Tamias sibiricus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tamia de Sibérie, Bouroundouk, Écureuil de Corée

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Écureuil de Corée.

Tamias sibiricus est une espèce d'écureuil, de la famille des Sciuridae, originaire d’Asie et la seule de son genre dans l'Ancien monde. Ce petit rongeur terrestre, qui ne dédaigne pas grimper dans les arbres, a été vendu dans les animaleries européennes dès les années 1960. Relâché dans la nature, il y constitue des populations pérennes hors de son habitat d'origine. C'est une espèce assez prisée comme animal de compagnie, même si elle est recommandée plutôt à des amateurs adultes et avertis, car le Tamia de Sibérie est un petit animal vif, pas toujours facile à apprivoiser, comme le Tamia rayé, avec lequel on le confond souvent sous l'appellation commerciale d'écureuil de Corée.

En français on l'appelle Tamia de Sibérie[1],[2],[3], ou, entre autres, bouroundouk[3] ou encore « Écureuil de Corée » dans les animaleries.

Description de l'espèce[modifier | modifier le code]

Le reconnaitre parmi d'autres tamias très proches d'aspect[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Morphologie[modifier | modifier le code]

Tamia de Sibérie vu de face.
Gros plans sur les pattes d'un Tamia de Sibérie. On peut voir les 4 doigts à l'avant, 5 à l'arrière et les griffes pointues.

Ce petit écureuil au corps élancé se distingue de loin par son dos arqué, marqué de cinq raies noires ou marron foncé, de même largeur, dans un pelage brun crème tirant vers le roux et mêlé de gris[4].

Le corps d'un adulte mesure de 13 à 15 cm sans la queue pour un poids de 70 à 125 g. La queue en panache touffu, très mobile, à une teinte dominante grise avec deux raies noires latérales de chaque côté et une centrale. Elle mesure de 10 à 11 cm et lui sert de balancier. Les rayures se prolongent également sur les côtés de la tête, deux foncées de chaque côté, réservant deux lignes plus claires autour des yeux qui sont ronds, noirs et proéminents. Les oreilles sont petites, mobiles et arrondies, elles sont placées latéralement, en arrière d'un crâne plat sur le dessus. Le museau est allongé et pointu, avec de fines vibrisses. Le ventre est plus clair, d'un blanc crème[4].

La formule dentaire est celle de tous les membres la famille des Sciuridae[5].

Les membres antérieurs préhensiles, qui servent à saisir les aliments et à creuser et grimper, sont plus courts que les membres postérieurs, qui servent à bondir avec agilité. Couverts de poils courts gris beige, ils ont 4 doigts à l'avant et 5 à l'arrière, tous terminés par des griffes acérées[4].

Comme le Tamia rayé, le Tamia de Sibérie possède de grandes abajoues qui lui permettent de transporter de la nourriture. Ces sortes de poches peuvent atteindre le volume de son corps quand elles sont pleines[5].

Ce tamia ne présente pas de dimorphisme sexuel et seul un examen attentif des parties génitales permet de distinguer les sexes[4].

Les sens[modifier | modifier le code]

Le tamia possède une très bonne vue et, grâce à ses vibrisses, un sens tactile développé[6].

Reproduction[modifier | modifier le code]

Dans leur habitat naturel la période de reproduction a lieu au printemps et dure d'avril à juin en Sibérie. Plus généralement les femelles ont une ou deux portés par an, selon le climat local et la durée d'hibernation[5].

La durée de gestation est de 35 à 42 jours, selon les auteurs. Les portées sont en moyenne de 4 à 6 petits[5]. Elles peuvent en fait compter de 1 à 8 petits, sachant qu'une femelle qui en est à sa première portée, ou bien qui a déjà eu une portée dans l'année, aura moins de petits à la fois. La quantité de nourriture disponible intervient également sur la reproduction des tamias l'année suivante[4].

