Flèche empoisonnée

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les flèches empoisonnées sont utilisées pour la chasse par les populations de chasseurs-cueilleurs du monde entier et sont encore en usage en Amérique du Sud, en Afrique et en Asie.

Parmi les exemples connus de poisons utilisés pour les flèches on trouve les substances sécrétées par la peau des dendrobatidae et le curare (ou « AMPI »), un terme générique pour une gamme de poisons dérivés de substances végétales et utilisés pour leurs flèches par les indiens d’Amérique du Sud[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les flèches empoisonnées sont mentionnées dans la mythologie, notamment la mythologie grecque avec l’histoire d’Héraclès tuant le centaure Nessus en utilisant les flèches empoisonnées avec le sang de l’hydre de Lerne. Dans l’Odyssée d’Homère, le héros grec Ulysse empoisonne ses flèches avec l’hellébore. Les flèches empoisonnées figurent également dans l’épopée d’Homère sur la Guerre de Troie, l’Iliade, dans laquelle les deux belligérants, les Achéens et les troyens utilisent des flèches et des lances empoisonnées[2].

Les flèches empoisonnées ont été réellement utilisées par des peuples du monde antique, notamment les Gaulois, les Romains et les nomades Scythes et Soanes. Les historiens de l’Antiquité grecque et romaine décrivent des recettes pour empoisonner les projectiles et mentionnent des batailles historiques où les flèches empoisonnées ont été utilisées. Alexandre le Grand a rencontré les flèches empoisonnés au cours de sa conquête de l'Inde (probablement trempé dans le venin de vipère de Russell) et l'armée du général romain Lucullus a subi des blessures graves infligées par des flèches empoisonnés tirées par des nomades au cours de la troisième guerre de Mithridate (Ier siècle av. J.-C.)[2]. L'utilisation de flèches empoisonnées pour la chasse et de guerre, par les Amérindiens a également été documentée aux États-Unis[3].

Au cours de différentes époques, les chinois ont utilisé pour la guerre des projectiles empoisonnés avec diverses substances néfastes[4].

La mort de Baldr dans les mythes Scandinaves est due à une flèche empoisonnée.

Différents poisons[modifier | modifier le code]

Les poisons utilisés dans le monde pour les flèches proviennent de nombreuses sources:

Poisons d’origine végétale[modifier | modifier le code]

Strychnos toxifera, une plante couramment utilisée dans la préparation du curare

Poisons d’origine animale[modifier | modifier le code]

Le Phyllobates bicolor, une espèce de la famille des dendrobatidae dont les sécrétions sont utilisées pour la préparation de fléchettes empoisonnées.
  • Dans le nord du désert du Kalahari, le poison le plus couramment utilisé pour les flèches provient de la larve et de la pupe de coléoptères chrysomelidae du genre Diamphidia. Il est appliqué sur la flèche, soit par pression du contenu de la larve directement sur la flèche, mélangé avec la sève de plantes qui agissent comme une colle, soit par mélange d'une poudre fabriquée à partir de la larve sèche avec du jus de plantes et appliqué à l’extrémité de la flèche. La toxine est lente à agir et les grands animaux peuvent survivre 4-5 jours avant de succomber à ses effets[14].

Préparation[modifier | modifier le code]

Le compte rendu suivant du XVIIe siècle décrit comment les poisons utilisés pour les flèches étaient préparés en Chine :

"En préparant des flèches empoisonnées pour abattre les bêtes sauvages, les tubercules d’Aconitum sauvage sont bouillis dans l'eau. Le liquide produit, très visqueux et toxique, est appliqué sur les arêtes vives de la flèche. Les pointes de flèches traitées sont efficaces pour tuer rapidement à la fois les êtres humains et les animaux, même si la victime présente seulement une égratignure[11]. "

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Curare » (consulté le 2006-08-09)
  2. a et b (en) Adrienne Mayor, Greek Fire, Poison Arrows and Scorpion Bombs: Biological and Chemical Warfare in the Ancient World, Woodstock, The Overlook Press,‎ 2009, poche (ISBN 978-1-59020-177-0, lien OCLC?)
  3. (en) David E Jones, Poison Arrows: North American Indian Hunting and Warfare, Austin, University of Texas Press,‎ 2007, 1e éd. (ISBN 978-0-292-71428-1, lien LCCN?, lire en ligne)
  4. (en) Ralph D Sawyer, The Tao of Deception: Unorthodox Warfare in Historic and Modern China, New York, Basic Books,‎ 2007, relié (ISBN 978-0-465-07205-7)
  5. « Definition of inee » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Webster's International Dictionary, 1913. Consulté le 2006-08-09
  6. a et b « Poisoned arrows », Victoria and Albert Museum (consulté le 2006-08-10)
  7. George St. George, Soviet Deserts and Mountains, Amsterdam, Time-Life International,‎ 1974
  8. (en) Michel Peissel, The Ants' Gold: The Discovery of the Greek El Dorado in the Himalayas, London Harvill Press,‎ 1984 (lire en ligne), p. 99-100
  9. (en) Joseph Dalton Hooker, Himalayan Journals or Notes of a Naturalist, London, John Murray,‎ 1854 (lire en ligne), p. 168
  10. (en) J. H. Hutton, « The occurrence of the Blow-Gun in Assam », Man, Royal Anthropological Institute of Great Britain and Ireland, vol. 24,‎ juillet 1924, p. 106
  11. a et b (en) Yingxing Song, Sun, Shiou-chuan; Sun, E-tu Zen, Chinese Technology in the Seventeenth Century: T'ien-kung K'ai-wu, Mineola, New York, Dover Publications,‎ 1996, poche (ISBN 978-0-486-29593-0, lien LCCN?, lire en ligne), p. 267
  12. Chavannes, Édouard. « Trois Généraux Chinois de la dynastie des Han Orientaux. Pan Tch’ao (32-102 p.C.); – son fils Pan Yong; – Leang K’in (112 p.C.). Chapitre LXXVII du Heou Han chou. ». 1906. T’oung pao 7, p. 226-227.
  13. (en) David E Jones, Poison Arrows: North American Indian Hunting and Warfare, Austin, University of Texas Press,‎ 2007, 1e éd. (ISBN 978-0-292-71428-1, lien LCCN?, lire en ligne), p. 29
  14. « How San hunters use beetles to poison their arrows », Iziko Museums of Cape Town (consulté le 2006-08-09)