Backmasking

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Message à l'envers)
Aller à : navigation, rechercher

La technique du backmasking, ou backward masking consiste à enregistrer des sons ou des messages à l'envers sur une piste musicale. Un message trouvé par inversion phonétique peut être involontaire et ne pas relever de cette technique.

Cette technique a été popularisée par les Beatles, qui ont utilisé des instruments (dont la voix) enregistrés à l'envers sur leur single Rain et leur album Revolver qui a suivi, en 1966[1]. D'autres artistes ont depuis employé ce procédé pour des raisons artistiques ou satiriques, sur des enregistrements analogiques et digitaux. La technique a également servi à censurer des mots ou des expressions pour la sortie de chansons « propres ».

Les messages à l'envers sont un sujet controversé aux États-Unis depuis les années 1980, lorsque des groupes chrétiens prétendirent que des artistes de rock les utilisaient dans des buts sataniques. Cela conduisit à des manifestations où des disques furent brûlés et à des propositions de lois devant les gouvernements des États et le gouvernement fédéral. Que ces messages existent ou non est sujet à débat, de même que la question de savoir si le backmasking peut servir à influencer subliminalement quelqu'un.

Histoire[modifier | modifier le code]

Développement[modifier | modifier le code]

En 1877, Thomas Edison inventa le phonographe, un appareil permettant d'enregistrer et de reproduire des sons sur un cylindre en rotation avec un stylet (ou « aiguille ») attaché à un diaphragme monté à l'extrémité étroite d'un cor. Émile Berliner inventa le disque phonographique à gravure horizontale en 1888, et son idée supplanta le phonographe d'Edison dans les années 1920 : le brevet de Berliner expira en 1918, ce qui permit à d'autres de reprendre librement son invention.

Outre la recréation des sons enregistrés par le placement du stylet sur le cylindre (ou le disque) et sa rotation dans le même sens que durant l'enregistrement, on pouvait entendre des sons différents en faisant tourner le support en sens inverse[2]. En 1878, Edison nota que, lorsqu'on la joue à l'envers, « la chanson reste mélodieuse en de nombreux cas, et certains des accords sont doux et originaux, mais totalement différents de la chanson reproduite correctement »[a 1]. L'écoute de disques à l'envers était conseillée aux apprentis magiciens par l'occultiste Aleister Crowley, qui suggérait dans son livre Magick (Book 4) qu'un adepte « s'entraîne lui-même à penser à l'envers par des moyens externes », l'un d'eux étant d'« écouter des disques phonographiques, inversés »[3].

Les magnétophones permirent l'enregistrement de messages à l'envers en studio.

Les années 1950 virent le développement de la musique concrète, une forme avant-gardiste de musique électronique qui comprend le montage de fragments de sons naturels et industriels, ainsi que l'usage de plus en plus répandu des magnétophones dans les studios d'enregistrement[4]. Ces deux événements conduisirent à des compositions sur bande, réalisées à l'aide de techniques comme le retournement physique des bandes[5].

Les Beatles, qui introduisaient des éléments de musique concrète dans leurs titres, furent à l'origine de la popularisation de l'enregistrement à l'envers[1]. Le chanteur John Lennon et le producteur George Martin ont tous deux déclaré être à l'origine de la découverte de cette technique, durant l'enregistrement de l'album Revolver, en 1966, et notamment des chansons Tomorrow Never Knows et I'm Only Sleeping, ainsi que du single Rain[6]. Lennon a déclaré avoir accidentellement joué les bandes pour Rain à l'envers, sous l'influence de la marijuana, et avoir apprécié le son. Le lendemain, il fit écouter sa découverte aux autres Beatles, et l'effet fut employé pour la première fois pour le solo de guitare de Tomorrow Never Knows, puis dans la coda de Rain[7],[8]. D'après Martin, le groupe expérimentait des changements de vitesse et l'inversion des bandes de Tomorrow Never Knows, et Martin eut l'idée d'inverser le chant et la guitare de Lennon, ce qu'il fit à partir d'un clip de Rain. Lennon aima l'idée et se l'appropria[9],[10]. Quoi qu'il en soit, Rain fut la première chanson à inclure un message à l'envers : « Sunshine... Rain... When the rain comes, they run and hide their heads » (« Soleil... pluie... Quand la pluie arrive, ils courent et se cachent la tête »), cette dernière phrase correspondant au premier vers de la chanson[11].

Rumeurs[modifier | modifier le code]

Les Beatles furent impliqués dans la révélation du backmasking à la fois en tant que technique d'enregistrement et source de controverse. Cette dernière naquit en 1969, lorsque le DJ Russ Gibb, de WKNR-FM, reçut un appel téléphonique d'un certain « Tom », étudiant à l'Université d'Eastern Michigan. L'auditeur demandait à Gibb s'il savait qu'une rumeur prétendait que Paul McCartney était mort, et affirmait que la chanson des Beatles Revolution 9 contenait un message à l'envers qui confirmait cette rumeur. Gibb passa la chanson à l'envers sur sa platine et entendit « Turn me on, dead man... turn me on, dead man... turn me on, dead man... » (« Allume-moi, homme mort »)[12]. Gibb commença à parler à ses auditeurs de ce qu'il appelait « le Grand Complot »[13], et plusieurs indices vinrent s'ajouter à l'original, notamment le prétendu message à l'envers disant « Paul is a dead man, miss him, miss him, miss him » (« Paul est un homme mort, il me manque... ») dans I'm So Tired[12]. Cette légende urbaine[14] voulant que McCartney soit mort a popularisé l'idée des messages cachés dans la musique populaire[1].

Suite à l'émission de Gibb, on découvrit que de nombreuses autres chansons contenaient des messages audibles lorsqu'elles étaient passées à l'envers. À l'origine, ces recherches étaient surtout le fait de fans de rock, mais à la fin des années 1970[a 2], avec l'émergence de la droite chrétienne aux États-Unis[15], des groupes chrétiens fondamentalistes commencèrent à affirmer que les messages à l'envers pouvaient traverser l'esprit conscient et atteindre le subconscient, où ils seraient assimilés par l'auditeur à son insu[16]. En 1981, le DJ chrétien Michael Mills commença à affirmer, dans des émissions de radio chrétiennes, que la chanson Stairway to Heaven de Led Zeppelin contenait des messages cachés qu'entendait le subconscient[17]. Début 1982, Paul Crouch, du Trinity Broadcasting Network, présenta une émission avec le soi-disant neurologue William Yarroll, qui affirma que les artistes de rock coopéraient avec l'Église de Satan pour dissimuler des messages subliminaux sur leurs disques[18]. La même année, le pasteur fondamentaliste Gary Greenwald tint des conférences sur les dangers des messages cachés, avec, en au moins une occasion, une destruction massive de disques[19]. Toujours en 1982, trente adolescents de Caroline du Nord, conduits par leur pasteur, proclamèrent que des chanteurs avaient été possédés par Satan, qui utilisait leurs voix pour créer des messages cachés, et ils organisèrent un autodafé de disques à leur église[20].

