Pavel Nakhimov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Pavel Stepanovich Nakhimov
Павел Степанович Нахимов
L'amiral Pavel Nakhimov
L'amiral Pavel Nakhimov

Naissance 5 juillet 1802
Décès 12 juillet 1855 (à 53 ans)

Mort au combat
Origine Drapeau de l'Empire russe Empire russe
Arme Naval Ensign of Russia.svg Marine impériale de Russie
Grade Amiral
Conflits Guerre de Crimée
Faits d'armes Bataille de Navarin
Bataille de Sinop
Siège de Sébastopol
Distinctions Ordre de St-Georges IIe classe Ordre de Saint-Georges

Ordre de Saint-Vladimir IIe classe Ordre de Saint-Vladimir
Ordre de l'aigle blanc Ordre de l’Aigle Blanc
Ordre de Sainte-Anne Ie classe Ordre de Sainte-Anne
Ordre de Saint-Stanislas Ie classe Ordre de Saint-Stanislas

Hommages Amiral Nakhimov
Ordre de Nakhimov

Pavel Stepanovich Nakhimov (en russe : Павел Степанович Нахимов), né le 5 juillet 1802 et décédé le 12 juillet 1855, était un des amiraux les plus célèbres de l'histoire navale russe. Il est connu pour avoir commandé les forces navales et terrestres lors du siège de Sébastopol, pendant la guerre de Crimée.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans le village de Gorodok, aujourd'hui dans le raïon de Viazma de l'oblast de Smolensk, il est le fils d'un major de l'armée russe à la retraite. Nakhimov entra à l'Académie navale pour la noblesse (Morskoï Dvoriansky Korpous) à Saint-Pétersbourg en 1815. Il sortit en mer pour la première fois en 1817, à bord de la frégate Phénix, au large des côtes suédoises et danoises. Peu après il fut promu au rang d'officier sans-brevet. En février 1818, il passa des examens pour devenir aspirant et fut immédiatement intégré dans la Seconde Flotte (Flotskiy Ekipaj) de la Flotte de la Baltique de la marine impériale russe.

Au début de sa carrière navale, l'expérience de Nakhimov était limitée aux sorties qu'il avait effectuées dans la mer Baltique et à un voyage plus long depuis le port d'Arkhangelsk sur la mer Blanche jusqu'à la base navale de Kronstadt, près de Saint-Pétersbourg. Il eut la chance, en mars 1822, d'être assigné à la frégate Croiseur, vaisseau qui se lançait dans un voyage autour du monde, commandé par l'explorateur Mikhaïl Lazarev qui avait déjà entrepris des voyages similaires.

Durant ce voyage de trois ans, Nakhimov fut promu au rang de lieutenant. À la fin de cette aventure, il reçut sa première médaille, l'Ordre de Saint-Vladimir de IVe classe. Il fut ensuite assigné au navire de guerre de 74-canons, l'Azov, qui fit son voyage inaugural d'Arkhangelsk à Kronstadt à l'automne 1826.

À l'été 1827, l'Azov appareilla pour la Méditerranée en tant que vaisseau amiral de l'escadre russe, commandée par le contre-amiral Geiden pour une expédition conjointe avec les marines française et britannique contre les Ottomans. Juste avant le départ, l’Azov fut visité par le Tsar Nicolas Ier, qui ordonna, en cas d'hostilités, de combattre « comme les Russes font ».

L’Azov, sous les ordres du capitaine de premier rang M.P. Lazarev, se distingua en 1827 à la bataille de Navarin, lors de laquelle la flotte alliée détruisit la flotte Ottomane. Pour son rôle exemplaire lors de la bataille, Nakhimov fut promu à la capitainerie d'un navire capturé et décoré par les gouvernements alliés.

Pendant la guerre de Crimée, Nakhimov se distingua à nouveau par la destruction de la flotte ottomane à la bataille de Sinop, en 1853. Il eut son heure de gloire pendant le siège de Sébastopol, lorsque lui et l'amiral Vladimir Kornilov organisèrent depuis le début la défense de la ville et de son port qui était la base de la Flotte de la mer Noire russe. En tant que commandant du port et gouverneur militaire de la ville, Nakhimov était de facto à la tête des forces de défense de Sébastopol. Le 28 juin 1855, alors qu'il inspectait les positions avancées à Malakoff il fut mortellement blessé par un tireur embusqué.

Nakhimov fut enterré dans la cathédrale Saint-Vladimir de Sébastopol aux côtés de Mikhaïl Lazarev, Vladimir Kornilov et Vladimir Istomine. Aujourd'hui encore, on peut admirer un monument érigé en leur mémoire.

Postérité[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]