Bačka Palanka

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cyrillic letter Dzhe.svg Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Bačka Palanka
Бачка Паланка
Blason de Bačka Palanka
Héraldique
L'église Saint-Jean-Baptiste à Bačka Palanka (XVIIIe siècle)
L'église Saint-Jean-Baptiste à Bačka Palanka (XVIIIe siècle)
Administration
Pays Serbie Serbie
Province Voïvodine Voïvodine
Région Bačka
District Bačka méridionale
Municipalité Bačka Palanka
Code postal 21 400
Démographie
Population 28 239 hab. (2011)
Densité 219 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 15′ 03″ N 19° 23′ 31″ E / 45.2508, 19.3919 ()45° 15′ 03″ Nord 19° 23′ 31″ Est / 45.2508, 19.3919 ()  
Superficie 12 920 ha = 129,2 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Serbie

Voir la carte administrative de Serbie
City locator 14.svg
Bačka Palanka

Géolocalisation sur la carte : Serbie

Voir la carte topographique de Serbie
City locator 14.svg
Bačka Palanka
Municipalité de Bačka Palanka
Administration
Maire
Mandat
Aleksandar Đedovac (SNS)
2012-2016
Démographie
Population 55 528 hab. (2011)
Densité 96 hab./km2
Géographie
Superficie 57 900 ha = 579 km2
Liens
Site web Site officiel

Bačka Palanka (en serbe cyrillique : Бачка Паланка ; en slovaque : Báčska Palanka ; en hongrois Bácspalánka ; en allemand Plankenburg ; en turc Küçük Hisar) est une ville et une municipalité de Serbie situées dans la province autonome de Voïvodine. Elles font partie du district de Bačka méridionale. Au recensement de 2011, la ville comptait 28 239 habitants et la municipalité dont elle est le centre 55 528[1].

Le nom de Bačka Palanka peut se traduire par « Le Plessis de la Bačka » ou Le « Plessis en Bačka ».

Géographie[modifier | modifier le code]

La ville de Bačka Palanka et l'essentiel du territoire de la municipalité sont situés sur la rive gauche du Danube, dans la région de la Bačka ; deux villages se trouvent sur la rive droite du fleuve, Neštin et Vizić, au pied du massif de la Fruška gora et dans la région de Syrmie.

Bačka Palanka vue depuis la forteresse d'Ilok

Climat[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Les fouilles archéologiques ont montré que la région de Bačka Palanka était déjà habitée à la Préhistoire. On y a trouvé des objets remontant à l'âge de la pierre, à l'âge du bronze et à l'âge du fer. Des vestiges ont été également retrouvés, datant de l'Empire romain.

En 1486, une localité est pour la première fois mentionnée à proximité de la ville d'Ilok : elle s'appelait Iločka. Au début du XVIe siècle, elle faisait partie du domaine d'un certain Lovro Iločki, duc de Syrmie. Elle fut détruite par les Ottomans après la bataille de Mohács en 1526. Elle fut reconstruite et devint une petite forteresse ottomane appelée Palanka (Plessis en turc).

En 1687, Palanka devint autrichienne et de nombreux Serbes orthodoxes vinrent s'y installer. En 1699, les Turcs quittèrent Palanka.

De 1702 à 1744, la ville servit à des fins militaires. Entre 1765 et 1770, une ville nommée Nova Palanka fut établie à deux kilomètres de Palanka et une autre ville, Nemačka Palanka, la « Palanka allemande », fut fondée en 1783, avec un peuplement germanique. Les trois cités furent réunies au XIXe siècle sous le nom de Bačka Palanka.

Le développement industriel de Palanka commença en 1765, avec l'installation d'une briqueterie. La ville se dota d'une poste en 1828 et, en 1875, y fut ouverte une des premières bibliothèques de Voïvodine. En 1886, la première école publique ouvrit ses portes.

Dans les années 1990, environ 5 000 réfugiés, venus de Croatie et de Bosnie-Herzégovine, s'y installèrent à cause des guerres de Yougoslavie.

Localités de la municipalité de Bačka Palanka[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

La municipalité de Bačka Palanka compte 14 localités. La plupart d'entre elles sont situées sur la rive gauche du Danube, dans la région de la Bačka :

Deux localités sont situées sur la rive droite du Danube, en Syrmie (Srem) :

Bačka Palanka est officiellement classée parmi les « localités urbaines » (en serbe : градско насеље et gradsko naselje) ; toutes les autres localités sont considérées comme des « villages » (село/selo).

Démographie[modifier | modifier le code]

Ville intra muros[modifier | modifier le code]

Évolution historique de la population dans la ville[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1948 1953 1961 1971 1981 1991 2002 2011
12 830 13 625 16 475 21 104 25 001 26 780 29 449[2] 28 239[1]


Évolution de la population

Données de 2002[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges (2002)

En 2002, l'âge moyen de la population de la ville était de 37,6 ans pour les hommes et 40,3 ans pour les femmes[3].