Des allégations de messages cachés démoniaques furent également émises par des psychologues sociaux, des parents, et des critiques de rock[21], ainsi que le Parents Music Resource Center, fondé en 1985[22], qui accusait Led Zeppelin d'utiliser des messages cachés pour promouvoir le satanisme[23]. Le 28 avril 1982, dans CBS Evening News, Dan Rather débattit de la découverte de possibles messages cachés, et diffusa des passages à l'envers de chansons de Led Zeppelin, Electric Light Orchestra et Styx[b 1].

Législation[modifier | modifier le code]

Une conséquence du scandale fut le renvoi de cinq animateurs qui avaient encouragé leurs auditeurs à chercher des messages cachés dans leur disque[a 2]. Il eut des effets plus sérieux sur les législations des gouvernements de l'Arkansas et de Californie. Un projet de loi fut proposé en Californie en 1983 pour lutter contre le backmasking, qui « peut manipuler notre comportement à notre insu et sans notre consentement, et faire de nous des disciples de l'Antéchrist »[a 3]. Le débat autour du projet de loi impliqua l'audition d'un comité de protection des consommateurs à l'Assemblée d'État de Californie, durant laquelle Stairway to Heaven fut diffusée à l'envers, et durant laquelle William Yaroll témoigna[24]. La loi fut votée, et fit de la distribution de disques contenant des messages à l'envers non signalés une intrusion dans la vie privée pour laquelle le distributeur pouvait être poursuivi[19]. La loi de l'Arkansas fut votée à l'unanimité en 1983, faisait référence à des albums des Beatles, de Pink Floyd, Electric Light Orchestra, Queen et Styx[15], et ordonna que les disques contenant un autocollant d'avertissement disant : « Attention, ce disque contient des messages à l'envers qui peuvent être perceptibles à un niveau subliminal lorsque le disque est joué normalement ». Cependant, la proposition de loi fut retournée au Sénat de l'État par le gouverneur Bill Clinton, et rejetée[19]. La résolution 6363, introduite à la Chambre des représentants en 1982 par Bob Dornan (républicain, Californie), proposait de rendre obligatoire un label similaire[25] ; la proposition de loi, envoyée devant le sous-comité au Commerce, au Transport et au Tourisme, ne fut jamais votée[26]. On fit également appel à une action du gouvernement dans les législatures du Texas et du Canada[19].

Entre l'avénement du disque compact dans les années 1980 et l'arrivée de technologies d'édition sonore sur les ordinateurs personnels dans les années 1990, il devint plus difficile d'écouter les albums à l'envers, et la controverse s'éteignit[21].

Résurgence[modifier | modifier le code]

Si la controverse portant sur les messages à l'envers atteignit son apogée dans les années 1980, la croyance générale dans la manipulation subliminale se répandit davantage aux États-Unis durant la décennie suivante[27], et la croyance en l'existence de messages sataniques sur des albums persista dans les années 1990[28]. Simultanément, le développement de logiciels d'édition sonores, avec des fonctionnalités de lecture inversée, rendirent la chose plus accessible[21], alors qu'on ne pouvait le faire auparavant avec une fidélité maximale qu'en utilisant un magnétophone professionnel[16]. Le Magnétophone, présent sur Microsoft Windows depuis Windows 95, permet la lecture inversée en un clic[29], de même que le logiciel d'édition sonore open source Audacity[30]. Avec la croissance d'Internet, les pisteurs de messages cachés utilisèrent ces logiciels pour créer des sites avec des échantillons de musique inversée, ce qui devint une méthode largement répandue pour explorer le backmasking en musique populaire[21]. Sur son album Harpes du Nouvel Âge (1985) Alan Stivell utilise cette technique sur deux intermèdes intitulés Dor I et Dor II.

Usage[modifier | modifier le code]

Le backmasking est une technique d'enregistrement utilisée depuis les années 1960. À l'époque des bandes magnétiques, il fallait que la bande originale, placée sur une bobine, soit effectivement jouée à l'envers ; pour ce faire, il fallait d'abord l'enrouler autour de la bande enrouleuse originale, puis inverser les bobines afin d'utiliser celle-ci comme source (ce qui inverse également les canaux stéréo). L'enregistrement numérique a grandement simplifié l'opération[31].

Les messages inversés forment un bruit inintelligible lorsqu'ils sont joués à l'endroit, mais deviennent clair lorsqu'on les joue à l'envers[20]. Pour écouter un message à l'envers avec une platine, il faut généralement désengager le bras et faire tourner manuellement le disque à l'envers[32] (quoique certaines puissent jouer les disques à l'envers[16]). Avec les bandes magnétiques, la bande doit être retournée et replacée dans la cassette[32]. À l'origine, les disques compacts étaient difficiles à lire à l'envers, mais les logiciels d'édition audio, introduits dans les années 1980 et popularisés durant la décennie suivante[33], permettent aisément d'inverser un enregistrement à partir de sources numériques[21]

Messages sataniques[modifier | modifier le code]

Si la controverse des messages sataniques concernait surtout des chansons de rock « classique », dont les auteurs niaient toute volonté de promouvoir le satanisme, le backmasking a été utilisé par des groupes de heavy metal pour introduire effectivement des messages sataniques dans leurs paroles ou leur imagerie. Néanmoins, la majorité des groupes véhiculant une image sataniste ne le sont clairement pas, et beaucoup n'ont utilisé cette image que pour des raisons mercantiles[a 4]. Ainsi, le groupe de thrash metal Slayer introduisit au début de son album Hell Awaits (1985) un message à l'envers : une voix profonde répétant « Join Us » (« Rejoignez-nous ») de plus en plus fort pendant une minute, jusqu'à ce qu'une autre voix dise « Welcome Back » (« Bon retour »)[34],[35],[36]. Cependant, Tom Araya, le chanteur de Slayer, affirme que l'emploi de l'imagerie satanique par la bande était « seulement pour l'effet »[37]. Cradle of Filth, autre groupe ayant fait usage de l'imagerie sataniste, a sorti une chanson intitulée Dinner at Deviant's Palace, presque entièrement composée de sons d'ambiance et d'une lecture à l'envers du Notre Père[38], censée être un élément essentiel d'une messe noire[17],[39].

