Siège de Kars

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kars (homonymie).
Siège de Kars
Siège de Kars
Siège de Kars
Informations générales
Date juillet-26 novembre 1855
Lieu Kars, en Turquie
Issue Victoire russe
Belligérants
Romanov Flag.svg  Empire russe Empire ottoman Empire ottoman
Commandants
Romanov Flag.svg Nikolaï Mouraviov Ottoman flag.svg Omer Pacha
Forces en présence
Romanov Flag.svg
25 000 hommes
Ottoman flag.svg
17 000 hommes
Pertes
Romanov Flag.svg
2 300 morts
5 000 blessés
Ottoman flag.svg
6 500 morts ou blessés
le reste de la garnison capitule
Guerre de Crimée
Batailles
Oltenița (en) · Cetate (en) · Silistra (en) · Sinope · Kurekdere (en) · Bomarsund (en) · Petropavlovsk · Alma · Balaklava · Inkerman · Sébastopol · Eupatoria · Taganrog · Tchernaïa · Kars · Malakoff · Grand Redan (en) · Kinburn

Le Siège de Kars fut la dernière opération majeure de la Guerre de Crimée. En juin 1855, dans une tentative d’alléger la pression sur les troupes présentes à Sébastopol, le Tsar Alexandre II ordonna au Général Nikolaï Muraviov d'envoyer ses troupes dans des zones d'influence turques en Asie Mineure. Rassemblant des contingents disparates sous ses ordres en un important corps de 40 000 soldats, Mouraviov décida d'attaquer Kars, la plus importante forteresse à l'est de la Turquie.

La première attaque fut repoussée par la garnison turque forte de 30 000 hommes, sous les ordres du général britannique William Fenwick Williams. Les Russes commencèrent alors le siège de la citadelle qui allait durer jusqu'en novembre. En apprenant l'attaque, le commandant turc Omar Pacha demanda aux troupes turques de quitter le Siège de Sébastopol et de se redéployer en Asie Mineure, avec l'idée de venir en aide à Kars. Le 6 septembre, Omar Pacha quitta la Crimée pour Batoumi à la tête de 45 000 soldats.

L'arrivée d'Omar Pacha à Batoumi incita Mouraviov à lancer un troisième assaut, qui fut repoussé par les troupes qui commençaient à souffrir de la faim dans Kars. Des 13 000 Russes qui participèrent à l'attaque du 29 septembre, environ la moitié furent tués. Cependant, Omar Pacha, au lieu de porter secours à la garnison, se lança dans de longs affrontement en Mingrélie qui menèrent à la prise de Soukhoumi. Pendant ce temps là, les provisions manquaient à Kars et le ravitaillement ne parvenait plus.

Les importantes chutes de neige, à fin octobre, rendirent l'arrivée des renforts turcs pratiquement irréalisable. Selim Pacha, le fils d'Omar, arriva à la tête d'une autre armée dans l'ancienne ville de Trabzon et commença à se diriger au sud ver Erzurum pour empêcher les Russes de pénétrer plus profondément en Turquie. Les Russes envoyèrent de Kars un petit détachement pour attaquer Selim Pacha et stopper son avance. Ils furent défait près de la rivière Ingur, le 6 novembre.

La garnison de Kars, se sentant délaissée, refusa d'avoir à affronter les privation d'un siège en hiver et le 26 novembre 1855 elle se rendit au Général Mouraviov, qui par la suite fut autorisé par le tsar à changer son nom en "Mouraviov-Karssky", pour célébrer sa prise de la forteresse turque.