Terre et Humanisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Terre et Humanisme
Histoire
Fondation
Cadre
Forme juridique
Domaine d'activité
Pays

Terre & Humanisme est une association française fondée en 1994 ayant pour objet la promotion et la transmission de l'agroécologie, en France et à l’international. Elle a été créée à l’initiative d’amis proches de Pierre Rabhi. Au départ, l’association s’appelait d'ailleurs « Les Amis de Pierre Rabhi », elle a changé de nom en 1999.

L’association est enregistrée comme organisme de formation, déclarée d’intérêt général, et labellisée par le Don en confiance.

Présentation[modifier | modifier le code]

L'association est fondée en 1994 sous le nom « Les Amis de Pierre Rabhi » [1]. Elle se donne pour but de promouvoir l'agroécologie[2],[3], en animant des formations en France et à l'international[1].

En France, c'est une association loi de 1901 enregistrée comme organisme de formation, reconnue d’intérêt général[4].Elle se présente comme non-confessionnelle et apolitique.[réf. souhaitée]

Du fait des impacts négatifs de l’agriculture conventionnelle et de la société industrielle sur l’environnement, la transition agroécologique est pour l’association une alternative cohérente et réaliste. En 2019, l'association faisait par exemple partie des trente-cinq organisations de défense des paysans et de protection de l’environnement qui ont formulé sur la plateforme « Pour une autre PAC » douze priorités pour une autre politique agricole commune[5].

Outre les formations qu'elle dispense, et les bénévoles qu'elle accueille dans sa ferme le Mas de Beaulieu[6], l’association participe à divers événements nationaux ou locaux (salons, conférences, etc.), lors desquels elle sensibilise le public aux thématiques de l'agroécologie.

Fonctionnement de l’association[modifier | modifier le code]

Gouvernance[modifier | modifier le code]

À la création de l’association en 1994, à titre honorifique, Pierre Rabhi a été nommé président d’honneur.[réf. souhaitée]

L’association est constituée d’un conseil d'administration[7], et d’une équipe opérationnelle composée de 20 salariés[8].

Depuis 2013, la présidente de Terre & Humanisme est Françoise Vernet[9],[10].

Finances[modifier | modifier le code]

En 2015, l'association est lauréate du prix « activité écologique » des 6e grands prix de la finance solidaire, organisés par Le Monde et Finansol[2].

En 2016, l’association est labellisée par le Don en confiance[11].

Selon le journaliste Jean-Baptiste Malet en 2018, « un tiers du budget provient de dons tirés des produits financiers Agir du Crédit coopératif (plus de 450 000 euros par an)[1] ».

Le Mas de Beaulieu[modifier | modifier le code]

Siège social et symbole historique de l’association, le Mas de Beaulieu est situé à Lablachère dans le sud du département de l’Ardèche[2].

Le mas est entouré d’un terrain d’environ 1 hectare[1], dont 1 000 m2 environ sont cultivés en agroécologie. Le sol, au départ, était une terre de garrigue, avec des roches, aride et peu fertile[12].

Les jardins sont à visée pédagogique et expérimentale et se composent de plusieurs zones : verger-potager, zone de composts, serre et tunnel, phytoépuration, cuves de récupération d’eau, poulailler et rucher…[réf. souhaitée]

Entre 2004 et 2016, 2350 bénévoles (appelés « volonterres ») y ont travaillé « plusieurs semaines en échange de repas et d’un hébergement sous la tente[2]. »

En 2019, l'association célèbre ses 25 ans d’existence, et selon France 3 Auvergne-Rhône-Alpes : « Le Mas de Beaulieu reçoit plus de 2000 visiteurs par an et organise plus de 35 sessions de stages tout public à l'année. Les stagiaires viennent de France et du monde entier et des alliances de coopération avec des pays africains et méditerranéens sont noués[8]. »

Critiques et controverses[modifier | modifier le code]

Émanant de Pierre Rabhi, lui-même parfois critiqué pour ses prises de position ou sa philosophie inspirée de l'anthroposophie, l’association Terre & Humanisme, a été elle aussi plusieurs fois critiquée ou controversée.

À la suite de l’article de Jean-Baptiste Malet, « Le système Pierre Rabhi », paru dans Le Monde diplomatique en 2018[1], qui critiquait Pierre Rabhi et les structures créées à son initiative, Rabhi a rédigé un droit de réponse dans lequel il indique notamment : « Je n’ai aucun rôle dans les associations ou structures que j’ai inspirées et elles n’ont pas de liens entre elles. Leur indépendance financière est la preuve même qu’il n’y a ni système ni marketing. Lieux de formation ou de transformation, elles n’ont jamais prétendu être des fermes modèles « autosuffisantes[13]. » Les structures autour de Pierre Rabhi ont reçu le soutien de plusieurs personnalités, telles que Bernard Chevilliat, président du Fonds de dotation Pierre Rabhi[14].

Utilisation de la biodynamie[modifier | modifier le code]

En 2012, BastaMag a réalisé un reportage au Mas de Beaulieu, dans les jardins historiques de l'association en Ardèche, en vantant les mérites des pratiques agroécologiques sur un sol peu fertile[12] À la suite de cela, l'AFIS a vivement critiqué cet article dans un autre article publié sur son blog, relevant des pratiques ésotériques issues de la biodynamie : « ce sont manifestement l'amateurisme et l'idéologie qui prévalent en ces lieux, avec une petite touche de croyances ésotériques »[15].

Terre & Humanisme se défend toutefois de promouvoir la biodynamie, mais admet que cette discipline est pratiquée par certains de ses collaborateurs[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Jean-Baptiste Malet, « Le système Pierre Rabhi », sur Le Monde diplomatique, (consulté le )
  2. a b c et d « Terre et humanisme, promoteur infatigable de l’agroécologie », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. Stéphane Bellon et Thierry Doré, Les mondes de l'agroécologie, Quae, (ISBN 978-2-7592-3003-7, lire en ligne), p. 51-54
  4. « Terre & Humanisme », sur Coordination SUD (consulté le )
  5. « « Les modèles agro-écologiques ont fait leurs preuves » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. Laurence Dupont, Le guide de l'écovolontariat : Guide, Publishroom, , 253 p. (ISBN 979-10-236-1384-1, lire en ligne), p. 64
  7. Mari OIRY-VARACCA, Montagnards dans la mondialisation : Réseaux disporiques et mobilisations sociales dans l'Atlas (Maroc), les Highlands (Ecosse) et les Alpes françaises., PUG - Presses universitaires de Grenoble, , 234 p. (ISBN 978-2-7061-4371-7, lire en ligne), p. 104
  8. a et b « Ardèche : Terre et Humanisme fête ses 25 ans d'existence ce samedi 14 septembre à Payzac », sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes (consulté le )
  9. « Françoise Vernet », sur Le HuffPost (consulté le )
  10. « Pour l’agriculture de demain, protégeons les sols européens », sur Libération.fr, (consulté le )
  11. Don en Confiance, « Terre & Humanisme obtient le label "Don en confiance" », sur www.donenconfiance.org (consulté le )
  12. a et b « S’initier à l’agroécologie : mode d'emploi », sur Basta ! (consulté le )
  13. « Pierre Rabhi », sur Le Monde diplomatique, (consulté le )
  14. « « Beaucoup de bruit pour rien »Une défense (chiffrée et factuelle) de Pierre Rabhi », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  15. « Terre et Humanisme : Notre visite chez des agroécologues ardéchois » par Afis07, comité local ardéchois de l'Afis, relayé par la revue Science et pseudo-sciences.
  16. « Charte de positionnement Terre & Humanisme »,