Tour Malakoff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La tour Malakoff (en cyrillique : Малахов, Malakhov) est une tour de la ville de Sébastopol en Crimée servant de défense militaire.

Historique[modifier | modifier le code]

Chute de la tour Malakoff.

La tour fut érigée au sommet d'une colline face aux remparts pour défendre la ville contre une éventuelle attaque des Britanniques et des Français nouvellement alliés, au début des années 1850. On lui donna le nom d'un ancien capitaine russe dont le souvenir restait attaché au lieu, Mikhail Malakhov.

À l'origine, c'est une tour à 2 étages, haute de 10 mètres et dotée de puissants canons installés à son sommet, la tour constituait une défense redoutable et centrale.

Au cours de la guerre de Crimée, lors du siège de Sébastopol, la tour est arasée pour ne plus servir de repère aux artilleurs alliés. Elle conserve toutefois un étage et une plate-forme où des pièces d'artillerie sont également installées. Recouverte d'une épaisseur de terre pour résister aux tirs des Alliés, avec un revêtement extérieur en pierre blanches et des embrasures, elle mesure 4 mètres de haut. Elle est reliée au réduit par un fossé de 30 mètres de chaque côté avec une pièce chargée à mitraille à chaque extrémité. L'ouvrage est entouré par un fossé profond de 6 mètres et large de 7 mètres. Au plus fort de la bataille, le bastion abrite 62 pièces fixes et quelques pièces mobiles garnissant les 3 lignes de retranchements qui cloisonnent l'intérieur du réduit. Le réduit contient des abris blindés (pour 2 000 à 2 500 soldats) fait de mâts de bateau, de planches, de pierres et de masses de terre. La poudrière est protégée par une montagne de terre surmontée par 3 gabions.

Parce qu'il domine la rade avec ses navires, le pont de bateau, mais aussi la ville et le faubourg de Karabelnaïa, parce qu'il permet de prendre à revers la courtine, le Petit Redan et la Batterie de la Pointe à l'est et la Batterie Gervais et le Grand Redan à l'ouest, le bastion Malakoff est la clef de la défense de Sébastopol.

Devant ce bastion imprenable, les généraux alliés (français, anglais et turcs) se trouvant découragés, un conseil de guerre fut tenu le 19 octobre 1854. Lors de ce conseil, Lord Raglan recommanda d'éparpiller les feux (tirs), au lieu de les concentrer, et ajouta : « Vous devriez commencer vos travaux d'approche en les dirigeant vers la tour Malakoff, car, tôt ou tard, c'est là que vous serez obligés de porter votre attaque définitive. »

Ce fut seulement cinq ou six mois plus tard, lorsque l'on vit les Russes réunir toutes leurs forces de résistance autour de la tour, que l'on comprit que la clé de la position était là.

Le 8 septembre 1855, lors de la bataille de Malakoff, la tour Malakoff tombe aux mains des Français, dirigés par le général Patrice de Mac-Mahon, devenu célèbre notamment pour cette victoire au cours de laquelle il prononça son fameux « J'y suis ! J'y reste ! »[1], entraînant la chute de la ville.

Sa prise par les zouaves de l’armée française, entraîna la chute de Sébastopol le 8 septembre 1855 aux mains des alliés et marqua la fin de la Guerre de Crimée.

L'exploit fut célébré dans toute l'Europe.

En France, Alexandre Chauvelot reconstitua la tour au sud de Paris, au cœur de son nouveau jardin surnommé la nouvelle Californie et qui prit peu après le nom même, francisé, de Malakoff.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le général Pélissier, commandant du corps expéditionnaire français, ayant appris que la position était minée, lui avait enjoint à cinq reprises de renoncer mais le général n'avait pas craint de lui désobéir.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]