Mellitus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mellitus
Évêque de Londres (604)
Archevêque de Cantorbéry (619)
Décès  
Canterbury (Kent, Angleterre)
Vénéré par les catholiques, les orthodoxes et les anglicans
Fête 24 avril[1]

Mellitus (mort le ) est un membre de la mission grégorienne envoyée en Angleterre pour convertir les Anglo-Saxons, le premier évêque de Londres et le troisième archevêque de Canterbury.

Il fut envoyé, avec d'autres membres du clergé, en Angleterre en 601 afin de prêter main-forte aux autres missionnaires déjà présents. Il est consacré évêque de Londres en 604, mais après la mort de son protecteur en 616, il fut contraint de fuir et de se réfugier en Gaule. Il regagna l'Angleterre l'année suivante, mais ne put regagner Londres, dont les habitants étaient restés païens. En 619, il fut consacré archevêque de Canterbury. C'est alors qu'il aurait miraculeusement sauvé la cathédrale et une grande partie de la ville de Canterbury d'un incendie. Il mourut en 624, et fut dès lors vénéré comme un saint.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Scènes de la Passion tirées de l'Évangéliaire de Saint Augustin, possiblement apporté à Canterbury par Mellitus.

Le chroniqueur médiéval Bède décrit Mellitus comme étant issu d'une lignée noble et le pape Grégoire Ier le qualifie d'abbé[2]. Il fut envoyé en Angleterre en juin 601 par Grégoire[3] en réponse à l'appel lancé par Augustin, le premier archevêque de Canterbury, invitant d'autres membres du clergé à rejoindre la mission grégorienne[4]. Mellitus dirigea le groupe de nouveaux missionnaires[2] et apporta en Angleterre livres et objets nécessaires au culte et au ministère de l'Église[5],[6]. Thomas d'Elmham, chroniqueur du XVe siècle, affirme que certains livres apportés en Angleterre par Mellitus étaient toujours à Cantorbéry à son époque. Un examen des manuscrits restants a montré, cependant, que le seul survivant possible des livres de Mellitus est l’Évangéliaire de Saint Augustin (Cambridge, Corpus Christi College, Lib. MS. 286)[2].

Après son départ de Rome, alors qu'il était en Francie, Mellitus reçut une nouvelle lettre de Grégoire destinée à Augustin, l'exhortant à consacrer les temples païens pour en faire des églises[2]. L'historien Ian Wood pense que le voyage de Mellitus à travers la Francie l'a probablement fait passer par Vienne, Arles, Lyon, Toulon, Marseille, Metz, Paris, Rouen et d'autres évêchés. Pour preuve, il cite les lettres de Grégoire à différents évêques, sollicitant leur soutien, et aux rois francs Clotaire II, Thierry II et Thibert II, de même qu'à Brunehilde, grand-mère et régente de Thibert et Thierry. Pour Wood, ce large appel à l'épiscopat et la royauté franque était un effort pour obtenir un soutien plus conséquent à la mission grégorienne[7].

Évêque de Londres[modifier | modifier le code]

Mellitus fut consacré évêque par Augustin en 604[8] dans la province des Saxons de l'Est, dont la capitale était Londres, faisant ainsi de lui le premier évêque historique de la ville[9]. Il baptisa Sæberth d'Essex, le neveu d'Æthelbert de Kent, qui autorisa alors l'établissement de l'évêché. L'église épiscopale construite à Londres fut probablement fondée par Æthelberht plutôt que par Saebert, bien qu'une charte prétendant être la trace d'une concession de terre de la part d'Æthelberht au profit de Mellitus soit un faux.

Mellitus assista à un concile d'évêques en Italie en février 610, convoqué par le pape Boniface IV[2]. Boniface lui fit rapporter deux lettres papales en Angleterre (l'une destinée à Æthelbert et ses sujets, l'autre à Laurent, l'archevêque de Canterbury[10]), ainsi que les décrets du concile[11]. Aucune lettre ou document authentique issu de ce concile ne nous est parvenu, sinon des faux fabriqués dans les années 1060 et 1070 à Cantorbéry[2]. Alors qu'il était évêque, Mellitus cosigna avec Juste, évêque de Rochester, une lettre écrite par l'archevêque Laurent de Canterbury et destinée aux évêques irlandais, exhortant l'Église irlandaise à adopter la méthode romaine pour calculer la date de Pâques[12].

Les morts de Sæberth et d'Æthelbert de Kent laissèrent la mission sans protecteur fort[2]. Mellitus fut chassé de Londres par les fils païens de Sæberth en 616[13], d'après Bède parce qu'il déclina leur demande de goûter le pain consacré. Il s'enfuit en Gaule, mais fut rappelé en Angleterre par Laurent, le deuxième archevêque de Cantorbéry. Il ne put cependant retourner à Londres[14], les Saxons de l'Est demeurant païens[2].

