Jean-Baptiste Dureau de La Malle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean-Baptiste Dureau de la Malle, littérateur français distingué, traducteur de Tacite, Salluste et Tite-Live, né à Ouanaminthe, Saint-Domingue, le 27 novembre 1742, mort le 19 septembre 1807 au domaine de Landres à Mauve-sur-Huisne (Orne) et inhumé dans le cimetière de cette commune, fils de Laurent Dureau, capitaine de cavalerie au Fort Dauphin et habitant de Ouanaminthe (Saint Domingue), et d'Elisabeth Sauvage.

Il a épousé Elisabeth-Renée Maignon, née aussi à Saint-Domingue.

Il vint étudier à Paris. Possesseur d'une brillante fortune, il se consacra tout entier aux lettres et fit de sa maison le rendez-vous des écrivains les plus distingués.

Il débuta par :

Il donna :

  • en 1793 une traduction de Tacite, qui fit sa réputation (réimprimée en 1808 et 1816), et laissa :
  • une traduction de Salluste, qui parut en 1808.

Il avait entrepris la traduction de Tite-Live : cette traduction complétée par son fils et par Noël, a été publiée de 1810 à 1815 en 15 volumes in-8. Sa traduction de Tacite a passé selon le Dictionnaire Bouillet pour la meilleure jusqu'à la publication de celle de Jean Louis Burnouf.

Dureau de la Malle avait été nommé membre du Corps législatif en 1802 et de l'Académie française le 3 octobre 1804.

Son fils est Adolphe Dureau de la Malle.

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.