Augustin Chaho

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sculpture d'Agosti Xaho au cimetière de Bayonne.

Joseph Augustin Chaho ou Agosti Xaho, né le 10 octobre 1811 à Tardets et mort le 22 octobre 1858 à Bayonne, est un écrivain, périodiste, indianiste, philologue et homme politique basque français de langue basque et française.

Il est considéré comme un précurseur du nationalisme basque, un pionnier du laïcisme et du républicanisme au Pays basque et auteur d'un énorme travail, presque en solitaire, en faveur de la langue et de la culture basques[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Joseph Auguste Chaho nait le 10 octobre 1811 à Tardets, en Soule. Il est le fils de d'André Chaho, huissier, et de Rose Lagarde.

Étudiant en droit à Paris en 1830, il fréquente les cercles romantiques et le salon littéraire de Charles Nodier[2] et se consacre désormais à l'écriture.

Il écrit Voyage en Navarre durant l'insurrection basque (Paris, 1836) à propos de son expérience de la première guerre carliste, qu'il interprète comme une guerre ethnique des Basques contre l'Espagne. Il écrit également La Légende d'Aitor et Azti-Begia, rédige des dictionnaires et grammaires de basque et écrit une Histoire primitive des Euskariens-Basques (1847) et La Philosophie des Religions comparées (1848).

Après avoir vécu à Toulouse, il s'installe en 1844 à Bayonne, où il devient conseiller municipal, puis est élu conseiller général du canton de Tardets. Il s'impose à la tête de la Révolution de 1848 à Bayonne. Après la prise du pouvoir par les bonapartistes, il s'exile momentanément à Vitoria, dans le Pays basque espagnol, avant de revenir à Bayonne.

Nationaliste basque[modifier | modifier le code]

S'étant éveillé au sentiment national au moment du Printemps des Peuples, en 1830, en prenant conscience de son identité à Paris, où il venait de débarquer pour y étudier pendant trois ans le droit et la littérature, Augustin Chaho ne développe pas une vision abertzale repliée sur de petites frontières. Sa vision de la nation basque se projette dans une vision internationaliste et comme un précurseur de la construction européenne, sur une base démocratique.

Lorsqu'il développe pour la première fois ses théories, Augustin Chaho n'est qu'un jeune journaliste de 25 ans qui publie un premier reportage sur les guerres carlistes. Les historiens s'intéressent depuis peu à Augustin Chaho, qui dès 1836, à travers ses Paroles d’un bizkaïen aux libéraux de la reine Christine, puis Voyage en Navarre pendant l'insurrection des basques (1830-1835) énonce soixante ans avant Sabino Arana, des thèses en faveur de l'indépendance du Pays basque, de sa réunification avec le Pays basque nord, sous une forme républicaine. Il sera le fondateur d'un journal à Bayonne, l’Ariel[2], un journal politique, sous-titré « le républicain de Vasconie », dans lequel il publie des articles en français, mais aussi en euskara, en gascon bayonnais et en béarnais.

Chaho est d'ailleurs l'inventeur de la formule zazpiak bat (les sept font un, autrement dit les quatre provinces basques du sud et les trois du nord forment un Pays basque uni).

Plus tard, Chaho créa le tout premier journal exclusivement rédigé en basque Uskal-herriko Gaseta.

Dès 1836, Chaho préconise à plusieurs reprises l’enseignement exclusif du basque dans les écoles, la création d’une académie de la langue basque et l’établissement d’une orthographe unifiée, de bibliothèques, d’une littérature et de livres dans tous les domaines scientifiques et techniques en basque.

En réalité, la vision d'Augustin Chaho dérange les biographes (hagiographes) de Sabino Arana Goiri, qui lui-même occultait cet héritage. D'abord parce que Chaho est un Basque du nord, un Souletin né en 1811, ayant vécu la majeure partie de sa vie à Bayonne, né 54 ans avant Sabino Arana, qui ne peut ignorer ses prises de positions, d'autant que le Souletin sera élu conseiller municipal après avoir proclamé la République à Bayonne, à la tête d'une manifestation d'insurgés au moment de la Révolution de 1848, puis sera élu conseiller général de son canton natal de Tardets.

Au moment de la proclamation de la République, il pense alors que ce modèle va se répandre comme une traînée de poudre à travers l'Europe. Il est candidat socialiste démocrate à l'Assemblée constituante de 1848 — les premières élections libres de l'histoire en France — où il fait campagne sur le thème du suffrage universel sans restriction, l’enseignement laïque, gratuit et obligatoire pour tous, la liberté de conscience, de réunion, d’association, de manifestation, la liberté totale de la presse. Bien qu'anticlérical, il se déclare pour la liberté de prédication et de culte de toutes les religions (catholicisme, protestantisme, judaïsme, etc.) Pendant la campagne électorale (à peine âgé de 38 ans), il est grièvement blessé par un accident qui le laisse durablement hémiplégique.

Ses prises de position contre la dérive bonapartiste du pouvoir du président Louis-Napoléon le condamnent au bannissement et à l'exil, puis au silence, tant il sera la cible d'un harcèlement policier permanent de la police impériale.

