Yannick Agnel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Yannick Agnel Swimming pictogram white.png
YANNICK AGNEL a.jpg
Yannick Agnel - Juin 2012 - Canet en Roussillon
Informations
Nages Nage libre
Période active Depuis 2007
Nationalité Drapeau : France Française
Naissance 9 juin 1992 (22 ans)
Lieu Nîmes, France
Taille 2,02 m
Club Nautic Club Nîmois
Olympic Nice Natation (2006-2014)
Mulhouse Olympic Natation (2014-)
Entraîneur Bob Bowman
Records
Grand bassin 100 m nl. : 47 s 84
200 m nl. : min 43 s 14 (RF)
400 m nl. : min 43 s 85 (RF)
Petit bassin 100 m nl. : 46 s 68
200 m nl. : min 39 s 70 (RF)
400 m nl. : min 32 s 25 (RM)
800 m nl. : min 29 s 17 (RE)
Palmarès
Jeux olympiques 2 1 0
Ch. du monde grand bassin 2 1 0
Ch. du monde petit bassin 1 0 1
Ch. d'Europe grand bassin 1 1 1
Ch. d'Europe petit bassin 2 0 1
Ch. de France 15 2 1

Yannick Agnel

Activités Chroniqueur chez L'Équipe Magazine, RMC, partenaire technique chez Arena.

Yannick Agnel, né le 9 juin 1992 à Nîmes, est un nageur français spécialiste des épreuves de sprint et de demi-fond en nage libre (du 100 m au 400 m), double médaillé d'or lors des Jeux olympiques de Londres de 2012 sur le 200 mètres nage libre et le relais 4 × 100 mètres nage libre avec ses coéquipiers Gilot, Leveaux et Lefert, et double champion du monde sur les mêmes distances à Barcelone en 2013. Surnommé "Le Squale " en raison de son féroce appétit de compétitions, il est le seul nageur français de l'histoire à avoir glané deux titres sur des mêmes Jeux olympiques.

Révélé tôt au niveau junior, il se distingue durant l'année 2009 en choisissant de nager avec un simple maillot de bain quand les autres nageurs français préfèrent utiliser les combinaisons en polyuréthane aux Championnats de France, alors que la polémique sur l'utilisation des ces produits est à son apogée, mais il retient également l'attention par ses performances remarquables pour son âge qui en font un espoir pour l'avenir. Dès l'année suivante, marquée par l'interdiction des combinaisons, il confirme les attentes en remportant son premier titre national individuel en grand bassin et en inscrivant son nom sur les tablettes des records de France des 200 et 400 m nage libre. 2010 le voit également s'illustrer au niveau international en remportant son premier titre de Champion d'Europe individuel sur 400 m nage libre à Budapest, et son premier titre de champion du monde en relais 4 × 100 m nage libre à Dubaï.

Lors des Jeux olympiques 2012, à l'Aquatics Centre de Londres, il est le dernier relayeur du relais français du 4 × 100m nage libre sacré pour la première fois dans l'histoire des Jeux le 29 juillet 2012, remporte la médaille d'or sur 200 mètres nage libre le lendemain (devenant le cinquième champion olympique français de l'histoire dans une épreuve individuelle de natation), puis le 31 juillet termine le relais 4 × 200m nage libre qui prend la médaille d'argent derrière les États-Unis. Il est l'actuel détenteur du record du monde du 400 mètres nage libre en petit bassin avec un temps de 3 min 32 s 25[1] et du record d'Europe du 800 m nage libre en petit bassin avec un temps de 7 m 29 s 17.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un infirmier libéral et d'une directrice des ressources humaines en entreprise[2], Yannick Agnel naît le 9 juin 1992 à Nîmes. Son prénom est choisi en hommage à Yannick Noah[3],[4].

Il cite pour passions la politique, la littérature, la musique[5], la philosophie et apprend le russe. Il passe le baccalauréat scientifique au lycée Don Bosco de Nice[6], qu'il obtient avec la mention bien. Il étudie ensuite le commerce à SKEMA, dans le campus Sophia Antipolis d’Antibes. Il mesure 2 mètres 02 et chausse du 50.

Par ailleurs, il est l'ambassadeur de la marque le coq sportif depuis 2012[7].

Junior[modifier | modifier le code]

C'est dans sa ville natale qu'il débute la natation au sein du Nautic Club Nîmois, à l'âge de huit ans, après avoir auparavant essayé le tennis[5]. En 2006, le nageur rejoint Nice et son club de l'Olympic Nice Natation[8].

2009, seul en maillot[modifier | modifier le code]

Tenus en avril à Montpellier, les Championnats de France en grand bassin sont le théâtre de temps jamais réalisés à l'instar des barrières des 21 secondes sur 50 m ou des 47 secondes sur 100 m effacées par Frédérick Bousquet et Alain Bernard. Au cœur de la compétition, l'utilisation de combinaisons en matériaux plastiques entraîne nombres de polémiques. Mais tandis que la grande majorité des engagés se vêtent des dernières tenues, Yannick Agnel se distingue en ne portant qu'un simple maillot de bain, un choix qui éveille l'intérêt du public et des médias pour le nageur alors âgé de 16 ans[9]. « J'ai toujours nagé en maillot et je ne vois pas pourquoi je changerais » assume-t-il alors[9], tout en reconnaissant avoir essayé une combinaison et remarqué son pouvoir flottant[10]. Malgré ce choix a priori handicapant, il échoue de peu à atteindre la finale du 200 m nage libre en réalisant le dixième temps en demi-finale, ce après avoir battu son record personnel en séries en 1 min 50 s 03, nouvelle meilleure marque nationale cadet. Cette édition le voit par ailleurs conquérir son premier titre national élite en remportant le relais 4 × 200 m nage libre avec ses coéquipiers du club niçois.

