John Peckham

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Peckham (homonymie).

John Peckham (ou Jean Peccham) (v. 1230 – 8 décembre 1292), franciscain, maître en théologie d’Oxford et de Paris, disciple de Bonaventure, Archevêque de Cantorbéry de 1279 à 1292.

Biographie[modifier | modifier le code]

Natif du Sussex, éduqué au prieuré de Lewes, devenu frère franciscain vers 1250. Il a étudié à Paris sous Bonaventure de Bagnorea. En 1270 il succéda à Eustache d'Arras comme maître franciscain à la faculté de théologie de Paris. Son enseignement fut en conflit avec celui de Saint Thomas d'Aquin, avec qui il débattit en deux occasions sur "l'Éternité du monde". Connu comme un théologien conservateur, il s'opposa au point de vue de Thomas d'Aquin sur la nature de l'âme. Peckham étudia aussi l'optique et l'astronomie, et ses études sur ces sujets furent influencées par Roger Bacon.

Autour de 1270, il retourna en Angleterre, où il enseigna à l'université d'Oxford, et fut élu provincial franciscain d'Angleterre en 1275. Après un bref séjour à Rome, il fut nommé archevêque de Cantorbéry en 1279. Sa période comme archevêque fut marquée par ses efforts pour améliorer la discipline du clergé. Le cumul des charges ecclésiastiques, était un des abus qu'il combattit.

Il servit le roi Édouard Ier d'Angleterre au Pays de Galles, où il se forma une basse opinion des Gallois et de la loi. Avant et pendant son mandat d'archevêque, il écrivit des ouvrages d'optique, de philosophie, et théologie, ainsi que des hymnes. De nombreux manuscrits de son travail sont conservés.

À sa mort, son corps fut enterré dans la cathédrale de Cantorbéry, mais son cœur fut donné aux Franciscains.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Plusieurs des manuscrits philosophiques et théologiques de Peckham existent toujours. La reine Eleanor le convainquit de lui rendre un écrit érudit en français que l'on dirait plus tard "une espèce de traité malheureusement terne et sans imagination."[1] Son poème Philomena est considéré comme l'un des plus beaux de son époque.

  • Perspectiva communis[2]
  • Collectarium Bibliae
  • Registrum epistolarum[3],[4]
  • Tractatus de pauperitate[5],[6]
  • Divinarum Sententiarum Liborum Biblie[7]
  • Summa de esse et essentia
  • Quaestiones disputatae
  • Quodlibeta[8]
  • Tractatus contra Kilwardby[6]
  • Expositio super Regulam Fratrum Minorum[7]
  • Tractatus de anima[9]
  • Canticum pauperis
  • De aeternitate mundi[10]
  • Defensio fratrum mendicantium[6]

Études[modifier | modifier le code]

  • Les articles des Dictionnaires et encyclopédies : R. Aubert, ‘Jean Pecham ou Peckham’, DHGE XXVII, 432f.
  • Putallaz, Figures franciscaines, p. 161-163.
  • Glorieux, Les Maîtres de la faculté des Arts au XIIIe siècle, (Paris, 1971), 231-2.
  • Y.M.-J. Congar, Aspects ecclésiologiques de la querelle entre mendiants et séculiers, dans Archives d’histoire doctrinale et littéraire du Moyen Âge (1961), 35-151.
  • Alain Boureau, Théologie, science et censure au XIIIe siècle. Le cas de Jean Peckham, L’âne d’or (Paris, 1999);
  • Alain Boureau, Les cinq sens dans l’antropologie cognitive franciscaine. De Bonaventure à Jean Peckham et Pierre de Jean Olivi, Micrologus (2002), 277-294
  • Cyrille Michon, Thomas d'Aquin et la controverse sur "L'Éternité du monde", GF Flammarion, Paris, 2004.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Prestwich Edward I p. 123
  2. Google Books: John Pecham and the Science of Optics: Perspectiva Communis, Google Books,‎ 1970 (ISBN 978-0-608-09916-3, lire en ligne)
  3. Google Books: Registrum Johannis Pecham Archiepiscopi Cantuariensis, Google Books (lire en ligne)
  4. Mullins Texts and Calendars I section 6.77
  5. Google Books: Tractatus Tres de Paupertate, Google Books (lire en ligne)
  6. a, b et c Mullins Texts and Calendars I section 13.2
  7. a et b Douie "Archbishops Pecham's Sermons and Collations" Studies in Medieval History p. 270
  8. Google Books: Johannis de Pecham Quodlibet Romanum, Google Books,‎ 1938 (lire en ligne)
  9. Google Books: Tractatus de Anima Ioannis Pecham, Google Books,‎ 1948 (lire en ligne)
  10. (en) Google Books: Questions Concerning the Eternity of the World, New York, Google Books,‎ 1993 (ISBN 978-0-8232-1488-4, LCCN 93026602, lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • Jean Peccham sur le site franciscain Wikitau. Source partielle de l'article.