Antipub

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les logiciels antipub, voir Logiciel antipub
Absence de pub à Toulouse.

Le terme « antipub » ou « mouvement antipub », raccourci pour antipublicitaire, est devenu une appellation médiatisée en France après des actions spectaculaires à l'encontre de l'affichage publicitaire dans le métro parisien en automne 2003.

Cependant, le mouvement antipublicitaire et les actions de contestation de la publicité ont émergé bien avant et dans le monde entier : dès 1977, en Californie, avec le Billboard Liberation Front[1], qui essaime jusqu'en Australie, (1983) ; en 1987, en France, avec les Humains associés et leurs campagnes d'affichage de contre-publicité humaniste, et en 1989 au Canada via le magazine Adbusters, qui promeut également des campagnes et actions antipub. De grandes associations de défense de la nature et du patrimoine, ainsi que des parcs nationaux ou des parcs naturels régionaux ont également lutté contre l'envahissement du paysage par les panneaux publicitaires.

En France, les situationnistes, dont Guy Debord, avaient déjà exprimé parmi les premiers la force du détournement de l'image, de la publicité, et les premières expérimentations pratiques eurent sans doute lieu en mai 1968. En 1984, Negativland, un groupe musical, utilise l'expression « résistance culturelle » (culture jamming) pour baptiser les détournements d'affiche. Chez les Britanniques, la casse de publicité s'appelle subvertising mot-valise formé de subversion et de advertising (publicité en anglais).

Comme l'analyse Naomi Klein dans son livre No Logo : « Pour un nombre croissant de jeunes activistes, le cassage de pub s'est présenté comme l'outil parfait par lequel affirmer leur désapprobation des multinationales qui leur ont si agressivement fait la chasse en tant que consommateurs, et les ont si précipitamment laissés sur le carreau en tant que travailleurs[2]. »

Critique de la publicité[modifier | modifier le code]

Il convient tout d'abord de définir le terme publicité, cible de la critique du mouvement :

Action, fait de promouvoir la vente d'un produit en exerçant sur le public une influence, une action psychologique afin de créer en lui des besoins, des désirs; ensemble des moyens employés pour promouvoir un produit (définition du Trésor de la langue française informatisé).

Le sens action de rendre public n'est généralement pas remis en cause.

La critique de la publicité apparaît simultanément avec son développement. La philosophe Simone Weil (1909-1943) y voit une menace directe contre la liberté d'opinion et une insulte à l'intelligence : « La publicité, par exemple, doit être rigoureusement limitée par la loi ; la masse doit en être très considérablement réduite ; il doit lui être strictement interdit de jamais toucher à des thèmes qui appartiennent au domaine de la pensée. » Autrement dit, Simone Weil propose que la présence de la publicité soit minimisée et que son fond se limite strictement au produit promu. Elle s'élève tout particulièrement contre les publicités associant un produit à une valeur[3].

La publicité est principalement critiquée pour son invasion de l'espace public, de la vie courante (télévision, radio, boîtes aux lettres, téléphone, journaux, cinéma, Internet, panneaux publicitaires, ainsi que sur les vêtements) et son emploi de techniques nuisibles et agressives comme le matraquage (plus de 3 000[4][réf. nécessaire] messages publicitaires par jour) ou la manipulation mentale. Une autre sorte de critique affirme que la publicité prise dans son ensemble diffuse un message politique fort, prônant la société de consommation, incitant au gaspillage et à la pollution. Ces critiques se retrouvent à la base du concept de la décroissance soutenable.

L'opposition la plus courante à la publicité est une critique morale : ses impacts sur l'éducation des enfants et adolescents, la manipulation des consciences, la promotion de drogues (alcool, tabac[5])... N’apportant pas une information objective, elle détournerait de la vérité, valoriserait au contraire l'illusion et le mensonge. Elle distrairait au sens pascalien où elle ferait perdre de vue des choses importantes pour l'individu, la société et l'environnement. Elle tendrait en outre à propager des stéréotypes, généralement discriminatoires (sexisme, racisme, etc.), contribuant à imposer une « pensée unique », normative et démobilisatrice.

