Pneumopathie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une pneumopathie est une maladie du parenchyme pulmonaire. Étymologiquement, il s'agit d'une maladie (-pathie) des poumons (pneumo-).

Les pneumopathies peuvent avoir des origines et des présentations cliniques multiples : infectieuses (bactériennes, virales, parasitaires...), inflammatoires, allergiques, fibrosantes...

Causes[modifier | modifier le code]

Pneumopathies infectieuses[modifier | modifier le code]

Pneumonie franche lobaire aiguë[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Pneumonie franche lobaire aiguë.

Le tableau classique est l'infection à germe communautaire réalisant la pneumonie franche lobaire aiguë. Les germes les plus souvent retrouvés, sont, par ordre décroissant, le Streptococcus pneumoniae, l'Haemophilus influenzae, Legionella pneumophila, Mycoplasma pneumoniae et le virus Influenzae A.

Pneumopathie d'inhalation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Pneumopathie d'inhalation.

Une pneumopathie d'inhalation est causée par le passage, dans les bronches, de liquide gastrique à l'occasion d'un vomissement. Le mécanisme est en général double : contamination bactérienne de l'arbre bronchique et réponse inflammatoire locale (Syndrome de Mendelson).

Chez le patient hospitalisé, il peut s'agir d'une infection nosocomiale.

Pneumopathies à germes atypiques[modifier | modifier le code]

Elles peuvent présenter des tableaux cliniques plus frustes. Les germes impliqués sont principalement Mycoplasma pneumoniae, Legionella pneumophila et Chlamydiae pneumoniae.

Pneumopathies virales[modifier | modifier le code]

Toute infection virale peut avoir une atteinte pulmonaire. Les virus de la grippe et de la varicelle sont les plus souvent impliqués chez l'adulte. Les pneumonies atypiques entraînant un SRAS sont causées par des coronavirus.

Infections opportunistes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Infection opportuniste.

Chez les patients immunodéprimés, certaines maladies opportunistes se traduisent par des pneumopathies. Il s'agit souvent d'infection par des levures (cryptococcose), des champignons (pneumocystose) ou des parasites (microsporidioses).

Pneumopathies interstitielles[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Pneumopathie interstitielle.

Il s'agit d'un un groupe hétérogène d'affections du tissu pulmonaire pouvant évoluer vers une insuffisance respiratoire ou une fibrose pulmonaire, par atteinte de la structure alvéolaire. Les causes en sont souvent inflammatoires (sarcoïdose, connectivites, maladies auto-immunes...), mais peuvent être aussi secondaires à des pathologies de surcharge comme l'asbestose ou la silicose. Il existe également des pneumopathies interstitielles d'origine iatrogène, principalement à l'amiodarone. On rencontre également des formes idiopathiques, la plus fréquente étant la fibrose pulmonaire idiopathique.

Pneumopathies d'hypersensibilité[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Pneumopathie d'hypersensibilité.

Les pneumopathies d'hypersensibilité sont provoquées par une hypersensibilité à l’inhalation de poussières organiques. Il s'agit souvent d'une exposition professionnelle (activités d'élevage, notamment aviaire, exposition à la paille, aux toxiques industriels...)

Facteurs de risques[modifier | modifier le code]

L'exposition chronique (y compris antérieurement, dans l'enfance) des enfants à la pollution de l'air, l'exposition professionnelle à certains produits chimiques ou polluants, certaines maladies (dont la grippe), une perte d'immunité ou le tabagisme sont des facteurs de risques, qui peuvent s'additionner et surajouter leurs effets à d'éventuels facteurs génétiques ou épigénétiques.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]