Katzbalger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Katzbalger
Image illustrative de l'article Katzbalger
La garde en « S » d'un katzbalger
Présentation
Pays d'origine Saint-Empire romain germanique
Type Épée
Batailles Guerres d'Italie
Époque Renaissance
Utilisateur(s) Lansquenet
Accessoire(s) Piques
Période d'utilisation XVe siècle XVIe siècle
Poids et dimensions
Longueur totale de 50 à 100 cm en moyenne
Longueur de la lame de 50 à 80 cm, jusqu'à 1,20 mètre

Le katzbalger était une sorte d'épée.

Le mot katzbalger se traduit littéralement par « étripe chat » ou « combat de chat ». Ce nom vient de la façon de l'utiliser : lorsque le lansquenet était trop proche d'un adversaire ou que le combat virait au corps à corps, il ne pouvait utiliser son arme principale, l'espadon, trop long et lourd pour un combat rapproché. Ainsi, il tirait son katzbalger, dont les coups sont très rapides à porter. Lorsque le lansquenet tirait cette épée du fourreau, il était certain que la brutalité du duel allait en crescendo et qu'aucun des deux participant n'aurait de pitié : un combat de chat.

Lansquenet portant un katzbalger, d'après une encyclopédie danoise du XIXe siècle.

Le katzbalger est l'épée « courte » du lansquenet nommé aussi parfois Doppelsöldner. Le qualifier de « court » peut être dans certains cas assez déplacé, puisque si le Katzbalger commun mesurait entre 50 et 100 cm au total, certains faisaient 1,20 mètre de lame en plus d'une poignée à deux mains (mais à côté des espadons parfois flamberges qui pouvaient atteindre plus de 2 mètres, on peut imaginer la relativité du terme « court »).

Le plus fréquemment le katzbalger est court, comme sur l'image [1] Des modèles plus longs, moins fréquents mais pas rares pour autant, ont aussi existé : [2], [3].

Le katzbalger a une lame en général comprise entre 50 et 80 cm, large et à deux tranchants parallèles, arrondie à son extrémité. Sa garde est constituée d'un simple pas-d'âne, ou souvent formée de deux quillons entortillés en « S » autour de la garde.

L'utilisation du katzbalger a cessé avec les lansquenets, à l'époque où les armes à feu ont définitivement supplanté les armes blanches. Il a été l'une des dernières épées des chevaliers à proprement parler. Du point de vue de l'utilisation théorique de l'arme, on peut le ranger dans la même catégorie que d'autres épées comme le schiavone ou le « braquemart » du XVe - XVIe siècle : une épée parfois capable d'estoc mais pas forcément, dont l'utilité était principalement la taille à bout touchant.