En juillet se déroulent les Championnats d'Europe juniors à Prague où Yannick Agnel obtient ses trois premiers titres dans un grand championnat international. Malgré une première posture plus stricte, la Ligue européenne de natation autorise l'usage des combinaisons durant la compétition[11]. C'est pourquoi, afin de placer toutes les chances de son côté, le nageur enfile pour la première fois en compétition un pantalon composé de plaques de polyuréthane[12],[13]. Titré sur 400 m nage libre en 3 min 48 s 17, deuxième chrono français de l'histoire derrière Nicolas Rostoucher, il remporte par la suite le 200 m en 1 min 47 s 02 devant le Russe Danila Izotov déjà sacré champion d'Europe seniors en petit bassin en 2008. Son temps constitue la deuxième performance française de l'histoire derrière le record de France d'Amaury Leveaux[2]. Également aligné au sein des relais, il décroche une troisième médaille d'or au titre du 4 × 200 m — permettant la victoire des siens alors troisièmes avant sa prise de relais — ainsi que l'argent avec le 4 × 100 m nage libre. Sur 100 m nage libre, en revanche, il termine au pied du podium malgré un nouveau record personnel de 49 s 44.

La fin de l'année, synonyme de saison en petit bassin, débute par les Championnats de France organisés à Chartres. En l'absence d'Amaury Leveaux ou d'Alain Bernard sur 200 m nage libre, Yannick Agnel ne rencontre aucune difficulté à remporter son premier titre de champion de France élite. Il double même la mise sur 400 m nage libre en dominant Sébastien Rouault d'une seconde et demie. Grâce à ses deux succès, il peut honorer une première sélection en équipe nationale à l'occasion des Championnats d'Europe disputés quelques jours après à Istanbul en Turquie. Nageant avec un simple bermuda[14], il ne peut rivaliser avec les meilleurs et est éliminé dès les séries éliminatoires des 200 et 400 m nage libre.

2010, la confirmation[modifier | modifier le code]

L'année 2010 est marquée par un retour dans le temps puisque l'usage des combinaisons est interdit dès le 1er janvier. Pour les hommes, seul le traditionnel maillot de bain est désormais autorisé. C'est début février que le Français effectue sa rentrée à l'occasion d'une réunion tenue dans sa ville natale. Aligné sur trois courses, il prend la tête des bilans mondiaux sur 200 m nage libre et approche son record personnel sur la distance inférieure en 49 s 60, des performances à nuancer puisque réalisées tôt dans la saison[15]. Il confirme pourtant un mois plus tard en améliorant son record personnel sur 200 m en 1 min 46 s 83, menaçant un peu plus le record de France de l'épreuve et subtilisant la meilleure performance mondiale de l'année au Sud-Coréen Park Tae-hwan (1 min 46 s 98)[16]. Quelques semaines plus tard ont lieu les Championnats de France en grand bassin qui déterminent les sélections pour les divers championnats internationaux prévus durant l'été. Yannick Agnel se signale tout d'abord sur 400 m en validant sa qualification pour les Championnats d'Europe séniors puisque médaillé d'argent derrière Sébastien Rouault. Sur 100 m, s'il descend pour la première fois sous les 49 secondes en demi-finale (48 s 99), il ne se classe que septième à près d'une seconde de Fabien Gilot en finale. Plus tard, il conquiert son premier titre national en grand bassin en remportant le 200 m, ce après avoir battu le record national en 1 min 46 s 35, soit 19 centièmes de seconde de moins que la référence d'Amaury Leveaux. Le précédent record national, établi en 2008 lorsque les premières combinaisons à plaques ont été utilisées, est le premier battu en 2010[17]. À titre de comparaison, les observateurs évoquent alors le meilleur temps de l'histoire en maillot de bain sur la distance, propriété de l'Australien Ian Thorpe, l'ancien record du monde réalisé en 1999 en 1 min 46 s[18]. Le nageur n'obtient cependant pas sa qualification pour l'Euro puisqu'il ne satisfait aux minimas chronométriques exigés par la Fédération française en séries, d'où une polémique sur l'excès de zèle de cette dernière[17]. Lors de celles-ci, il nage en effet 12 centièmes au-delà du temps demandé[19]. Après ces « France », Agnel se concentre sur ses études et obtient un baccalauréat scientifique juste après avoir affronté l'Américain Michael Phelps à l'occasion de l'Open de Paris fin juin. Le nageur améliore alors de cinq centièmes de seconde son propre record de France du 200 m en 1 min 46 s 30. Nageur le plus rapide de l'année depuis les Championnats de France, le Français perd son rang au profit du champion du monde en titre allemand Paul Biedermann début juillet.

Quelques jours après la compétition parisienne, le nageur participe pour la dernière fois aux Championnats d'Europe juniors organisés à Helsinki en Finlande. Malgré une faible concurrence, il s'impose sur 400 m nage libre en améliorant le record de France en 3 min 46 s 26, mettant ainsi fin à la domination de Nicolas Rostoucher qui monopolisait cette meilleure marque depuis 2000. Premier dans l'eau, il remporte également le relais 4 × 100 m nage libre avec un aller-retour personnel de 49 s 08. Sur l'épreuve individuelle, il remporte l'or record personnel — 48 s 80 — à la clé et termine son programme individuel par un succès facile sur 200 m. Performance rare, ce triplé 100-200-400 m nage libre est le troisième de l'histoire après ceux réalisés par le Néerlandais Pieter van den Hoogenband en 1994 et l'Italien Massimiliano Rosolino l'année suivante[20]. Vainqueur avec le relais 4 × 200 m et deuxième au sein du relais 4 × 100 m quatre nages, il termine la compétition avec six médailles.

