Gastro-entérite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gastro-entérite
Classification et ressources externes
Gastroenteritis viruses.jpg
Différents virus de la gastro-entérite : A = rotavirus, B = adenovirus, C = Norovirus and D = Astrovirus. Les virus sont présentés ici avec le même grossissement pour permettre la comparaison de leurs tailles.
CIM-10 A02.0, A08, A09, J10.8, J11.8, K52
CIM-9 008.8 009.0, 009.1, 558
DiseasesDB 30726
eMedicine emerg/213 
MeSH D005759
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Une gastro-entérite est une infection inflammatoire du système digestif pouvant entraîner de la nausée, des vomissements, des crampes abdominales, des flatulences et de la diarrhée, ainsi que de la déshydratation, de la fièvre et des céphalées (maux de tête).

La gastro-entérite peut être d'origine bactérienne, c'est-à-dire due à la consommation d'eau ou de nourriture contaminée par des bactéries, telles que les colibacilles présents dans les selles. Des symptômes de gastro-entérite peuvent aussi être dus à des parasites internes, protozoaires ou amibes pathogènes, tel qu' Entamoeba histolytica provoquant la dysenterie amibienne ou amibiase généralement due à des installations sanitaires absentes ou inadéquates. Cependant, dans les deux tiers des cas[1], elle est causée par des virus comme le Rotavirus, (provoquant en particulier la gastro-entérite infantile ou GEI), le Norovirus (dont le Virus de Norwalk), l'Adenovirus, de Calicivirus et l'Astrovirus.La gastro-entérite est communément appelée « grippe intestinale » (terme inadéquat mais très répandu), lorsqu’elle est causée par un virus, et « empoisonnement alimentaire » ou plus justement « intoxication alimentaire » lorsque causée par une bactérie[2].

La gastro-entérite peut également révéler une dysenterie des voyageurs, aussi connue sous le terme de diarrhée du voyageur ou tourista. Celle-ci peut être due à une infection, le plus souvent par des bactéries (notamment Salmonella, Aeromonas, E. coli, Campylobacter, Shigella, Vibrio cholerae (causant le Cholera) et Vibrio non cholérique). Parfois, l'infection peut provenir de virus, Norovirus (principalement Virus de Norwalk), Adénovirus, Astrovirus, Entérovirus, Rotavirus. Plus rarement, la tourista sera causée par des amibes ou protozoaires parasitaires (Cyclospora, Entamoeba histolytica, Cryptosporidium, Giardia, ou autre parasite intestinal[3]).

La diarrhée s'accompagne souvent de vomissements et de poussées de fièvre, mais les symptômes varient en fonction des individus. En effet, certains se contentent de vomir, d'autres n'ont aucun symptôme, et certains n'ont que la diarrhée. Si elle est trop importante, elle peut mener à une déshydratation de l'organisme.

Si la diarrhée perdure, elle peut laisser des séquelles sur la paroi intestinale, menant à une pathologie appelée syndrome de malabsorption[4].


Épidémiologie[modifier | modifier le code]

Le rotavirus est la cause la plus courante de diarrhée et de déshydratation chez l'enfant, en particulier dans les pays développés. Dans le monde, on estime que 125 millions de diarrhées sont provoquées annuellement par ce virus (soit plus de 1 900 cas pour 100 000 habitants), ce qui représente 6 % des morts de moins de cinq ans, et 25 % des morts par diarrhées. On estime que chaque année, 800 000 personnes meurent de gastro-entérite dans le monde, dont 500 000 enfants de moins de cinq ans[5].

Aux États-Unis, on estime qu'il touche 80 % des enfants de moins d'un an ; chaque année, 500 000 enfants doivent faire l'objet de soins médicaux, et 50 000 doivent être hospitalisés.

