Moritz Moszkowski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Moritz Moszkowski

Description de cette image, également commentée ci-après

Moritz Moszkowski

Naissance
Breslau, drapeau du Royaume de Prusse en 1803 Royaume de Prusse
Décès (à 70 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale compositeur, pianiste
Activités annexes violoniste, professeur
Maîtres Eduard Franck, Friedrich Kiel
Élèves Vlado Perlemuter

Moritz Moszkowski est un compositeur, pianiste allemand (d'ascendance polonaise), né le à Breslau, et mort le à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Moritz (Maurycy) Moszkowski est né le à Breslau — en Prusse à l'époque, actuellement la ville polonaise de Wrocław — dans une riche famille polonaise. Il reçoit sa première instruction musicale à la maison. En 1865, la famille s'installe à Dresde, où il est accepté au conservatoire. Ses premières tentatives de composition datent de cette époque : il produit un quintette avec piano à treize ans. En 1869, il se rend à Berlin pour poursuivre ses études, d'abord au conservatoire de Julius Stem avec Eduard Franck pour le piano, puis avec Friedrich Kiel pour la composition, et enfin au Tonkunst de Neue Akademie de Theodor Kullak, où il rencontre les frères Scharwenka : Xaver et Philipp. Tous les trois resteront amis.

C'est à Berlin en 1873 que Moszkowski connaît ses premiers succès comme pianiste. Peu de temps après, il fait des tournées provinciales afin d'acquérir de l'expérience et d'établir sa réputation. En 1875, il organise un concert avec Philipp Scharwenka. Moszkowski est soliste dans un concerto pour piano de sa propre composition. Franz Liszt accompagne le jeune compositeur sur un deuxième piano. Ce concerto n'a jamais été publié et est présumé perdu. C'est vers cette époque que Moszkowski publie ses premières compositions, parmi lesquelles le premier ensemble de Danses espagnoles, op. 12 — écrit à l'origine pour un duo avec piano et orchestré plus tard par Philipp Scharwenka —, qui assure la renommée de Moszkowski. Il est également bon violoniste et joue souvent le premier violon dans l'orchestre de l'académie. Il composera un concerto pour violon, op. 30.

Il demeure à Berlin pendant les vingt années qui suivent. Tout en conservant son poste d'enseignant, il donne des concerts dans toute l'Europe. Célèbre comme pianiste et compositeur, il l'est aussi comme chef d'orchestre : il est invité plusieurs fois à diriger le philharmonique de Londres.

Sa réputation étant assurée, il se rend à Paris en 1897. Il a alors 43 ans. Il épouse Henriette Chaminade, la sœur de Cécile Chaminade, dont il a un fils et une fille. Il est très recherché comme professeur et, n'étant pas sélectif, il propose son aide à tous les jeunes musiciens aspirant à faire carrière. Pour élève, il a notamment eu Vlado Perlemuter qui lui gardera une gratitude infinie.

Vers 1908 cependant, il commence à souffrir d'une pathologie à la suite de la perte tragique de son épouse et de sa fille. En ce début de siècle, les opinions et les goûts musicaux commencent à changer, mais ce nouvel ordre n'a aucune influence sur Moszkowski qui reste fidèle aux traditions du XIXe siècle. Sa popularité s'étiole et, bien qu'il continue à composer sans avoir perdu de ses forces créatrices, son rendement diminue avec sa perte d'ambition et d'enthousiasme. Ses dernières années se passent dans la pauvreté, par suite de la cession de ses droits d'auteur et à l'investissement de sa fortune dans des valeurs allemandes, polonaises et russes, qui deviennent nulles lors de la guerre en 1914. Il meurt à Paris le .

Citation[modifier | modifier le code]

Il avait un humour assez caustique, à son ami le pianiste Hans von Bülow qui lui avait dit de manière pédante Bach, Beethoven, Brahms : tous les autres sont des crétins il avait répondu : Mendelssohn, Meyerbeer et votre humble serviteur Moritz Moszkowski : tous les autres sont des chrétiens'...

Compositions[modifier | modifier le code]

  • Danses espagnoles, op. 12
  • Concerto pour violon, op.30
  • Étincelles, op.36 n° 6
  • Caprice Espagnol, op. 37
  • Concerto pour piano, op. 59
  • 15 études de virtuosité « Per aspera », op. 72
  • 12 études, op. 92
  • 20 petites études, op. 91

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]