Répartition de la population par nationalités dans la ville (2002)

En 2002, les Serbes représentaient environ de 81 % de la population de la ville ; on y comptait notamment des minorités slovaques (4 %), hongroises (4 %) et croates (2 %)[4].

Données de 2011[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges (2011)

En 2011, l'âge moyen de la population de la ville était de 41,5 ans, 39,7 ans pour les hommes et 43,1 ans pour les femmes[5].

Répartition de la population par nationalités dans la ville (2011)

En 2011, les Serbes représentaient environ de 82 % de la population, avec une proportion en légère augmentation ; la ville comptait toujours des minorités slovaques (3,71 %), hongroises (3,55 %) et croates (1,84 %) en légère diminution[4].

Municipalité[modifier | modifier le code]

Données de 2002[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges (2002)
Répartition de la population par nationalités dans la municipalité (2002)

En 2002, les Serbes représentaient environ 78,6 % de la population de la municipalité ; les Slovaques et les Hongrois constituaient les principales minorités de la région, avec respectivement 9,5 et 2,4 % de la population. La plupart des localités possédaient une majorité de peuplement serbe, à l'exception du village de Pivnice qui était habité par une majorité de Slovaques.

Données de 2011[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges (2011)

En 2011, l'âge moyen de la population dans la municipalité était de 42,4 ans, 40,6 ans pour les hommes et 44,1 ans pour les femmes[5].

Répartition de la population par nationalités (2011)

Selon le recensement de 2011, la structure de la municipalité « par nationalité » est restée relativement stable, avec 78,9 % de Serbes, près de 9,1 % de Slovaques et 2,4 % de Hongrois. Par rapport à 2002, la population rom augmente légèrement (1,9 % contre 1,3 %) ; la catégorie de recensement des Yougoslaves, qui se réfère à la République fédérative socialiste de Yougoslavie sans marque de nationalité, est en nette régression (0,28 % contre 1,71 %)[4],[6].

Religions (2002)[modifier | modifier le code]

Sur le plan religieux, la municipalité de Bačka Palanka est peuplée à 80 % de Serbes orthodoxes ; elle dépend essentiellement de l'éparchie de la Bačka (en serbe cyrillique : Епархија бачка), dont le siège est à Novi Sad ; en revanche les villages de Neštin et de Vizić, situés sur la rive droite du Danube, relèvent de l'éparchie de Syrmie (en serbe cyrillique : Епархија сремска), dont le siège est à Sremski Karlovci.

Religion Nombre %
Orthodoxes 48 778 80,00
Protestants 5 361 8,79
Catholiques 3 011 4,93
Athées 125 0,20
Musulmans 95 0,15
Religions orientales 24 0,03
Juifs 0 0,00
Autres[8]

En 2002, les Protestants représentaient près de 8,8 % de la population de la municipalité et les Catholiques près de 5 %. Le culte catholique relève du diocèse de Subotica, qui a son siège à Subotica ; en revanche, la paroisse de Neštin relève du diocèse de Syrmie, qui a son siège à Sremska Mitrovica.

Politique[modifier | modifier le code]

Pendant de nombreuses années, Zvezdan Kisić, membre du Parti socialiste de Serbie, fut le maire de la ville et le président de la municipalité.

Élections locales de 2004[modifier | modifier le code]

À la suite des élections locales de 2004, l'assemblée municipale était composée de la manière suivante :

Parti Sièges
Parti radical serbe 16
Parti démocratique 9
Parti socialiste de Serbie 6
Parti démocratique de Serbie 4
Mouvement Force de la Serbie 3
Mouvement serbe du renouveau 2
Liste « Citoyens de Pivnice » 2

Élections locales de 2008[modifier | modifier le code]

À la suite des élections locales serbes de 2008, les 42 sièges de l'assemblée municipale de Bačka Palanka se répartissaient de la manière suivante[9] :

Parti Sièges
Parti radical serbe 18
Pour une Serbie européenne 16
Parti socialiste de Serbie - Parti des retraités unis de Serbie 4
Parti démocratique de Serbie - Nouvelle Serbie 3
Parti national slovaque 1

Dragan Bozalo, qui conduisait la liste du Parti radical serbe (SRS) de Vojislav Šešelj, a été élu président (maire) de la municipalité[10]. Miroslav Rodić a été élu président de l'assemblée municipale[11].

Culture[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Sport[modifier | modifier le code]

La municipalité de Bačka Palanka possède plusieurs clubs de football, dont le FK Bačka Bačka Palanka et le FK ČSK Pivara Čelarevo.

