Dmitri Mendeleïev

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mendeleiev)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Mendeleïev » redirige ici. Pour les autres significations, voir Mendeleïev (homonymie).

Dmitri Mendeleïev

Description de cette image, également commentée ci-après

Dmitri Ivanovitch Mendeleïev

Naissance 8 février 1834
Tobolsk (Empire russe)
Décès 2 février 1907 (à 72 ans)
Saint-Pétersbourg (Empire russe)
Nationalité Drapeau de Russie Russe
Champs Chimie
Institutions Université de Saint-Pétersbourg
Diplôme Université de Saint-Pétersbourg
Renommé pour Classification périodique des éléments publiée en 1869
Distinctions Prix Demidoff, Médaille Davy de la Royal Society (1882)
Faraday Lectureship de la Royal Society of Chemistry (1889)
Médaille Copley de la Royal Society (1905)

Dmitri Ivanovitch Mendeleïev Prononciation du titre dans sa version originale Écouter (en russe : Дми́трий Ива́нович Менделе́ев), né le 8 février 1834 à Tobolsk et mort le 2 février 1907 à Saint-Pétersbourg, est un chimiste russe.

Il est principalement connu pour son travail sur la classification périodique des éléments, publiée en 1869 et également appelé « tableau de Mendeleïev ». Il déclara que les éléments chimiques pouvaient être arrangés selon un modèle qui permettait de prévoir les propriétés des éléments non encore découverts.

Enfance, études et début de la carrière scientifique[modifier | modifier le code]

Mendeleïev est né à Tobolsk, en Sibérie. Il était le cadet des nombreux enfants d'Ivan Pavlovitch Mendeleïev et de son épouse, née Maria Dimitrievna Kornilieva (le douzième selon Michael Gordin[1], historien des sciences). Il entre à l'âge de quinze ans au lycée de Tobolsk, après la mort de son père. En 1849, la famille devenue pauvre s'installe à Saint-Pétersbourg et Dmitri entre à l'université en 1850. Après avoir reçu son diplôme, il contracte la tuberculose ce qui l'oblige à se déplacer dans la péninsule criméenne près de la Mer Noire en 1855, où il devient responsable des sciences du lycée local. Il revient complètement guéri à Saint-Pétersbourg en 1856. Il étudie la chimie à Saint-Pétersbourg où il fut diplômé en 1856. À 25 ans, il vient travailler à Heidelberg avec des savants comme Robert Bunsen et Gustav Kirchhoff. En 1867, il est nommé professeur de chimie minérale à l'Université de Saint-Pétersbourg.

Entre 1859 et 1861, il travaille sur la densité des gaz à Paris, et au fonctionnement du spectroscope avec Gustav Kirchhoff à Heidelberg. En 1863, après son retour en Russie, il devient professeur de chimie à l'institut technologique et à l'université de Saint-Pétersbourg. Il épouse cette même année Feozva (dite Fiza) Nikitichna Lechtcheva (Феозва Никитична Лещева) à l'église de l'Université technique du génie militaire (où il enseignait) ; elle a six ans de plus que lui. Ce mariage se solde par un divorce. Il épouse ensuite Anna Ivanovna Popova (Анна Ивановна Попова).

L'une des formes du tableau périodique de Mendeleïev, de la première version anglaise de son ouvrage de référence (1891, basé sur la 5e édition russe)

En 1866, Newlands édicta sa loi des octaves. Mendeleïev avait travaillé sur une idée semblable et, le 6 mars 1869, une présentation formelle fut faite à la société russe de chimie, intitulée La dépendance entre les propriétés des masses atomiques des éléments, énonçant :

  1. Les éléments, lorsqu'ils sont disposés selon leur masse atomique, montrent une périodicité apparente de leurs propriétés.
  2. Les éléments qui sont semblables en ce qui concerne leurs propriétés chimiques ont des masses atomiques qui sont peu éloignés ou proches de la même valeur (par exemple Pt, Ir, Os) ou qui augmentent régulièrement (par exemple K, Rb, Cs).
  3. L'arrangement des éléments, ou des groupes d'éléments dans l'ordre de leurs masses atomiques, correspond à leurs prétendues valences, aussi bien que, dans une certaine mesure, à leurs propriétés chimiques distinctives.
  4. Les éléments qui sont le plus largement représentés ont de petites masses atomiques.
  5. L'importance de la masse atomique détermine le caractère de l'élément, de même que l'importance de la molécule détermine le caractère d'un corps composé.
  6. Nous devons nous attendre à la découverte de nombreux éléments jusqu'ici inconnus. Par exemple des éléments analogues à l'aluminium et au silicium dont la masse atomique serait comprise entre 65 et 75.
  7. La masse atomique d'un élément peut parfois être modifiée par une connaissance de la masse de ses éléments contigus. Ainsi, la masse atomique du tellure doit se trouver entre 123 et 126, et ne peut pas être 128.
  8. Certaines propriétés caractéristiques des éléments peuvent être prévues à partir de leur masse atomique.