Les jeunes pèsent 3 g à la naissance. La femelle possède 4 paires de mamelles pour allaiter ses petits qui seront sevrés au bout de 30 jours[5]. Nus et aveugles à la naissance, les jeunes demeurent 6 à 8 semaines dans leur terrier. La maturité sexuelle des mâles et femelles intervient entre 8 et 11 mois. En Europe, ils sortent en mai-juin et en septembre, puis se dispersent rapidement, les mâles cherchant un terrier plus éloigné de celui de naissance que les femelles[4].

Leur longévité est de 6 à 7 ans (d'après Freye[7] ), de 8 à 12 années en captivité (d'après Gismondi[8] ) . La mortalité est plus faible en période d'hibernation qu'en période d'activité. Toutefois les années où la production de graines est trop faible pour faire des réserves suffisantes on observe une forte mortalité hivernale, par exemple en Belgique au cours de l'hiver 1991-1992[4].

Maladies dans la nature[modifier | modifier le code]

Des tamias importés de Chine et morts de maladie respiratoire aggravée se sont révélés porteurs de Pasteurella haemolytica[9].

Dans leur habitat naturel, ils sont infestés par des parasites intestinaux (nématodes) et externes (poux, puces, tiques)[4].

Comportement[modifier | modifier le code]

Rythme de vie

Le Tamia de Sibérie est strictement diurne. Il sort de son terrier à l'aube et y retourne avant le crépuscule. Durant la journée l'activité est très importante, à 80 % consacrée à la recherche et au stockage de nourriture qu'il transporte dans ses abajoues. Le volume des réserves accumulées dans un terrier peut ainsi atteindre 3 à 4 kg. Cette activité ralentit toutefois les jours de pluie et selon les saisons[5]. On observe deux pics dans la journée : l’un en milieu de matinée et le second en milieu d’après-midi[4].

À l'automne l'animal sauvage a une activité intense pour constituer des réserves avant d'entrer en hibernation. L'hibernation se produit quand la température descend en dessous de 16°[6]. Ce temps de repos commence au mois d'octobre et peut durer 4 mois en Europe et jusqu'à 5 mois en Sibérie, entrecoupée de quelques réveils si le temps se radoucit[5].
Il en profite pour absorber de la nourriture stockée dans la chambre de son terrier. Ces écureuils hibernent parfois par couples, mais le plus souvent les femelles entrent en hibernation les premières et se réveillent trois semaines après les mâles. En captivité l'animal n'hiberne pas s'il reste au chaud en hiver[4].

Les rares observations montrent que c'est un animal solitaire, dont l'activité est centrée autour du terrier qui change fréquemment d'emplacement, contrairement à son cousin T. striatus. En moyenne, les mâles changent de terrier toutes les semaines et les femelles tous les quatre jours, sauf si elles attendent des petits. Elles restent alors dans le même terrier de 19 à 63 jours. 80 % des femelles préfèrent creuser de nouveaux terriers alors que les mâles utilisent des terriers abandonnés. Durant les 6 à 8 semaines d’élevage au nid, les femelles déplacent parfois plusieurs fois leurs jeunes dans d'autres terriers[4].

Le Tamia de Sibérie préfère se déplacer sur les supports horizontaux proches du sol.
Modes de Locomotion

Le Tamia de Sibérie est écureuil terrestre semi arboricole. Il préfère se déplacer au sol ou sur des branches horizontales basses situées entre 8 et 10 cm de haut. Il se déplace majoritairement à quatre pattes sur un sol horizontal, ce type de locomotion étant en accord avec la morphologie postcraniale des tamias. Il utilise ses griffes quand il grimpe aux branches, au-delà de 13 cm, ou sur une surface verticale. Ses postures favorites sont donc le corps parallèle au sol et à quatre pattes, lorsqu'il se déplace, et en position assise, bien stable sur les postérieurs, lorsqu'il mange ou manipule la nourriture[10]. Leur queue sert de balancier quand ils grimpent[11].

Hygiène

Très attentifs à leur propreté ces animaux font des pauses en cours d'activité pour se lécher le corps. Le plus souvent uniquement les pattes avant et le museau, mais ils font aussi plusieurs fois par jour une toilette complète, en commençant par le dos pour finir par la queue[12].

