Jitte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jitte

La jitte (十手 (じって?), également prononcé jittei 十手 (じってい?) ou jutte 十手 (じゅって?)[1], est une arme traditionnelle japonaise utilisée principalement au cours de la période féodale de l'histoire du Japon. Elle est similaire au Sai, mais ne possède qu'une seule « griffe », contrairement au Sai, qui en a deux.

C'est une des nombreuses armes des ninjas, mais aussi des policiers, elle permettait de neutraliser sans tuer, car non tranchante et dépourvue de réelles « pointes » (bien que la lame soit particulièrement effilée). Ces armes étaient souvent utilisées par paires, ou accompagnées d'une arme telle qu'un sabre ou un couteau.

La jitte permettait de coincer puis de briser une lame, ou même de saisir l'arme de l'ennemi, pour prendre le dessus lors d'un combat.

La jitte était appréciée pour son efficacité, bien que le Sai soit théoriquement plus efficace, puisqu'il était « le double » d'une jitte, avec ses deux « griffes ».

Certaines jitte avaient, attachées à la pointe de leurs lames, des chaînes munies d'une boule de bois ou d'un boulet métallique. On les appelle alors « kusari chigiriki ».

Ce genre d'arme a eu une diffusion plutôt importante, chez les ninjas, surtout à l'époque ou ils faisaient plus ou moins office de police, dans les temps proches de la révolution, au milieu du XIXe siècle, au Japon, bien qu'elles ne furent pas autant utilisées que les ninja-tô, kyoketsu shoge ou kusarigama.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pendant l'ère Edo, la prononciation des diphtongues yōon n'ayant pas été unifié, ça n'est pas une erreur de prononciation d'utiliser じゅって dans la région (historique du Kantō