Institute of Economic Affairs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'Institute of Economic Affairs (IEA, en français : Institut des Affaires Economiques) est le plus important think-tank libéral britannique. Il a été fondé en 1955. Son objectif est d'améliorer la compréhension des institutions fondamentales d'une société libre en analysant et exposant le rôle des marchés dans la résolution des problèmes économiques et sociaux[1].

L'IEA accomplit son objectif par:

  • un programme de publications haut de gamme écrites par des économistes renommés (plusieurs « Prix Nobel » d'économie)
  • des conférences, séminaires et discours
  • des actions pour atteindre les étudiants d'université et d'école
  • la médiatisation de ses idées
  • et d'autres activités

La croyance fondamentale des partisans du libre-marché est que les gens devraient être libres pour faire ce qu'ils veulent dans la vie tant qu'ils ne nuisent à personne d'autre. Dans l'ensemble, les problèmes et les défis de la société sont mieux gérés par des gens et des compagnies qui interagissent librement sans interférence des hommes politiques et de l'État. Ceci signifie que l'action du gouvernement, que ce soit à travers les impôts, les règlements ou les lois, devrait être minimisée. Les auteurs et les orateurs de l'IEA sont donc toujours à la recherche de manières de réduire le rôle du gouvernement dans nos vies[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire de l'IEA commence avec Antony Fisher et sa lecture en avril 1945 du résumé de La Route de la servitude de Friedrich Hayek publié par le Reader’s Digest. Fisher alla rencontrer la même année Hayek à la London School of Economics, lui faisant part de son souhait de commencer une carrière politique. Hayek l'en dissuada, proposant à la place la création d'un organisme de recherche en faveur du marché libre et qui permettrait de lutter contre l'influence du socialisme et du planisme chez les intellectuels britanniques[3]. Si les intellectuels et la société étaient convaincus des bienfaits du marché, alors les hommes politiques suivraient.

En juin 1955, Anthony Fisher signe la préface de La convertibilité de la livre sterling par[4] George Winder en qualité de directeur de l'IEA. En novembre de la même année, l'acte fondateur de l'IEA est signé par Fisher, John Harding et Oliver Smedley. Ralph Harris rejoint l'IEA en qualité de directeur général à partir de janvier 1957. Arthur Seldon rejoint en 1958 l'IEA et en devient en 1958 conseiller éditorial puis directeur éditorial en 1959. Seldon lança une série d'études à destination des économistes pour présenter l'éclairage libéral sur les questions du jour. Ils devinrent les Hobart Papers et 154 avaient été publiés en août 2006 en plus de 32 livres de la même collection et de dizaines d'autres[5].

Octobre 1980 voit la première parution du Journal of Economic Affairs, encore publié aujourd'hui. Les publications de l'IEA sont désormais vendus dans le monde entier et traduites en plus de 25 langues. L'institut a des abonnés dans plus de 55 pays et vend ses publications dans plus de 65. De nombreux titres sont d'ailleurs obligatoires dans les listes de fournitures universitaires[2].

L'IEA a également aidé de nombreuses institutions similaires à essaimer de par le monde. Une centaine d'instituts dans plus de 80 pays a ainsi vu le jour. Tous sont indépendants mais partagent les mêmes buts[2]

De nombreuses idées défendues par l'IEA ont d'abord été très controversées puis acceptées grâce au travail de l'IEA: Abolition du contrôle des changes, indépendance de la banque centrale, etc. Plus généralement, les auteurs de l'IEA ont inspiré les politiques de réduction de l'inflation, de réforme des syndicats ou de privatisation. Actuellement, l'IEA travaille sur les problématiques de régulation, de réforme des services publics, etc.

Il est actuellement dirigé par John Blundell.

Financement[modifier | modifier le code]

L'IEA est une educational and research charity. À ce titre il est exclusivement financé par des dons de particuliers, d'entreprises ou de fondations et par le produit de la vente de ses ouvrages ou de ses conférences. Il refuse tout argent public et se veut indépendant de tout parti politique ou syndicat[2]

Publications[modifier | modifier le code]

Les activités de recherche de l'IEA sont encadrées par un conseil scientifique (Composition ci-dessous) et par des membres honoraires, parmi lesquels plusieurs prix Nobel. Reprenant les procédures de sélection des journaux académiques, chaque publication de l'IEA est évaluée anonymement par les membres du conseil scientifique.

Dix des membres de l'IEA ont remporté le « Prix Nobel » d'économie: Gary Becker, James M. Buchanan, Ronald Coase, Milton Friedman, Friedrich Hayek, John Hicks, James Meade, Douglas C. North, Vernon L. Smith et George Stigler. L'IEA a republié la version abrégée de La Route de la servitude de Friedrich Hayek tandis que les œuvres des « Prix Nobel » d'économie ont été réimprimées dans La Route de la liberté économique avec une préface de Margaret Thatcher.

Membres (Fellows)[modifier | modifier le code]

Trustees[modifier | modifier le code]

Conseil scientifique[modifier | modifier le code]

Membres honoraires[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Site de l'IEA
  2. a, b, c et d (en) Site de l'IEA
  3. Hayek déclara ainsi : « Gagnez la bataille culturelle, gagnez la bataille des idées, avant de gagner la bataille politique ». Repris in La Grande nurserie, Mathieu Laine, 2007 p 224
  4. Titre original: The Free Convertibility of Sterling
  5. Site de l'IEA

Liens externes[modifier | modifier le code]