Comportement social[modifier | modifier le code]

Les Tamias de Sibérie communiquent entre eux par des marquages à l'urine ou par des sécrétions de glandes situées dans les joues, qui servent de repère aux autres individus. Ils pratiquent le toilettage mutuel. Ils disposent aussi de toute une gamme de cris plus ou moins stridents, d'appel, de séduction ou d'intimidation, qui ressemblent à des cris d'oiseaux[5].

Les adultes émettent des cris courts, répétés et stridents en présence de prédateurs, en particulier lors de l'émergence des jeunes[4].

En période de reproduction la femelle fécondable émet, depuis un poste élevé, des séries de 20 min environ de cris courts et stridents allant jusqu'aux ultrasons. Ces « chip !» sont destinés à attirer les mâles et sont de trois sortes : les cris simples de fréquence variable et rapide, qui sont des cris d'avertissement, et des cris simples ou sur deux notes, de fréquence constante et plus lente, qui sont des cris de parade nuptiale lorsque le mâle approche[13].

Alimentation[modifier | modifier le code]

80 % de l'activité du tamia est consacrée à la recherche de nourriture qu'il transporte dans ses abajoues pour constituer des réserves. Il contribue ainsi à la dissémination des espèces végétales.

Le Tamia de Sibérie est essentiellement végétarien, à tendance omnivore[5]. Il se nourrit principalement au sol mais aussi, occasionnellement, dans les arbres[4].

Il consomme essentiellement des graines, des fruits secs et des bourgeons d'arbres, mais aussi des champignons, des baies, des fleurs. Parfois il complète ce régime végétarien avec quelques arthropodes, insectes (larves et adultes de divers ordres) et mollusques, des amphibiens, des reptiles, voire exceptionnellement des œufs et des oisillons trouvés dans des nids au sol[5],[4].

Il entrepose ses provisions au hasard dans le sol mais surtout dans une chambre de son terrier. D'après Freye (1975), le poids de ses provisions est en moyenne de 2 kg, mais peut atteindre 6 kg[4].

Écologie et répartition[modifier | modifier le code]

Habitat[modifier | modifier le code]

Le Tamia de Sibérie est un écureuil forestier qui vit au sol et y creuse des galeries. C'est un bon grimpeur qui préfère les forêts de mélèzes en Asie et les pinèdes en Europe de l'Est. Il colonise aussi parfois les parcs et les jardins des villes d'Europe de l'Ouest[5].

Il ne dédaigne pas non plus les forêts mixtes avec sous-bois et les bosquets en bordure de champs. En France il préfère les feuillus comme les chênes, le châtaignier ou le charme qui lui fournissent sa nourriture, et en Belgique on le trouve principalement dans une hêtraie, la forêt de Soignes[4].

Durant l'été un trou dans un arbre peut faire office de nid mais à l'automne il est impératif pour le tamia de creuser un terrier profond afin d'y passer l'hiver[14].

Un terrier comporte deux entrées de 5 cm de diamètre et deux chambres : l'une sert de nid, l'autre de grenier pour entreposer les réserves de nourriture. Les terriers observés en Belgique sont creusés à 50 cm de profondeur pour une longueur de 2 m au maximum[5], mais ils peuvent aller jusqu'à 1,5 m de profondeur dans d'autres pays[4].

Le terrier sert de refuge, de lieu de mise-bas, de site d'hibernation et de garde-manger. Le nid est généralement constitué de feuilles sèches, coupées grossièrement, rarement de mousses et de graminées sèches[4].

Le territoire de chaque tamia varie de 700 à 4 000 m2. La densité observée en Belgique est de 4 individus à l'hectare mais elle diffère avec les saisons. En Île-de-France elle dépasse 10 individus à l'hectare en été[5]. Au Japon on a observé que le territoire des mâles et des femelles est en partie commun[4].