Quelques semaines plus tard, aux Championnats d'Europe séniors se tenant à Budapest, il remporte la médaille d'or du 400 m nage libre en devançant l'Allemand Biedermann. À l'issue d'une course disputée, il améliore son propre record de France en 3 min 46 s 17 et devient le troisième champion d'Europe français de l'épreuve après Jean Taris, sacré en 1934, et Alex Jany, titré en 1947 et 1950. Le même jour, il décroche la médaille d'argent au sein du relais 4 × 100 m nage libre français pourtant favori de l'épreuve mais marqué par la défaillance du dernier relayeur Alain Bernard[21]. Aligné par ailleurs au sein du relais 4 × 200 m nage libre avec ses compatriotes Clément Lefert, Antton Haramboure et Jérémy Stravius, il peut se mesurer une seconde fois à Paul Biedermann puisqu'ils lancent tous deux leur équipe. Devant Biedermann jusqu'au dernier virage, il se fait dépasser par ce dernier en fin de parcours mais améliore son propre record national en 1 min 45 s 83[22]. Grâce au très rapide dernier relais de Jérémy Stravius qui permet à l'équipe de remonter de la quatrième à la troisième place, il décroche une troisième médaille, en bronze.

En fin d'année 2010, il participe à ses premiers Championnats du monde de natation en petit bassin 2010 à Dubaî. Après la déception du 200 m nage libre, où par une mauvaise gestion des séries, il ne se qualifie pas pour la finale (10e temps des séries en 1 min 43 s 51), il contribue à donner le premier titre mondial en relais 4 × 100 m nage libre de l'histoire de la natation française. En tant que dernier relayeur, et avec ses compatriotes Alain Bernard, Frédérick Bousquet et Fabien Gilot, il devance la Russie et le Brésil et fait ainsi résonner La Marseillaise dans l'enceinte aquatique de Dubaî[23]. Le lendemain, accompagné de ses compatriotes Fabien Gilot, Antton Haramboure et Jérémy Stravius, il décroche la médaille de bronze sur le relais 4 × 200 m nage libre en 6 min 53 s 05, nouveau record de France. Deux jours plus tard, il se classe 6e ex-æquo en 3 min 40 s 07 avec son compatriote Sébastien Rouault de la finale du 400 m nage libre, remporté par l'Allemand Paul Biedermann[24].

2011, l'apprentissage du niveau mondial[modifier | modifier le code]

Il gagne les titres de champion de France du 200 et du 400 mètres nage libre (en signant deux nouveaux records de France), et finit 3e du 100 mètres nage libre, derrière Fabien Gilot et William Meynard. Victime en avril d'une pneumopathie avec staphylocoque, sa préparation est mise à mal durant quelques semaines. Il concourra pourtant peu après aux meetings Mare Nostrum de Canet-en-Roussillon et Monaco.

Lors des Championnats du monde de natation 2011 à Shanghai, il bat son record de France du 200 m nage libre en passant sous la barrière de 1 minute et 45 secondes. Cette performance est pourtant insuffisante pour monter sur le podium (5e place finale), dans une course où pour la première fois de l'histoire, 5 nageurs passent sous cette barrière de 1 min 45, notamment le champion du monde Ryan Lochte (1 min 44 s 44), et les médaillés Michael Phelps (1 min 44 s 79) et Paul Biedermann (1 min 44 s 88). Yannick Agnel déclare à la presse après la course  : « J'ai un sentiment partagé. Je fais la course que j'ai voulue, je descends mon meilleur temps de 5 dixièmes, je passe sous les 1'45 pour la première fois. Mais ce n'est qu'une 5e place. J'espérais mieux. »

Lors du 400 m nage libre, il prend la 6e place dans un temps moins bon que celui qui lui avait permis de devenir champion de France à Schiltigheim.
Il glane cependant une médaille d'argent avec le relais 4 × 200 m nage libre composé de Fabien Gilot, Grégory Mallet et Jérémy Stravius, devancé en finale par le relais américain emmené par Ryan Lochte et Michael Phelps.

Yannick Agnel intègre Skema Business School à Sophia Antipolis en septembre. Il avait obtenu son bac en 2010, avec une mention bien[25].

2012, au sommet de l'Olympe[modifier | modifier le code]

Agnel débute l'année olympique avec l'ambition de doubler le 100 et 200 mètres nage libre à Londres laissant de coté le 400 mètres nage libre une discipline sur laquelle il est pourtant champion d'Europe. Cette decision surprenante s'éxplique par le fait qu'il juge le programme des courses à Londres trop lourd pour concilier 100, 200 et 400 mètres nage libre. il déclare en plus manquer de motivation pour la distance, et estime que cette course dominée largement depuis deux ans par les Asiatiques Park et Sun Yang pourrait nuire à son objectif prioritaire qui est le 200 mètres nage libre[26],[27]. Il déclare aussi ressentir du plaisir à nager le 100 mètres nage libre, une discipline encore nouvelle pour lui[28].

Engagé sur les championnats de France de Dunkerque qualificatifs pour les Jeux olympiques sur 100 et 200 mètres nage libre, Yannick Agnel débute la compétition idéalement en dominant le 200 mètres nage libre établissant avec le chrono de 1 min 44 s 42, un nouveau record de France ainsi que la meilleure performance mondiale de la saison devant Amaury Leveaux 1 min 46 s 72 et Grégory Mallet 1 min 46 s 77[29].