Usage artistique[modifier | modifier le code]

Le backmasking est souvent utilisé dans un but esthétique, afin d'améliorer le sens ou le son d'une chanson[a 2]. Durant le procès des messages subliminaux de Judas Priest, le chanteur Rob Halford admit avoir enregistré la phrase « In the dead of the night, love bites » (« Au cœur de la nuit, l'amour mord ») à l'envers sur le titre Love Bites de l'album Defenders of the Faith (1984). Lorsqu'on lui demanda pourquoi il avait enregistré ce message, Halford déclara que « lorsque vous composez des chansons, vous êtes sans cesse à la recherche de nouvelles idées, de nouveaux sons »[40].

Un exemple célèbre de message caché se trouve dans la chanson de Pink Floyd Empty Spaces, sur l'album The Wall : « Congratulations. You've just discovered the secret message. Please send your answer to Old Pink, care of the funny farm, Chalfont. » (voix dans le fond :) « Roger! Carolyn's on the phone! »[b 2] (« Félicitations. Vous venez de découvrir le message caché. Merci d'envoyer votre réponse au vieux Pink, aux bons soins de la drôle de ferme, Chalfont. / Roger ! Carolyn au téléphone ! »). Ce message fait peut-être référence à l'ancien leader du groupe, Syd Barrett, frappé de folie quelques années plus tôt, ce qui ferait de la « funny farm » un hôpital psychiatrique[b 2].

Une technique courante consiste à inverser une autre partie de la chanson : elle a par exemple utilisée par Missy Elliott[41] (Work It), Jay Chou[42] (You Can Hear), At the Drive-In[43] (300 MHz) ou Lacuna Coil[44] (Self Deception). Une technique proche est d'inverser la totalité d'une piste instrumentale, ce que John Lennon voulait faire à l'origine avec Rain, mais George Martin et Paul McCartney s'y opposèrent, si bien que la section inversée ne dure que 30 secondes[7]. Les Stone Roses ont fait un usage extensif de cette technique dans leurs chansons, notamment Don't Stop[45], Guernica et Simone[46], qui sont toutes des versions inversées d'autres chansons des Stone Roses, parfois avec un nouveau chant superposé.

Les artistes utilisent souvent le backmasking dans l'espoir de produire des effets sonores intéressants[31],[47], comme l'écho inversé. Ces effets sont parfois directement enregistrés sur une bande qui tourne à l'envers (on parle de reverse tape effect), comme c'est le cas sur l'album de Matthew Sweet In Reverse (1999), sur lequel la guitare fut enregistrée selon ce procédé[48]. En concert, ces parties de guitare étaient jouées sur scène avec l'aide d'un émulateur[49].

Le groupe canadien Klaatu utilisa la piste de chant inversée de leur chanson Anus from Uranus comme piste de chant d'une autre chanson, Silly Boys, allant jusqu'à inclure une tentative de retranscription des paroles inversées dans le livret, donnant un résultat incompréhensible et dénué de sens[50].

Messages humoristiques et parodiques[modifier | modifier le code]

Le manuel du logiciel de conversion de son SoX indique en plaisantant que la fonction « reverse » a été « incluse pour découvrir des messages subliminaux sataniques ».
Le groupe Styx, accusé d'avoir produit des chansons contenant des messages sataniques, inclut un véritable message caché dans son album Kilroy Was Here : « Annuit Coeptis, Novus Ordo Seclorum ».

Le backmasking est régulièrement utilisé pour dissimuler un message comique ou parodique dans une chanson. La face B du single de Napoleon XIV They're Coming to Take Me Away Ha-Haaa! (1966) se composait d'une version inversée de la chanson tout entière, intitulée !aaaH-aH ,yawA eM ekaT oT gnimoC er'yehT. Le single se classa troisième aux États-Unis et quatrième au Royaume-Uni[51]. Dans sa chanson Nature Trail to Hell (1984), Weird Al Yankovic déclare à l'envers « Satan eats Cheez Whiz » (« Satan mange du Cheez Whiz », un condiment à base de fromage)[21]. On peut encore trouver un exemple de message humoristique dans la chanson No Anchovies, Please du J. Geils Band (1980), dans laquelle une voix affirme que « It doesn't take a genius to tell the difference between chicken shit and chicken salad » (« Pas besoin d'être un génie pour faire la différence entre une merde de poulet et une salade de poulet »)[16].

Suite à leur implication dans la controverse satanique des années 1980, Electric Light Orchestra et Styx produisirent des chansons qui moquaient les attaques qu'ils avaient subies. Accusés d'avoir inclus des messages sataniques sur leur album Eldorado (1974), ELO inséra deux véritables messages cachés dans leur album suivant, Face the Music (1975)[52] : Down Home Town commence avec une voix répétant deux fois (à l'envers) « Pass the mighty waterfall » (« Franchissez la majestueuse cascade »)[53], et l'instrumental Fire On High contient un message caché disant « The music is reversible, but time is not. Turn back! Turn back! Turn back! » (« La musique peut être inversée, mais pas le cours du temps. Demi-tour ! Demi-tour ! Demi-tour ! »[b 3]. En 1983, ELO sortit un album entier, Secret Messages, en réponse à la controverse, contenant d'innombrables messages cachés, parmi lesquels « Welcome to the big show »[16] (« Bienvenue au grand spectacle » ; deux fois), « Thank you for listening » (« Merci d'écouter »), « Look out, there's danger ahead » (« Attention, danger en vue »), « Hup two three four » (« Hop deux trois quatre »), « Time after time » (« De temps à autres ») ou « You're playing me backwards »[53] (« Vous êtes en train de m'écouter à l'envers »).

La même année, Styx sortit l'album Kilroy Was Here, qui évoque un groupe appelé « Majorité pour la Morale Musicale » qui rend le rock illégal[15]. Un autocollant sur la pochette de l'album indique que « sur ordre de la Majorité pour la Morale Musicale, cet album contient des messages cachés », et la chanson Heavy Metal Poisoning contient effectivement, à l'envers, les mots « Annuit Coeptis, Novus Ordo Seclorum » (« Dieu a favorisé nos entreprises ; un nouvel ordre pour des âges »), des expressions présentes au revers du Grand sceau des États-Unis d'Amérique que l'on retrouve sur le billet américain de un dollar[25].