Aire de répartition et son évolution[modifier | modifier le code]

Ce tamia est un bon grimpeur qui préfère les forêts de mélèzes dans son habitat d'origine. Ici à Kolyma en Russie.

C'est la seule espèce du genre Tamias dont l'aire de répartition n'est pas en Amérique mais en Asie.

Habitat d'origine : Cette espèce est répandue traditionnellement du nord de l'Europe, c'est-à-dire Mer Blanche, Carélie et cours inférieurs de la Volga, à l'est de l'Asie, Chine et Japon[5]. Plus exactement 40° de latitude (du 70e au 30e degré de latitude nord) et 130° de longitude de la Mer Blanche à la Mer d'Okhotsk[4]. Soit en Chine, Japon, Kazakhstan, Corée, Mongolie et Russie (notamment en Sibérie)[15].

Depuis le début des années 1940, on note une extension de l'aire vers le sud de la Finlande[5].

Enfin, plus à l'ouest, on rencontre des populations issues d'animaux de compagnie relâchés dans la nature après 1960, notamment dans les forêts autour de grandes villes d'Europe de l'Ouest comme Paris ou Bruxelles. Ils sont de la forme coréenne : Tamias sibiricus lineatus (Siebold, 1824), alors que les animaux d'Europe de l'Est sont de la forme asiatique : Tamias sibiricus asiaticus (Gmelin, 1788)[5].

Pourtant l'espèce ne s'adapte pas partout. En effet, malgré une durée de vie et un taux de reproduction élevé, la multiplication du Tamia de Sibérie est gênée par sédentarité des adultes, la faible capacité de dispersion des jeunes et leur maturité sexuelle tardive. Par exemple 400 animaux en provenance de Corée ont été accidentellement introduits en 1969 au Jardin des plantes de Paris (F. Petter, com. pers.) mais la population a décliné après quelques années pour disparaître en 1977[4].

Si en France, au début du XXIe siècle, les populations sont encore localisées dans les massifs forestiers où l’espèce a été introduite. Naturellement ou avec l'aide de l'homme, elle a toutefois, selon les études de Jean-Louis Chapuis en 2005, le potentiel pour coloniser rapidement la plupart des forêts françaises de feuillus et de conifères[4],[16].

Interactions écologiques[modifier | modifier le code]

En cas de forte densité cet écureuil peut causer des dégâts aux plantations forestières mais ses réserves contribuent à la dissémination des semences et de mycorhizes[5] .

Une population importante de ces tamias peut aussi avoir un impact non négligeable sur la reproduction de certaines espèces d'oiseaux exposées à la prédation des nids. Elle a été démontrée en Sibérie pour le Pouillot brun (Phylloscopus fuscatus)[17].

On sait peu de choses sur ses parasites. On a observé des infections intestinales par un nématode, Brevistriata bergerardi sur des individus coréens. En Île-de-France on a trouvé chez ce tamia ce même nématode plus d’autres espèces de la famille des Capillaridés et des Trichuridés, ainsi que des protozoaires intestinaux[4]. Une autre étude des tamias d'Île-de-France a répertorié d'autres nématodes : Brevistriata skrjabini et Aonchotheca annulosa[18]. Ce tamia est aussi un vercteur potentiel de Cryptosporidium parvum, un protozoaire unicellulaire parasite pathogène provoquant des maladies sévères[19].

Le Tamia de Sibérie héberge également, sur son aire d'origine, une espèce de pou Enderleinellus tamiasis et divers espèces puces. Enfin ce tamia porte des tiques, notamment Ixodes ricinus en forêt de Sénart, vecteurs potentiels de différentes viroses et bactérioses, dont Borrelia burgdorferi[4], ce qui contribue à répandre en Europe de l'Ouest la maladie de Lyme (Borréliose)[20],[21].
Il est aussi un vecteur possible de la peste dans son habitat d'origine[5].

Sur son aire d'origine, ses prédateurs principaux sont les Mustélidés comme l'hermine (Mustela erminea), la belette (Mustela nivalis) ou la martre (Martes martes) ou bien le renard (Vulpes vulpes), et les rapaces diurnes, en particulier la buse variable (Buteo buteo) qui dévore jusqu'à 30 % de tamias pour son alimentation estivale à l'est de l'Europe[4].

