellier SupAgro », sur www.fun-mooc.fr (consulté le 22 février 2017)
  5. « CV de Miguel Altieri » (consulté le 12 juin 16)
  6. Par : Benjamin Baatard (AgroParisTech), Matthieu Carof (AGROCAMPUS OUEST), Cathy Clermont-Dauphin (IRD), Thierry Doré (AgroParisTech), Gérome Fitoussi (AgroParisTech), Antoine Gardarin (AgroParisTech), Catherine Herry (Inra) et Jean-Pierre Sarthou (ENSAT)., « Qu'est-ce que l'agroécologie ? - * M. Altieri », sur tice.agroparistech.fr (consulté le 9 juin 2016)
  7. a et b C. Francis, G. Lieblein, S. Gliessman et T. A. Breland, « Agroecology: The Ecology of Food Systems », Journal of Sustainable Agriculture, vol. 22, no 3,‎ , p. 99–118 (ISSN 1044-0046, DOI 10.1300/J064v22n03_10, lire en ligne)
  8. Alfio Brandenburg, « Mouvement agroécologique au Brésil : trajectoire, contradictions et perspectives* », Natures Sciences Sociétés, vol. 16, no 2,‎ , p. 142–147 (ISSN 1240-1307 et 1765-2979, DOI 10.1051/nss:2008036, lire en ligne)
  9. a et b Angela Bolis, « L'agroécologie est-elle l'avenir de l'agriculture française ? », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  10. Angela Bolis, « L'agroécologie, un chantier prioritaire pour l'INRA », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  11. « Anthroposophie - Le cas Rabhi nié » (consulté le 2 janvier 2017)
  12. Bonny, S. (2011). L’agriculture écologiquement intensive: nature et défis. Cahiers Agricultures, 20(6), 451-462.
  13. Griffon, M. (2013). Qu'est ce que l'agriculture écologiquement intensive ?. Éditions Quae.
  14. Goulet, F. (2012). La notion d'intensification écologique et son succès auprès d'un certain monde agricole français : une radiographie critique. Courrier de l’environnement de l’INRA, 62, p. 19-29.
  15. Léger f (2014) L’agroécologie en sciences - AgroParisTech 28/11/2014 Séminaire Agroécologie ; Lycée agricole de Tilloy-les-Mofflaines ; voir - p 21
  16. Marion Guillou (2013) « Le projet agro-écologique : Vers des agricultures doublement performantes pour concilier compétitivité et respect de l’environnement » ; PDF - 737.1 ko (synthèse, PDF, 737.1 ko)
  17. http://agriculture.gouv.fr/Remise-du-rapport-sur-l-agro
  18. Delphine Batho, lors du congrès de France Nature Environnement en avril 2013
  19. La thématique « biodiversité et agriculture » dans les projets de recherche et développement français (Étude ACTA/FRB 2013 ; PDF, 3,97 Mo), et Dépliant afférent
  20. « Appel à projets CASDAR « mobilisation collective pour l'agro-écologie » | Alim'agri », sur agriculture.gouv.fr (consulté le 3 mars 2017)
  21. « Le projet agro-écologique pour la France | Alim'agri », sur agriculture.gouv.fr (consulté le 3 mars 2017)
  22. Audrey Garric, « Pesticides, loups, forêts... que contient la loi d'avenir de l'agriculture ? », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  23. a et b « Une alternative sociale - Brésil : l'agroécologie comme réponse à l'exclusion sociale », sur www.supagro.fr (consulté le 3 mars 2017)
  24. a et b « Une alternative sociale - France : l'exception Pierre Rahbi », sur www.supagro.fr (consulté le 3 mars 2017)
  25. « Une alternative sociale - La mobilisation des acteurs du développement international », sur www.supagro.fr (consulté le 3 mars 2017)
  26. Déclaration du Forum International sur l’Agroécologie. Nyéléni, Mali - 27 février 2015
  27. INRA (2008), Agriculture et biodiversité – valoriser les synergies. Expertise scientifique collective INRA, synthèse du rapport d’expertise