Économie[modifier | modifier le code]

L'industrie s'est développée à Bačka Palanka à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Une briqueterie a ouvert ses portes en 1765 et une usine de tabac fut créée l'année suivante. En 1974, le Pont de la jeunesse fut construit pour relier Bačka Palanka et Ilok. Aujourd'hui, la municipalité est à la fois une région agricole et un centre industriel. Les industries principales y sont l'agroalimentaire, la métallurgie, l'industrie textile, l'électronique et la production de machines. Les usines les plus importantes ont pour nom Sintelon, Tarkett, Nectar, Čelarevo Brewery, Marina, Majevica, Žitoprodukt, Budućnost etc. Sintelon est spécialisée dans la production de revêtements de sols ; à travers ses filiales et ses projets de coentreprise, elle propose des tapis, des moquettes, du linoleum, du mélaminé et du parquet[12], cotée à la Bourse de Belgrade.

La localité de Čelarevo abrite l'une des plus importantes brasseries de Serbie, la brasserie Lav, qui après son rachat par le groupe Carlsberg, est devenue Carlsberg Srbija[13] ; en 2010, la société figurait au 77e rang des 100 entreprises les plus rentables de Serbie[14]. Čelarevo est également le siège de la société Podunavlje (code BELEX : PDCL), qui travaille dans le secteur de l'agriculture ; elle propose notamment du blé et des semences.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le parc naturel de Tikvara

Bačka Palanka est une cité qui attire de nombreux touristes. Quatre aires protégées sont situées sur son territoire[15]. Parmi eux figure le parc naturel de Tikvara, qui s'étend sur 5 080 ha[16]. On y trouve aussi les réserves naturelles spéciales de Bagremara et de Karađorđevo[17], ainsi que le monument naturel botanique du parc du château de Čelarevo[18].

La municipalité abrite également une petite partie du parc national de la Fruška gora, située sur la rive droite du Danube à la hauteur des villages de Neštin et de Vizić[19],[20] ; en 2000, le massif a été désigné comme une zone importante pour la conservation des oiseaux (en abrégé : ZICO)[21]. Une partie du parc naturel de la rivière Jegrička se trouve sur le territoire de Bačka Palanka[22] ; en 2000, le secteur est également devenu une zone importante pour la conservation des oiseaux[23].

Les églises orthodoxe (à gauche) et évangélique slovaque (à droite) à Silbaš

La municipalité compte 33 sites archéologiques. Sur le territoire de Čelarevo se trouve un site où les archéologues ont mis au jour une nécropole datant de la fin du VIIIe siècle et de la première moitié du IXe siècle ; cette nécropole abrite des tombes avars, khazars et slaves ; en raison de son importance, il figure sur la liste des sites archéologiques d'importance exceptionnelle de la République de Serbie[24].

La municipalité abrite plusieurs monuments culturels classés[25]. À Bačka Palanka se trouve l'église de la Nativité de Saint-Jean-Baptiste, qui date de 1783[26]. L'église de l'Assomption, à Pivnice, a été construite en 1754[27] ; l'église Saint-Jean-Chrysostome de Silbaš a été édifiée entre 1755 et 1759[28] et l'église orthodoxe serbe de Despotovo date de 1794[29]. Le château de la famille Dunđerski, à Čelarevo, a été bâti en 1837[30]. Sur la rive droite du Danube, le village de Neštin abrite une maison rurale du XVIIIe siècle, considérée comme un monument culturel d'importance exceptionnelle[31] ; on y trouve aussi l'église Saint-Côme et Saint-Damien, construite en 1793[32], et un moulin datant de la première moitié du XIXe siècle[33], tous deux classés.

Médias[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Le handballeur Marko Vujin

La kayakiste Nataša Dušev-Janić est née en 1982 à Bačka Palanka. Marko Vujin (né en 1984) et Žarko Šešum (né en 1986), originaires de Bačka Palanka, sont des handballeurs serbes ; tous deux ont commencé leur carrière au RK Sintelon ; ils jouent dans l'équipe nationale de Serbie. Le handballeur Bojan Beljanski, né en 1986, qui joue également dans l'équipe de Serbie, est lui aussi né dans la ville.