Statut de l'espèce[modifier | modifier le code]

Le Tamia de Sibérie n'est pas une espèce menacée dans son habitat d'origine. C'est au contraire une espèce qui a un potentiel pour devenir invasive[20].

Ceci est dû à la dispersion d'animaux de compagnie relâchés dans la nature par des propriétaires ne pouvant pas leur assurer un espace vital assez vaste pour leur ébats, ou, plus exceptionnellement, des tamias échappés d’élevages. Ils forment ainsi des populations aux Pays-Bas, en Belgique, en Suisse, en Allemagne, en Italie et en France.

En France on a recensé, par exemple, 15000 individus en 2006 dans la forêt de Sénart[20]. En 2005 un colloque francophone de mammalogie à Rambouillet a estimé que « S’il reste à surveiller, le Tamia de Sibérie (est) cantonné aux forêts périurbaines sans risque pour le moment de rompre un quelconque équilibre[22] ».

En Suisse, la loi interdit dorénavant de relâcher des Tamias de Sibérie dans la nature[23].

Le Tamia de Sibérie et l'homme[modifier | modifier le code]

Les chasseurs traditionnels soviétiques chassaient le Tamia de Sibérie et attiraient les mâles en imitant le cri de la femelle en chaleur[13].

Conservation en captivité[modifier | modifier le code]

Tamias de Sibérie en cage sur un marché chinois

Des Tamias de Sibérie provenant du Japon et de Corée furent importés en Grande-Bretagne avant 1971 et ont été reproduits depuis lors en captivité par des éleveurs[13].

Légalement, en France Tamias sibiricus n'est pas mentionné dans la Liste des animaux domestiques selon la législation française, l'animal est donc juridiquement considéré par défaut comme un animal sauvage. Légalement, on ne peut donc ni en élever ni en vendre si on n'a pas le certificat de capacité. De même, théoriquement, on ne peut céder ou vendre un écureuil de Corée qu'à des personnes possédant ce certificat[24],[25]. En Belgique, en revanche, cette espèce est inscrite sur la liste positive, publiée en 2002, des 42 espèces autorisées à la possession individuelle sur ce territoire[26]

Animal de zoo[modifier | modifier le code]

Le Tamia de Sibérie est rarement présenté dans les zoos. Il en existe un couple au Zoo de Berlin, élevé en terrarium bien planté[27].

Animal de compagnie[modifier | modifier le code]

Le tamia de Sibérie est un animal très sociable mais qui nécessite beaucoup d'attention afin d'être mis en confiance.
Le Tamia de Sibérie est un animal curieux et agile. Il se faufile partout et ne doit pas être laissé en liberté dans une pièce sans surveillance.

Les Tamias de Sibérie sont appréciés comme animaux de compagnie uniquement par les amateurs avertis. En effet, la cause principale de l'abandon d’individus dans la nature est la lassitude des propriétaires, ne supportant sans doute plus l'activité intense, l'agressivité éventuelle ou les cris stridents de ces animaux[4].

Pour conserver un Tamia de Sibérie en captivité avec succès il faut respecter quelques principes de base: ne pas le confier aux enfants à cause des risques de morsures, être patient et motivé. À moins de disposer d'une très grande volière, c'est plutôt un animal solitaire à qui l'on doit offrir une vaste cage, 100x50x100cm minimum, équipée aussi bien pour grimper que pour creuser. On doit maintenir une température d'une vingtaine de degrés, lui offrir des bains de sable à Chinchilla, respecter ses rythmes de sommeil, notamment du calme le soir, et lui permettre de sortir dans une pièce sécurisée pour faire de l'exercice ou, à défaut, placer une roue dans la cage[28],[14].

