Ilok

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ilok
Blason de Ilok
Héraldique
Vue d'Ilok depuis sa forteresse
Vue d'Ilok depuis sa forteresse
Administration
Pays Drapeau de la Croatie Croatie
Comitat Vukovar-Syrmie
Maire
Mandat
Miroslav Janić (HDZ)
?
Code postal 32236
Indicatif téléphonique international +(385)
Indicatif téléphonique local 032
Démographie
Population 5 072 hab. (2011)
Densité 38 hab./km2
Population municipalité 6 757 hab. (2011)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 13′ 20″ N 19° 22′ 37″ E / 45.2222, 19.3769 ()45° 13′ 20″ Nord 19° 22′ 37″ Est / 45.2222, 19.3769 ()  
Superficie 13 500 ha = 135 km2
Superficie municipalité 13 500 ha = 135 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Europe

Voir sur la carte administrative d'Europe
City locator 14.svg
Ilok

Géolocalisation sur la carte : Croatie (administrative)

Voir la carte administrative de Croatie
City locator 14.svg
Ilok

Géolocalisation sur la carte : Croatie (relief)

Voir la carte topographique de Croatie
City locator 14.svg
Ilok
Liens
Site web http://ilok.hr

Ilok est une ville et une municipalité de Croatie, située dans le comitat de Vukovar-Syrmie. Au recensement de 2011, la ville comptait 5 072 habitants et la municipalité 6 767[1].

Ilok fait partie de la région géographique et historique de Syrmie. Depuis 1945, elle est la localité située le plus à l'est de la Croatie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le Danube près d'Ilok

Histoire[modifier | modifier le code]

La forteresse d'Ilok

Ilok est une forteresse depuis le XIIe siècle.

La ville a donné son nom à la famille des comtes Iločki (connus aussi sous la forme hongroise comme Újlaki) qui en étaient les seigneurs depuis 1365 (avec Nikola Kont)[2]. Le membre le plus célèbre de cette famille est Nikola Iločki (1410-1477). La ville est le lieu où est décédé Saint Jean de Capistran (1456).

Les Ottomans ont dominé la région d'Ilok de 1566[3] à 1697. La ville a été donnée en 1697 à la famille Odescalchi, en remerciement de l'aide apportée par le pape Innocent XI (Odescalchi) à la reconquête de la région sur l'empire ottoman après le siège de Vienne (1683) et la prise de Buda (1686).

Depuis le Traité de Karlowitz (1699) jusqu'en 1918, la ville (nommée ILLOK) fait partie de la monarchie autrichienne (empire d'Autriche), dans la province de Voivodine en 1850 [4]. Après le compromis de 1867, la Syrmie (partie au sud de la Drave) est intégrée au Royaume de Croatie-Slavonie dans la Transleithanie, dépendant du Royaume de Hongrie. En 1918, la région est intégrée au nouveau Royaume des Serbes, Croates et Slovènes.

Après l'agression de la Croatie par la Serbie en 1991, la ville a été occupée par les Serbes et incorporée à la Republika srpska krajina[réf. nécessaire]. Elle est revenue à la Croatie en 1998 suite aux accords de Dayton et d'Erdut[réf. nécessaire].

Démographie[modifier | modifier le code]

Au recensement de 2001, la municipalité comptait 8 351 habitants, dont 76,94 % de Croates, 12,50 % de Slovaques et 6,78 % de Serbes[5] ; la ville seule comptait 5 897 habitants[6].

Ville[modifier | modifier le code]

Évolution historique de la population dans la ville[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1948 1953 1961 1971 1981 1991 2002 2011
5 361 5 696 6 193 6 683 6 700 6 775 5 897[6] 5 072[1]


Évolution de la population

Municipalité[modifier | modifier le code]

Localités[modifier | modifier le code]

La municipalité d'Ilok compte 4 localités :

Politique[modifier | modifier le code]

Le maire d'Ilok est Miroslav Janić ; né en 1961 à Bapska, il est membre de l'Union démocratique croate (HDZ)[7].

Architecture et curiosités[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Jean-de-Capistran
  • la forteresse d'Ilok (XIIIe siècle)
  • l'église Saint-Jean-de-Capistran
  • le monastère franciscain
  • un turbe ottman
  • un hammam ottoman
  • le palais de la famille Odescalchi
  • le Stari park (XVIIIe siècle), avec ses arbres rares
  • les souterrains d'Ilok (XVe siècle)
  • l'école d'agriculture (1898)
  • le bâtiment du tribunal de district
Le centre d'Ilok

Culture et sport[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (hr)(en)[PDF] « Census of Population, Households and Dwellings 2011, Population by Sex and Age », sur http://www.dzs.hr, Site du bureau croate de statistiques (consulté le 23 juin 2013)
  2. Treasures of Yugoslavia, published by Yugoslaviapublic, Beograd, available in English, German and Serbo-Croatian, 664 pages, 1980
  3. Treasures, p. 158.
  4. Handbook of Austria and Lombardy-Venetia Cancellations on the Postage Stamp Issues 1850-1864, by Edwin MUELLER, 1961.
  5. Recensement de 2001 : (en) « Population by ethnicity, by towns/municipalities, census 2001 », sur dzs.hr, Crostat - Bureau central de statistiques (consulté le 7 juillet 2008)
  6. a et b (en) « Population by sex and age by settlements, census 2001 », sur dzs.hr, Crostat - Bureau central de statistiques (consulté le 7 juillet 2008)
  7. (hr) « Gradonačelnik », sur http://www.ilok.hr, Site de la ville Ilok (consulté le 23 juin 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]