En France, lors du pic de l'épidémie hivernale 20052006, on estime que 1 850 000 personnes ont consulté leur médecin généraliste en 8 semaines pour une gastro-entérite ; l'incidence a été de 367 cas pour 100 000 habitants (le seuil épidémique étant fixé à 279 cas pour 100 000 habitants)[6],[7]. La surveillance de l'évolution de l'incidence en France est effectuée par le réseau Sentinelles de l'Inserm qui publie ces données[8], comme une société de communication spécialisée qui met aussi ces données à la disposition du public[9].

Il s'agit donc d'un important problème de santé publique. D'autant que chaque année, l'épidémie de gastro-entérite à rotavirus concorde souvent avec les épidémies de bronchiolite et de grippe, pouvant mettre en difficulté les systèmes de soins pédiatriques[10].

On peut remarquer que les gastro-entérites virales sont en recrudescence pendant l’hiver, surtout en Amérique du Nord et en Europe[11].

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Les symptômes habituels de la gastro-entérite sont des nausées, la perte d'appétit, crampes abdominales et vomissements qui apparaissent brutalement, de la diarrhée, de la fièvre et des céphalées (maux de tête).

Les symptômes communément associés à la gastro-entérite, c'est-à-dire principalement les vomissements et la diarrhée, peuvent également être signes d'un empoisonnement (fruits de mer, champignons toxiques) ou d'infections systémiques (pneumonie, septicémie, etc.). Par un interrogatoire précis et le contexte clinique, il sera possible d'éliminer ces hypothèses.

La gastro-entérite peut parfois déboucher sur des complications telles que la déshydratation, pouvant même conduire à une hospitalisation. Les personnes à risque sont les jeunes enfants et les nourrissons, les personnes âgées, et les personnes ayant un système immunitaire affaibli par une maladie (VIH par exemple). Les signes de la déshydratation sont une sécheresse de la peau et de la bouche, les yeux et les parties molles du crâne (chez les nourrissons) enfoncées, des faiblesses, crampes, et perte de poids, et des urines moins fréquentes et plus foncées que d'habitude.

Si l'on suspecte une gastro-entérite d'origine bactérienne, il est possible d'effectuer une analyse des selles au laboratoire (coproculture) à la recherche de la bactérie en cause[12].

Traitement[modifier | modifier le code]

La plupart des gens se rétablissent d'eux-mêmes en un ou deux jours sans traitement particulier autre que les mesures suivantes :

  • Se reposer, au lit idéalement, le temps que la douleur cesse ;
  • Ne pas manger durant quelques heures pour permettre au système digestif de récupérer ;
  • Boire autant que possible de petites gorgées d'eau pour un équivalent de 8 à 16 verres par jour minimum. Boire de l'eau augmentera la diarrhée, mais si le patient reste sans boire, il se déshydrate progressivement. Selon la « Corporation des Sciences de la Santé de l'Atlantique », ne prenez pas de boisson pour athlètes ou de jus de fruits. Ces boissons contiennent une quantité excessive de sucre et une quantité insuffisante d’électrolytes pour remplacer ceux qui sont éliminés à cause de la diarrhée. Éviter l'alcool, qui a l'effet non souhaité d'augmenter les pertes d'eau et de sels minéraux. Évitez tout produit laitier et les œufs ; idéalement, se procurer une solution de réhydratation en pharmacie, ou absorber une solution saline (éventuellement sucrée pour en faciliter l'absorption).
  • Une fois les nausées disparues, reprendre progressivement une alimentation solide en privilégiant certains aliments plus faciles à digérer. Cesser de manger en cas de malaise.

Outre un éventuel traitement médicamenteux, boire des préparations liquides riches en électrolytes pour éviter la déshydratation ; la réintroduction précoce des aliments, incluant les fibres alimentaires, aide à contrôler plus rapidement les symptômes. Parfois cela ne suffit pas. Manger et boire en petites quantités  : éviter les breuvages excessivement sucrés qui (par phénomène d'osmose) entretiennent les diarrhées, sans se limiter à la diète BRATT (banane, riz, compote de pomme, thé, et pain grillé) D'ailleurs, les Centres pour la Prévention et le Contrôle des Maladies américains déconseillent formellement la diète BRATT.