À la différence des frères Arana Goiri, Chaho est un homme de gauche, républicain, partisan de la laïcité, qui adhéra aux idées socialistes dès leur apparition et fut le premier à parler de la construction du Pays basque dans le cadre de l'Europe, à la même époque que l'idée des États-Unis d'Europe chère à Victor Hugo.

En dépit de la fougue d'Augustin Chaho, et de sa modernité sur bien des points, son combat reste isolé et s'éteint avec lui. Personne ne poursuit son œuvre. Ce sont bien les frères Arana Goiri et notamment Sabino, qui passe une partie de son enfance entre Hendaye et Bayonne, qui lancent le mouvement de libération nationale basque à la fin du XIXe siècle.

Il fut le premier Basque inhumé au pays en dehors de tout rite religieux[1].

Œuvres littéraires[modifier | modifier le code]

Essais
  • Azti-begia, Agosti Chaho Bassaburutarrak Ziberou herri maitiari Parisetik igorririk beste hanitchen aitzindari arguibidian goiz izarra, 1834 ;
  • Paroles d'un voyant, 1834, Éditeur: Jean Curutchet, Bayonne, 1989, ISBN 2904348352)
  • La Philosophie des Révélations, 1835 ;
  • L'espagnolette de S. Louis, Agonie du Parti Révolutionnaire en France et Lettre à Jacques Laffitte, 1840 ;
  • Histoire primitive des Euskariens-Basques: langue, poésie, mœurs et caractère de ce peuple; introduction à son histoire ancienne et moderne, J. Augustin Chaho, Charles Louis Belsunce (vicomte de), Jaymebon, 1840-1847  ;
  • Philosophie des religions comparées, 1846.
Narrations et nouvelles
  • Voyage en Navarre pendant l'insurrection des Basques (1830 - 1835), écrit en 1836 ;
  • Histoire des Basques depuis leur établissement dans les Pyrénées-Occidentales jusqu'à nos jours, 1847, œuvre plus d'imagination que de type ethnographique ou anthropologique[2] ;
  • Lelo ou la Navarre il y a 500 ans, 1848 ;
  • Safer ou des houris espagnoles, 1854 ;
  • Biarritz entre les Pyrénées et l'Océan. Itinéraire pittoresque, 1855, monographie précurseur des guides touristiques [lire en ligne] ;
  • Paroles d'un bizkaien aux libéraux de la reine Christine ;
  • Aïtor. Légende cantabre / Aitor. - Leyenda cántabra / Aitor. - Kantabriar kondaira[3] et Azti-Begia ;
Linguistique
  • Études grammaticales sur la langue euskarienne, en 1836, collaboration avec Antoine d'Abbadie d'Arrast, que les deux auteurs dédient « aux Basques des 7 provinces », en basque : Zazpi Uskal Herrietako Uskalduner ;
  • Dictionnaire basque, français, espagnol et latin, d’après les meilleurs auteurs classiques et les dictionnaires des Académies française et espagnole, 1856.
  • La guerre des alphabets : règales d'orthographe euskarienne, adoptees pour la publication du Dictionnaire basque, français, espagnol et Latin, Bayonne, Impr. Lespés,‎ 1856, 472 p. (lire en ligne)
Collections
  • Azti-begia eta beste izkribu zenbait, 1992, Elkar;
  • Agosti Chahoren kantutegia, 2006, Susa

Et divers travaux plus anecdotiques, comme la description d'analogies entre le sanscrit et le basque[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (es) (fr) Augustin Chaho. Precursor incomprendido. Un précurseur incompris (1811-1858) par Xabier Zabaltza.
  2. a, b, c et d Gérard Moutche, Que disent les maisons basques ?, Paris, Atlantica 2010,‎ 2010 (ISBN 978-2-7588-0177-1), pp. 74-75.
  3. (fr) (es) (eu)Joseph-Augustin Chaho : Aïtor. - Légende cantabre, traduit en basque par Hector Iglesias, 200 pages (seconde édition revue et corrigée : 2010), éditions « Asoghik » publishing house, Bilbao-Erevan, 2008, ISBN 978-9939-50-056-0, ouvrage publié avec le concours de la « Diputación » Forale de Biscaye — consulter télécharger ici les préfaces d'Hector Iglesias en français (p. 9-17) et en basque (p. 127-138) de la première traduction du français au basque d'Aïtor. - Légende cantabre de Joseph-Augustin Chaho suivie de l'étude du professeur Vahan Sarkissian sur la mythologie de Joseph-Augustin Chaho : « Estudio preliminar de Vahan Sarkisian. La leyenda de Aitor : la Biblia de Augustin Chaho » (p. 64-80) ; également d'Hector Iglesias : 2009, « Agosti Xaho : ″Aitor – Kantabriar kondaira″ », Revue Maiatz Aldizkaria, no 49, p. 72-83 et 2010, « Agosti Xaho : ″Aitor – Kantabriar kondaira″ », Revue Maiatz aldizkaria, no 50, p. 56-60

Liens externes[modifier | modifier le code]