  28. Eure-et-Loir Nature. Concilier agriculture et biodiversité. Guide et fiches pratiques.
  29. INRA. Agriculture et biodiversité des plantes. Les dossiers de l’environnement, 2001
  30. AgroParisTech : « pour préserver la biodiversité, il est nécessaire de renaturer l’agriculture, tout en ne mettant pas de côté les aspects économiques. Des pratiques agricoles, notamment celles préconisées par l’agroécologie, vont dans ce sens. », dans la présentation du programme de formation continue intitulé Concilier l’agriculture et la préservation de la biodiversité (qui s'est déroulé du 11 au 13 juin 2013, consulté 2013-10-04
  31. « Mouvements sociaux ruraux, dialogues de savoirs et agroécologie », sur CETRI, Centre Tricontinental (consulté le 9 juin 2016)
  32. « Agroécologie-agroécologie », sur www.agroecologie.fr (consulté le 11 juin 2016)
  33. « Qu'est-ce que l'agro-écologie ? | Alim'agri », sur agriculture.gouv.fr (consulté le 8 juin 2016)
  34. Dupraz, C. (2005) Entre agronomie et écologie : vers la gestion d’écosystèmes cultivés. Cahier d’étude Demeter, économie et stratégies agricoles, PDF, 16 pages.
  35. a, b et c S Thoyer, R Le Vely, 2017, L'accompagnement de la transition agroécologique, MOOC Agroécologie, Montpellier Supagro
  36. « LA GESTION FORESTIÈRE ADAPTATIVE: INTÉGRER L'ACQUISITION DE CONNAISSANCES PARMI LES OBJECTIFS DE GESTION », Revue forestière française, vol. 61, no 2,‎ (ISSN 0035-2829, lire en ligne)
  37. M Altieri, 1995, "Agroecology: the science of sustainable agriculture," Westview Press, Boulder, Colorado. 433 pp
  38. C Marsden, L Bedoussac, 2017, Mise en oeuvre en "Cultures associées", MOOC Agroécologie, Monpellier Supagro
  39. a, b et c « UVED - La conception de systèmes horticoles écologiquement innovants », sur www.supagro.fr (consulté le 16 avril 2017)
  40. Peninna Deberdt et Paula Fernandes - UR Hortsys Cirad, « UTILISATION DES PLANTES DE SERVICES EN CULTURES MARAICHERES - Un exemple d'effet barrière », sur www.supagro.fr (consulté le 16 avril 2017)
  41. A Metay, D Mézière, Mise en oeuvre en Agroforesterie, MOOC Agroécologie, 2017, Montpellier Supagro
  42. M Jouven, Mise en oeuvre en élevage, MOOC Agroécologie, 2017, Montpellier Supagro
  43. Magazine Passerelle Éco no 9, 2005
  44. Ministère de l'Écologie (2012), Infrastructures agro-écologiques, 7 février 2012 (mis à jour le 14 mai 2013)
  45. Olivier De Schutter 'Agroecology: A Tool for the Realization of the Right to Food', in Lichthouse (ed.), Agroecology and strategies for climate change, Sustainable Agriculture Reviews, vol. 8, Springer Verlag, 2012, p. 1-16
  46. Olivier De Schutter Accounting for Hunger. The Right to Food in the Era of Globalisation, Hart Publishing, Oxford and Portland, Oregon, 2011 (with Kaitlin Cordes, co-editors), 288 pages, [1] (ISBN 9781849462266)
  47. Site réseau agroécologie du CIRAD
  48. Les microprojets soutenus par le PPRR.
  49. « Centre d'Actions et de Réalisations Internationales »
  50. (en+fr) « Convention des Nations Unies sur la Lutte Contre la Désertification »
  51. CARI / GTD, Agroécologie, une transition vers des modes de vie et de développement viables - Paroles d’acteurs, , 95 p. (lire en ligne)
  52. a et b Voir le documentaire Solutions locales pour un désordre global.
  53. VAN DAM Denise et al., Agroécologie, Entre pratiques et sciences sociales, EducAgri Editions, , 309 p. (ISBN 978-2-84444-876-7, lire en ligne)
  54. ACTA (2012) Le Réseau des instituts techniques agricoles et les structures adossées de recherche appliquée, ACTA édition 2012, 96 p.
  55. Chaveriat C., Ghitalla F., Pelegrin F., Fadil F. et Le Roux X. (2011) La Base de données nationale des acteurs, structures et projets de recherche sur la biodiversité : présentation et analyse du paysage de la recherche, rapport FRB, Série Expertise et synthèse, 36 p.
  56. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p et q Rapport « biodiversité et agriculture » dans les projets de recherche et développement français(Rapport d'Étude ACTA/FRB ; PDF, 3,97 MO)
  57. Rapport « biodiversité et agriculture » dans les projets de recherche et développement français (Rapport d'Étude ACTA/FRB ; PDF, 3,97 MO) (voir Annexe p. 58)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Cours en ligne[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]