Coopération internationale[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (sr)(en)[PDF] « Recensement de la population, des ménages et des logements dans la République de Serbie 2011 », sur http://webrzs.stat.gov.rs, Site de l'Institut de statistiques de la République de Serbie,‎ 10 novembre 2011 (consulté le 6 avril 2013)
  2. (sr) Livre 9, Population, analyse comparative de la population en 1948, 1953, 1961, 1971, 1981, 1991 et 2002, données par localités, Institut de statistique de la République de Serbie, Belgrade, mai 2004 (ISBN 86-84433-14-9)
  3. a et b (sr) Livre 2, Population, sexe et âge, données par localités, Institut de statistique de la République de Serbie, Belgrade, février 2003 (ISBN 86-84433-01-7)
  4. a, b, c et d (sr) Livre 1, Population, origine nationale ou ethnique, données par localités, Institut de statistique de la République de Serbie, Belgrade, février 2003 (ISBN 86-84433-00-9)
  5. a, b, c et d (sr)(en)[PDF] « Livre 2 : Âge et sexe - Données par localités », sur http://stat.gov.rs, Site de l'Institut de statistiques de la République de Serbie,‎ 14 décembre 2012 (consulté le 6 avril 2013)
  6. a, b et c (sr)(en)[PDF] « Livre 1 : Nationalités - Données par municipalités », sur http://stat.gov.rs, Site de l'Institut de statistiques de la République de Serbie,‎ 29 novembre 2012 (consulté le 6 avril 2013)
  7. a et b (en)[PDF] « Population par nationalités ou groupes ethniques, par sexe et par âge dans les municipalités de la République de Serbie », Institut de statistique de la République de Serbie, Belgrade,‎ 24 décembre 2002 (consulté le 11 février 2010)
  8. (en)[PDF] « Langues et religions », sur http://webrzs.stat.gov.rs, Site de l'Office national de statistique de la République de Serbie (consulté le 6 septembre 2012)
  9. (sr) « Pregled funkcionera za opštinu Bačka Palanka (Lokalni 2008) », sur http://direktorijum.cesid.org, Site du CeSID (consulté le 6 décembre 2010)
  10. (sr) « Predsednik opštine », sur http://www.backapalanka.rs, Site officiel de Bačka Palanka,‎ 3 avril 2009 (consulté le 6 décembre 2010)
  11. (sr) « Predsednik Skupštine opštine », sur http://www.backapalanka.rs, Site officiel de Bačka Palanka,‎ 28 avril 2009 (consulté le 6 décembre 2010)
  12. (sr) « Site de Sintelon a.d. Backa Palanka » (consulté le 6 décembre 2010)
  13. (sr) « Site de Carlsberg Srbija » (consulté le 24 décembre 2012)
  14. (sr)[PDF] « 100 najuspešnijih 2010 », sur http://www.mfp.gov.rs, Site du ministère des Finances de la République de Serbie,‎ octobre 2011 (consulté le 24 décembre 2012)
  15. (sr) « Prirodni resursi », sur http://www.toobap.rs, Site de l'Office du tourisme de Bačka Palanka (consulté en 23 décembre)
  16. (en) « Tikvara Nature Park », sur http://protectedplanet.net (consulté le 23 décembre 2012)
  17. (en) « Karadjordjevo Nature Reserve », sur http://protectedplanet.net (consulté le 23 décembre 2012)
  18. (en) « Park Celarevskog dvorca Natural Monument », sur http://protectedplanet.net (consulté le 23 décembre 2012)
  19. (sr)(en) « Site du Parc national de Fruška gora » (consulté le 23 décembre 2012)
  20. (en) « Fruska Gora National Park », sur http://protectedplanet.net (consulté le 23 décembre 2012)
  21. (en) « Fruska Gora », sur http://www.birdlife.org (consulté le 23 décembre 2012)
  22. (en) « Jegricka Nature Park », sur http://protectedplanet.net (consulté le 23 décembre 2012)
  23. (en) « Jegricka », sur http://www.birdlife.org (consulté le 23 décembre 2012)
  24. (sr) « Čelarevo », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 23 décembre 2013)
  25. (sr) « Monuments culturels de la municipalité de Bačka Palanka », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 23 décembre 2013)
  26. (sr) « Crkva rođenja sv. Jovana krstitelja, Bačka Palanka », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 23 décembre 2013)
  27. (sr) « Srpska Pravoslavna crkva Uspenja Bogorodice, Pivnica », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 23 décembre 2013)
  28. (sr) « Srpska Pravoslavna crkva Sv. Jovana Zlatoustog, Silbaš », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 23 décembre 2012)
  29. (sr) « Srpska Pravoslavna crkva, Deospotovo », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 23 décembre 2013)
  30. (sr) « Dvorac porodice Dunđerski, Čelarevo », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 23 décembre 2012)
  31. (sr) « Kuća u Neštinu, Neštin », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 23 décembre 2012)
  32. (sr) « Srpska Pravoslavna crkva Sv. Kuzmana i Damjana, Neštin », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 23 décembre 2012)
  33. (sr) « Vodenica, Neštin », sur http://spomenicikulture.mi.sanu.ac.rs (consulté le 23 décembre 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Informations[modifier | modifier le code]

Données géographiques[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Slobodan Ćurčić, Broj stanovnika Vojvodine, Novi Sad, 1996.