Mark Spitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Spitz.
Mark Spitz Swimming pictogram white.png
Mark Spitz.jpg
Mark Spitz en 2012
Informations
Nages Nage libre, papillon
Période active 1965 - 1972
Nationalité Drapeau : États-Unis Américaine
Naissance 10 février 1950 (64 ans)
Lieu Modesto
Club Santa Clara Swim Club
(1962-1968)
Indiana Hoosiers
(1968-1972)
Records
Grand bassin 26 records du monde en individuel :(3 au 100 m NL ; 4 au 200 m NL ; 3 au 400 m NL ; 7 au 100 m papillon ; 9 au 200 m papillon)

5 records du monde en relais : (2 au 4 × 100 m NL ; 1 au 4 × 200 m NL ; 2 au 4 × 100 m 4 nages)

Distinctions
11 podiums olympiques dont
9 titres olympiques

Mark Andrew Spitz, né le 10 février 1950 à Modesto (Californie, États-Unis), est un nageur américain. Il a gagné sept médailles d’or lors des Jeux olympiques d'été de Munich en 1972. Seul Michael Phelps a fait mieux en gagnant 8 médailles d'or lors des Jeux olympiques de Pékin en 2008. Spitz a également participé aux Jeux olympiques d'été de 1968, remportant quatre médailles (deux d’or, une de bronze, une d’argent). Entre 1968 et 1972, il fut nageur à l’université de l'Indiana.

Biographie[modifier | modifier le code]

Natif de Californie, Mark Spitz débute la natation en club à l'âge de huit ans à Sacramento après avoir passé sa petite enfance à Honolulu. Il passe ensuite au Arden Hills Swim Club sous la conduite de Sherman Chavoor. Ce dernier reste fidèle à son nageur tout au long de sa carrière. Le père de Mark le pousse à s'entraîner dur pour battre des records du monde. Dans cet objectif, la famille Spitz déménage à Santa Clara pour placer Mark (12 ans) au Santa Clara Swim Club de l'entraîneur George Haines. Il s'entraîne alors avec Don Schollander, qui remporte quatre titres olympiques à Tokyo. Spitz progresse et compte déjà trois records du monde avant les Jeux olympiques de Mexico et cinq titres lors des Jeux panaméricains 1967 à Winnipeg. Très orgueilleux, il annonce alors publiquement qu'il fera mieux que Schollander à Tokyo en remportant six titres olympiques à Mexico. Il revient avec seulement deux titres olympiques de relais du Mexique, devant se contenter de l'argent sur 100 mètres papillon et du bronze en 100 mètres nage libre. Moqué par la presse, il est jugé indésirable à Santa Clara et rejoint l'Université de l'Indiana et ses Hoosiers, à cause de son asthme récurrent.

Sous la conduite de l'entraîneur des Hoosiers James Counsilman et de Sherman Chavoor, Mark Spitz enchaîne les records tout en restant humble. Il prépare sa revanche olympique en silence. Les Jeux à Munich commencent pourtant mal. Spitz a pris froid et il est sous antibiotiques. Malgré ce souci médical, il remporte sa première finale sur 200 mètres papillon en battant le record du monde. Il enchaîne ensuite titres olympique et records du monde. Des douleurs dorsales sèment ensuite le trouble, et Mark pense même un temps renoncer au 100 mètres nage libre. Il est finalement au départ et remporte sept titres olympique en signant autant de records du monde, exploit alors unique dans les annales du sport (Son compatriote Michael Phelps a remporté 8 médailles d'or aux Jeux olympiques de Pékin en 2008). Il ne profite qu'une seule nuit de son triomphe à Munich. Fou de joie après l'une de ses victoires, il agite sa paire de chaussures au-dessus de sa tête. Ce geste est interprété comme de la publicité sauvage, mais le Comité international olympique ne donne finalement pas de suite à cette affaire éclipsée par un drame. La natation ouvre traditionnellement le calendrier olympique, aussi, ces compétitions ont lieu avant la tragédie du village olympique. De religion juive, Mark Spitz est alors mis sous la protection du FBI et rapatrié d'urgence aux États-Unis.

Il se retire de la compétition après son exploit des Jeux olympiques de Munich en tenant une conférence de presse au lendemain de son septième titre : « Depuis Mexico j'avais une revanche à prendre. J'étais jeune, un peu novice, j'avais alors 18 ans. J'étais censé remporter six médailles. J'ai échoué. Je suis venu à Munich comme un vieil homme qui veut réussir son come-back. J'ai donné ce que j'avais à donner. Ma carrière s'est terminée hier soir[1]. » Vingt ans plus tard, il tente son retour à la compétition pour les Jeux olympiques d'été de 1992 à Barcelone. Il s'aperçoit cependant très vite qu'il n'est plus au niveau et renonce à son projet.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

  • Jeux olympiques d'été de 1968 à Mexico (Drapeau du Mexique Mexique)
    • médaille d'or médaille d'or au relais 4 × 100 m nage libre
    • médaille d'or médaille d'or au relais 4 × 200 m nage libre
    • médaille d'argent médaille d'argent sur 100 m papillon
    • médaille de bronze médaille de bronze sur 100 m nage libre
  • Jeux olympiques d'été de 1972 à Munich (Allemagne de l'Ouest Allemagne de l'Ouest)
    • médaille d'or médaille d'or sur 200 m papillon
    • médaille d'or médaille d'or au relais 4 × 100 m nage libre
    • médaille d'or médaille d'or sur 200 m nage libre
    • médaille d'or médaille d'or sur 100 m papillon
    • médaille d'or médaille d'or au relais 4 × 200 m nage libre
    • médaille d'or médaille d'or sur 100 m nage libre
    • médaille d'or médaille d'or au relais 4 × 100 m 4 nages

N.B. : Mark Spitz n'a jamais participé aux championnats du monde, ayant arrêté sa carrière en 1972, la première édition des championnats du monde de natation a eu lieu en 1973.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Henri Charpentier et Euloge Boissonnade, 100 ans de Jeux olympiques, Paris, France-Empire, 1996, p. 425

Sources[modifier | modifier le code]

  • Notice biographique de Mark Spitz in coll., 100 champions pour un siècle de sport, Paris, L'Équipe, 2000, p. 171-173 (ISBN 2951203128)
  • Notice biographique de Mark Spitz in Henri Charpentier et Euloge Boissonnade, 100 ans de Jeux olympiques, Paris, France-Empire, 1996, p. 420-425 (ISBN 2704807922)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :