Psaume 23 (22)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
The Sunday at Home, 1880

Le psaume 23 (22 dans la numérotation grecque) est un psaume de la Bible hébraïque, donc de l'Ancien Testament, attribué au Roi David, qui décrit Dieu comme le Berger. Il est appelé en latin Dominus pascit, « Le Seigneur est mon berger. »

Texte[modifier | modifier le code]

verset original hébreu[1] traduction française de Louis Segond[2] Vulgate[3] latine
1 מִזְמוֹר לְדָוִד: יְהוָה רֹעִי, לֹא אֶחְסָר [Cantique de David.] L’Éternel est mon berger : je ne manquerai de rien. [Canticum David] Dominus pascit me nihil mihi deerit
2 בִּנְאוֹת דֶּשֶׁא, יַרְבִּיצֵנִי; עַל-מֵי מְנֻחוֹת יְנַהֲלֵנִי Il me fait reposer dans de verts pâturages, il me dirige près des eaux paisibles. In pascuis herbarum adclinavit me super aquas refectionis enutrivit me
3 נַפְשִׁי יְשׁוֹבֵב; יַנְחֵנִי בְמַעְגְּלֵי-צֶדֶק, לְמַעַן שְׁמוֹ Il restaure mon âme, il me conduit dans les sentiers de la justice, à cause de son nom. Animam meam refecit duxit me per semitas iustitiae propter nomen suum
4 גַּם כִּי-אֵלֵךְ בְּגֵיא צַלְמָוֶת, לֹא-אִירָא רָע-- כִּי-אַתָּה עִמָּדִי;שִׁבְטְךָ וּמִשְׁעַנְתֶּךָ, הֵמָּה יְנַחֲמֻנִי Quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : ta houlette et ton bâton me rassurent. Sed et si ambulavero in valle mortis non timebo malum quoniam tu mecum es virga tua et baculus tuus ipsa consolabuntur me
5 תַּעֲרֹךְ לְפָנַי, שֻׁלְחָן-- נֶגֶד צֹרְרָי;דִּשַּׁנְתָּ בַשֶּׁמֶן רֹאשִׁי, כּוֹסִי רְוָיָה Tu dresses devant moi une table, en face de mes adversaires ; tu oins d’huile ma tête, et ma coupe déborde. Pones coram me mensam ex adverso hostium meorum inpinguasti oleo caput meum calix meus inebrians
6 אַךְ, טוֹב וָחֶסֶד יִרְדְּפוּנִי-- כָּל-יְמֵי חַיָּי;וְשַׁבְתִּי בְּבֵית-יְהוָה, לְאֹרֶךְ יָמִים Oui, le bonheur et la grâce m’accompagneront tous les jours de ma vie, et j’habiterai dans la maison de l’Éternel jusqu’à la fin de mes jours. Sed et benignitas et misericordia subsequetur me omnibus diebus vitae meae et habitabo in domo Domini in longitudine dierum

Thème du psaume[modifier | modifier le code]

Le psaume 23 décrit Dieu comme un berger nourrissant (verset 1) et menant (verset 3) son troupeau. La houlette et le bâton (verset 4) sont égalements des instruments du berger. Certains commentateurs voient la métaphore du berger dans tout le psaume : Tu dresses devant moi une table ferait référence à une tradition ancienne des bergers orientaux d'utiliser de petites tables pour nourrir les moutons[4]. De même, Tu parfumes d'huile ma tête peut faire référence à un ancien onguent appliqué sur les plaies pour repousser les mouches. MacMillan note également que le bien et la bonté du verset 6 lui rappellent les deux chiens de berger venant derrière le troupeau[5].

Utilisation religieuse[modifier | modifier le code]

Dans la tradition juive[modifier | modifier le code]

Une longue tradition attribue ce psaume au Roi David qui a été selon les Écrits Hébraïques lui-même berger dans sa jeunesse.

Le Psaume 23 est habituellement chanté par les Juifs en hébreu pendant le troisième repas du Chabbat, le samedi midi. Il est également chanté pendant le Yizkor. Les Séfarades et certains Juifs hassidiques le chantent aussi pendant la célébration du vendredi après-midi, soir du Sabbath et pendant les repas. Il est lu lors des funérailles.

Le texte standard en hébreu du Judaisme est le texte texte massorétique standardisé entre le VIIe siècle et Xe siècle.

Dans la tradition chrétienne[modifier | modifier le code]

Le Psaume 23 est souvent appelé le Psaume du Berger.

Pour les chrétiens, l'image de Dieu comme berger renvoie non seulement à David mais également à Jésus décrit comme le Bon Berger dans l'évangile selon Jean. La référence à la vallée de la mort du verset 4 est souvent vue comme une allusion à la vie éternelle promise par Jésus.

Les Orthodoxes incluent ce psaume dans les prières de préparation à l'Eucharistie.

Les Protestants ont grandement poussé à rendre la Bible disponible dans les langues vernaculaires. La version anglaise du psaume la plus courante en anglais est celle de la Bible du roi Jacques (1611).

Toutes les Églises chrétiennes utilisent le Psaume 23 lors des funérailles. Le Livre de la prière commune assure la place de ce psaume dans les funérailles anglicanes.

Dans les monastères, ce psaume était hebdomadairement exécuté, lors de l'office de matines du dimanche, depuis la règle de saint Benoît fixée vers 530 et qui attribuait les psaumes 21 (20) à 109 (108) aux matines, par ordre numérique [6],[7].

Utilisation musicale[modifier | modifier le code]

Liturgique et classique[modifier | modifier le code]

Chansons[modifier | modifier le code]

Fichiers audio
Psaume 23 par Jessie S Irvine
arrangement orchestral
Psaume 23 par James Leith Macbeth Bain
arrangement orchestral
Des difficultés à utiliser ces médias ? Des difficultés à utiliser ces médias ?

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L’original hébreu provient du site Sefarim, du grand rabbinat de France.
  2. La traduction de Louis Segond est disponible sur Wikisource, de même que d'autres traductions de la Bible en français.
  3. La traduction de la Vulgate est disponible sur le Wikisource latin.
  4. J. Douglas MacMillan, The Lord of Shepherd. (Bryntirion: Evangelical Press of Wales, 1988), 78.
  5. MacMillan, 82
  6. Psautier latin-français du bréviaire monastique, p. 67, 1938/2003
  7. http://www.abbaye-montdescats.fr/?page_id=1887
  8. a et b BBC h2g2 Psalm 23
  9. Avec les Psaumes 43 et Psaume 150 dans une version a capella pour chœur écrite en 1954. Dixon, Joan (1992). George Rochberg: A Bio-Bibliographic Guide to His Life and Works. Hillsdale, New York: Pendragon Press, p. 175.
  10. The Miklós Rózsa Society Website
  11. Blotner, Linda Solow (1983). The Boston Composers Project: A Bibliography of Contemporary Music. Cambridge, Massachusetts: MIT Press, p. 547.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Nombreux sont les auteurs qui ont commenté les psaumes. Voici quelques ouvrages parmi les plus connus, classés par ordre chronologique :

Liens externes[modifier | modifier le code]