Un autre reproche fait à la publicité est le coût qu'elle engendre. En effet, une part difficilement mesurable du coût d'un produit de grande consommation ou d'un service repose dans le financement de sa publicité ou de son packaging. Ce coût est bien évidemment reporté dans le prix du produit fini payé par le consommateur. En diminuant la publicité, une entreprise aurait ainsi moins de dépenses et pourrait donc mécaniquement augmenter la qualité de son produit ou faire baisser les prix. À ceci, les publicitaires répondent que la publicité permet de vendre plus et donc d'effectuer une économie d'échelle, ce qui permet une baisse des prix. Les antipubs rétorquent encore une fois que l'économie d'échelle se produit naturellement : lorsque le produit est bon il se vend en nombre élevé, ceci étant particulièrement vrai lorsque le marché et la concurrence ne sont pas corrompus par une prédominance de l'image du produit sur sa réelle qualité.

C'est pour cette raison énoncée au paragraphe précédent que certains[6] s'opposent au terme de "gratuité", employé lorsqu'un service est financé par la publicité. À leurs yeux, la gratuité dont semble bénéficier l'utilisateur final n'est qu'apparente. En effet le coût d'un service financé par la pub (journaux « gratuits », chaîne privée hertzienne) est reporté sur les annonceurs, qui eux-mêmes le reportent sur le prix que paye le consommateur dans son panier de courses[7]. Le terme de « gratuité » atteint donc sa limite. C'est ainsi qu'en informatique, par souci de précision le terme de publiciel est encouragé dans le cas de logiciel dont l'apparente gratuité cache un financement à base de publicité. Le mot gratuiciel est alors réservé aux logiciels véritablement gratuits.

Les médias sont principalement financés par la publicité, au détriment croissant de l'apport des lecteurs, auditeurs ou spectateurs. Cette position soumet les médias aux annonceurs, les soustrayant à la critique, sur le principe qu'on ne mord pas la main qui vous nourrit. Certains médias avouent d'ailleurs faire de la location d'espaces publicitaires leur cœur d'activité. Ainsi, Patrick Le Lay, P. D.-G. de la chaîne privée française de télévision TF1, a affirmé[8] « Ce que nous vendons à Coca-Cola, c'est du temps de cerveau humain disponible. »

La communication entre le vendeur et le consommateur est rendue asymétrique par la publicité : au moyen de sondages et d’études de marché, le vendeur cherche à avoir une information claire et objective sur le comportement du consommateur, ses désirs, ses critères, etc. afin de concevoir sa publicité. Le consommateur recevrait passivement du producteur une information (la publicité) qui n’est pas choisie en fonction de ses intérêts, mais de ceux du vendeur.

La publicité utilise de manière industrielle des techniques élaborées avec l'avancée des sciences humaines. Selon certaines critiques, la publicité culpabilise le consommateur, lui inculque des comportements compulsifs et sédentaires et nuit en général à sa santé physique et mentale.

La critique de la publicité va souvent de pair avec une défense de la valeur de l'être humain dans la société de consommation. « Chacun de nous aujourd’hui vaut moins que le vêtement qu’il porte, à moins qu’il ne représente une puissance sans visage. Nous vivons sur une poudrière qui peut s’embraser d’un moment à l’autre, et nous oublions que le changement de cette situation dépend de la prise de conscience de chacun de nous en particulier. » Tatiana Faria[9]

La critique de la publicité peut s'inscrire, comme chez Naomi Klein (cf. No Logo), au sein d'une critique de l'hégémonie des marques dans la société actuelle. La marque est déjà en soi une publicité et celui qui la porte devient un homme-sandwich.

Elle peut être plus généralement encore, un refus de la propagande, de la manipulation et de toutes les formes de populisme. À l'instar de la pollution environnementale, on peut en effet parler de la publicité comme pollution mentale.

Et finalement, la critique de la publicité peut s'inscrire dans un refus de la pollution environnementale, soit sous l'angle esthétique comme le clame notamment l'association Paysages de France soit sous l'angle de l'appauvrissement de l'environnement avec la production nécessaire à l'industrie publicitaire (exemple à développer : le papier).