Il confirme deux jours plus tard en remportant le 100 mètres nage libre abaissant son record personnel de près de six dixièmes en 48 s 02, devant Fabien Gilot 48 s 38 et son coéquipier niçois Clément Lefert 48 s 64 dans une course dense[30] et réussit son pari de se qualifier sur 100 et 200 mètres nage libre en individuel pour les jeux olympiques[31]

La veille des Jeux olympiques de Londres, Agnel possède toujours la meilleure marque mondiale sur 200 mètres nage libre qui le place en favori pour le titre olympique sur la distance et compte parmi les outsiders sur 100 mètres nage libre ainsi qu'avec ses coéquipiers des relais 4 × 100 et 4 × 200 mètres nage libre[32].

Rentrant en lice dès le deuxième jour de compétition, Agnel passe facilement les séries et demis du 200 mètres nage libre dont il disputera le lendemain la finale. Dans la foulée, il devient champion olympique en remportant le relais 4 × 100 mètres nage libre avec ses coéquipiers Amaury Leveaux, Fabien Gilot et Clément Lefert. Dernier à s'élancer, il réalise le meilleur chrono lancé des participants en 46 s 74 et reprend 1 seconde à l'Américain Ryan Lochte permettant ainsi à la France de passer et devancer sur le fil les États-Unis qui jusque là, avaient dominés toute la course, la Russie terminant 3e[33]. À la suite de sa performance du relais, les médias américains sont unanimes concernant Agnel, l'USA Today le considérant comme "le nouveau vilain de l'amérique". L'entraineur américain Eddie Reese déclare sur Agnel "Il m'a toujours fait peur car il est tellement à l'aise dans l'eau. C'est un spécialiste du 200 mètres ce qui signifie qu'il n'est jamais fatigué. Je n'aime pas ça, mais je dois reconnaître qu'il a fait fort. Il a été grandiose."[34]. Agnel quant à lui déclare « Pourquoi pas un deuxième titre dès demain »[35].

Le lendemain de cet exploit collectif, il confirme au terme d'une course dominée de bout en bout en remportant la médaille d'or sur le 200 mètres nage libre en améliorant son record de France de plus d'une seconde (1 min 43 s 14 troisième chrono de l'histoire dérrière Paul Biedermann et Michael Phelps[36]), devançant de près de deux secondes le Sud-Coréen Park et le Chinois Sun Yang, tous deux ex-aequo en 1 min 44 s 93[37]. Il devient le cinquième champion olympique français en individuel rejoignant Jean Boiteux en 1952, Laure Manaudou en 2004, Alain Bernard en 2008 et sa compaire d'entrainement Camille Muffat sacrée la veille sur 400 mètres nage libre). Le New York Times titre le lendemain concernant la course d'Agnel "Pour l'instant, l'homme de ces Jeux est un grand luminaire avec une mâchoire. Désolé Ryan"[38].

Le lendemain, une heure à peine après s'être qualifié difficilement pour la finale du 100 mètres nage libre avec le 7e temps en 48 s 23[39], Agnel remporte la médaille d'argent du relais 4 × 200 mètres nage libre avec ses coéquipiers Amaury Leveaux, Grégory Mallet et Clément Lefert derrière les USA (6 min 59 s 70), relais dans lequel il creuse un écart définitif de près de 4 secondes sur les pays suivants, remontant même partiellement sur l'Américain Michael Phelps, nouveau record de France à la clef en 7 min 02 s 77[40].

Emoussé par l'enchainement des épreuves, il améliore cependant le jour suivant son record personnel sur 100 mètres nage libre en 47 s 84 mais termine au pied du podium pour 4 centièmes dans une course remportée par l'Américain Nathan Adrian[41].

Il participe le dernier jour de compétition au relais 4 × 100 m quatre nages qui termine 6e de sa série et 10e temps et ne se qualifie donc pas pour la finale[42].

Le 15 novembre 2012, il bat le record du monde sur 400 m nage libre en petit bassin en nageant 3 min 32 s 25"[43] lors de la première journée des championnats de France en petit bassin à la piscine Jean Bouin d'Angers, battant ainsi le temps établi en 2009 par l'Allemand Paul Biedermann a l'aide d'une combinaison en polyuréthane. Le lendemain, en série lente du 800 m nage libre, il bat le record d'europe du 800 m nage libre en petit bassin en nageant 7 min 29 s 17, battant le précédent record établi en 2009 par l'Italien Federico Colbertaldo lui aussi obtenu à l'aide d'une combinaison en polyuréthane"[44]. Il remporte deux jours plus tard du 100 mètres nage libre en 46 s 68[45]. Sur 200 mètres nage libre, Agnel remporte un quatrième titre de champion de France de la semaine en battant le record de France en 1 min 39 s 37[46].

Dans la foulée des championnats de France, Yannick Agnel s'aligne sur plusieurs épreuves aux championnats d'Europe en petit bassin qui ont lieu à Chartres, en France. Dès la première journée il obtient la médaille d'or sur 400 mètres nage libre loin de son record du monde en 3 min 37 s 54[47]. Ensuite, ne pouvant rien faire face aux Russes Vladimir Morozov 45 s 68 et Evgeny Lagunov 46 s 52, il obtient le bronze sur 100 mètres nage libre en 46 s 80[48] et enfin le dernier jour de compétition, le titre européen sur 200 mètres nage libre avec un chrono de 1 min 41 s 46[49].

Grâce à ses performances durant l'année 2012, le 24 octobre 2012, il est désigné nageur européen de l'année avec 48,5 % des voix. Il devance le Hongrois Daniel Gyurta (42 %) et Florent Manaudou (4,5 %)[50].

2013, le grand départ[modifier | modifier le code]

En 2013, il participe aux championnats de France à Rennes qui se tiennent du 9 au 14 avril.