Toujours en 1983, l'album d'Iron Maiden Piece of Mind inclut également un message caché en réponse aux accusations de satanisme portées à l'encontre du groupe[54]. Entre les chansons The Trooper et Still Life, le batteur Nicko McBrain imite Idi Amin Dada, puis rote[55].

Certains messages s'adressent directement à l'auditeur qui écoute la chanson à l'envers, en se moquant de lui. Dans sa chanson I Remember Larry, « Weird Al » Yankovic déclare : « Wow, you must have an awful lot of free time on your hands » (« Ouah, tu dois terriblement t'ennuyer »)[56]. De la même façon, la chanson Detour Through Your Mind des B-52's contient le message « I buried my parakeet in the backyard. Oh no, you're playing the record backwards. Watch out, you might ruin your needle. »[b 4] (« J'ai enterré ma perruche dans l'arrière-cour. Oh non, vous jouez le disque à l'envers. Faites attention, vous pourriez abîmer votre tête de lecture »). Le groupe de rock chrétien Petra inclut dans sa chanson Judas Kiss le message « What are you looking for the devil for, when you ought to be looking for the Lord? »[16] (« Pourquoi cherchez-vous le diable alors que vous devriez chercher le Seigneur ? »). Le groupe Mindless Self Indulgence sortit une chanson intitulée "Backmask" contenant les paroles (à l'endroit) : "Play that record backwards / Here's a message yo for the suckas / Play that record backwards / And go fuck yourself" ("Jouez cette chanson à l'envers / Voici un message pour les branleurs / Jouez cette chanson à l'envers / Et allez vous faire foutre"). Les messages à l'envers dans la chanson contiennent notamment "clean your room", "do your homework", "don't stay out too late", and "eat your vegetables" ("range ta chambre", "fais tes devoirs", "ne sors pas trop tard", "mange tes légumes")[43],[57].

La technique du backmasking a également été parodiée en 2001 dans un épisode de la série Les Simpson intitulé "Bart et son boys band". Bart Simpson rejoint un Boys band, appelé Party Posse, dont la chanson "Drop da Bomb" ("Lâche la bombe") contient à plusieurs reprises les paroles "Yvan eht nioj" ("Suov-zegagne"). Lisa Simpson se doute de quelque chose, joue la chanson à l'envers et découvre le message "Join the Navy" ("Engagez-vous" dans la version française), ce qui l'amène à réaliser que le boys band a été recruté pour former un outil de recrutement subliminal pour la marine américaine.

Messages critiques ou explicites[modifier | modifier le code]

Frank Zappa utilisa la technique du backmasking pour éviter la censure.

La technique du backmasking a aussi été utilisée pour enregistrer des phrases trop critiques ou explicites pour être incluses dans la version jouée à l'endroit. Frank Zappa utilisa cette technique pour éviter la censure de sa chanson "Hot Poop" de l'album We're Only in It for the Money (1968). La chanson contient à la fin de sa face "A" le message à l'envers "Better look around before you say you don't care. / Shut your fucking mouth 'bout the length of my hair. / How would you survive / If you were alive / shitty little person?" ("Jette un coup d’œil avant de dire que tu t’en fous, ferme ta putain de gueule à propos de la longueur de mes cheveux, comment survivrais-tu, si tu étais vivante, petite personne merdique"). La vulgarité de ces vers, écrits à l'origine pour la chanson "Mother People", a été censurée par Verve Records dans cette dernière. Zappa a donc réécrit ces vers, les a inversés, et les a réintroduits ailleurs dans l'album, à la chanson "Hot Poop" (bien que même dans la version à l'envers, le mot "fucking" soit censuré)[58]. On peut trouver un autre exemple dans l'album Amused to Death (1991) de Roger Waters, où Waters enregistra un message à l'envers, probablement critique contre le réalisateur Stanley Kubrick qui lui avait refusé d'enregistrer un échantillon de bruit de respiration dans son film 2001 : l'odyssée de l'espace[59]. Le message se trouve dans la chanson "Perfect Sense Part 1", où la voix de Waters chante à l'envers "Julia, however, in light and visions of the issues of Stanley, we have changed our minds. We have decided to include a backward message, Stanley, for you and all the other book burners" ("Julia, cependant, à la lumière et à la vue des problèmes avec Stanley, nous avons changé d'avis. Nous avons décidé d'inclure un message à l'envers, Stanley, pour toi et tous les autres brûleurs de livres")[60].

Censure[modifier | modifier le code]

La technique du backmasking est également utilisée pour censurer des mots ou des phrases jugées inappropriées pour les versions radio edit et les albums plus "courtois"[61]. Par exemple, la version épurée de l'album The Score des Fugees contient plusieurs grossièretés dans la version à l'envers[61]. Ainsi, lorsque l'album est joué à l'envers, les mots censurés peuvent être clairement entendus au milieu du charabia[62]. Par exemple, appliquée au mot "shit" ("merde"), ce type de backmasking donne un son proche de "ish". En conséquence, "ish" est devenu un euphémisme pour "shit"[63].

En 2011, dans la chanson de Britney Spears "Till the World Ends", Spears chante "if you want this good shit" ("si vous voulez cette bonne merde"), mais sur la version officielle "shit" est inversé pour obtenir le son "ish", et on entend donc "if you want this good ish" ("si vous le voulez assez bien").

La technique du backmasking est également utilisée pour censurer le mot "joint" dans le clip de la chanson "You Don't Know How It Feels" de Tom Petty, ce qui donne le vers "Let's roll another tnioj" ("Roulons-nous un autre tnioj")[64].

Accusations[modifier | modifier le code]

Parmi les artistes accusés d'utiliser le backmasking, on peut citer : Led Zeppelin[65], The Beatles[65], Pink Floyd[65], Electric Light Orchestra[65], Queen[65], Styx[65], AC/DC[65], Judas Priest[65], The Eagles[65], The Rolling Stones[65], Jefferson Starship[25], Black Oak Arkansas[25], Rush[66], Britney Spears[67] et Eminem[21].

Electric Light Orchestra a été accusé de cacher un message satanique, en utilisant la technique du backmasking, dans son album Eldorado de 1974. La chanson éponyme, "Eldorado", comportait supposément "He is the nasty one / Christ, you're infernal / It is said we're dead men / Everyone who has the mark will live."[25] ("C'est lui l'affreux / Christ, tu es démoniaque / Il est dit que nous sommes des hommes morts / Tous ceux qui portent la Marque vivront"). Le chanteur et parolier du groupe, Jeff Lynne, répondit en appelant ces accusations des "skcollob" (mot inversé pour "bollocks", "sdrabob / bobards" en français)[68], et en expliquant que ce message "est totalement inventé par tous ceux qui disent : 'C'est ce que ça dit !'. Ca ne dit rien de la sorte"[b 4]. Le groupe introduisit plus tard plusieurs messages en backmasking dans leurs futurs albums en réponse à ces accusations.

