Honorius de Cantorbéry

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Honorius
Archevêque de Cantorbéry (627)
Décès 30 septembre 653 
Canterbury (Kent, Angleterre)
Vénéré par les catholiques, les orthodoxes et les anglicans
Fête 30 septembre

Honorius de Cantorbéry (mort le 30 septembre 653), est un membre de la mission grégorienne, dont le but était d'évangéliser les Anglo-Saxons. Il devint plus tard le cinquième archevêque de Cantorbéry. Durant son archiépiscopat, il consacra le premier natif anglo-saxon, Ithamar, évêque de Rochester, et encouragea les efforts missionnaires de Félix en Est-Anglie. À sa mort en 653, il était selon certaines sources le dernier des missionnaires grégoriens.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Romain de naissance, il se pourrait qu'il ait été un de ceux initialement choisis par le pape Grégoire le Grand pour la mission grégorienne en Angleterre, bien qu'il soit plus probable qu'il fût membre du second groupe de missionnaires, envoyé en 601[1],[2]. On ne sait pas si son nom lui a été donné à la naissance ou s'il l'a choisi lorsqu'il devint archevêque[3].

Archevêque[modifier | modifier le code]

Honorius fut consacré archevêque par Paulin d'York à Lincoln en 627[4]. Il écrivit au pape Honorius Ier afin de lui demander d'élever l'évêché de York au rang d'archevêché. Ainsi, lorsqu'un des archevêques d'Angleterre mourrait, l'autre pourrait consacrer le successeur du défunt. Dans une lettre consignée dans l'Histoire ecclésiastique du peuple anglais du chroniqueur médiéval Bède[5], le pape donna son accord et envoya un pallium à Paulin[6]. Cependant, celui-ci fut forcé de fuir la Northumbrie[6] après la mort du roi Edwin en octobre 633, et fut reçu par Honorius qui le nomma alors à l'évêché de Rochester[4].

La lettre papale, datée de juin 634, laisse à penser que la nouvelle de la mort d'Edwin n'était pas encore parvenue au pape neuf mois après la bataille de Hatfield Chase. Ce détail permet d'envisager que celle-ci eut lieu plutôt en octobre 634[7]. La lettre papale indique également que la consécration de Honorius pourrait être re-datée, le délai séparant sa consécration en 627 et la réception de son pallium en 634 étant bien plus important que celui habituellement observé. Il se peut que Honorius ait été en fait consacré vers 634[8].

Honorius persévéra dans son travail d'évangélisation des Anglais en envoyant le Burgonde Félix à Dunwich[9], après que celui-ci lui eut rendu visite et fait part de son désir de se rendre en mission en Est-Anglie[1]. La datation de cet épisode est incertaine, mais est probablement proche de 631[8]. Le roi Sigeberht d'Est-Anglie, converti au christianisme lors d'un exil sur le continent, peut y avoir rencontré Félix et l'aurait ainsi poussé à se présenter à Honorius. Félix fut consacré par Honorius premier évêque d'Est-Anglie[10], à moins qu'il n'eût été déjà consacré sur le continent[9],[11].

En plus de son aide à Félix, Honorius consacra le premier évêque d'origine anglo-saxonne, Ithamar de Rochester[9]. Son successeur à l'archevêché de Cantorbéry, Deusdedit, était également un Anglo-Saxon[1]. Honorius avait de bonnes relations avec les missionnaires irlandais et admirait Aidan, un des principaux dirigeants du clergé irlandais[12].

Mort et héritage[modifier | modifier le code]

Honorius mourut le 30 septembre 653[13], dernier des missionnaires grégoriens[3]. Il fut inhumé dans l'église de l'abbaye Saint-Augustin de Cantorbéry et fut plus tard vénéré comme un saint, fêté le 30 septembre[10]. Dans les années 1120, ses reliques étaient toujours vénérées à l'abbaye Saint-Augustin[14].

Annexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c G. Hindley, A Brief History of the Anglo-Saxons pp. 43-45
  2. F. M. Stenton, Anglo-Saxon England pp. 112-113
  3. a et b (en) R. Sharpe, « The Naming of Bishop Ithamar », The English Historical Review, vol. 117, no 473,‎ septembre 2002, p. 889–894 (lien DOI?, lire en ligne)
  4. a et b P. H. Blair, The World of Bede p. 96-97
  5. J. R. Wright, A Companion to Bede pp. 57-58
  6. a et b (en) William Hunt, Oxford Dictionary of National Biograph,‎ 2004 (lire en ligne), « Honorius [St Honorius] (d. 653) »
  7. D. P. Kirby, The Earliest English Kings p. 56
  8. a et b D. P. Kirby, The Earliest English Kings p. 66
  9. a, b et c N. Brooks, The Early History of the Church of Canterbury pp. 65-67
  10. a et b M. J. Walsh, A New Dictionary of Saints: East and West p. 268
  11. P. H. Blair, The World of Bede p. 107
  12. H. Mayr-Harting, The Coming of Christianity to Anglo-Saxon England p. 94
  13. E. B. Fryde et al., Handbook of British Chronology p. 213
  14. (en) P.A. Hayward, « An absent father: Eadmer, Goscelin and the cult of St Peter, the first abbot of St Augustine’s Abbey, Canterbury », Journal of Medieval History, vol. 29,‎ 2003, p. 201–218 (lien DOI?)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Peter Hunter Blair, The World of Bede, Cambridge, Cambridge University Press,‎ 1990 (ISBN 0-521-39819-3)
  • (en) Nicholas Brooks, The Early History of the Church of Canterbury: Christ Church from 597 to 1066, Londres, Leicester University Press,‎ 1984 (ISBN 0-7185-0041-5)
  • (en) E. B. Fryde, D. E. Greenway, S. Porter et I. Roy, Handbook of British Chronology, Cambridge, Cambridge University Press,‎ 1996, 3e éd. (ISBN 0-521-56350-X)
  • (en) Geoffrey Hindley, A Brief History of the Anglo-Saxons: The Beginnings of the English Nation, New York, Carroll & Graf Publishers,‎ 2006 (ISBN 978-0-7867-1738-5)
  • (en) David Peter Kirby, The Earliest English Kings, New York, Routledge,‎ 2000 (ISBN 0-415-24211-8)
  • (en) Henry Mayr-Harting, The Coming of Christianity to Anglo-Saxon England, University Park, Pennsylvanie, Pennsylvania State University Press,‎ 1991 (ISBN 0-271-00769-9)
  • (en) F. M. Stenton, Anglo-Saxon England, Oxford, Oxford University Press,‎ 1971, 3e éd. (ISBN 978-0-19-280139-5)
  • (en) Michael J. Walsh, A New Dictionary of Saints: East and West, Londres, Burns & Oats,‎ 2007 (ISBN 0-86012-438-X)
  • (en) J. Robert Wright, A Companion to Bede: A Reader's Commentary on The Ecclesiastical History of the English People, Grand Rapids, MI, Eerdmans,‎ 2008 (ISBN 978-0-8028-6309-6)

Articles connexes[modifier | modifier le code]