Sa première course a lieu le 12 avril, le 100 mètres nage libre. Grand favori de la course, il domine les séries et les demies-finales, avant de s'incliner à la surprise générale face à William Meynard, médaillé de bronze de l'épreuve aux Mondiaux 2011. Il échoue pour seulement 9 centièmes (48 s 62 contre 48 s 53)[51]. Cette défaite ne l'empêche pas d'être qualifié sur cette distance pour les Mondiaux de 2013 qui se tiendront à Barcelone, car il est nettement en dessous des minimas imposés (48 s 97). Pendant les championnats, il est victime d'une gastro-entérite. Ainsi, deux jours après le 100 mètres nage libre, il ne réalise que le sixième temps des séries du 200 mètres nage libre[52], épreuve dont il est champion olympique en titre. Il se rattrape en demies-finales en réalisant le meilleur temps et se déclare prêt pour le combat[53]. Son principal adversaire en finale sera l'Amiénois Jérémy Stravius, nageur le plus titré de ces championnats. Il s'impose tout de même en finale pour seulement 13 centièmes (1 min 45 s 48 contre 1 min 45 s 61 pour Jérémy Stravius)[54]. Il obtient ainsi sa qualification sur la distance.

Le 18 mai, Agnel annonce se séparer de son entraîneur à Nice Fabrice Pellerin. Il décide de partir s'entraîner aux États-Unis sous la direction de Bob Bowman, l'homme qui s'occupait jusqu'en 2012 de Michael Phelps. Bien que qualifié pour deux épreuves individuelles pour les Championnats du monde, Agnel décide de ne pas participer à ses compétitions et se concentrer sur les épreuves de relais avec l'équipe de France[55]. Il décide néanmoins quelques jours avant les Championnats du monde de nager le 200 mètres nage libre[56].

Arrivé sur les championnats du monde de Barcelone dans un état de forme moindre par rapport aux années précédentes, il remporte cependant la médaille d'or du relais 4 x 100 m nage libre [57], avec ses coéquipiers Fabien Gilot, Florent Manaudou et Jérémy Stravius. Sa prestation moyenne lors de la course (48.74 soit le 7e temps du premier relais) pose des doutes inévitables quant à son potentiel pour la suite de la compétition et notamment pour le 200 mètres nage libre course dont il est champion olympique et dont la finale se dispute seulement 2 jours plus tard.

Les doutes sont confirmés par ses série et 1/2 finale[58],[59] dans lesquelles il se montre bien moins rapide que ses principaux rivaux. Doutes qui seront balayés le lendemain en finale par Agnel qui au terme d'une course menée de bout en bout, remporte en 1:44.20 son premier titre mondial en devançant de plus d'une seconde son nouveau compère d'entrainement à Baltimore et ami proche, l'Américain Conor Dwyer (1:45.32) et le Russe Danila Izotov (1:45.59)[60].

Ses mondiaux se terminent par une décevante 4e place avec ses coéquipiers du relais 4 x 200 m nage libre (Lorys Bourelly, Grégory Mallet et Jérémy Stravius). Relais dans lequel lançant son équipe, Agnel réalise un temps bien en deça de sa performance en individuel (1:45.44)[61].

Au terme de mondiaux contrastés sur le plan individuel mais durant lesquels il a réussi à tenir son rang sur 200 mètres nage libre et repart avec 2 médailles d'or, Yannick Agnel souhaite avec son nouvel entraineur Bob Bowman découvrir de nouvelles méthodes d'entraînement avec pour l'objectif de devenir le premier nageur depuis Ian Thorpe à être compétitif du 100 au 400 mètres nage libre pour les prochains Jeux olympiques de Rio de Janeiro[62]. Il déclare aussi vouloir apaiser les choses avec son ancien entraineur niçois Fabrice Pellerin[63].

Caractéristiques du nageur[modifier | modifier le code]

Capacités techniques et physiques[modifier | modifier le code]

Encore peu à l'aise dans les parties techniques (virages et coulées sous-marines), Yannick Agnel se démarque par sa technique de nage fluide et économique en termes d'énergie tout en alliant puissance et rendement. En effet, le nageur français conserve une posture haute sur l'eau et ne perd pas un centimètre d'amplitude en fin de mouvement de bras. Cela s'explique par une technique misant plus hydrodynamique qui consiste à plier le coude le plus tôt possible dans un cycle de nage afin de garder le coude le plus haut possible durant le mouvement sous-marin du bras réduisant ainsi la poussée arrière de l'eau. Garder le coude haut permet à Agnel de maintenir la moitié supérieure du bras parallèle à la surface le plus longtemps possible. Ainsi, l'hydrodynamisme est meilleur. Le nageur américain médaillé olympique Gary Hall Sr considère Yannick Agnel comme l'un des meilleurs représentants de cette technique appelée « early vertical forearm »[64].

S'exprimant sur les épreuves de nage libre en compétition, Agnel est depuis l'Australien Ian Thorpe, le seul nageur capable de d'être performant du 100 au 400 mètres nage libre. D'abord arrivé sur 400 m, Agnel possède une endurance dont il tire maintenant un avantage certain sur les distances inférieures qu'il privilégie depuis 2012. La vitesse de base acquise grâce à son travail pour le 100 m en fait maintenant un nageur complet qui excelle sur le 200 m, qui est sa distance de prédilection. Il est en outre le seul nageur qui ait nagé moins de 48 s sur 100 mètres nage libre, moins d'1 min 44 s sur 200 mètres nage libre et moins de 3 min 44 s sur 400 mètres nage libre[réf. souhaitée].

Au-delà de ses capacités aquatiques, Yannick Agnel est doté d'un physique qui, bien que très différent des standards de la natation moderne et souvent pointé par les médias comme « atypique », qui n'en représente pas moins un avantage sur la concurrence. Très grand et longiligne et à l'allure parfois frêle, Agnel possède un corps taillé pour la glisse dans l'eau avec des bras très longs lui donnant une envergure de 2 m 10 (il mesure 2 m 02) et une pointure de 50, faisant de ses pieds de bons propulseurs. En outre son physique filiforme lui donne une meilleure pénétration dans l'eau.