Inconnu de Mendeleïev, Lothar Meyer travaillait à une classification périodique pratiquement identique bien qu'il ne soit jamais venu à l'idée de Meyer la possibilité de prévoir l'existence de nouveaux éléments et de corriger les masses atomiques. Meyer et Mendeleïev peuvent être considérés comme les créateurs de cette classification.

Autres travaux[modifier | modifier le code]

En plus de ses travaux sur la classification des éléments, Mendeleïev effectua des recherches scientifiques très variées. Le chimiste et historien des sciences russe L.A. Tchougaïev l'a défini comme « un chimiste de génie, physicien de première classe, chercheur prolixe dans le domaine de l'hydrodynamique, la météorologie, la géologie, certaines branches de la chimie appliquée (explosifs, pétrole, carburants...) et d'autres disciplines proches de la chimie et de la physique, un expert de l'industrie chimique et de la chimie en général, et un penseur original dans le domaine économique ». En 1869, il fut parmi les fondateurs de la Société russe de chimie. Il travailla également sur la théorie et les effets du protectionnisme en agriculture.

En 1902, dans une tentative de donner une explication chimique à l'éther, il formula une hypothèse fausse en supposant l'existence de deux éléments chimiques inertes plus légers que l'hydrogène. Le plus léger des deux était supposé tout pénétrer, et le plus lourd un nouvel élément dont l'existence était supposée à l'époque et appelé coronium (d'après le latin "corona" - couronne - parce qu'il avait cru le détecter dans le spectre de la couronne solaire).

Mendeleïev consacra également beaucoup de temps et effectua des travaux importants pour la détermination de la nature des solutions. Dans le domaine de la chimie physique, il travailla sur l'expansion thermique des liquides. Il obtint notamment une formule similaire à la loi de Gay-Lussac d'expansion des gaz. En 1861, il anticipa l'idée de Thomas Andrews de température critique en définissant la température d'ébullition absolue d'un composé comme la température à laquelle la cohésion du liquide et la chaleur de vaporisation deviennent nulles et le liquide se change en vapeur indépendamment de la pression et du volume.

Il étudia également les origines du pétrole et conclut que les hydrocarbures se forment dans les profondeurs de la Terre : « Le fait capital à noter est que le pétrole est né dans les profondeurs de la terre, et c'est là seulement que nous devons rechercher son origine »[2]. Ce postulat est nommé théorie du pétrole abiotique.

Reconnaissance nationale et internationale[modifier | modifier le code]

Bien que Mendeleïev ait été largement honoré par des organismes scientifiques à travers l'Europe, ses activités politiques ont inquiété le gouvernement russe, ce qui a mené à sa démission de l'université de Saint-Pétersbourg le 17 août 1890.

En 1893, il fut nommé directeur du bureau des poids et des mesures. En 1882, il reçut la Médaille Davy de la Royal Society, en 1889 le Faraday Lectureship de la Royal society of chemistry et en 1905 la médaille Copley de la Royal Society. Il mourut à Saint-Pétersbourg et est enterré au cimetière Volkovo, toujours à Saint-Pétersbourg. L'élément 101 a été baptisé mendélévium en son honneur, ainsi qu'un gros cratère situé sur la face cachée de la lune (de 313 km de diamètre).

Citations[modifier | modifier le code]

  • Ce matériel est trop précieux pour être brûlé ; quand nous brûlons du pétrole, nous brûlons de l’argent ; il faut l’utiliser comme matière première de la synthèse chimique. (1882, dans une lettre adressée au tsar Alexandre III)

Famille[modifier | modifier le code]

De son premier mariage, Mendeleïev a trois enfants :

  • Maria (1863) morte en bas-âge
  • Vladimir (1865-1898)
  • Olga (1868-1950)

De son second mariage, il a :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michael Gordin. 2004. A Well-Ordered Thing: Dmitrii Mendeleev and the Shadow of the Periodic Table, Basic Books, (ISBN 0-465-02775-X)
  2. Mendeleev, D., 1877. L'origine du pétrole. Revue Scientifique, 2e Ser., VIII, p. 409-416.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]