Traitement des nausées et vomissements[modifier | modifier le code]

Sur ordonnance : dompéridone[réf. souhaitée], métoclopramide[réf. souhaitée], alizapride[réf. souhaitée], métopimazine[réf. souhaitée].

Sans ordonnance : diménhydrinate[réf. souhaitée].

Sans ordonnance : charbon végétal non activé[réf. nécessaire] ou charbon activé[réf. nécessaire] (le charbon de bois est utilisé pour ses capacités d'adsorption physique par les forces de Van Der Waals, il adsorbe les gaz de différentes provenances ainsi que les toxines bactériennes, virales et celles du métabolisme, ce qui lui confère un effet antidiarrhéique[réf. nécessaire]).

Traitement de la diarrhée[modifier | modifier le code]

Parmi les nutriments ayant un effet clair sur la diarrhée infantile, le zinc a été étudié initialement dans les pays en voie de développement, ce qui a débouché à la recommandation faite par l'OMS de supplémenter en zinc tout enfant traité pour diarrhée. Le résultat de cette approche est une baisse de l'utilisation des antibiotiques, une réduction des hospitalisations et une baisse des épisodes d'infection respiratoire basse chez les sujets traités[13]. Une supplémentation en zinc seule n'est pas souhaitable, du fait de son impact potentiel sur l'absorption de cuivre ou de fer[réf. nécessaire]. L'association de micronutriments semble la meilleure approche[réf. nécessaire].

Traitement et prévention de la déshydratation[modifier | modifier le code]

Les liquides et électrolytes perdus de l’organisme doivent absolument être remplacés, si on veut éviter la déshydratation sévère pouvant causer la mort[14].

Pour prévenir la déshydratation, il faut prendre une solution de réhydratation orale. Cette solution sera absorbée même en présence de vomissements. C'est le meilleur moyen de remplacer l’eau et les sels perdus, mais cela ne lutte pas contre la diarrhée elle-même. Cela est indispensable pour les nourrissons et les jeunes enfants qui ont eu plusieurs selles diarrhéiques. Les enfants allaités doivent continuer à l’être tout en prenant la solution de réhydratation.

Les solutions de réhydratation peuvent se retrouver sous diverses formes. Dans les cas de déshydratation très sévère, on l'administre en soluté, par voie intraveineuse, en hôpital. On en retrouve également sous forme de liquides prêts à boire, ou sous forme de poudres en sachets appelés sels de réhydratation orale (SRO), à mélanger à de l'eau saine, eau de source ou eau bouillie, vendues en pharmacie sans ordonnance médicale.

On peut également préparer soi-même une solution de réhydratation[15].

  • Mélanger un litre d’eau stérile, six cuillerées à thé de sucre et une cuillerée à thé de sel.
  • On peut remplacer le sucre par un jus de fruit non sucré, selon la recette suivante:
    • 360 ml de jus d'orange non sucré,
    • 600 ml d'eau stérile ou eau de source ou eau bouillie refroidie,
    • 1/2 c. à thé de sel.
  • Se conserve 12 heures à la température de la pièce ou 24 heures au réfrigérateur.

Prévention[modifier | modifier le code]

La gastro-entérite se transmet en consommant des aliments ou de l'eau contaminés, ainsi que par contact direct avec les malades. En période à risque (hivernale) ou lorsqu'un membre de la famille est malade, les actions suivantes permettent de lutter contre la propagation de la gastro-entérite. Ce sont des gestes simples comme les suivants, qui permettent d'éviter les épidémies :

  • L’hygiène des mains et des surfaces : se laver les mains avant de préparer et de prendre les repas, particulièrement en période d'épidémie (hivernale). Il faut aussi impérativement se laver les mains après être allé aux toilettes ou avoir changé un nourrisson.
  • Lors de la préparation des repas, appliquer des règles d’hygiène strictes (lavage des mains, etc.). Les personnes malades ne doivent évidemment pas participer à la préparation des repas. Éviter également de partager les verres d’eau ou les couverts à table.