Bob Bowman, qui est maintenant son nouvel entraîneur, n'hésite pas à comparer Agnel à son ancien élève multiple champion olympique Michael Phelps notamment pour ses capacités mentales et son approche de la compétition[3], même si Agnel se défend avec modestie de ce type de comparaison déclarant souvent qu'une comparaison à des nageurs de la classe de Phelps ou Lochte ne lui apparaît pas logique.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Performances lors des Jeux olympiques
Édition Épreuve
100 m nage libre 200 m nage libre 4 × 100 m nage libre 4 × 200 m nage libre 4 × 100 m quatre nages
Drapeau : Royaume-Uni Londres 2012 4e
47 s 84
Or
1 min 43 s 14 (RF)
Or
3 min 9 s 93
Argent
7 min 2 s 77 (RF)
10e temps des séries
3 min 34 s 60

Championnats du monde[modifier | modifier le code]

Performances lors des Championnats du monde élites en grand bassin
Édition Épreuve
200 m nage libre 400 m nage libre 4 × 100 m nage libre 4 × 200 m nage libre
Drapeau : République populaire de Chine Shanghai 2011 5e
1 min 44 s 99 (RF)
6e
3 min 45 s 24
- Argent
7 min 4 s 81 (RF)
Drapeau : Espagne Barcelone 2013 Or
1 min 44 s 20
- Or
3 min 11 s 18
4e
7 min 4 s 91
Performances lors des Championnats du monde élites en petit bassin
Édition Épreuve
200 m nage libre 400 m nage libre 4 × 100 m nage libre 4 × 200 m nage libre
Drapeau : Émirats arabes unis Dubaï 2010 10e temps des séries
1 min 43 s 51
6e
3 min 40 s 07
Or
3 min 4 s 78 (RF)
Bronze
6 min 53 s 05 (RF)

Championnats d'Europe[modifier | modifier le code]

Performances lors des Championnats d'Europe élites en grand bassin
Édition Épreuve
400 m nage libre 4 × 100 nage libre 4 × 200 m nage libre
Drapeau : Hongrie Budapest 2010 Or
3 min 46 s 17 (RF)
Argent
3 min 13 s 29
Bronze
7 min 9 s 70 (RF)
Performances lors des Championnats d'Europe élites en petit bassin
Édition Épreuve
100 m nage libre 200 m nage libre 400 m nage libre
Drapeau : Turquie Istanbul 2009 - 23e temps des séries
1 min 45 s 60
23e temps des séries
3 min 45 s 57
Drapeau : France Chartres 2012 Bronze
46 s 80
Or
1 min 41 s 46
Or
3 min 37 s 54
Performances lors des Championnats d'Europe juniors en grand bassin
Édition Épreuve
100 m nage libre 200 m nage libre 400 m nage libre 4 × 100 m nage libre 4 × 200 m nage libre 4 × 100 m quatre nages
Drapeau : République tchèque Prague 2009 4e
49 s 44
Or
1 min 47 s 02 (RC)
Or
3 min 48 s 17 (RC)
Argent
3 min 20 s 08
Or
7 min 21 s 15
Drapeau : Finlande Helsinki 2010 Or
48 s 80
Or
1 min 46 s 58 (RC)
Or
3 min 46 s 26 (RC, RF)
Or
3 min 19 s 65
Or
7 min 21 s 40
Argent
3 min 41 s 55

Championnats de France[modifier | modifier le code]

Performances de Yannick Agnel lors des Championnats de France en grand bassin
Édition Épreuve
50 m nage libre 100 m nage libre 200 m nage libre 400 m nage libre 4 × 100 m nage libre 4 × 200 m nage libre
Dunkerque 2008[65] 33e temps des séries
24 s 27
15e temps en demi-finale
51 s 47
17e temps des séries
1 min 53 s 38
2e de la finale B
3 min 57 s 81
Montpellier 2009[66] 33e temps des séries
23 s 82
14e temps en demi-finale
50 s 55
10e temps en demi-finale
1 min 51 s 02
4e de la finale B
3 min 57 s 05
Or
7 min 22 s 93
Saint-Raphaël 2010[67] 7e
49 s 51
Or
1 min 47 s 52
Argent
3 min 49 s 83
Schiltigheim 2011 Bronze
48 s 59
Or
1 min 45 s 47 RF
Or
3 min 43 s 85 RF
Dunkerque 2012 Or
48 s 02
Or
1 min 44 s 42 RF
Rennes 2013 Argent
48 s 62
Or
1 min 45 s 48
Chartres 2014 6e
49 s 52
Or
1 min 45 s 63
Or
3 min 49 s 65
Performances de Yannick Agnel lors des Championnats de France en petit bassin
Édition Épreuve
50 m nage libre 100 m nage libre 200 m nage libre 400 m nage libre 800 m nage libre
Nîmes 2007[68] 18e temps des séries
23 s 58
22e temps des séries
50 s 88
Angers 2008[69] 26e temps des séries
23 s 15
15e temps des séries
49 s 60
3e de la finale B
1 min 47 s 61
7e temps des séries
3 min 47 s 89
Chartres 2009[70] 2e de la finale B
22 s 81
24e des séries
50 s 89
Or
1 min 44 s 06
Or
3 min 43 s 55
Chartres 2010 Argent
47 s 05
Or
1 min 41 s 96 (RF)
Or
3 min 39 s 91 (RF)
Angers 2012 Or
46 s 68
Or
1 min 39 s 70 (RF)
Or
3 min 32 s 25 (RM)
Or
7 min 29 s 17 (RE)

Records[modifier | modifier le code]

Records personnels[modifier | modifier le code]

Ces tableaux listent les records personnels de Yannick Agnel au 15 novembre 2012.