Le terme système publicitaire est utilisé pour évoquer les ramifications et impacts de la publicité dans la société, impliquant qu'elle n'est pas un phénomène isolé que l'on pourrait retirer toutes choses égales par ailleurs. Ainsi elle s'inscrirait au cœur du fonctionnement de la société dont il conviendrait de critiquer l'idéologie dans son ensemble.

Organisation et pratique[modifier | modifier le code]

À l'heure actuelle (début 2007), aucun des principaux partis politiques français ne place dans son programme un projet de suppression, ou simplement de modération de la publicité. Les groupes contre la publicité sont généralement petits, morcelés et s'organisent à l'aide de l'Internet.

Le message anti-publicitaire, ne pouvant passer par le jeu classique des partis, utilise d'autres méthodes, l’activisme de groupes organisés ou informels, le lancement de campagnes telles que la Journée internationale sans achat, l'édition de livres, la diffusion de magazines (comme Adbusters magazine), la publication d'articles critiques dans des revues d'opinion (S!lence...) ou sur le Net.

Formes d'action contre la publicité[modifier | modifier le code]

Les attaques contre la publicité prennent différentes formes.

Action juridique[modifier | modifier le code]

Très pratiquée par l'association « Paysages de France », qui attaque sur le plan juridique les afficheurs, car beaucoup de panneaux publicitaires sont illégaux ; les afficheurs profitant de l'inaction de la juridiction (préfets, personnalités politiques) savent qu'ils ont peu à craindre et laissent en place leurs panneaux illégaux, même après avoir été attaqués en justice. Paysages de France possède maintenant une forte expérience juridique concernant l'affichage publicitaire, cette association propose d'ailleurs de l'aide à divers groupes anti-publicitaires locaux afin de faire enlever des panneaux publicitaires. Pour ses attaques en justice, cette association se sert de différents ouvrages juridiques, notamment ceux de Jean-Philippe Strebler, un juriste spécialisé dans le droit public et l'affichage publicitaire[10].

L'association Résistance à l'Agression Publicitaire (R.A.P.) a réalisé une campagne nommée "les justiciers de l'espace public" ou elle met à disposition une mallette juridique pour permettre à chaque citoyen de reconnaitre les publicités légales et illégales présentes dans l'espace public et lui permettre ainsi de porter plainte contre les publicités illégales [11].

Contre-proposition[modifier | modifier le code]

Considérant que la société de consommation (ou de « consumation ») et la publicité asserviraient l'homme, l'idée de l'association « Les Humains associés » est de réinvestir l'espace public et publicitaire pour le mettre au service de l'humain, à travers un discours non commercial et gratuit, dans une démarche qui cherche moins à être critique qu'à proposer une alternative et à inviter chacun à la réflexion et à une prise de conscience individuelle, libre et indépendante.

Détournement publicitaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Détournement publicitaire.
Pratiqué surtout dans les années 1960 par les situationnistes et dans les années 1980 par les premiers groupes d'activistes, elle est encore utilisée aujourd'hui. Il s'agit d'utiliser la publicité en détournant le message afin de le transformer ou de révéler la volonté originale de la publicité. (voir aussi détournement)
  • Emballage
Se pratique dans la rue, il s'agit d'emballer avec du matériel trouvé sur place (carton, etc.) ou préparé à l'avance, les publicités en laissant éventuellement un message sur cet emballage ou en permettant à tous d'en laisser un. Cette pratique n'étant pas une dégradation, elle est pratiquée au grand jour (notamment à Montpellier ou à Montauban par le collectif Antipub 82)
  • Dégradation
Ce sont les actions les plus représentées par les médias. Cas courant dans le métro parisien, par des individus isolés ou des groupes clandestins plus organisés. S'agissant généralement de dégradations légères, leurs auteurs risquent une contravention de cinquième classe.
Des actions anti-publicitaires sont organisées plus ou moins régulièrement (France, Belgique), demandant les participations anonymes au "retrait" des publicités des lieux publics.
Actions de barbouillage au grand jour du Collectif des Déboulonneurs. Ce collectif, agissant tous les mois dans plusieurs villes de France simultanément, se réclame de la désobéissance civile non-violente. Il souhaite provoquer un débat public sur le système publicitaire et faire évoluer la loi réglementant l'affichage en portant ses revendications devant les tribunaux après une dégradation assumée de panneaux publicitaires.