En 1981, le groupe Styx fut accusé le message en backmasking "Satan move through our voices" ("Satan existe par nos voix") sur leur chanson "Snowblind" de l'album Paradise Theater[15]. Le guitariste James Young qualifia ces accusations d' "ordurières"[69] et répondit : "Si nous souhaitons faire passer un message, nous le ferons sous une forme que les gens puissent tous comprendre, et pas sous une forme qui oblige à acheter un lecteur de cassettes à 400 $ pour nous comprendre"[70]. En 1983, le groupe sortit un album-concept, Killroy was Here, parodiant la Moral Majority.

Un exemple très connu de supposé message en backmasking est celui de la chanson de 1971 de Led Zeppelin, Stairway to Heaven. Une partie de la chanson jouée à l'envers laissait prétendument entendre des paroles commençant par "Here's to my sweet Satan"[71] ("Voici pour mon doux Satan"). Le groupe a pour l'essentiel ignoré de telles allégations. En réponse, Swan Song Records a expliqué que leurs "plaques tournantes ne jouent que dans une seule direction - en avant"[17]. L'ingénieur audio des Led Zeppelin, Eddie Kramer, a commenté en qualifiant ces allégations de "totalement et complètement ridicules. Pourquoi passeraient-ils autant de temps à l'enregistrement pour quelque chose d'aussi stupide ?"[72]. Robert Plant s'est exprimé avec frustration contre les accusations relayées en 1983 par le magazine Musician : "Pour moi c'est très triste, car Stairway to Heaven a été écrite avec les meilleures intentions, et aussi loin que de faire des enregistrements à l'envers et de mettre des messages à la fin, ce n'est pas ma conception de la musique"[73]. Un autre prétendu message en backmasking très connu est : "It's fun to smoke marijuana" ("c'est marrant de fumer de la marijuana"), dans la chanson de Queen, Another One Bites the Dust. Ces accusations sont démenties de la même façon par le porte-parole du groupe[21].

Message subliminal[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Message subliminal.

Groupes Chrétiens Fondamentalistes[modifier | modifier le code]

Différents groupes fondamentalistes chrétiens ont déclaré que Satan (et les musiciens influencés par Satan) utilise les messages en backmasking pour altérer le comportement des gens de façon subliminale. Le pasteur Gary Greenwald a prétendu que les messages subliminaux en backmasking dans le rock pousse ceux qui les écoutent vers le sexe et la drogue[74]. Le pasteur Jacob Aranza écrivit, en 1982, dans son livre intitulé Les messages en backmasking démasqués, que les groupes de rock "utilisent la technique du backmasking pour véhiculer des messages sataniques ou relatifs aux drogues vers le subconscient"[a 2]. Le DJ chrétien Michael Mills argumenta en 1981 que "l'esprit subconscient est réellement affecté par la répétition du rythme et des paroles - à travers les messages subliminaux"[75]. Mills a fait une tournée en Amérique pour prévenir les parents chrétiens des messages subliminaux dans le rock[19].

Plusieurs sites internet chrétiens ont déclaré que la technique du backmasking est largement utilisée pour répandre des messages sataniques[20]. Le site internet du groupe Dial-the-Truth Ministries en Alabama défend l'idée d'un message satanique en backmasking dans la chanson Stairway to Heaven, avec le message qui commence par "Here's to my sweet Satan" ("Voici pour mon doux Satan")[76].

Parents Music Resource Center[modifier | modifier le code]

En 1985, le Dr. Joe Stuessy témoigna au Congrès des Etats-Unis, lors de l'audition du Parents Music Resource Center que :

Le message [d'un morceau de Heavy Metal] peut aussi être caché ou subliminal. Parfois des paroles infrasonores sont mélangées sous d'autres paroles, plus fortes. Elles sont comprises par le subconscient, mais pas par le conscient lui-même. Parfois les messages sont audibles mais à l'envers, par la technique du backmasking. Les experts ne s'entendent pas tous sur l'effet subliminal. Nous avons besoin de mener davantage de recherches sur le sujet[77].

Le témoignage écrit de Stuessy stipule que :

Certains messages sont présentés à ceux qui les écoutent à l'envers. Lorsque l'on écoute la chanson normalement et à l'endroit (ce qui est souvent évident, en quelque sorte), on est soumis simultanément à un message à l'envers (en d'autres termes, les paroles sonnent comme une suite de mots dans un sens, et une suite différente d'autres mots dans l'autre sens). Certains experts considèrent que pendant que l'esprit conscient intègre les paroles à l'endroit, le subconscient agit en même temps pour décoder le message à l'envers[77].

Cas judiciaires[modifier | modifier le code]

Le tueur en série Richard Ramirez, pendant son procès en 1988, prétend que la musique d'AC/DC, et plus particulièrement la chanson "Night Prowler" de l'album Highway to Hell l'a inspiré à commettre des meurtres[76]. David John Oates, un défenseur des théories pseudo-scientifiques liées aux messages à l'envers, prétendit que la chanson "Highway to Hell", sur le même album, contient des messages en backmasking dont "I'm the law" ("Je suis la loi"), "my name is Lucifer" ("Mon nom est Lucifer"), et "She belongs in hell" ("elle appartient à l'enfer")[78]. Le guitariste d'AC/DC Angus Young répondit que "vous n'avez pas besoin de jouer [l'album] à l'envers, parce que nous ne cachons jamais [les messages]. Nous pourrions appeler un album Highway to Hell, au moins ce serait assez clair pour eux"[79].

En 1990, le groupe anglais de heavy metal Judas Priest a été poursuivi en justice dans une affaire de pacte suicidaire entre deux jeunes hommes au Nevada. Les avocats des familles des victimes prétendirent que l'album du groupe Stained Class contenait des messages cachés, dont le message subliminal (et à l'endroit) "Do it" ("fais-le"), dans la chanson "Better by you, Better than me" (une reprise de la chanson du groupe Spooky Tooth), et plusieurs messages subliminaux dans la technique du backmasking. Le cas a été jugé sans suite pour manque de preuve que Judas Priest a utilisé des messages subliminaux dans leur chanson[80], et le juge précisa que "les recherches scientifiques présentées n'établissent pas que les stimuli subliminaux, même s'ils sont perçus, peuvent induire des comportements de cette amplitude. Il existe d'autres facteurs qui expliquent la conduite des victimes, et qui sont indépendants d'éventuels stimuli subliminaux"[81]. Les membres du groupe Judas Priest commentèrent en disant que s'ils avaient souhaité inclure des messages subliminaux, en inclure qui mènent à la mort de leurs fans serait contre-productif, et ils préféreraient insérer des messages du type "achetez plus de nos disques"[82].