Records personnels en grand bassin
Épreuve Temps Compétition Lieu Date
100 m nage libre 47 s 84 Jeux olympiques 2012 Londres, Royaume-Uni 1er août 2012
200 m nage libre 1 min 43 s 14 (RF) Jeux olympiques 2012 Londres, Royaume-Uni 30 juillet 2012
400 m nage libre 3 min 43 s 85 (RF) Championnats de France 2011 Schiltigheim, France 24 mars 2011
Records personnels en petit bassin
Épreuve Temps Compétition Lieu Date
200 m nage libre 1 min 39 s 70 (RF) Championnats de France 2012 Angers, France 18 novembre 2012
400 m nage libre 3 min 32 s 25 (RM) Championnats de France 2012 Angers, France 15 novembre 2012
800 m nage libre 7 min 29 s 17 (RE) Championnats de France 2012 Angers, France 16 novembre 2012

Record du monde battu[modifier | modifier le code]

Yannick Agnel a battu un record du monde depuis le début de sa carrière.

Record du monde individuel battu par Yannick Agnel
Épreuve Temps Information / Compétition Lieu Date
400 m nage libre en petit bassin 3 min 32 s 25 Championnats de France 2012 Angers, France 15 novembre 2012

Record d'Europe battu[modifier | modifier le code]

Yannick Agnel a battu un record d'Europe depuis le début de sa carrière.

Record d'Europe individuel battu par Yannick Agnel
Épreuve Temps Information / Compétition Lieu Date
800 m nage libre en petit bassin 7 min 29 s 17 Championnats de France 2012 Angers, France 16 novembre 2012

Records de France battus[modifier | modifier le code]

Yannick Agnel a battu neuf records de France en grand bassin dans deux épreuves différentes depuis le début de sa carrière.

Records de France individuels battus par Yannick Agnel
Épreuve Temps Information / Compétition Lieu Date
200 m nage libre en grand bassin 1 min 46 s 35 Championnats de France 2010 Saint-Raphaël, France 17 avril 2010
1 min 46 s 30 Open de Paris Paris, France 27 juin 2010
1 min 45 s 83 Championnats d'Europe 2010 Budapest, Hongrie 14 août 2010
1 min 45 s 47 Championnats de France 2011 Schiltigheim, France 26 mars 2011
1 min 44 s 99 Championnats du monde 2011 Shanghai, Chine 26 juillet 2011
1 min 44 s 42 Championnats de France 2012 Dunkerque, France 20 mars 2012
1 min 43 s 14 Jeux olympiques 2012 Londres, Royaume-Uni 30 juillet 2012
400 m nage libre en grand bassin 3 min 46 s 26 Championnats d'Europe juniors 2010 Helsinki, Finlande 14 juillet 2010
3 min 46 s 17 Championnats d'Europe 2010 Budapest, Hongrie 9 août 2010
3 min 43 s 85 Championnats de France 2011 Schiltigheim, France 24 mars 2011