En plus des graines spéciales pour écureuils de Corée et des fruits, branchages et légumes, secs ou frais, appropriés, il faut leur assurer un apport de sels minéraux sous forme de pierre à lécher et de protéines, en ajoutant régulièrement des vers de farine, des œufs durs ou de la viande crue, à leur ration quotidienne[28].

Les autres conseils de santé et d'hygiène à respecter sont à peu près les mêmes que pour les autres rongeurs maintenus en captivité[29].

La reproduction des Tamias de Sibérie en captivité obéit très certainement aux mêmes mécanismes de régulation des populations que dans la nature. Elle est favorisée par une grande cage et un sevrage rapide des jeunes. Elle est en revanche moindre s'il y a d'autres rongeurs dans le voisinage et en période de long éclairement. Un sevrage à 6 semaines et demie au lieu de 8 permet à la femelle d'avoir une seconde portée dans l'année. Une plus grande cage permet d'obtenir des portées avec plus de petits à chaque fois. Un régime à base de graines, de fruit secs, de fruits et légumes frais est également un facteur favorable[30].

Les Tamias de Sibérie sont élevés avec succès en semi liberté dans des volières extérieures, comportant une partie abritée et un sol qu'ils peuvent creuser. Ils peuvent alors y vivre en colonie et supporter en hiver des températures basses[14],[31].

Maladies en captivité[modifier | modifier le code]

Si les tamias sont élevés dans un espace vaste et propre, avec une nourriture équilibrée, ils ont peu de problèmes de santé[14]. Ils peuvent vivre jusque l'âge de 10 ans[6].

Les affections rencontrées sont :

Problèmes digestifs :

Dans les cages standard ils sont très sensibles aux courants d'air et aux variations de température, occasionnant :

Les troubles urinaires et génitaux ne sont pas rares:

Parfois une hypocalcémie qui se manifeste par des troubles musculaires et nerveux durant la période d'allaitement, ou, pour une cause inconnue, chez les jeunes mâles[6].

Plus rarement :

Le tamia est aussi sujet aux allergies[6].

Évolution de l'espèce[modifier | modifier le code]

Le Tamia de Sibérie est naturellement de couleur brun-roux strié de brun-noir.

Une mutation colorée, dite « diluée », au pelage presque blanc strié de beige très pâle, est apparue en captivité à la suite de croisements consanguins. Ces individus ont des yeux rouges. Ce ne sont pas des albinos vrais car leur fourrure n'est pas parfaitement blanche et leurs yeux sont d'une teinte plus foncée[14].

Dénomination et classification[modifier | modifier le code]

Noms en français[modifier | modifier le code]

Le terme Tamia de Sibérie est la traduction du nom scientifique latin Tamias sibiricus.

Les animaleries utilisent plutôt le nom d'Écureuil de Corée[33] mais cet animal est aussi connu sous le nom d'Écureuil de Sibérie[34], Écureuil japonais[35] ou encore Rat de Corée[36], en souvenir de sa provenance.

Il est aussi parfois appelé Barunduk[37] (ou buroundouk[38] ).

On le surnomme aussi « le Suisse », comme son cousin le tamia rayé, parce qu’il a un tempérament économe et prévoyant, amassant des provisions de nourriture pour l’hiver[39].

Classification[modifier | modifier le code]

Dessin d'un Tamias sibiricus, décrit dans un ouvrage allemand du XIXe siècle comme étant Das sibirische Backenhörnchen (Tamias Pallasii, Baird.) Fig. 31. dans Illustrierter Leitfaden der Naturgeschichte des Thierreiches, 1876.

