Novus Ordo Seclorum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Novus Ordo Seclorum est l'une des deux devises qui apparaissent sur le revers du Grand sceau des États-Unis d'Amérique (l'autre étant Annuit Coeptis). L'expression peut se traduire comme le nouvel ordre séculier (nouvel ordre laïc, profane), c'est-à-dire un nouvel ordre non relié à l'autorité et/ou à l'influence religieuse. La phrase est souvent traduite par « Nouvel Ordre Séculaire » c'est-à-dire Nouvel Ordre pour les siècles, en effet les termes « séculaire » et « séculier » viennent tous deux du terme latin religieux saecularis (« séculier », « profane ») venant lui-même du terme latin saeculum et qui signifie « siècle ». Le terme Novus Ordo Seclorum peut faire donc tout aussi bien référence au siècle au sens de « centenaire » qu'au sens de « la vie du monde, qui change avec les époques, par opposition à la vie religieuse, dont les valeurs sont éternelles ». (cf : Le Petit Robert)

Origines[modifier | modifier le code]

Gravure représentant le philosophe et secrétaire du Congrès Charles Thomson.

Cette phrase inspirée par la 4e églogue des Bucoliques de l'auteur latin Virgile est devenue une des devises des États-Unis en 1782. Elle est imprimée sur les billets de banque de la monnaie de ce pays depuis 1935.

Passage qui inspira l'expression (elle n'existe pas en toute lettre dans le texte de Virgile) :

Ultima Cumaei venit iam carminis aetas;
magnus ab integro saeclorum nascitur ordo.
iam redit et Virgo, redeunt Saturnia regna,
iam nova progenies caelo demittitur alto.

Elle a été proposée en 1782 par Charles Thomson, père fondateur choisi par le Congrès continental pour présenter la conception finale du grand sceau des États-Unis. Le 20 juin 1782, le Congrès a approuvé la conception de Thomson pour les deux parties du grand sceau officiel dont la description indique pour le revers :

« Sur la base de la pyramide est inscrit MDCCLXXVI en chiffres romains ». C'est-à-dire 1776, date de la fondation des États-Unis.
« Et, au-dessous, la devise suivante : "Novus Ordo Seclorum" ». « Un nouvel ordre laïc ».

C'est aussi la devise de la faculté de management de l'université Yale aux États-Unis.

Signification[modifier | modifier le code]

La devise se situe au bas du revers du sceau et son sens se rattache à l'image au-dessus : la pyramide inachevée à la date MDCCLXXVI (1776), car les États-Unis ont pour but de s'étendre géographiquement (c'est la destinée manifeste), mais aussi que la liberté doit s'étendre à toute l'humanité et que les États-Unis sont la première démocratie qui un jour deviendra la réalité de tous les hommes[1].

Les fondateurs des États-Unis, qui étaient des visionnaires, pensaient que leur œuvre était historique. Ils connaissaient le passé et appréhendaient le futur, et pensaient que la réalisation de leurs actions aurait des conséquences durables[2].

En janvier 1776, Thomas Paine avait donné une vision de cette nouvelle ère américaine. Dans son livre Le sens commun, il écrit: « La cause de l'Amérique est dans une grande mesure la cause de l'humanité tout entière [...] Ce n'est pas la préoccupation d'une journée, d’un an, ni d’un siècle ; la postérité est virtuellement impliquée dans le déroulement des choses, et elle sera plus ou moins touchée, même à la fin des temps, par ce qui se passe. »[3]

Relation avec la symbolique de la franc-maçonnerie[modifier | modifier le code]

Le sceau comporte des symboles maçonniques manifestes, comme la pyramide et l'œil de la providence que l'on peut également voir sur le haut de la déclaration des droits de l'homme. Sans oublier les 13 étapes pour atteindre l'illumination représenté par les briques de la pyramide.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.greatseal.com/mottoes/seclorum.html
  2. Novus Ordo Seclorum - Origin and Meaning of the Motto Beneath the American Pyramid
  3. Thomas Paine, Bernard Vincent, Le Sens commun, Aubier Montaigne, Collection bilingue, 1992, 220 pages, (ISBN 2700703340)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]