Kriss (arme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kriss.
Le Kris indonésien *
UNESCO logo.svg Patrimoine culturel immatériel
de l’humanité
Un kris de Yogyakarta (Java) - Dapur Carubuk
Un kris de Yogyakarta (Java) - Dapur Carubuk
Pays * Drapeau de l'Indonésie Indonésie
Région * Asie et Pacifique
Liste Liste représentative
Fiche 00112
Année d’inscription 2008
Année de proclamation 2005
* Descriptif officiel UNESCO

Le keris (mot javanais et malais), kris ou kriss est une arme blanche de cérémonie caractéristique de l'Indonésie et de la Malaisie. On le trouve aussi dans le sud des Philippines. En Occident, on le connaît plutôt sous le nom de « poignard malais ».

Description[modifier | modifier le code]

Un balinais porteur d'un kriss (1910-1920).

Il s'agit d'une dague allongée ou une courte épée avec une lame droite ou sinueuse, de texture rugueuse, aiguisée sur les deux tranchants. Cette lame en acier présente souvent des motifs décoratifs forgés. À la fois arme et objet spirituel, le kriss est souvent considéré comme ayant des pouvoirs magiques.

Probablement originaire de l'île de Java, le kriss se serait répandu ensuite dans le reste de l'archipel indonésien, en Malaisie et dans le sud des Philippines. C'était une arme très prisée par les pirates Malais, peu encombrante et extrêmement efficace dans les corps à corps qui se livraient sur les ponts des navires. Les plus anciens keris connus ont été fabriqués aux alentours de 1360 à Java.

Les cultures fabriquant ce type de couteau ne s'en servent jamais.[réf. nécessaire] Le kriss est perçu comme détenteur de l'âme de son possesseur et si jamais il est utilisé contre un autre être vivant, il se déchargerait de son énergie spirituelle. La fabrication d'un tel objet est un rituel complet impliquant le futur propriétaire et le forgeron.

Jusqu'au XVIIe siècle, le kriss était forgé à partir d'acier au carbone (parfois du wootz), et d'alliage fer-nickel météoritique. Le soudage des deux alliages fait alors apparaître un contraste visible à l'œil nu entre l'acier plus sombre, et le fer météoritique plus brillant, exactement comme les épées forgées en Europe jusqu'au Xe siècle. Les motifs visibles à la surface de la lame témoignent alors de la compétence de son forgeron et du prestige de son propriétaire. À partir du XVIIe siècle, des aciers d'origine européenne furent employés à la place du fer météoritique[1].

À Java et à Bali, le kriss se porte dans le dos et le nombre de ses courbes est toujours impair. Les kriss ne s'achètent pas et se transmettent de père en fils. Ces objets sont tellement chargés de sens et de spiritualité qu'un marié peut se faire représenter lors de sa cérémonie de mariage par son kriss.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason du Siam entre 1873 et 1910

Deux kriss entrecroisés apparaissent sur le blason du Siam (ancien nom de la Thaïlande) entre 1873 et 1910, pour symboliser la domination du royaume sur ses territoires de la péninsule Malaise.

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

  • Dans son roman de science-fiction Dune (1965), l'écrivain américain Frank Herbert évoque une arme du même nom. Fabriquée à l'aide d'une dent de ver des sables Shai-Hulud, c'est une arme redoutablement solide et aiguisée, d'autant qu'il est possible de l'empoisonner. Cette arme se désintègre si elle n'est pas en contact avec un homme. Sa valeur symbolique en fait un passe pour pénétrer dans un sietch fremen. Comme dans la culture malaise, le Kriss de Dune est fortement lié à l'âme de son propriétaire, et sa possession et son usage sont réservés aux Fremen adultes.
  • Dans la série des jeux vidéo "Legacy of Kain" , la Soul Reaver (aussi appelée simplement " Reaver") est l'épée emblématique du personnage de Kain. Arme vampirique puis dévoreuse d’âme une fois l’esprit du personnage de Raziel enfermé dans la lame.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Madeleine Durand-Charre, Les aciers damassés : Du fer primitif aux aciers modernes, Mines Paris ParisTech Les Presses,‎ 2007 (ISBN 978-2-911762-87-1), p. 80

Bibliographie[modifier | modifier le code]

P. FONTAINE « Le kriss, éléments d'analyse stylistique » in L'interrogation du style, Collectif, 2005, Publications de l'Université de Provence.

Sur les autres projets Wikimedia :