Lance-pierre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lance-pierre rustique.

Un lance-pierre (ou tire-boulette[réf. nécessaire]) est une arme de jet constituée d’un manche supportant deux branches en Y sur lesquelles s’attachent des bandes élastiques reliées à une bande souple (généralement en cuir). Pour l’utiliser, un projectile est placé sur la bande de cuir et maintenu par le pincement de deux doigts ; l’élastique est alors tendu en éloignant le bras qui tient le manche ; le tir est déclenché en relâchant la pression des doigts sur le projectile, qui est envoyé au loin sur la cible visée.

Dans le langage familier, le lance-pierre est souvent appelé fronde, mais la fronde est une arme différente, tirant parti de la force centrifuge. Dans la Bible, David terrassa Goliath avec une fronde, et non un lance-pierre.

Histoire[modifier | modifier le code]

Fourche en bois parfaite pour un lance-pierre.

L’histoire du lance-pierre est liée au matériau élastique et résistant à la base du système de lancement de projectile. L’invention du lance-pierre est donc certainement[réf. souhaitée] liée aux progrès techniques de la chimie du caoutchouc, et à la diffusion des produits de cette industrie, à la fin du XIXe siècle.

On peut certainement[réf. souhaitée] relier l’apparition des lance-pierres, avec l’invention par Édouard Michelin en 1891 des premiers pneumatiques démontables contenant une chambre à air. Ces anciennes chambres à air de vélo (rouges), composées de caoutchouc (à l’élasticité supérieure à celles actuelles), étaient utilisées comme élastiques du lance-pierre.

En février et mars 1980, les habitants de la presqu’île de Crozon, et en particulier ceux de la commune de Plogoff, opposés projet de centrale nucléaire, prennent le lance-pierre pour harceler les forces publiques envoyées sur place. Le lance-pierre devient leur emblème de ralliement lors des rassemblements où ils le portent autour du cou[1].

Types de lance-pierres[modifier | modifier le code]

Lance-pierre moderne, avec stabilisateur (à droite) et repose-bras (à gauche)
  • lance-pierre rustique, de fabrication artisanale. Un morceau de bois en Y, un élastique en caoutchouc (élastique à garrot, chambre à air de vélo…).
  • lance-pierre moderne, de fabrication industrielle. Une armature en métal, une poignée ergonomique en plastique, un élastique en latex moulé. Certains perfectionnement techniques existent :
    • poignée ergonomique : forme des doigts, grip antidérapant, forme pistolet…
    • repose-bras : en prenant appui sur l’avant-bras, il soulage le poignet (lors de la tension de l’élastique) et offre ainsi un confort et une précision de tir accrue.
    • stabilisateur : un ou plusieurs poids, assurent une certaine inertie au lance-pierre et limitent les tremblements.
    • viseur : permet une précision accrue. Par exemple, un système de viseur optique ou laser[2] permet un tir très précis à plus de 40 mètres.
    • accessoires : porte-billes, porte lampe-torche, fléchettes.

Munitions et usages[modifier | modifier le code]

Bille métallique.

Le choix de munitions d’un lance-pierre est varié : cailloux, cerises, billes en verre, billes en acier, billes en plomb (chasse), billes de paintball, écrous, etc. On peut aussi mettre plusieurs petits projectiles dans la poche de cuir (système basé sur la chevrotine)afin d’avoir plus de chances de toucher sa cible, mais la portée sera réduite. La précision du tir dépend pour le projectile, de son poids (densité de la matière) et de sa rotondité (aérodynamisme pour longue distance).

Comme arme rustique, le lance-pierre fut longtemps utilisé avec des pierres. L’emploi de projectiles plus lourds et durs est aujourd’hui privilégié : la densité du projectile permet un tir plus précis, plus distant et plus meurtrier.

Le lance-pierre est aussi utilisé pour la chasse du petit gibier et des oiseaux. Cette chasse est encore très populaire en Afrique[3].

Le lance-pierre est également utilisé par certains pêcheurs à la ligne pour envoyer avec précision des boulettes d’appât à poisson. Une version améliorée, nommée lance-appât, lance-bouilette ou lance-amorce, est munie à l’extrémité des élastiques d’un récipient souple ou rigide (le godet) convenant mieux au lancer de projectiles mous ou multiples (graines).

Pratique sportive[modifier | modifier le code]

Le lance-pierre est utilisé pour une pratique sportive, de façon semblable à l’arc pour la discipline sportive du tir à l’arc. Il ne s’agit plus alors de constructions bricolées à l’aide de branches d’arbre et d’élastiques récupérés, mais de lance-pierres fabriqués artisanalement dans des alliages légers ou des matières plastiques. Les élastiques sont principalement composés de latex, à section cylindrique ou plate. Les tireurs modernes disposent le plus souvent de repose-bras et de stabilisateurs « en forme d’antenne ».

En France, il n’existe pas de championnat, mais dans d’autres pays, comme par exemple l’Espagne[4] ou les États-Unis[5], les lance-pierres sont les instruments d’une pratique sportive populaire, avec des championnats et des associations. Dans cette pratique aucune pierre n’est utilisée. Mais plutôt des projectiles en matière plastique, en céramique ou en métal. Un projectile en acier typique a un diamètre entre 8 et 13 mm.

Principes physiques[modifier | modifier le code]

L’énergie cinétique dépend de :

  • la force de tension exercée sur l’élastique : est-ce qu’on tire fort sur l’élastique ?
  • la matière et qualité de l’élastique (latex, caoutchouc…)
  • facteur d’élasticité de l’élastique : l’élastique est-il souple ou rigide comme une ficelle ?
  • la dimension de l’élastique : la longueur, largeur et épaisseur de l’élastique.
  • le poids du projectile.
  • le facteur de résistance de surface du projectile : Le projectile est-il dur ou mou ?

Législation[modifier | modifier le code]

En France, le lance-pierre, comme la fronde, sont considérés par la loi comme des armes de 6e catégorie, leur usage est réglementé.

Expressions en français[modifier | modifier le code]

  • Manger à coup de lance-pierre : manger rapidement, ou se nourrir mal.
  • Être payé à coups de lance-pierre : être mal payé

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les pierres de la liberté: Plogoff, 1975-1980, René Pichavant
  2. Voir le lance-pierre PS-55 de catsdomain.com.
  3. Voir http://melchiormenzel.de/slingshots_modern_calitz.html
  4. Voir http://perso.wanadoo.es/hondero/honda.htm
  5. Voir par exemple les tournois en Illinois

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jack H. Koehler, Slingshot shooting - the poor man’s shooting sport, Sling publishing (ISBN 0-9765311-0-0)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]