William Warham

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
William Warham
Image illustrative de l'article William Warham
Portrait par Hans Holbein le Jeune (1527)
Biographie
Ordination sacerdotale 1502
Décès 22 août 1532
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 1503
Dernier titre ou fonction archevêque de Cantorbéry
archevêque de Cantorbéry
22 février 1503 – 22 août 1532
Précédent Henry Deane Thomas Cranmer Suivant
Évêque de Londres
1502 – 1504
Précédent Thomas Savage William Barons Suivant

ira principis mors est

William Warham (né vers 1450 dans le Hampshire † le 22 août 1532), archevêque de Cantorbéry et Lord chancelier d’Angleterre, fut un diplomate et homme politique anglais de premier plan sous les règnes de Henri VII et Henri VIII. Il s’opposa en vain à la mainmise d'Henri VIII sur l’Église d’Angleterre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille du Hampshire, il étudia à Winchester puis à New College (Oxford), avant d'exercer comme avocat et d'enseigner le droit tant dans les Inns of Court qu’à Oxford.

Il entra ensuite dans les Ordres, se partageant entre les séjours de Barley et de Cottenham ; puis en 1494, le roi Henri VII, qui le considérait comme un diplomate de grande valeur, lui confia la charge de Master of the Rolls : il parvint à conclure le mariage entre le fils d’Henri, le prince Arthur de Galles, et Catherine d'Aragon ; il accompagna en 1497 l’évêque de Durham Richard Foxe en Écosse et il est l'un des artisans des accords commerciaux et militaires passés avec Maximilien Ier du Saint-Empire qui était aussi comte de Flandres et duc-régent de Bourgogne pour le compte de son fils Philippe IV de Bourgogne.

En 1502 Warham fut consacré Évêque de Londres et devint Lord gardien des sceaux royaux, mais il n'occupa ces charges que de façon éphémère, car dès 1504 il fut élevé au rang de Lord Chancelier et d’archevêque de Cantorbéry. En 1506 il devint Chancelier de l’Université d'Oxford, rôle qu'il devait conserver jusqu'à sa mort. En 1509, le nouvel archevêque maria puis couronna Henri VIII et Catherine d'Aragon.

Il paraît avoir exercé ses prérogatives d’archevêque avec beaucoup d’arbitraire, son action déchaînant l’opposition de Foxe (alors Évêque de Winchester) et d'autres prélats à partir 1512. Son isolement explique qu'il ait été rapidement relégué au second plan. Il démissionna de sa charge de Lord Chancelier en 1515, et son successeur fut Wolsey, qu’il avait lui-même consacré évêque de Lincoln l’année précédente. Sa démission s’explique certainement par sa désapprobation de la politique étrangère d’Henri VIII.

Il assista à l'entrevue du Camp du Drap d'Or en 1520, et fut l'un des assesseurs du cardinal Wolsey pendant l’enquête secrète relative à la validité du mariage d’Henri VIII avec Catherine en 1527. Tout au long de la procédure de divorce qui suivit, l'attitude de Warham fut celle d'un prélat vieux et désabusé. Avocat désigné d’office pour plaider la cause de la reine, il n’offrit à la souveraine qu'une assistance de principe, par crainte de représailles de la part du roi, selon sa maxime favorite ira principis mors est (« la colère du prince, c’est la mort assurée ») ; il signa d’ailleurs la lettre au pape Clément VII par laquelle on demandait au souverain pontife d'honorer la requête d’Henri VIII. On suggéra ensuite que l'archevêque juge lui-même l'affaire, mais cette voie fut abandonnée.

Warham présidait le concile de 1531 où le clergé de la province ecclésiastique de Cantorbéry vota cent mille livres de subsides au roi pour éviter la sanction du praemunire, et reconnut Henri VIII comme chef suprême de l'Église d'Angleterre avec la clause de sauvegarde « autant que la loi du Christ nous le permet » (so far as the law of Christ allows).

À compter de cette date, Warham manifesta une plus grande indépendance. En février 1532 il protestait contre toutes les lois à caractère religieux votées par le Parlement réuni en 1529, mais sans parvenir à empêcher la soumission complète de l’Église à la Couronne. Il compara le comportement d’Henri VIII à celui du roi Henri II, et invoqua la Grande Charte pour défendre l'autonomie du clergé. Il épuisa toutes les voies de compromis lors de la soumission du Clergé.

Si l'archevêque Warham prenait soin d'apparaître avec faste et pompe dans les cérémonies publiques, il menait pour autant une vie simple. Il décède le 22 août 1532 et est inhumé dans l'aile des martyrs, à savoir le transept nord de la Cathédrale de Cantorbéry.

Sources[modifier | modifier le code]