En 2006, deux vaccins anti-rotavirus ont été mis sur le marché en France. Leur efficacité a été démontrée contre les souches les plus répandues en Europe et aux États-Unis. Si en 2006, le Haut Conseil de la santé publique avait décidé de différer la recommandation pour les nourrissons de moins de 6 mois en raison du coût du vaccin (environ 150 euros)[16], il a revu sa position fin 2013 « sous réserve d’une politique tarifaire conduisant à des ratios coût/efficacité acceptables pour ces deux vaccins »[17].

Au Canada, depuis 2007, il existe un vaccin pentavalent oral à virus vivant contre la gastro-entérite à rotavirus. Il s'appelle Rotateq (de la cie Merck Frosst)[18] et est conçu pour les jeunes enfants. Il est également disponible en France sur prescription du pédiatre. La première dose doit être donnée avant la 12e semaine de vie de l'enfant, la 2e deux mois plus tard et la dernière avant que l'enfant ait eu 32 semaines. Ce vaccin protège à 90 % durant environ 2 ans.

Génétique[modifier | modifier le code]

Une mutation sur le gène FUT2 (en), présente chez 20 % des Européens, confère une haute résistance[19] voire une immunité[20] contre le norovirus, responsable à 85 % des gastro-entérites non bactériennes, en dehors du jeune enfant.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Gastro-entérite sur le site Passeport santé
  2. Gastro-entérite sur le site Association médicale canadienne
  3. Diarrhée du voyageur sur le site Agence de la santé publique du Canada
  4. (en) Bai J, « Malabsorption syndromes », Digestion, vol. 59, no 5,‎ 1998, p. 530–46 (liens PubMed? et DOI?)
  5. Parashar U.D. Gibson C.J. Bresee J.S. Glass R.I. Rotavirus and severe childhood diarrhea. Emerg Infect Dis 2006 ; 12 : 304-306.
  6. source réseau Sentinelles
  7. Sentiweb-Hebdo, Bulletin 06 du 6 au 12 février 2006, quotimed.com - 14 février 2006
  8. « La gastro-entérite sur le site du réseau Sentinelles de l'Inserm »
  9. « La gastro-entérite sur le site d'Openhealth »
  10. Fourquet F. Desenclos J.C. Maurage C. Baron S. « Le poids médico-économique des gastro-entérites aiguës de l’enfant : l’éclairage du programme de médicalisation des systèmes d’information (PMSI) » Arch Pediatr 2003 ; 10 : 861-868.
  11. « Gastroentérite virale - Prévenir les maladies infectieuses » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-29
  12. Olives JP, Diarrhée aiguë chez l'enfant et chez l'adulte Rev Prat 2003;53:2053-63.
  13. Bhatnagar S. Effects of zinc supplementation on child mortality. Lancet vol 369, March 17, 2007 p. 885-886
  14. La diarrhée sur le site de l’Organisation Mondiale de la Santé
  15. Traitements médicaux de la gastroentérite sur le site Passeport santé
  16. Ministère de la Santé et des Solidarités, Direction Générale de la Santé. Avis du Conseil Supérieur d'Hygiène Publique de France, Section Maladies Transmissibles : Relatif à la vaccination anti-rotavirus chez les nourrissons de moins de six mois (séances du 22 septembre et du 5 décembre 2006) [PDF]
  17. Vaccination des nourrissons contre les infections à rotavirus. Recommandations, 14 février 2014.
  18. Résumé de l’EPAR du Rotateq à l’intention du public, European Medicines Agency, 2006.
  19. Carlsson B, Kindberg E, Buesa J et al. The G428A nonsense mutation in FUT2 provides strong but not absolute protection against symtomatic GII.4 Norovirus infection, PLoS ONE, 2009;4:e5593
  20. Thorven M, Grahn A, Hedlund KO et al. A homozygous nonsense mutation (428G→A) in the human secretor (FUT2) gene provides resistance to symptomatic norovirus (GGII) infections, J. Virol, 2005;79:15351–15355

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]