Archevêque de Cantorbéry[modifier | modifier le code]

Après le décès de Laurent en 619, Mellitus lui succéda, devenant le troisième archevêque de Cantorbéry[15]. En 623, il aurait miraculeusement sauvé la ville et l'église de Cantorbéry d'un feu naissant : conduit au sein des flammes, il aurait fait changer le vent de direction[16]. Hormis ce miracle, son épiscopat fut calme, Bède louant son esprit sensé[17].

Il mourut le [15] et fut inhumé le jour même à l'abbaye Saint-Augustin de Cantorbéry[2]. Il fut alors vénéré comme un saint, fêté le 24 avril[18], dont le culte était toujours vivace en 1120 à l'abbaye Saint-Augustin, avec celui d'un certain nombre d'autres saints locaux[19]. Bède rend hommage à Mellitus, même s'il note que ce dernier souffrait de goutte[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir saint Mellitus sur Nominis
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) N. P. Brooks, Oxford Dictionary of National Biography,‎ 2004 (lire en ligne), « Mellitus (d. 624) »
  3. H. Mayr-Harting, The Coming of Christianity to Anglo-Saxon England p. 64
  4. N. Brooks, The Early History of the Church of Canterbury p. 9
  5. Bède, A History of the English Church and People pp. 85-86
  6. H. Mayr-Harting, The Coming of Christianity to Anglo-Saxon England p. 62
  7. (en) I. Wood, « The Mission of Augustine of Canterbury to the English », Speculum, vol. 69, no 1,‎ janvier 1994, p. 1-17 (DOI 10.2307/2864782, lire en ligne)
  8. E.B. Fryde et al., Handbook of British Chronology p. 219
  9. N. Brooks, The Early History of the Church of Canterbury p. 11-13
  10. N. Brooks, The Early History of the Church of Canterbury p. 13
  11. a et b P. H. Blair, The World of Bede pp. 86-87
  12. F.M. Stenton, Anglo-Saxon England p. 112
  13. G. Hindley, A Brief History of the Anglo-Saxons: The Beginnings of the English Nation p. 36
  14. M. Lapidge, in Lapidge et al., The Blackwell Encyclopaedia of Anglo-Saxon England « Mellitus », pp. 305-306
  15. a et b E.B. Fryde et al., Handbook of British Chronology p. 213
  16. N. Brooks, The Early History of the Church of Canterbury p. 30
  17. G. Hindley, A Brief History of the Anglo-Saxons: The Beginnings of the English Nation p. 43
  18. M. J. Walsh, A New Dictionary of Saints: East and West p. 420
  19. (en) P.A. Hayward, « An absent father: Eadmer, Goscelin and the cult of St Peter, the first abbot of St Augustine’s Abbey, Canterbury », Journal of Medieval History, vol. 29,‎ 2003, p. 201–218 (DOI 10.1016/S0304-4181(03)00030-7)

Annexes[modifier | modifier le code]

Biographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Bède (trad. Leo Sherley-Price), A History of the English Church and People, Penguin Classics,‎ 1988 (ISBN 0-14-044042-9)
  • (en) Peter Hunter Blair, The World of Bede, Cambridge, Cambridge University Press,‎ 1990 (ISBN 0-521-39819-3)
  • (en) Nicholas Brooks, The Early History of the Church of Canterbury: Christ Church from 597 to 1066, Londres, Leicester University Press,‎ 1984 (ISBN 0-7185-0041-5)
  • (en) E. B. Fryde, D. E. Greenway, S. Porter et I. Roy, Handbook of British Chronology, Cambridge, Cambridge University Press,‎ 1996, 3e éd. (ISBN 0-521-56350-X)
  • (en) Geoffrey Hindley, A Brief History of the Anglo-Saxons: The Beginnings of the English Nation, New York, Carroll & Graf Publishers,‎ 2006 (ISBN 978-0-78671-738-5)
  • (en) M. Lapidge, J. Blair, S. Keynes et D. Scragg, The Blackwell Encyclopaedia of Anglo-Saxon England, Malden (Massachusetts), Blackwell Publishing,‎ 2001 (ISBN 978-0-631-22492-1)
  • (en) Henry Mayr-Harting, The Coming of Christianity to Anglo-Saxon England, University Park, Pennsylvanie, Pennsylvania State University Press,‎ 1991 (ISBN 0-271-00769-9)
  • (en) F. M. Stenton, Anglo-Saxon England, Oxford, Oxford University Press,‎ 1971, 3e éd. (ISBN 978-0-19-280139-5)
  • (en) Michael J. Walsh, A New Dictionary of Saints: East and West, Londres, Burns & Oats,‎ 2007 (ISBN 0-8601-2438-X)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Précédé par Mellitus Suivi par
-
Évêque de Londres
604-619
Cedd
Laurent
Archevêque de Cantorbéry
619-624
Juste