Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

CIRAD
Image illustrative de l’article Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement

Création 1984
Siège Paris, Île-de-France
Pays Drapeau de la France France
Rattachement Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation
Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères
Président Michel Eddi
Disciplines Agriculture
Développement
Coopération internationale
Recherche appliquée
Chercheurs statutaires 1 650 agents dont 800 chercheurs
Doctorants 400
Site web http://www.cirad.fr

Le[1] Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD) est l'organisme français de recherche agronomique et de coopération internationale pour le développement durable des régions tropicales et méditerranéennes. C'est un établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) français créé en 1984. Son siège social est situé à Paris.

En France, le Cirad comprend deux centres de recherche, l'un à Montpellier (campus de Lavalette) l'autre à Montferrier-sur-Lez (campus de Baillarguet, disposant notamment d'un écotron) et des stations dans l'outre-mer français. À partir de ses 12 directions régionales réparties sur tous les continents[2], le Cirad mène des activités de coopération avec plus de 100 pays.

Histoire[modifier | modifier le code]

À l’origine de la fondation en 1984 du Cirad se trouvent les neuf instituts de recherche agricole tropicale, pour la plupart datant des années quarante.

Ces instituts relevaient généralement d’un statut d’association à but non lucratif, avec pour objectif d'améliorer chacun un type de production. Ils sont rassemblés en 1958 au sein d’un Comité de liaison des organismes de recherches agricoles spécialisés outre-mer, puis réunis en 1970 pour former le Groupement d’étude et de recherche pour le développement de l’agronomie tropicale (Gerdat), dont est directement issu le Cirad[3],[4].

Instituts d'origine :

  • l'Institut de recherches pour les huiles et oléagineux (Irho) ;
  • l'Institut de recherches sur les fruits et agrumes (Irfa) ;
  • l'Institut de recherches sur le caoutchouc (Irca) ;
  • l'Institut d'élevage et de médecine vétérinaire des pays tropicaux (Iemvt) ;
  • le Centre technique forestier tropical (Ctft) ;
  • l'Institut de Recherches du Coton et des Textiles Exotiques (Irct) ;
  • l'Institut français du café, du cacao et autres plantes stimulantes (Ifcc) ;
  • l'Institut de recherches agronomiques tropicales et des cultures vivrières (Irat) ;
  • le Centre d'études et d'expérimentation du machinisme agricole tropical (Ceemat).

Missions[modifier | modifier le code]

Sa mission centrale est de contribuer au développement rural des pays tropicaux et subtropicaux par des actions de recherche, des réalisations expérimentales, des actions de formation (France et étranger) ou encore la diffusion d'information scientifique et technique. Il travaille en coopération avec plus de 100 pays d'Afrique, d'Asie, du Pacifique, d'Amérique latine et d'Europe. Les différents travaux sont réalisés dans des centres qui lui sont propres, et au sein de structures nationales de recherche agronomique des pays partenaires. Le Cirad met son expertise scientifique et institutionnelle au service des politiques publiques de ces pays et des débats internationaux sur les grands enjeux de l’agriculture. Il apporte son soutien à la diplomatie scientifique de la France.

Moyens humains, matériels et financiers[modifier | modifier le code]

Le Cirad emploie 1 650 personnes(dont 856 cadres scientifiques).

Son budget opérationnel annuel est de 200 millions d'euros. Le financement provient pour les deux tiers du Budget Civil de Recherche et de Développement technologique (BCRD) et pour le tiers restant de ressources contractuelles.

Principales activités du CIRAD de Montpellier[modifier | modifier le code]

  • La recherche en interaction avec les projets du terrain. Le centre de Montpellier fournit des méthodes scientifiques (analyse des génomes, amélioration des plantes), des techniques (culture in vitro, biologie moléculaire, analyses minérales) et des outils (bases de données, statistiques).
  • La mise à disposition de prestations aux chercheurs et agriculteurs des régions chaudes (identification de maladies tropicales, choix de moyens de lutte, sélection variétale, analyse de bois, aliments).
  • L'expertise : pour fournir des moyens comme la conception et l'évaluation de projets, ou encore l'appui aux politiques de recherche agronomique nationales et internationales.
  • La formation : le centre accueille plus de 800 chercheurs et techniciens chaque année.
  • L'information scientifique et technique par l'édition de revues, d'ouvrages et de cédéroms.

Organisation[modifier | modifier le code]

Départements scientifiques[modifier | modifier le code]

Le Cirad est organisé en trois départements scientifiques :

  1. Département Systèmes biologiques (BIOS)[5] ;
  2. Département Performances des systèmes de production et de transformation tropicaux (PERSYST)[6] ;
  3. Département Environnements et sociétés (ES)[7].

Il comprend 33 unités de recherche : neuf unités propres de recherche (Upr), 23 unités mixtes de recherche (UMR) et une unité de service (Us)[8].

Les activités éditoriales sont depuis 2006 confiées aux éditions Quæ, dont le siège est hébergé par l'INRA.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cirad, « Rapport annuel - CIRAD », sur www.cirad.fr (consulté le 24 septembre 2018).
  2. « Le Cirad dans le monde ».
  3. Cirad, « Notre histoire - CIRAD », sur www.cirad.fr (consulté le 24 septembre 2018).
  4. « Bibliothèques du Cirad, collection Autrefois l'agronomie », sur catalogue-bibliotheques.cirad.fr (consulté le 24 septembre 2018).
  5. « Département BIOS ».
  6. « Département PERSYST ».
  7. « Département ES ».
  8. « Unités de recherche du Cirad », sur Site du Cirad, (consulté le 21 septembre 2018).