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Yannick Agnel bat le record du monde du 400m en petit bassin en 3'32"25 », sur eurosport.fr,‎ 15 novembre 2012
  2. a et b Pascal Glo, « Et si c'était lui ? », dans L'Équipe, 1er novembre 2009, p. 11.
  3. a et b (en) « The Towering Face of French Swimming », sur nytimes.com,‎ 21 août 2013
  4. « La joyeuse rencontre d'Agnel et Noah », sur leparisien.fr,‎ 17 mai 2012
  5. a et b Clément Guillou, Rue 89, « Yannick Agnel, le double champion olympique qui cite Montesquieu »
  6. Résultats du BAC
  7. « Le Coq Sportif ajoute le nageur Yannick Agnel à son équipe d’ambassadeurs », sur peopleinside.fr,‎ 5 juin 2012 (consulté le 17 juin 2014)
  8. F.R., « Agnel loupe la finale pas le record  », dans Midi libre, 8 décembre 2007.
  9. a et b « Un bel anachronisme », dans L'Équipe, 26 avril 2009, p. 22.
  10. Dominique Mercadier, « Agnel dans le plus simple appareil », dans Midi libre, 26 avril 2009.
  11. « Un Euro juniors tout polyuréthane », dans L'Équipe, 8 juillet 2009, p. 9.
  12. Frédéric Prades, « Yannick Agnel, un Nîmois en or », dans Midi libre, 10 juillet 2009.
  13. Pascal Glo, « C’est le commencement », dans L'Équipe, 13 juillet 2009, p. 12.
  14. Pascal Glo, « La page se tourne », dans L'Équipe, 15 décembre 2009, p. 7.
  15. J.R., « Yannick Agnel impressionne », sur rmc.fr, 8 février 2010. Consulté le 27 juillet 2010.
  16. Pascal Glo, « Agnel, ça devient sérieux », dans L'Équipe, 14 mars 2010, p. 20.
  17. a et b « Natation : à 17 ans, Yannick Agnel s'illustre sur 200 m nage libre », sur lemonde.fr, 18 avril 2010. Consulté le 27 juillet 2010.
  18. « Fallait-il le repêcher ? », dans L'Équipe, 19 avril 2010, p. 16.
  19. Pascal Glo, « « J'ai toujours ce regret » », dans L'Équipe, 18 avril 2010, p. 17.
  20. « Aussi bien que VDH ! », dans L'Équipe, 19 juillet 2010, p. 11.
  21. (en) « Russia Take Down France 4x100m », sur swimnews.com, 9 août 2010. Consulté le 9 août 2010.
  22. (en)(fr)[PDF] Résultats officiels de la finale du relais 4 × 200 m nage libre des Championnats d'Europe de natation 2010, sur omegatiming.com. Consulté le 14 août 2010.
  23. Championnats du monde en petit bassin: Yannick Agnel offre l'or aux Français
  24. Résultats - Mondiaux petit bassin - 400m nage libre - Homme - Finale 2010
  25. « Yannick Agnel, nouvelle star des bassins », sur franceolympique.com (consulté le 22 mars 2012).
  26. « Yannick Agnel abandonne le 400 m au profit du 100 m », sur ouest-france.fr
  27. « Agnel fait l’impasse sur le 400 », sur sport.fr
  28. « Agnel, la tentation du 100 », sur eurosport.fr
  29. « RF pour Agnel, Leveaux aux JO », sur lequipe.fr,‎ 20 mars 2012
  30. « Agnel et Gilot y sont, pas Bernard », sur eurosport.fr,‎ 22 mars 2012
  31. « Agnel à gagné son pari », sur eurosport.fr,‎ 23 mars 2013
  32. « Pour un bilan historique », sur lequipe.fr,‎ 27 juillet 2012
  33. « Ils ont fait tomber la foudre », sur eurosport.fr,‎ 29 juillet 2012
  34. (en) « Ryan Lochte has a new nemesis: French swimmer Yannick Agnel », sur usatoday.com,‎ 29 juillet 2012
  35. « Agnel ce n'est qu'un début », sur eurosport.fr,‎ 30 juillet 2012
  36. Un rêve de gosse
  37. « Le roi Agnel », sur eurosport.fr,‎ 30 juillet 2012
  38. (en) « Agnel Outduels Lochte Again as French Savor Early Success », sur nytimes.com,‎ 30 juillet 2012
  39. « Agnel en finale. Pas Gilot », sur lequipe.fr,‎ 31 juillet 2012
  40. « Ca baigne toujours », sur eurosport.fr,‎ 31 juillet 2012
  41. « Adrian en or, Agnel sans podium »
  42. « Les relais font un bide », sur eurosport.fr,‎ 3 aout 2012
  43. « Agnel s'offre un record du monde », sur eurosport.fr,‎ 15 novembre 2012
  44. « 800m (petit bassin) : Record d'Europe pour Yannick Agnel », sur eurosport.fr,‎ 16 novembre 2012
  45. « Agnel fait le grand écart », sur lequipe.fr,‎ 18 novembre 2012
  46. « RF du 200 nage libre pour Agnel », sur lequipe.fr,‎ 18 novembre 2012
  47. « Yannick Agnel champion d'Europe du 400 », sur eurosport.fr,‎ 22 novembre 2012
  48. « Morozov trop fort pour Agnel », sur lequipe.fr,‎ 24 novembre 2012
  49. « Camille Muffat et Yannick Agnel terminent en beauté », sur eurosport.fr,‎ 26 novembre 2012
  50. « Agnel nageur européen », sur lequipe.fr,‎ 24 octobre 2012
  51. « Meynard detrône Agnel », sur lequipe.fr,‎ 12 avril 2013
  52. « Agnel pas au mieux », sur eurosport.fr,‎ 14 avril 2013
  53. « Agnel prêt pour la bagarre », sur lequipe.fr,‎ 14 avril 2013
  54. « Yannick Agnel et Jérémy Stravius qualifiés sur 200m libre », sur eurosport.fr,‎ 15 avril 2013
  55. « Yannick Agnel quitte Nice pour s'entraîner avec Bob Bowman, mentor de Michael Phelps », sur eurosport.fr,‎ 21 mai 2013
  56. « Agnel s'alignera bien sur 200 aux mondiaux », sur eurosport.fr,‎ 16 juillet 2013
  57. « Natation : les Français champions du monde du 4 × 100 m nage libre », sur lemonde.fr,‎ 28 juillet 2013
  58. « Agnel passe, Mallet casse », sur lequipe.fr,‎ 29 juillet 2013
  59. « Stravius et Agnel en embuscade », sur lequipe.fr,‎ 29 juillet 2013
  60. « Natation: Yannick Agnel champion du monde sur 200 mètres nage libre », sur lemonde.fr,‎ 30 juillet 2013
  61. « Le relais fait flop, Lochte au top », sur lemonde.fr,‎ 1er aout 2013
  62. « Yannick Agnel à l'heure américaine », sur sudouest.fr,‎ 4 aout 2013
  63. « Agnel : "Apaiser les choses », sur lequipe.fr,‎ 4 aout 2013
  64. « Quelques réfléxions sur la technique de Yannick Agnel », sur leplaisirdenager.blogspot.fr,‎ 28 mars 2011
  65. Performances de Yannick Agnel lors des Championnats de France en grand bassin 2008, sur liveffn.com. Consulté le 27 juillet 2010.
  66. Performances de Yannick Agnel lors des Championnats de France en grand bassin 2009, sur liveffn.com. Consulté le 27 juillet 2010.
  67. Performances de Yannick Agnel lors des Championnats de France en grand bassin 2010, sur liveffn.com. Consulté le 27 juillet 2010.
  68. Performances de Yannick Agnel lors des Championnats de France en petit bassin 2007, sur liveffn.com. Consulté le 27 juillet 2010.
  69. Performances de Yannick Agnel lors des Championnats de France en petit bassin 2008, sur liveffn.com. Consulté le 27 juillet 2010.
  70. Performances de Yannick Agnel lors des Championnats de France en petit bassin 2009, sur liveffn.com. Consulté le 27 juillet 2010.
  71. Décret du 31 décembre 2012 portant nomination

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :