Viktor Pintchouk

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Viktor Pintchouk

Description de cette image, également commentée ci-après

Viktor Pintchouk en 2010.

Naissance (54 ans)
Kiev (Drapeau de la République socialiste soviétique d'Ukraine RSS d'Ukraine)
Nationalité Drapeau d'Ukraine Ukrainien
Profession
Homme d'affaires
Mécène
Famille
Marié, 4 enfants

Viktor Mykhaïlovytch Pintchouk (en ukrainien : Віктор Михaйлович Пінчyк) est un homme d'affaires et mécène ukrainien, né le à Kiev, en Union des républiques socialistes soviétiques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Victor Pintchouk naît dans une famille de confession juive[1] à Kiev en 1960. Il sort diplômé de l'Institut de métallurgie de Dnipropetrovsk en 1983, avant d'entamer une carrière d'ingénieur[2]. Il est marié à Elena Pintchouk, fille de l'ancien président ukrainien Leonid Koutchma. Elena est engagée dans la lutte contre le SIDA en Ukraine[3].

Carrière dans les affaires[modifier | modifier le code]

En 1990, il fonde la société Interpipe Company, dans le domaine de la sidérurgie, et qui produit notamment des tubes en acier[4].

En 2004, associé à Rinat Akhmetov, Pintchouk fait une offre pour acquérir la principale entreprise sidérurgique d'Ukraine, Kryvorijstal, lors de sa privatisation. Les deux hommes remportent le marché pour un montant de 800 millions de $, alors même que des entreprises étrangères avaient fait des offres supérieures. Mais l'année suivante, le gouvernement du Ioulia Tymochenko annule la vente et procède à des enchères télévisées, au cours desquelles Kryvorijstal est acquise par Mittal pour 4,8 milliards de $[1],[5].

Par ailleurs, il possède plusieurs chaînes de télévision en Ukraine, comme ICTV ou STB (en ukrainien : СТБ)[6].

Pintchouk a également créé un think-tank, Yalta European Strategy (YES) pour resserrer les liens entre l'Ukraine et l'Union européenne. Des invités comme Tony Blair ou Dominique Strauss-Kahn ont déjà participé à la réunion annuelle de YES[7].

En 2011, il est classé 336e homme le plus riche du monde, et le deuxième d'Ukraine (derrière Rinat Akhmetov), par le magazine américain Forbes, avec une fortune estimée à 3,3 milliards de $[8]. En 2010, il occupait la 307e position avec une fortune de 3,1 milliards de $[9].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Viktor Pintchouk est député de 1998 à 2006, avant d'abandonner la politique, pour se consacrer au mécénat d'art[10].

Mécène[modifier | modifier le code]

En 2006, Viktor Pintchouk coproduit avec Steven Spielberg, le documentaire Spell your name (en ukrainien : Назви своє ім'я), réalisé par Sergey Bukovsky, sur l'Holocauste en Ukraine[11].

La même année, par le biais de sa fondation, Pintchouk inaugure le PinchukArtCentre, musée d'art contemporain situé à Kiev, qui à pour objectif de promouvoir l'art contemporain en Ukraine[12].

Il se porte acquéreur de plusieurs œuvres d'art contemporain, comme l'œuvre Hanging Heart de Jeff Koons, qu'il aurait achetée pour 23 millions de $ en 2007[13]. Parmi ses artistes favoris, on peut également citer le Japonais Takashi Murakami ou l'Anglais Damien Hirst, dont il possède de nombreuses œuvres[14].

En 2008, Viktor Pintchouk organise un concert gratuit (Concert de l'Indépendance) sur la Maidan Nezalejnosti à Kiev, où se produit Paul McCartney[15], devant près de 350 000 spectateurs[4].

Fin 2009, il crée un prix réservé aux artistes de moins de 35 ans (le Future Generation Art Prize)[14], avec 100 000 $ de récompense pour le lauréat. Le jury chargé d'attribuer le prix est notamment composé d'Elton John et de Miuccia Prada[16].

En 2010, Viktor Pintchouk fait partie de la liste Time 100 établie par le magazine Time, des cent personnes les plus influentes dans le monde, dans la catégorie Penseurs (Thinkers)[17],[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) « Victor Pinchuk, oligarque philanthrope », Le Figaro,‎
  2. (en) « Biography of Victor Pinchuk », Victor Pinchuk Foundation (consulté le 13 novembre 2011)
  3. (en) « Founder - Elena Pinchuk », ANTIAIDS Foundation (consulté le 13 novembre 2011)
  4. a et b (en) « Can the New Rich Buy Respect? One Ukrainian Oligarch Is Trying », The New York Times,‎
  5. (en) « Monopolies thrive as toothless state bows to moguls », Kyiv Post,‎
  6. (uk) « Канали Пінчука створили сейлз-хаус », sur journlib.univ.kiev.ua (consulté le 15 novembre 2011)
  7. (fr) « Pinchuk, l'amateur d'art qui venait du froid », Le Point,‎
  8. (en) « The World's Billionaires 2011 - #336 Victor Pinchuk », Forbes (consulté le 13 novembre 2011)
  9. (en) « The World's Billionaires 2010 - #307 Victor Pinchuk », Forbes (consulté le 15 novembre 2011)
  10. (en) « #6 Richest: Viktor Pinchuk, 50 », Kyiv Post,‎
  11. (en) « Spell Your Name, produced by Steven Spielberg and Victor Pinchuk, to begin theatrical release in Kyiv », USC Shoah Foundation Institute,‎
  12. (en) « History », PinchukArtCentre (consulté le 13 novembre 2011)
  13. (en) « Victor Pinchuk enters the art scene », The New Yorker (consulté le 21 décembre 2009)
  14. a et b (en) « The international Future Generation Art Prize is the brainchild of Ukrainian oligarch Victor Pinchuk », The Financial Times,‎
  15. (en) « Paul McCartney to play an ‘Independence Concert’ in Kyiv », UNIAN (consulté le 24 avril 2008)
  16. (en) « New Prize to Honor Artists Under 35 », The New York Times,‎
  17. (en) « Victor Pinchuk - The 2010 TIME 100 », Time,‎
  18. (en) « Victor Pinchuk is the first Ukrainian private citizen listed in "Time 100" », PinchukArtCentre,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]