Le nom valide actuel, Tamias sibiricus (Laxmann, 1769), a de nombreux synonymes dans les classifications classiques:

  • Sciurus sibiricus Laxmann, 1769[40],[41]
  • Tamias albogularis (J. Allen, 1909)[42]
  • Tamias altaicus (Hollister, 1912)[42]
  • Tamias asiaticus (Gmelin, 1788)[42]
  • Tamias barberi (Johnson and Jones, 1955)[42]
  • Tamias intercessor (Thomas, 1908)[42]
  • Tamias jacutensis (Ognev, 1935)[42]
  • Tamias lineatus (Siebold, 1824)[42]
  • Tamias okadae (Kuroda, 1932)[42]
  • Tamias ordinalis (Thomas, 1908)[42]
  • Tamias orientalis Bonhote, 1899[42]
  • Tamias pallasi Baird, 1856[42]
  • Tamias senescens (Miller, 1898)[42]
  • Tamias striatus (Pallas, 1778)[42]
  • Tamias umbrosus (A. Howell, 1927)[42]
  • Tamias uthensis (Pallas, 1811)[42]

Le genre Eutamias Trouessart, 1880, auquel appartenait l'espèce sibiricus, est, depuis les travaux de Levenson et al. (1985), devenu synonyme de Tamias Illiger, 1811. Selon Wilson & Reeder (1993), ce genre contient 25 espèces dont T. sibiricus est la seule espèce qui ne soit pas américaine[4].

Les recherches génétiques permettent de le classer aussi dans le genre Tamias, sous le nom de Tamias sibiricus[43]. Selon Levenson et al. (1985), T. sibiricus serait phylogénétiquement proche du Tamia rayé (Tamias striatus Linné, 1758)[4].

Sous-espèces éventuelles[modifier | modifier le code]

Sont parfois citées les sous-espèces suivantes :

  • Tamias sibiricus albogularis (Allen, 1909)[41]
  • Tamias sibiricus asiaticus (Gmelin, 1788)[5].
  • Tamias sibiricus barberi (Johnson & Jones, 1955)[41]
  • Tamias sibiricus lineatus (Siebold, 1824)[41]
  • Tamias sibiricus sibiricus (Laxmann, 1769)[41]

