Angon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Angon (homonymie).
Reconstitution de Germains tenant leur angon.

L’angon est une lance ou javelot franc dont le fer a la forme d'un harpon. Il était utilisé comme arme de guerre ou de chasse[1]. La découverte de cette arme dans des tombes du peuple des Angles et des Thuringiens laisse croire qu'elle n'était pas l'exclusivité des guerriers francs.

C’était cependant une des armes les plus rares mais aussi les plus singulières de la période franque. Le premier auteur qui semble avoir fait mention de cette arme est l'historien byzantin Agathias qui décrit dans le deuxième tome de son Histoire du temps de Justinien, cette arme de jet en ces termes :

« L'angon est une pique, ni trop longue, ni trop courte, qui peut être lancée au besoin, mais qui est également propre à la défense et à l'attaque. Cette javeline est presque entièrement en fer, et seule la poignée est constituée en bois. À l'extrémité supérieure de l'arme (la pointe), sont deux espèces de crochets recourbés vers la hampe et assez semblables aux crochets d'un hameçon. »

« Lorsque l'angon est lancé sur un ennemi et qu'il pénètre dans la chair, il s'y engage tellement qu'il ne peut en être extrait sans rendre la blessure mortelle ; si cette arme frappe un bouclier, il s'y plante si profondément que ses « crocs » rendent toute extraction impossible : il y demeure alors suspendu, balayant la terre par son extrémité : le guerrier franc n'a plus qu'à se précipiter, mettre le pied sur le manche du javelot pour découvrir le corps de son adversaire et le tuer à l'aide de son glaive. »

« Quelquefois, l'angon est attaché à une corde, sert de harpon et il ne reste plus qu'à tirer sur celle-ci pour amener l'ennemi à portée des glaives. »

(Récit de la bataille de Casilinum en 555, gagnée par Narsès sur les Francs et les Alamans).

Étymologie du terme angon[modifier | modifier le code]

Le mot est n'est pas attesté avant le XVe siècle en français. Il s'agit d'une « sorte de crochet ». Ensuite il apparaît au XVIe siècle au sens de « sorte d'arme munie de deux crochets, utilisée par les Francs ». Ce terme est attesté en latin chez Du Cange sous la forme angon(es) et au sens d'« arme des anciens Francs ». L'étymologie de ce mot bas latin est mal éclaircie : il s'agit peut-être d'un emprunt au vieux bas francique *ango « crochet », dont l'existence est postulée par le vieux haut allemand ango, dérivé allemand Angel de même sens. En fin de compte, le bas latin angon(es) serait d'origine populaire et représenterait directement le vieux bas francique *ango, comme semble le montrer l'existence du wallon angon « bâton à crochets », alors qu'au sens de « gond » propre aux dialectes de l'est de la France et de la Suisse romande, il serait issu d'un croisement entre le latin gomphus « cheville, clou », auquel a été ajouté le préfixe en-, d'où le verbe engoner « mettre une porte sur ses gonds », d'où peut-être un déverbal *engon, devenu angon par influence de angon « crochet », d'origine vieux bas francique[2].

L'ancien français (soi) angler « se prendre à l'hameçon » est issu du germanique westique *angul (cf. vieil anglais et vieux haut allemand angul > anglais angle « hameçon » et allemand Angel, même sens), par l'intermédiaire du normand, peut-être renforcé par l'ancien scandinave *angul-, vieux norrois ongull, de même sens. En outre, le même étymon westique *aŋg- se retrouve dans le substantif normand angue (variante aingue) « hameçon »[3], lui-même du saxon *anga ou de l'anglo-saxon anga « crochet, hameçon », même mot que le vieux bas francique *ango (vieux haut allemand ango).

Archéologie de l'angon[modifier | modifier le code]

Jusqu'au XIXe siècle l'idée qu'on se faisait de cette arme était uniquement basée sur les récits des auteurs antiques, puisque l'archéologie n'en avait jamais mis au jour. Aussi, la reproduction graphique de l'objet posait problème et était parfois fantaisiste.

Cependant, plusieurs découvertes avaient été effectuées dans des nécropoles franques dès le XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, sans qu'elles puissent être identifiées directement comme des angons, soit par manque de connaissance des acteurs de la découverte et de l'autorité scientifique compétente ou soit à cause du mauvais état des pièces retrouvées, rendant difficile leur interprétation.

On finit par authentifier cette arme presque simultanément en Allemagne et en France. En effet, cinq trouvailles furent faites en Rhénanie et entrèrent dans les musées de Wiesbaden, Mayence et Darmstadt. On en découvrit également deux en Normandie, dans la nécropole franque d'Envermeu entre 1854 et 1856.

Les deux angons d'Envermeu ont un mètre de longueur. Ils sont entièrement en fer, mais ils possèdent au bas de leur hampe une douille qui montre qu'elle se terminait par un manche en bois. Ce manche devait être à peu près aussi long que la hampe, c'est-à-dire autour d'un mètre.

Peu de temps après (1859), on trouvait un nouvel angon dans le Kent en Angleterre, prélude à une longue série de découverte jusque nos jours.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Certains auteurs ont soutenu, comme Pierre-Daniel Huet[réf. souhaitée], qu'il s'agissait du type primordial de la fleur de lys qui est devenue l'insigne royal.
  2. Site du CNRTL : étymologie de "angon"
  3. Elisabeth Ridel, les Vikings et les mots : L'apport de l'ancien scandinave à la langue française, éditions Errance, Paris, 2009, p. 172.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :