Adolphe Yvon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Yvon.

Adolphe Yvon

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Adolphe Yvon, Autoportrait,
paru dans la revue L'Artiste de septembre 1893.

Nom de naissance Frédéric Adolphe Yvon
Naissance 30 janvier 1817
Eschviller (Moselle)
Décès 11 septembre 1893 (à 76 ans)
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Activités peintre d'histoire et portraitiste
Enseignant
Formation École nationale supérieure des beaux-arts
Maîtres Paul Delaroche
Élèves Augustin Feyen-Perrin
Récompenses Médaille de 1re classe au Salon en 1848 et Médaille d'honneur au Salon de 1857.
Officier de la Légion d'honneur en 1867
Le génie de l'Amérique (1858), Saint Louis Art Museum.

Frédéric Adolphe Yvon, né le 30 janvier 1817 à Eschviller, commune de Volmunster (Moselle), et mort le 11 septembre 1893 à Paris (XVIe arrondissement)[1], est un peintre d'histoire français connu pour ses tableaux de batailles.

Il est le père de l'architecte Maurice Yvon (1857- 1911).

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1837, Adolphe Yvon est fonctionnaire à Dreux dans les Eaux-et-forêts mais cette carrière ne l'intéresse pas et, fin 1838, il entre dans l'atelier du peintre Paul Delaroche auprès duquel il apprend l'art du portrait et des fresques historiques. Il expose au Salon à partir de 1841. Il y obtient une médaille de 1re classe en 1848 puis une médaille d'honneur en 1857.

L'histoire, qu'elle soit profane ou religieuse, lui offre d'ailleurs le sujet de ses premiers tableaux (La bataille de Koulikovo peinte en 1850, Le maréchal Ney soutenant l'arrière-garde de la Grande Armée pendant la Retraite de Russie (1856), puis il se consacre aux évènements militaires et aux batailles livrées par les armées françaises pendant les guerres du Second Empire (La courtine de Malakoff (1859), La bataille de Solférino (1861), la bataille de Magenta (1863), tout en peignant des portraits de personnalités françaises de l'époque.

Devenu un peintre de batailles réputé, il est nommé membre de l'Académie impériale des beaux-arts de Saint-Pétersbourg en 1860.

En 1863, il devient professeur à l'École nationale supérieure des beaux-arts et, vers la fin des années 1860, il abandonne le genre qui a fait son succès et présente au Salon de 1870 un tableau allégorique monumental de 15 mètres, Les États-Unis d'Amérique, qui est très mal accueilli. À l'issue de la Guerre franco-allemande de 1870 et à la suite de l'annexion de l'Alsace par l'Allemagne, il opte pour la nationalité française et peint quelques tableaux sur ce conflit (Le curé de Bazeilles, une Charge de Reischoffen). L'Orient l'inspire également (Scène de rue à Constantinople (1873). En 1881, il est nommé professeur de dessin à l'École Polytechnique. Il est élevé au rang d'officier de la Légion d'honneur.

Adolphe Yvon est enterré au cimetière d'Auteuil à Paris.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Salons[modifier | modifier le code]

  • 1870 : Les États-Unis d'Amérique

Prix[modifier | modifier le code]

  • Médaille de 1re classe au Salon de 1848
  • Médaille d'honneur au Salon de 1857

Élèves[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Une rue de Paris porte son nom
  • L'école primaire de Volmunster, sa commune de naissance, a également été baptisée de son nom

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de Paris, État-civil numérisé du XVIe arrondissement, registre des décès de l'année 1893, acte N°1070.
  2. Catalogue de la 27e Exposition d'Amiens de 1885, organisée par la Société des Amis des Arts de la Somme, p.4.