Scepticisme[modifier | modifier le code]

Le sceptique Michael Shermer prétend que l'émergence de phénomènes issus de la légende sur la mort de Paul McCartney, dont le prétendu message à la fin de la chanson "I'm So Tired", était due à une perception faussée d'un cadre de représentation. Shermer explique que le cerveau humain a évolué avec un sens inné très fort pour la reconnaissance de formes, qui était nécessaire pour filtrer la grande quantité de bruit dans l'environnement de l'Homme, mais que ce sens conduit aujourd'hui à des faux positifs[83]. Le professeur en psychologie de l'Université Stanford Brian Wandell postule que l'observation de messages inversés est une erreur venant de ces capacités de reconnaissance de formes, et explique que les théories sur la persuasion subliminale sont "bizarre" et "non crédibles"[32]. Les rumeurs de backmasking dans la musique populaire sont décrites comme des paréidolies auditives[84]. James Walker, président du groupe de recherche chrétien Watchman Fellowship, déclare que "vous pouvez prendre une hymne chrétien, et si vous le jouez à l'envers suffisamment longtemps et à différentes vitesses, vous pouvez faire dire à cet hymne ce que vous voulez". Le publicitaire de Led Zeppelin BP Fallon soutient cette idée, en avançant que "vous pouvez jouer n'importe quoi à l'envers, vous trouverez quelque chose". Eric Borgos, du site internet talkbackwards.com[85], avance que "mathématiquement, si vous écoutez suffisamment longtemps, à un moment vous trouverez quelque chose"[21], alors que Jeff Milner, du site de backmasking jeffmilner.com[71], ajoute : "La plupart des gens, lorsque je leur fais écouter le site, disent qu'ils n'arrivent pas à comprendre quoi que ce soit, jusqu'à ce que, bien sûr, je leur montre les paroles inversées"[86].

L'ingénieur du son Evan Olcott déclare que les messages à l'envers par des artistes comme Queen et Led Zeppelin sont des coïncidences, où les phonèmes chantés ou parlés forment de nouvelles combinaisons de sons à l'envers[9]. Olcott avance que "en l'état, concevoir ou imaginer des sons à l'envers est presque impossible, et encore plus difficile lorsqu'on essaie de les inclure dans une chanson"[22].

En 1985, les psychologues de l'université de Lethbridge John Vokey et J. Don Read menèrent une étude à partir du psaume 23 de la Bible, la chanson "Another One Bites The Dust" de Queen et d'autres passages audio fabriqués pour l'expérience. Vokey et Read ont conclu que si le backmasking est bien réel, il est sans effet. Les participants avaient des difficultés à repérer les phrases en backmasking lorsque les morceaux étaient joués en avant, étaient incapables de juger du type de message caché (chrétien, satanique ou commercial) et n'étaient pas enclins à se comporter d'une certaine façon après avoir été exposés aux messages en backmasking. Vokey conclut que "nous ne pouvons trouver aucun effet de messages créés en backmasking sur le comportements des gens les écoutant, que ce soit consciemment ou non"[87]. Des résultats similaires à ceux obtenus par Vokey et Read ont été obtenus par D. Averill en 1982[88]. Une expérience menée en 1988 par T.E.Moore ne trouva "aucune preuve que les gens puissent être influencés, consciemment ou non, par le contenu écouté dans des messages en backmasking"[27]. En 1992, une expérience conclut que l'exposition à des messages en backmasking ne menait à aucun changement significatif du comportement[89]. Le professeur de psychologie Mark D. Allen explique que "présenter des messages subliminaux par la technique du backmasking et complètement et ridiculement impossible"[90].