Il n'y aurait pas eu à proprement parler de création d'une sous-espèce en captivité car les individus ont été recroisés fréquemment par la suite[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nom en français d’après Termium plus, la banque de données terminologiques et linguistiques du gouvernement du Canada
  2. (en) Murray Wrobel, 2007. Elsevier's dictionary of mammals: in Latin, English, German, French and Italian. Elsevier, 2007. ISBN 0444518770, 9780444518774. 857 pages. Rechercher dans le document numérisé
  3. a et b Meyer C., ed. sc., 2009, Dictionnaire des Sciences Animales. consulter en ligne. Montpellier, France, Cirad.
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x, y, z, aa et ab Chapuis, J.-L. 2005. Le Tamia de Sibérie (Tamias sibiricus). In Muséum national d'Histoire naturelle [Ed]. 2004. Inventaire national du Patrimoine naturel, site Web. http://inpn.mnhn.fr (Extrait de : Chapuis, J.-L. 2005. Répartition en France d'un animal de compagnie naturalisé, le Tamia de Sibérie (Tamias sibiricus). Revue d’Écologie (Terre et Vie), 60 : 239-253).
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r et s H. Le Louarn, J-P. Quéré, Les rongeurs de France, Faunistique et biologie. Editions Quae, 2003. 260 pages. ISBN 2-7380-1091-1.Chapitre page 119 et suivantes
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s et t L'écureuil de Corée, sur un site vétérinaire belge
  7. (en) H.Freye, 1975. Sciurids or squirrel-like rodents. dans H.C. Grzimek, ed. Grzimek Animal Life Encyclopedia, Ed. New York: Van Nostrand Reinhold Company., Vol. 11/2, 2. Pp. 268-272
  8. E.Gismondi, L'Écureuil, Collection Animaux, Ed. de Vecchi. 1991
  9. R.J. Astorga et al.,Pneumonic pasteurellosis associated with Pasteurella haemolytica in chipmunks (Tamias sibiricus). Zentralbl Veterinarmed B. 1996 Mar;43(1):59-62. Lire le résumé
  10. (en) D. Youlatos, Positional behavior of Siberian chipmunks ( Tamias sibiricus ) in captivity. Journal of Ethology, Ed° Springer, Dec 31, 1969.Lire le résumé.
  11. (en) Chipmunk (Siberian)
  12. (en) Siberian Chipmunk
  13. a, b, c et d (en) B.H. Blake, 1992. Estrous Calls in Captive Asian Chipmunks, Tamias sibiricus. Ed° American Society of Mammalogists. Journal of Mammalogy, Vol. 73, No. 3 (Aug., 1992), pp. 597-603.Lire le résumé et le début
  14. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (fr)(en)(es) The Chipmunkery
  15. Tamias sibiricus sur le site de UICN
  16. Evolution de l'aire de répartition en France et carte
  17. (en)W.Forstmeier et I.Weiss, Impact of nest predation by the Siberian Chipmunk (Tamias sibiricus) on the Dusky Warbler (Phylloscopus fuscatus). Research Centre for Ornithology of the Max Planck Society, Vogelwarte Radolfzell, Schlossallee 2, D-78315 Radolfzell, Germany. Lire le document PDF
  18. Pisanu et al., Helminth fauna of the Siberian chipmunk, Tamias sibiricus Laxmann (Rodentia, Sciuridae) introduced in suburban French forests. Parasitology Research, Volume 100, n°6, Mai 2007, pp.1375-1379(5)Lire l'article
  19. (en) M. Bednarska et all. 2003. Biological characterisation of CRYPTOSPORIDIUM PARVUM isolates of wildlife rodents in Poland. Department de Parasitologie, Institute of Zoology, Faculty of Biology, University of Warszawa, Warsaw, Pologne. Lire le document pdf, p 167
  20. a, b et c (fr) Jean-Louis Chapuis et al., Les écureuils introduits en France et en Europe occidentale : de la connaissance à la prévention Actes du 13ème Forum des gestionnaires du 16 mars 2007 (31 p)
  21. (en) Gwenael Vourc'h, Julie Marmet, Michelle Chassagne, Severine Bord, Jean-Louis Chapuis. Borrelia burgdorferi Sensu Lato in Siberian Chipmunks (Tamias sibiricus) Introduced in Suburban Forests in France, December 1, 2007, 7(4): 637-642. doi:10.1089/vbz.2007.0111.Lire le résumé et le début
  22. L.TILLON, Compte rendu du 28ème colloque de Mammalogie de la SFEPM, Les Mammifères forestiers, les 21, 22, 23 octobre 2005 - à la Bergerie Nationale - Rambouillet (78)Lire le document
  23. Conseil fédéral suisse, Ordonnance sur la chasse et la protection des mammifères et oiseaux sauvages, du 29 février 1988. Lire le document PDF, page 5
  24. Fiche la gerbille et législation française sur le site Rongeur.net.
  25. La Législation nationale et internationale sur le commerce et la détention des animaux d'espèces non domestiques
  26. Les NAC et la loi belge sur le site dauphinlibre.be
  27. Ecureuil de Sibérie
  28. a et b Écureuil de Corée sur rongeur.net
  29. Les conseils de Béa! sur Rongeurs.net
  30. (en)B.H. Blake et al., 1983, Reproduction of Asian chipmunks (Tamias sibiricus) in captivity. Zoo Biology, Volume 3, Issue 1 , Pages 47 - 63.Lire le résumé
  31. Elevage de l’écureuil de Corée
  32. a, b et c Maladies de l'Écureuil de Corée sur rongeur.net
  33. L'écureuil de Corée : Où trouver votre petit compagnon ?
  34. Ecureuil de Sibérie(Tamias sibiricus)
  35. La vie des écureuils
  36. Tamias sibiricus sur le site du patrimoine naturel en France
  37. Essonne Nature Environnement
  38. L'écureuil de Corée
  39. Répartition des écureuils sur le site du Museum de Fribourg.
  40. sibiricus Laxmann, 1769 described in Sciurus dans AnimalBase
  41. a, b, c, d et e Tamias sibiricus
  42. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n et o MSW Tamias (Eutamias) sibiricus, liste des synonymes
  43. Tamias sur le site NCBI taxonomy browser

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Taxinomie :

Autres sites :

Bibliographie[modifier | modifier le code]