Disque phonographique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Disque.
Single-Record

Un disque phonographique est un disque de métal, de cire, de laque, ou de matière thermoplastique (vinyles) qui possède des propriétés d'enregistrement et/ou de reproduction mécanique du son.

Technique[modifier | modifier le code]

C'est un support analogique de sons enregistrés. Il se présente, sous sa forme la plus connue comme un disque plat en matière synthétique. Un sillon ayant la forme d'une spirale est gravé sur chaque face. Le son est enregistré dans les modulations latérales du sillon (pour les disques monophoniques), ou dans la modulation latérale de chacune des deux parois du sillon (pour les disques stéréophoniques).

L'enregistrement analogique sur disque fut la technologie la plus répandue de l'enregistrement du son au XXe siècle. Dans la plupart des cas, le disque est gravé avec un seul sillon de chaque côté du disque.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pathé disque
  • 1887 : Émile Berliner propose une machine à disque de zinc et à gravure horizontale du son. Le procédé de Thomas Edison utilise lui un cylindre et une gravure verticale. Ceci est en fait la réalisation du procédé de Charles Cros déposé à l'Académie des Sciences en 1877.
  • 1901 : À partir du brevet de Berliner, l'ingénieur Eldrige R. Johnson apporte des perfectionnements (création aux Etats-Unis de Victor Talking Machine Company).
  • 1902 : Columbia Graphophone Cy, s'approprie un brevet de fabrication de disques en cire.
  • 1904 : Le label Odéon commercialise pour la première fois des disques enregistrés en double face et au format de 25 et 30 cm.
  • 1907 : La Victor Talking Machine Company et la Gramophone Company se répartissent la marché international de l'enregistrement sonore[1].
  • 1925 : L'enregistrement électrique fait son apparition et va supplanter l'enregistrement acoustique. Se développeront ensuite les appareils électriques de lecture des disques dans les années 1930.
  • 1955 : Développement de l'enregistrement en stéréo
  • 1948 : CBS (Columbia Broadcasting System) met au point le Long playing record (en) (33 Tours).
  • 1949 : RCA lance le disque microsillon 45 Tours.
  • 1981 : Philips et Sony signent un accord sur le brevet de disque audionumérique ou disque compact (CD) permettant le développement d'un standard unique dont le lancement intervient l'année suivante au Japon et aux États-Unis, puis en Europe.

Principe[modifier | modifier le code]

On fait tourner le disque à une vitesse angulaire constante sur un plateau motorisé. Dans le sillon on dépose une aiguille ou un diamant relié mécaniquement à une tête (piézoélectrique ou électromagnétique) fixée au bout d'un bras sur pivot. Cette tête restitue sous forme de signal électrique, les aspérités gravées dans le sillon lors de la fabrication.

Formats par ordre chronologique[modifier | modifier le code]

Origine Année Face Dimension Vitesse Phonie Gravure
Berliner 1894 monoface 17 cm 70 tr/min monoral horizontale
Victor 1906 doubleface _ _ monoral _
Diamond 1912 _ _ 80 tr/min monoral verticale
Columbia 1948 doubleface 17 cm 33 1/3 tr/min monoral verticale
Columbia 1949 doubleface 12 cm 45 tr/min monoral verticale

Réglage de vitesse[modifier | modifier le code]

Le tableau croisé suivant indique, en fonction du niveau d'enregistrement et le nombre de tours par minute selon la taille du support, le temps d'enregistrement à respecter.

Tps min/dB -3dB -2dB -1dB 0dB +1dB +2dB +3dB +4dB +5dB +6dB
Master 12 45 tours _ _ _ _ _ _ _ _ 10 9
Master 12 33 tours 24 22 _ 20 18 17 16 15 13 12
Master 10 45 tours _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
Master 10 33 tours 16 _ 15 14 13 12 _ 11 10 9
Master 7 45 tours _ _ _ _ _ _ 4 _ _ 3
Master 7 33 tours 7 _ _ 6 _ _ _ _ _ 4

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Lesueur "Histoire du disque et de l'enregistrement sonore" Editions Carnot
  • Mario d'Angelo "La renaissance du disque. Les mutations mondiales d'une industrie culturelle" La Documentation Française, Paris, 1990

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]