Richard Ramirez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ramirez.
Richard Ramirez
Information
Nom de naissance Ricardo Muñoz Ramírez
Surnom Le Traqueur de la nuit
Naissance 29 février 1960
El Paso, Texas,
Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès 7 juin 2013 (à 53 ans)
San Quentin, Californie,
Drapeau des États-Unis États-Unis
Cause du décès Causes naturelles
Sentence Peine de mort
Meurtres
Nombre de victimes 14+[1]
Pays États-Unis
États Los Angeles, San Francisco

Ricardo Muñoz Ramírez dit Richard Ramirez (né à El Paso, Texas, le 29 février 1960, et mort de maladie dans la Prison d'État de San Quentin, en Californie, le 7 juin 2013) est un tueur en série américain ayant sévi à Los Angeles et San Francisco en 1985. Il a été condamné à la peine de mort pour avoir commis 11 viols et 14 meurtres[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ramirez, en 1984.

Issu d'une famille mexicaine de sept enfants dont il était le benjamin, il a été surnommé par la presse américaine « the Night Stalker » (en français le « Traqueur de la Nuit ») en référence à la chanson Night Prowler d'AC/DC, qui était la chanson préférée de Richard Ramirez. Il a été reconnu coupable du meurtre de 13 personnes[2], mais également de 5 tentatives de meurtres, 11 viols et 14 vols aggravés avec effraction. Il a été condamné à mort et est demeuré emprisonné à la Prison d'État de San Quentin dans l'attente de son exécution. Contrairement aux autres tueurs en série qui amènent leurs victimes chez eux ou dans des endroits isolés, Ramirez pénétrait dans les habitations, tuait les hommes d'une balle dans la tête, puis tabassait, violait et parfois tuait les femmes. Los Angeles étant alertée de la présence d'un tueur, les habitants devinrent très vigilants ; le tueur préféra alors aller commettre des meurtres à San Francisco.

Il fut repéré grâce au témoignage d'une femme ayant loué une chambre à quelqu'un qui ressemblait au portrait-robot du tueur et qui lui avait vendu des objets volés chez une des victimes. La police finit par retrouver des empreintes du tueur dans une voiture que celui-ci avait volée. Son identité fut retrouvée, sa photo fut publiée, Ramirez se fit repérer et faillit être lynché par la foule. Il ne fut sauvé que grâce à l'intervention de la police. Ramirez se prenait pour une sorte de démon, impitoyable, cruel, décidant de la vie et de la mort de chacun, et insaisissable[3].

Richard Ramirez affirmait écouter en boucle dans sa voiture « Night Prowler » d'AC/DC à la recherche de ses victimes, et abandonna sur une des scènes de crime une casquette de baseball marquée du logo du groupe[4]. Cette influence, bien que jamais établie lors de son procès, déclencha aux U.S.A. une vive polémique dans les médias, attisée par les groupes de fondamentalistes religieux, sur la responsabilité des groupes de rock et d'AC/DC en particulier dans une supposée dérive de la jeunesse et une incitation au satanisme[5]. Le groupe AC/DC dut notamment annuler une série de concerts sur la côte est des États-Unis sous la pression de ligues de vertus américaines en 1984-1986, période au cours de laquelle la couverture médiatique de l'arrestation de Richard Ramirez fut la plus grande[6].

Richard Ramirez se présenta comme un sataniste en arrivant dans la salle d'audience du tribunal en 1988, et s'était dessiné des pentacles sur la paume de chacune de ses mains[7] :

« Vous ne me comprenez pas. Vous n'en êtes pas capables ! Je suis au-delà de votre expérience. Je suis au-delà du Bien et du Mal... »

Il demeure de 1989 à 2013 dans le couloir de la mort à la Prison d'État de San Quentin en Californie.

Le 3 octobre 1996, Richard Ramirez se marie en prison avec Doreen Lioy, une journaliste indépendante[8].

Le 7 août 2006, son appel est rejeté par la Cour Suprême de Californie, la sentence fut confirmée[9].

Il meurt le 7 juin 2013 à l'âge de 53 ans de « causes naturelles » au Marin General Hospital, selon les services correctionnels de Californie[10].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Clifford L. Linedecker, Night Stalker, 1991 (St, Martin's)
  • (en) Philip Carlo, The Night Stalker: The Life and Crimes of Richard Ramirez, 2006 (Pinnacle True Crime)
  • (en) Kay Dee, Life Without Hope: Into the Mind of Richard L. Ramirez, 2006 (SBA Network)
  • (en) Michael Newton, The Encyclopedia of Serial Killers, 2006 (Checkmark Books)
  • (fr) Nicolas Castelnaux, Richard Ramirez, le Fils du Diable, 2006 (Camion Noir)
  • (fr) Zaroff, Night Stalker, 2013 (Trash éd., coll. Trash n° 6) (roman d'horreur librement inspiré des forfaits de Richard Ramirez)

Filmographie sur sa vie[modifier | modifier le code]

  • (en) Serial Killers (1994) documentaire, Wavelength Video
  • (en) History's Mysteries: Infamous Murders (2001) documentaire de Jonathan Martin
  • (en) Nightstalker (2002) film de Chris Fisher
  • (en) A&E - Biography - Richard Ramirez: The Night Stalker, 2006 documentaire (A&E Home Vide)
  • (en) Manhunt: Search for the Night Stalker, (2006) film de Bruce Seth Green

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://books.google.fr/books?id=QTAkwM2ni_gC&redir_esc=y
  2. a et b (en) « Murders Database: Richard Ramírez' List of Victims », sur web.ukonline.co.uk
  3. (en) « Richard Ramirez, the Night Stalker [ Chapter 3 ] », sur trutv.com
  4. (en) http://www.roadkillrekordz.nl/dannyramirez/aboutrichardramirez.htm
  5. (en) Documentaire sur l'affaire Richard Ramirez, incluant une interview d'Angus Young, d'AC/DC, sur le sujet : [vidéo] Disponible sur YouTube.
  6. (en) Mad Scott, Interview AC/DC, dans Enfer Magazine no 34, mars 1986.
  7. (en) http://phibes69.hubpages.com/hub/HIGHWAY-TO-HELL-HARD-ROCK-MURDER-AND-SATAN
  8. (en) Jim Doyle, « Death Row Groom Wore Something Blue », sur San Francisco Chronicle, 1996
  9. (en) California Supreme Court, 27 septembre 2006.
  10. AFP, « États-Unis : le tueur en série adorait Satan », Le Figaro, 7 juin 2013.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]