Falcata

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La falcata est un type d'arme blanche, une épée en fer originaire d'Ibérie, en rapport aux populations indigènes ibériques antérieures à la conquête romaine, et qui fut très employée chez les peuples ibères et les Celtibères limitrophes. C'était une épée très commune dans la zone la plus celtique de la Péninsule.

Nom[modifier | modifier le code]

Le terme falcata ne vient pas de l'Antiquité. Il semble qu'il ait été forgé par Fernando Fulgosio en 1872[1], d'après l'expression latine ensis falcatus, « épée en forme de faucille » (laquelle, néanmoins, désigne la harpé). On suppose qu'il a choisi falcata plutôt que falcatus car le mot espagnol pour « épée », espada, est féminin, bien qu'on puisse supposer d'autres théories. Le nom s'imposa très vite et il est maintenant solidement implanté dans la littérature érudite.

Forme[modifier | modifier le code]

Ses dimensions sont semblables à celles du gladius (« glaive »), l'épée courte romaine, d'environ 50 cm de lame ; elle aurait peut-être influencé la conception postérieure du gladius, notamment le gladius hispaniensis, dont l'évolution allait tendre jusqu'à la forme droite caractéristique de la lame. En tout cas, il est possible que cette influence sur les armes courtes romaines vienne de l’épée à antennes, également fréquente en Ibérie pré-romaine, et d'origine celtique.

Origine[modifier | modifier le code]

Les épées en forme de falcata dérivaient des couteaux en forme de faucille de l'Âge du fer. Cela explique aussi leur usage rituel. Les historiens pensent que ce furent les Celtes qui l'introduisirent dans la péninsule Ibérique et qui diffusèrent la technologie du fer. Il semble que la falcata ait une origine parallèle au kopis grec et non qu'elle soit dérivée de celui-ci.

Qualité et fabrication[modifier | modifier le code]

Les armées romaines de la Deuxième Guerre punique et suivantes, furent surprises, durant la Conquête de l'Hispanie, par la qualité de ces armes utilisées par les mercenaires et guerriers ibériques. La qualité globale de la falcata venait non seulement de sa forme, mais aussi de la qualité du fer. Des plaques d'acier étaient enterrées dans le sol pendant deux à trois ans, corrodant le fer, affaibli, qu'elles contenaient. Avec le reste était fabriquée l'épée[2]. La lame était forgée à partir de trois feuilles de cet acier, qui était fondues dans un bas fourneau. En raison de la puissance de la falcata, les légions romaines renforcèrent leurs armures et redessinèrent leurs armes de poings. Il est probable que la falcata a influencé la fabrication postérieure de l'arme typique de la légion romaine, le glaive.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Fulgosio, Fernando (1872): "Armas y utensilios del hombre primitivo en el Museo Arqueológico Nacional", in José Dorregaray (ed.),Museo Español de Antigüedades, Madrid, Vol. I, pp. 75-89.
  2. Diodore de Sicile 5.33.4