Omnivore

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ours blanc dévorant une citrouille sous l'eau.

L'adjectif omnivore désigne un régime alimentaire comportant aussi bien des aliments d'origine végétale qu'animale. Le terme est utilisé pour qualifier toute espèce à qui la nature de son système digestif permet de pratiquer ce régime, qu'elle le mette en pratique ou non[1].

Les « omnivores », du latin omni (tout) et vorare (manger, avaler), ne mangent pas littéralement de tout, mais ont généralement une alimentation opportuniste, variable en fonction de ce qu'ils trouvent ou de leurs préférences.

Opportunisme[modifier | modifier le code]

Le régime omnivore est un régime alimentaire qui facilite l'adaptation et la survie de l'espèce, avec des tendances variables selon les espèces, les lieux, les saisons ou les individus.

Animaux[modifier | modifier le code]

Sangliers fouillant les poubelles dans une banlieue de Berlin

Le Renard roux est par exemple un omnivore opportuniste, bien que classé dans l'ordre des Carnivora. A la bonne saison, comme les carnivores, il se nourrit en effet de préférence de petits mammifères et d’oiseaux, mais il mange aussi grenouilles, lézards, insectes ou poissons et, quand ils sont murs, des fruits, baies ou céréales pour, quand vient la mauvaise saison, finir par vivre de charognes et divers détritus[2].

De son côté, le Hérisson commun est classé dans les Insectivora mais c'est un omnivore à tendance insectivore. Il se nourrit d' un peu de tout mais recherche avant tout insectes, vers ou escargots.

Certains reptiles consomment aussi à la fois des arthropodes et des végétaux, mais parfois de petits reptiles ou mammifères. De nombreux poissons sont omnivores dont le poisson rouge et la carpe koï.

L'homme[modifier | modifier le code]

Plats d'insectes frits et de légumes destinés à la consommation humaine au Cambodge

Spontanément, l'Homme (Homo sapiens) était et reste un omnivore opportuniste à tendance végétarienne dont la part de protéines animales admise dans la ration alimentaire varie selon les civilisations. En effet, son système digestif est conçu pour pouvoir consommer aussi bien des protéines animales que végétales même si la base de son alimentation est principalement constituée de végétaux : céréales, légumes, fruits, graines... Toutefois, ses goûts propres, les famines, les modes, les convenances sociales, les connaissances scientifiques ou les croyances peuvent influencer ses choix, en particulier en ce qui concerne les sources de protéines[3],[4].

Animaux omnivores[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Définitions lexicographiques et étymologiques de « Omnivore » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales
  2. Le renard roux par Mlle Chambon, professeur de S.V.T. dans un collège valdoisien
  3. J.-M. Antoine Définition et historique de l'alimentation végétarienne. Ed. Masson, France, 1966. Dans les Cahiers de nutrition et de diététique. ISSN0007-9960, CODEN CNDQA8. Congrès Table Ronde AFN-SNDLF, Paris, France (26/11/1997) 1998, vol. 33, no 2, pp. 77-88, pp. 119-124 (18 p.) (6 ref.), pp. 77-82. Lire le résumé en ligne
  4. (en) Humans are Omnivores Adapté d'une conférence de John McArdle, Ph.D.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Emmerson M, Yearsley JM (2004) Weak interactions, omnivory and emergent food-web properties. Proceedings of the Royal Society B-Biological Sciences, 271, 397–405.


Références[modifier | modifier le code]