Wulfhelm

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Wulfhelm
Biographie
Décès 12 février 941
Évêque de l’Église catholique
Évêque de Wells
923 × 925 – vers 926
Précédent Athelm Alphège Suivant
Archevêque de Cantorbéry
vers 92612 février 941
Précédent Athelm Oda Suivant

Wulfhelm est un ecclésiastique anglo-saxon mort le 12 février 941. Il est successivement évêque de Wells, puis archevêque de Cantorbéry de 926 environ jusqu'à sa mort. Il semble avoir collaboré étroitement avec le roi Æthelstan d'Angleterre dans le domaine législatif.

Biographie[modifier | modifier le code]

Wulfhelm est élu évêque de Wells entre 923 et septembre 925[1]. On ne sait rien de son passage au siège de Wells[2]. Il est transféré à l'archevêché de Cantorbéry vers 926[3]. Il se rend à Rome pour recevoir le pallium des mains du pape Jean X, un voyage rarement entrepris par ses prédécesseurs, qui se le faisaient envoyer depuis Rome. Les raisons de ce voyage sont incertaines. Il est possible que Wulfhelm ait cherché l'approbation explicite du pape pour son transfert. Compte tenu de la période troublée que traverse la papauté à l'époque, il est en tout cas peu probable qu'il s'agisse d'une initiative pontificale[4].

En tant qu'archevêque, Wulfhelm assiste fréquemment aux conseils du roi Æthelstan, et il semble avoir joué un rôle de premier plan dans les démarches législatives du souverain[5]. Sa présence est attestée à un synode tenu à Thunderfield, durant lequel les Londoniens s'engagent à respecter la paix royale[6], ainsi qu'à un autre synode tenu à Grately, durant lequel un code de lois est promulgué[7]. Ce code de lois indique que Wulfhelm a été consulté lors de son élaboration[8].

Durant son passage à Cantorbéry, Wulfhelm reçoit en cadeau deux évangéliaires qu'il lègue à Christ Church[4]. L'un d'eux provient d'Irlande et l'autre de Lotharingie ou de Germanie. Il est possible que le second ait été offert à Æthelstan lors des négociations pour le mariage de sa sœur Édith avec le futur empereur Othon le Grand[8]. Les relations diplomatiques entre les deux cours expliquent vraisemblablement pourquoi le nom de Wulfhelm figure dans les livres de confraternité de plusieurs monastères allemands[2].

Wulfhelm meurt le 12 février 941[3]. Il est inhumé dans l'église Saint-Jean-Baptiste, à proximité de l'ancienne cathédrale de Cantorbéry. Après la conquête normande de l'Angleterre, une nouvelle cathédrale est édifiée sous l'archevêque Lanfranc, et les restes de ses prédécesseurs sont déplacés à cette occasion dans le transept nord du nouvel édifice. Les restes de Wulfhelm et de son prédécesseur Athelm sont déplacés à une date ultérieure dans une chapelle dédiée à saint Benoît, incorporée par la suite dans une chapelle mariale construite au XVe siècle par le prieur Thomas Goldstone[9].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Fryde et al. 1996, p. 222.
  2. a et b Robinson 1918, p. 40-41.
  3. a et b Fryde et al. 1996, p. 214.
  4. a et b Brooks 1984, p. 216-222.
  5. Wormald 1999, p. 299-3000.
  6. Wormald 1999, p. 298.
  7. Wormald 1999, p. 295.
  8. a et b Leyser 2004.
  9. Robinson 1918, p. 58-59.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Nicholas Brooks, The Early History of the Church of Canterbury: Christ Church from 597 to 1066, Leicester University Press,‎ 1984 (ISBN 0-7185-0041-5).
  • (en) E. B. Fryde, D. E. Greenway, S. Porter et I. Roy, Handbook of British Chronology, Cambridge University Press,‎ 1996, 3e éd. (ISBN 0-521-56350-X).
  • (en) Henrietta Leyser, « Wulfhelm (d. 941) », dans Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press,‎ 2004 (lire en ligne).
  • (en) J. Armitage Robinson, The Saxon Bishops of Wells: A Historical Study in the Tenth Century, British Academy,‎ 1918 (OCLC 13867248).
  • (en) Patrick Wormald, The Making of English Law: King Alfred to the Twelfth Century, Blackwell Publishers,‎ 1999 (ISBN 0-631-22740-7).

Lien externe[modifier | modifier le code]