La découverte de messages sataniques à l'envers a été expliquée comme causée par effet expérimentateur. Le Skeptic's Dictionary explique qu'"on ne comprend probablement pas de messages à l'envers jusqu'à ce que quelqu'un vous le pointe du doigt. La perception est influencée par ce qu'on attend de percevoir, et cette attente est influencée par ce que les autres vous montrent"[91]. En 1984, S. B. Thorne et P. Himelstein trouvèrent que "lorsque de vagues et inconnus stimuli sont présentés, [les sujets de test] sont très enclins à accepter les suggestions présentées par quelqu'un de prestige et d'autorité"[92]. Vokey et Read concluent de leur expérience de 1985 que "la présence apparente de messages de messages à l'envers dans la musique populaire est plus fonction de la construction active du percepteur que de l'existence des messages eux-mêmes"[19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Mark Sullivan, « 'More Popular Than Jesus': The Beatles and the Religious Far Right », Popular Music, vol. 6, no 3,‎ octobre 1987, p. 313-326
  2. « The Gramaphone » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-20
  3. (en) Aleister Crowley, Magick (Book 4), Weiser,‎ 1913 (réimpr. 1997) (ISBN 0877289190), p. 648
  4. Ray White, « Musique Concrète », whitefiles.org
  5. Michael Peters, « The Birth of Loop: A Short History of Looping Music », loopers-delight.com
  6. (en) Chris Mugan, « Subliminal advertising: The voice within », The Independent,‎ 13/10/2006 (lire en ligne)
  7. a et b (en) John Stevens, The Songs of John Lennon: The Beatles Years, Berklee Press,‎ 2002 (ISBN 0634017950), p. 149, 155-6, p. 149, 155-6
  8. (en) Alan Aldridge, The Beatles Illustrated Lyrics, Houghton Mifflin,‎ 1991 (ISBN 039559426X), p. 135 : « À la fin de Rain, on peut m'entendre chanter à l'envers. On avait fait le principal à EMI, et on avait pour habitude de ramener la chanson chez nous et de voir ce que donnerait un petit truc en plus ou ce que donnerait la guitare. Donc, je suis rentré chez moi vers cinq heures du matin, totalement camé, j'ai titubé jusqu'à mon magnétophone et je l'ai mise dedans, mais elle est sortie à l'envers, et j'étais en transe avec mes écouteurs : c'est quoi, ça, c'est quoi, ça. C'est trop, vous savez, et je voulais vraiment que toute la chanson soit presque à l'envers, et ce fut ça. Alors on l'a collé à la fin.
  9. a et b « Audio Reversal In Popular Culture » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-20
  10. Geoffrey Giuliano et Vrnda Devi, Glass Onion: The Beatles in their own words, Da Capo Press,‎ 1999 (ISBN 0306808951), p. 265 : « J'ai fait découvrir à John la musique à l'envers sur Rain, quand j'ai pris sa voix et que je l'ai retournée pendant qu'il faisait une pause café. Quand je l'ai jouée pour lui, il flippait. »
  11. Craig Cross, The Beatles: Day-by-Day, Song-by-Song, Record-by-Record, iUniverrse,‎ 2005 (ISBN 0595346634), p. 425
  12. a et b Andru J. Reeve, Turn Me On, Dead Man: The Beatles And The "Paul-Is-Dead" Hoax, AuthorHouse, p. 11–13
  13. (en) Jim Yoakum, « The Man Who Killed Paul McCartney », The Gadfly,‎ mai/juin 2000 (lire en ligne)
  14. Yanick Desrosiers, « Le subliminal et les Beatles », M.Y.D.,‎ décembre 2000 (lire en ligne)
  15. a, b, c et d (en) Stephen Holden, « Serious Issues Underlie a New Album from Styx », The New York Times,‎ 27 mars 1983 (lire en ligne)
  16. a, b, c, d, e et f (en) William Poundstone, Bigger Secrets, Houghton Mifflin,‎ 1986, « Backward Messages on Records » (voir dans la bibliographie), p. 227–232
  17. a, b et c Erik Davis, 33 1/3 Greatest Hits, Volume One, Continuum,‎ 2007 (ISBN 0826419038), « Led Zeppelin IV », p. 212-214
  18. Denisoff, 289
  19. a, b, c, d, e et f (en) John R. Vokey et J. Don Read, « Subliminal messages: Between the devil and the media », American Psychologist, vol. 40,‎ novembre 1985 (lien DOI?)
  20. a, b et c B. A. Robinson, « Backmasking on records: Real, or hoax? », Ontario Consultants on Religious Tolerance
  21. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) Dionne Searcey, « Behind the Music: Sleuths Seek Messages In Lyrical Backspin », The Wall Street Journal,‎ 9 janvier 2006 (lire en ligne)
  22. a et b « Backwards Messages » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-20
  23. Edward Cox, « Popular music restrictions in America in the late 1980s/early 90s », edcox.net
  24. Denisoff, 290
  25. a, b, c, d et e (en) William Poundstone, Big Secrets, William Morrow and Company,‎ 1983 (voir dans la bibliographie), p. 200–214
  26. « H.R. 6363 », THOMAS (Library of Congress Database) (consulté le 07/09/2008)
  27. a et b Laura A. Brannon et Timothy C. Brock, « The Subliminal Persuasion Controversy: Reality, Enduring Fable, and Polonius’s Weasel », in Sharon Shavitt et Timothy C. Brock, Persuasion: Psychological Insights and Perspectives, Allyn & Bacon,‎ 1994. Disponible sur http://courses.umass.edu/psyc392a/pdf/brannon&brock.1994.pdf
  28. Rudolf E. Racocy, America's Musical Pulse: Popular Music in Twentieth-Century Society, Praeger,‎ 1992 (ISBN 0275943062), « Introduction: The Importance of Music to People », xvi–xvii
  29. « Help with Windows Sound Recorder », Capital Community College
  30. « Audacity: Features », SourceForge.net
  31. a et b Sacha Molitorisz, « Out of the box », Sydney Morning Herald,‎ 23 juin 2004
  32. a, b et c Jaime Holguin, « Backmasking unmasked! Music site's in heavy rotation », Seattle Times,‎ 27 février 2006 (lire en ligne)
  33. « Portable Digital Audio Workstations (Buyer's Guide) », Theatre Crafts International,‎ 1er février 1997 (lire en ligne)
  34. Michael Fortes, « The Complete Idiot's Guide to Slayer », jefitoblog,‎ 20 mars 2003
  35. « Did You Know? », Slayerized
  36. Jonathan Davis, « The Greatest Metal Bands Of All Time:Slayer », MTV News
  37. Janek Hellqvist, « Slayer FAQ », slaytonic.com,‎ 3 décembre 1998
  38. Dean Corbin, « Hard Rock/Metal/Punk », Backmask Online
  39. Thomas Fuller, Good Thoughts in Bad Times, and Other Papers, Ticknor and Fields,‎ 1863 (lire en ligne), p. 157 : « On rapporte que les sorcières (parmi bien d'autres observations infernales, par lesquelles elles s'offrent à Satan) disent le Notre Père à l'envers. »
  40. « Judas Priest's Lead Singer Testifies », The New York Times,‎ 1er août 1990 (lire en ligne)
  41. Dean Corbin, « Rap/Hip Hop », Backmask Online
  42. « Jay Chou FAQ » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-20
  43. a et b Dean Corbin, « Modern Rock », Backmask Online
  44. « Lacuna Coil—Frequently Asked Questions », Emptyspiral.net—The Lacuna Coil Community,‎ 10 décembre 2006
  45. Matt Pomroy, « The Stone Roses: self-titled », PopMatters,‎ 22 octobre 2002
  46. « Ian Brown interview conducted by Adam Walton » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-20
  47. David Federlein, « Reader comments: backwards satanic messages »,‎ 1er avril 2005
  48. David Simons, « Matthew Sweet: Rebuilding the Wall of Sound », Guitar Player,‎ janvier 2000
  49. David Simons, « Back on the Bus », Onstage,‎ janvier 2000
  50. Klaatu audio samples
  51. « They're Coming To Take Me Away, Ha-haaa by Napoleon XIV », Songfacts
  52. Rob Michel, « 1974: Electric Light Orchestra: Eldorado », Dutch Progressive Rock Page,‎ août 2002
  53. a et b « Secret Messages » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-20
  54. Vartan Narinian, « The Iron Maiden FAQ Part 1 »
  55. « The Iron Maiden Commentary »
  56. Marty "Gumby" Lick, "Happy Steve" Chai, « "Weird Al" Yankovic Frequently Asked Questions », Al-oholics Anonymous
  57. "Mindless Self Indulgence – Backmask". UGO Networks. Retrieved 2009-06-13
  58. Pacholski, Luke. "We're Only In It for the Money". lukpac.org. Retrieved 2006-07-29
  59. Simon, Michael. "Amused To Death Trivia". Roger Waters International Fan Club. Retrieved 2007-03-17
  60. "Roger Waters – Perfect Sense". UGO Networks. Retrieved 2009-06-13
  61. a et b Nelson, Chris (1998-09-08). "Sticker Ban Policy: Family Values Or Consumer Fraud?". VH1. Retrieved 2007-02-03.
  62. mcc. "Music that sounds better backward than forward". Everything2. Retrieved 2006-08-26
  63. Rader, Walter; David (2002-12-22). "The Online Slang Dictionary". University of California at Berkeley. Retrieved 2007-04-16
  64. Considine, J. D. (July 5, 1995). "Some lyrics are revised when listeners read between the lines Changing Their Tunes". The Baltimore Sun. Retrieved September 7, 2010
  65. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Blecha, 50
  66. Stephen M Deusner, « For Whom Hell's Bells Toll », Pitchfork, Pitchfork Media,‎ December 12, 2005 (lire en ligne)
  67. Deborah Tetley, « Albertan finds Satan in music downloads », Calgary Herald,‎ January 10, 2006 (lire en ligne)
  68. « Electric Light Orchestra Biogs », Face The Music (consulté le 2007-03-14)
  69. Yardena Arar, « Satanic records or balderdash: Just what the devil's going on? », The Daily Herald, Arlington Heights, IL,‎ May 26, 1982
  70. Dave Hoekstra, « Styx makes a statement », Suburban Sun-Times, Chicago,‎ April 1, 1983
  71. a et b Jeff Milner, « Jeff Milner's Backmasking Site », jeffmilner.com (consulté le 2007-03-14)
  72. Davis, Stephen. The Hammer of the Gods (1985) p. 335
  73. Considine, J.D. "Interviews". Retrieved 2006-06-07.
  74. Vokey, 258
  75. Mills, Michael. Hidden and Satanic Messages In Rock Music. Radio interview, 1981, blog.wfmu.org. Introduction, at 1:22
  76. a et b Terry Watkins, « Rock Music: The Devil's Advocate », Dial-the-Truth Ministries (consulté le 2007-03-17)
  77. a et b United States Senate (1985). Record Labeling: Hearing before the Committee on Commerce, Science, and Transportation. United States Senate, Ninety-ninth Congress, First Session on Contents of Music and the Lyrics of Records (September 19, 1985). Washington, DC: U.S. Government Printing Office. Pages 118–125. Available at Joesapt.net. Retrieved 2007-06-09.
  78. Von Ulrich, Meyerratken (June 1997). Untitled. Esotera. Translated from German by Evan Galbraith. Edited by Michael George. Available at reversespeech.com. Retrieved 2007-03-17.
  79. {{{last}}}. Interview par Sylvie Simmons. Mojo. (Interview).
  80. Vokey, 261
  81. Cassiel Sophia, « Subliminal Suicide? », Metareligion (consulté le 2007-03-17)
  82. Van Taylor, David. KNPB Channel 5 Public Broadcasting, 1982: Dream Deceivers: The Story Behind James Vance Vs. Judas Priest.
  83. Michael Shermer, « Turn Me On, Dead Man », Scientific American,‎ mai 2005 (lire en ligne)
  84. Zusne, 77
  85. Backmasking and Reverse Speech. TalkBackwards.com. Retrieved 2007-06-05.
  86. Tristin Hopper, « Student sets up "backmasking" website », The Charlatan, Carleton University, Ottawa,‎ January 26, 2006 (lire en ligne)
  87. Vokey, 260
  88. D. Averill, « Did the Devil make you do it? », Tulsa World, Oklahoma,‎ September 12, 1982, p. 17 Cited in Zusne, 79
  89. L.C. Swart et C.L. Morgan, « Effects of subliminal backward-recorded messages on attitudes », Perceptual & Motor Skills, vol. 75, no 3 Pt 2,‎ décembre 1992, p. 1107–1113 (liens PubMed? et DOI?)
  90. « Backmasking: Satan, marijuana and Cheez Whiz » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-03-20
  91. Robert Todd Carroll, « backwards satanic messages (backmasking) », The Skeptic's Dictionary,‎ December 28, 2006 (consulté le 2007-04-18)
  92. Stephen B. Thorne et Philip Himelstein, « The role of suggestion in the perception of Satanic messages on rock-and-role recordings », Journal of Psychology,‎ 1984, p. 245–248 Cited in (en) Robert D. Hicks, In Pursuit of Satan: The Police And the Occult, Buffalo, NY, Prometheus,‎ 1991 (ISBN 1-59102-219-3), p. 306
  • (en) Peter Blecha, Taboo Tunes: A History of Banned Bands and Censored Songs, Backbeat Books,‎ 2004 (voir dans la bibliographie)
  1. p. 48
  2. a, b, c et d p. 49
  3. p. 51
  4. p. 52
  • (en) R. Gary Patterson, Take a Walk on the Dark Side: Rock and Roll Myths, Legends, and Curses, Fireside,‎ 2004 (voir dans la bibliographie)
  1. p. 173
  2. a et b p. 186
  3. 173–174
  4. a et b p. 174

