Pierre Louis Charles de Failly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec Pierre Louis de Failly (1724-18..?), Député de la noblesse du bailliage de Vitry-le-François
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Failly (homonymie).
Général de Failly

Pierre Louis Charles de Failly, (21 janvier 1810 - 15 novembre 1892) général de division français ayant commandé le 5e corps d'armée pendant la guerre franco-prussienne de 1870.

État-civil[modifier | modifier le code]

Né le 21 janvier 1810 à Rozoy-sur-Serre (Aisne).

Fils de Charles, Louis comte de Failly et de Sophie de Mons de Maigneux (parfois orthographié sur certains documents Desmons).

Il épouse en 1857 Felicité de Frézals de Bourfaud née à Compiègne (Oise) le 19 avril 1821.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sorti de l'école de Saint-Cyr en 1828, il fit ses premières armes à Paris, dans la triste affaire de la rue Transnonain, où il gagna une réputation de cruauté militaire. Le crayon de Daumier a reproduit l'épisode de la maison Doyen avec une singulière énergie. Colonel au mois d'août 1851, général de brigade le 29 août 1854, il fit la campagne de Crimée et revint général de division.

Après la campagne d'Italie, de Failly fut nommé grand-officier de la Légion d'honneur. En 1867, il était chargé d'arrêter net la tentative de Garibaldi sur les États romains ; c'est alors qu'après Mentana il écrivit : « nos fusils Chassepot ont fait merveille », phrase qui lui fut durement reprochée.

Sénateur, commandant le 5e corps d'armée en 1870, le favori impérial donna la mesure de son esprit militaire en laissant écraser Mac-Mahon à Reichshoffen, le 6 août 1870.

Le 30 août, méprisant les avertissements des habitants de Beaumont-en-Argonne, il se laissait surprendre, près de la Meuse, au moment où ses soldats mangeaient la soupe. Victime de l'impéritie de son chef, la division de Failly écrasée, découvrit le corps principal de l'armée, en marche sur Sedan, et sa déroute précipita le désastre final. Failly est démis de son commandement, et se retrouvera prisonnier après la capitulation de Sedan.

À sa rentrée d'Allemagne, le général de Failly, échappé au Conseil de guerre, se fit oublier et vécut dans la retraite.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

voir tableau ci-dessous

Carrière militaire
Date grades Affectations
18 novembre 1826 Elève-Officier École Spéciale Militaire de Saint Cyr
1er octobre 1828 Sous-lieutenant 35e Régiment d'Infanterie de Ligne
20 décembre 1830 Lieutenant
30 avril 1837 Capitaine
28 février 1839 Capitaine adjudant-major
30 octobre 1840 Capitaine 7e Bataillon de Chasseurs à Pied
1er décembre 1840 8e Bataillon de Chasseurs à Pied
20 mars 1841 Officier d'ordonnance du roi Louis-Philippe
3 juillet 1843 Chef de bataillon 68e Régiment d'Infanterie de Ligne
14 avril 1844 Chef de corps 2e Bataillon de Chasseurs à Pied
10 juillet 1848 Lieutenant-colonel 49e Régiment d'Infanterie de Ligne
26 novembre 1848 Chef de corps École de tir de Toulouse
8 avril 1850 49e Régiment d'Infanterie de Ligne
8 août 1851 Colonel 20e Régiment d'Infanterie de Ligne
29 août 1854 Général de brigade
29 septembre 1854 Commandant de la 2e brigade de la 2e Division d'Infanterie du 2e Corps (Armée d'Orient)
1er novembre 1854 Détaché au Grand Quartier Général de l'Armée d'Orient
9 février 1855 Commandant de la 2e brigade de la 3e Division d'Infanterie du 2e Corps (Armée d'Orient)
24 août 1855 Commandement de la 1re brigade d'infanterie de la Garde impériale
22 septembre 1855 Général de division
28 octobre 1855 Commandant la 3e Division d'Infanterie du corps de réserve de l'Armée d'Orient
1e mai 1856 Commandement de la 3e Division d'Infanterie de l'armée de Lyon
12 mai 1856 Aide de camp de Napoléon III
23 avril 1859 Commandant la 2e Division d'Infanterie du 4e Corps de l'Armée d'Italie
28 avril 1860 Aide de camp de Napoléon III
19 octobre 1867 Commande le Corps expéditionnaire français à Rome
29 janvier 1868 Aide de camp de Napoléon III - Président du comité de l'Infanterie
12 mars 1868 Sénateur du Second Empire
28 mars 1868 Commande les manœuvres du camp de Châlons
15 octobre 1869 Commandant du 3e Corps d'armée à Nancy
16 juillet 1870 Commandant le 5e Corps d'armée de l'Armée du Rhin
2 septembre 1870 Fait prisonnier de guerre à la capitulation de Sedan
1er avril 1871 Rentre de captivité
14 janvier 1875 Maintenu définitivement dans la 1re section du cadre d'état-major
15 novembre 1892 Décédé à Compiègne

Campagnes[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • Cet article contient tout ou partie d'un document provenant du site La Vie rémoise.


Articles connexes[modifier | modifier le code]