Contus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Charge de cavaliers byzantins: Chronique de Jean Skylitzès, Codex Græcus Matritensis, Biblioteca Nacional de España, Madrid.

Contus est un terme latin (d'origine grecque) qui désigne une longue lance de cavalerie, maniée à deux mains.

Description[modifier | modifier le code]

Le contus était l'arme des Sarmates et des Alains, cavaliers des steppes, dont un certain nombre fut engagé dans l'armée romaine à l'époque de son apogée. Les Sarmates étaient presque les seuls cavaliers de l'armée romaine à utiliser des armes contondantes, car les Romains préféraient utiliser des armes de taille, comme la "spatha", sorte de "hispano gladio" (glaive ibérique, le glaive court utilisé de la main gauche par le fantassin romain de base) ayant une lame deux fois plus longue que son modèle (glaive ibérique : 30 à 45 cm / spatha : 60 à 100 cm).

Le contus faisait environ 4 m à 4,5 m et, vu son utilité (charges de cavalerie lourde), il était très gros, très lourd. L'arme était d'ailleurs si lourde qu'il arrivait qu'elle plie sous son poids, sur la longueur. La position du cavalier (sans selle, à l'époque) n'en était que plus inconfortable et la suprématie sur le champ de bataille des cavaliers lourds (cataphractaires, notamment Sarmates ou Alains...) n'est venue qu'avec l'invention des étriers (apportée d'orient par les Parthes) qui donnaient au cavalier une tenue stable et peu contraignante sur sa monture.