Geoffrey Fisher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Geoffrey Francis Fisher, Baron Fisher of Lambeth, GCVO, (5 mai 1887 - 15 septembre 1972) fut archevêque de Cantorbéry de 1945 à 1961. Sa femme et lui sont enterrés dans la crypte de St Andrew, Trent, Dorset.

Milieu familial[modifier | modifier le code]

Fisher grandit dans une famille anglicane et poursuivit ses études au Marlborough et Execter College à Oxford. Il était maître assistant au Marlborough College quand il décida de devenir prêtre et fut ordonné en 1913. À cette époque les Public Schools anglaises avaient des liens étroits avec l'Eglise d'Angleterre et il n'était pas rare que les professeurs fussent dans les ordres. Les chefs d'établissement étaient spécifiquement prêtres.

En 1914, Fisher fut nommé directeur de Repton, succédant à William Temple qui fut également Archevêque de Cantorbéry. D'après la plupart des comptes-rendus, Temple ne fut pas un bon directeur et Fisher dut restaurer la discipline. L'écrivain pour enfants Roald Dahl (1916-1990) fréquenta Repton sous la direction de Fisher et, dans son autobiographie, il rapporte qu'un de ses amis fut fouetté avec une canne par Fisher de façon désinvolte et cruelle — « coups vicieux » — une procédure qui apparemment a été répétée de nombreuses fois avec d'autres garçons, provoquant chez Dahl une « impression durable d'horreur » et des doutes quant à la sincérité des hommes d'église en général. En fait, Dahl s'étonne que Fisher ait jamais pu devenir archevêque de Cantorbéry.

Fisher a été nommé évêque de Chester en 1932 puis évêque de Londres en 1939.

Archevêque de Cantorbéry[modifier | modifier le code]

En 1942 Cosmo Lang, archevêque de Cantorbéry fut remplacé par William Temple. Temple était un fervent chrétien et socialiste, et les opinions publique et ecclésiale prévoyaient des bouleversements dans l'après-guerre. Toutefois, Temple mourut en 1944. Certains estimèrent que le meilleur choix était désormais George Bell, l'évêque de Chichester. Toutefois Fisher fut nommé, ce qui donna lieu à des controverses.

Fisher fit un effort dans la révision du droit canon de l'Église d'Angleterre. Bien que largement dépassés, les canons de 1603 étaient encore en vigueur à l'époque. Fisher a présidé la cérémonie du mariage de la futur reine Elisabeth et en 1953, celle de son couronnement qui fut retransmis en direct à la télévision dans le monde entier. Il rendit visite au Pape Jean XXIII en 1960, première rencontre de l'archevêque de Cantorbéry et du pape depuis la Réforme.

Fisher était un franc-maçon engagé. Bien que de nombreux évêques de l'Église d'Angleterre de son époque fussent également membres de la Franc-maçonnerie, Fisher avait atteint lui-même à de très hauts grades maçonniques et était Grand Aumônier de la Grande Loge unie d'Angleterre.

Succession[modifier | modifier le code]

Fisher prit sa retraite en 1961. Il informa le Premier Ministre Harold Macmillan, qu'il ne considérait pas Michael Ramsey qui avait été son élève à Repton, comme un successeur valable. Ramsey relata plus tard au Reverend Victor Stock la conversation que Fisher avait eu avec le Premier Ministre, Fisher disant :

« Je viens de vous donner quelques conseils au sujet de mon successeur. Qui que vous choisissiez, ce ne doit être en aucun cas Michael Ramsey, l'Archevêque d'York. Le docteur Ramsey est un théologien, un savant et un homme de prière. Par conséquent, il est totalement inadapté comme archevêque de Cantorbéry. Je le connais depuis toujours, j'étais son proviseur à Repton. »

Macmillan répondit : « Je vous remercie, Votre Grâce, pour votre aimable conseil. Vous fûtes le proviseur du docteur Ramsey mais vous n'avez pas été le mien. » En conséquence, Macmillan méprisa le conseil et nomma Ramsey qui est considéré par certains comme le plus grand archevêque de Cantorbéry du XXe siècle.

Retraite[modifier | modifier le code]

Fisher fut nommé pair non héréditaire avec le titre de baron de Lambeth Fisher (Lambeth faisant référence à Lambeth Palace, résidence des archevêques de Cantorbéry). Il est conventionnellement admis depuis que les archevêques de Cantorbéry en retraite soient nommés pairs et membres de la chambre des Lords.

Héritage[modifier | modifier le code]

Lorsqu'il a pris sa retraite, Fisher pensait laisser l'Église d'Angleterre en bonne santé, mais peu de temps après elle fut plongée dans le tumulte des années 1960 et elle y fit difficilement face. On a rétrospectivement critiqué Fisher de ne pas avoir gouverné dans un esprit constructif. Nombre d'anglicans doutent que les énergies de l'Église devaient se focaliser sur la réforme du droit canon. Si Temple avait vécu, il aurait peut-être joué un rôle de premier plan dans la reconstruction d'après-guerre, où il avait trouvé beaucoup de points communs avec les dirigeants du gouvernement travailliste de Clement Attlee. Dans un sens, la critique est injuste car elle suppose que Fisher aurait dû être quelqu'un d'autre. Ce fut un homme simple, satisfait de l'Église d'Angleterre et qui voulait bien faire son travail. Son expérience a été d'une certaine façon limitée, n'ayant jamais été curé de paroisse. Ces critiques de Fisher sont souvent dues à sa réputation de comportement de chef d'établissement. Il convient également de noter que ces critiques des années 1950 comme une période d'occasions manquées ne se limite pas à Fisher et à l'Église d'Angleterre mais aux Églises en général ainsi qu'aux gouvernements britanniques de la période.