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Peter Blecha, Taboo Tunes: A History of Banned Bands and Censored Songs, Backbeat Books,‎ 2004 (ISBN 0-87930-792-7)
  • (en) R. Serge Denisoff, Inside MTV, Transaction,‎ 1988 (ISBN 0-88738-864-7)
  • (en) R. Gary Patterson, Take a Walk on the Dark Side: Rock and Roll Myths, Legends, and Curses, Fireside,‎ 2004 (ISBN 0-7432-4423-0)
  • (en) William Poundstone, Big Secrets, New York, William Morrow and Company,‎ 1983 (ISBN 0-688-04830-7, lire en ligne), « Secret Messages on Records » Document également disponible commenté par Malinda McCall, lire en ligne
  • (en) William Poundstone, Bigger Secrets, Houghton Mifflin,‎ 1986 (ISBN 0-395-45397-6, lire en ligne), « Backward Messages on Records »
  • (en) John R. Vokey, Psychological Sketches, Lethbridge, Alberta, Psyence Ink,‎ 2002, 6e éd., PDF (lire en ligne), « Subliminal Messages », p. 223-246
  • (en) Leonard Zusne et Warren H. Jones, Anomalistic Psychology: A Study of Magical Thinking, Lawrence Erlbaum Associates,‎ 1989 (ISBN 0-8058-0508-7), p. 78

Crédit d'auteurs[modifier | modifier le code]