Boycottage de la publicité au « quotidien »[modifier | modifier le code]

Téléphone[modifier | modifier le code]
Article connexe : Démarchage.
Boîte à lettres[modifier | modifier le code]
Autocollant « antipub ».
  • Refus de publicité de « courriers non adressés » dans les boîtes aux lettres : en France placer un autocollant « stop pub » sur sa boîte aux lettres et/ou adresser un courrier refusant les publicités non-adressées au receveur de votre bureau de distribution qui en transmettra la recommandation au préposé. Certaines mairies, associations ou organismes délivrent des autocollants prêts à l'emploi. Le ministère de l'écologie a lancé notamment en 2005 une campagne de distribution d'autocollants stop pub[15]. Aujourd'hui, le ministère n'assure plus la fourniture de cet autocollant. Cependant, cette action a été largement relayée par des organismes environnementaux[16], des associations[17]. Certaines diffuseurs publicitaires[18] surfent sur la vague pour proposer de consulter les prospectus directement en ligne.
  • Concernant les publicités adressées, c'est-à-dire celles qui sont envoyées par courrier à votre nom, l'autocollant stop pub ne s'y oppose cependant il est possible dans ce cas de s'inscrire sur la liste Robinson pour ne plus recevoir de courrier publicitaire « adressé », ce système est mis en place en France par l'Union française de marketing direct[19] et en Belgique par la Belgian Direct Marketing Association[20].

Suppression de la publicité par des moyens techniques[modifier | modifier le code]

Navigation web[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Logiciel antipub.
Courriels[modifier | modifier le code]

Tous les logiciels de gestion de messagerie électronique récents permettent d'écarter le spam du courrier électronique.

Article détaillé : Lutte anti-spam.
Télévision[modifier | modifier le code]
  • Certains enregistreurs vidéo numériques (type TiVo) permettent le filtrage des publicités télévisées (fonction appelée « adskipping »). Peu répandus encore en Europe, ils connaissent un succès croissant aux États-Unis.
  • L'apparition sur le marché de télécommandes d'arrêt universelles (comme TV B gone) permet d'éteindre les téléviseurs diffusant de la publicité en continu dans les espaces publics ou dans les magasins.
  • L'application FreeMute permet de couper le son des publicités TV. Fonctionne avec un smartphone ou une tablette sous iOS et Android.

Contre la consommation[modifier | modifier le code]

Critiques de l'anti-publicité[modifier | modifier le code]

On reproche souvent aux acteurs du mouvement anti-publicitaires d'utiliser les moyens qu'ils dénoncent, à savoir les techniques publicitaires. En effet, le contre-affichage et le barbouillage de slogans relève d'une simplification des messages propagés, voire de la manipulation. Ces techniques ont cependant un caractère artisanal, à l'opposé des techniques industrielles utilisées dans la publicité permettant de diffuser un même message à très grande échelle.

De plus, les techniques publicitaires comme le slogan ou le refrain ne sont que des récupérations de méthodes séculaires telles l'aphorisme, le proverbe, l'adage ou le dicton. Leur utilisation par les antipubs n'est donc qu'une réappropriation de ces outils à des fins différentes de celles de la propagande consumériste.

Certains objectent cependant que cette réappropriation aboutit en fait, par contrecoup, à justifier l'utilisation de ces outils par les publicitaires. [réf. nécessaire]

Historique du mouvement antipub[modifier | modifier le code]

Les années 1930
  • Leavis, un critique littéraire anglais, lance dans sa revue une croisade morale et culturelle contre l'« abrutissement » pratiqué par les médias et la publicité[21]. Cette opposition à la publicité perdurera dans la tradition des Cultural Studies, reprise par des universitaires marxistes britanniques.
1960-1970
  • Le mot « publiphobie », déjà attesté dans la littérature, est repris en chœur par des groupes pop comme Carpe Diem et Mona Lisa.
  • Essais de Jean Baudrillard
  • Théorisations, revendications et détournements par l'Internationale situationniste
1967
  • La publicité fait son entrée à la télévision française. En protestation, le potier Jean Tessier défile seul à Paris sur les Champs-Élysées avec un drapeau français orné de crêpe.
1968
  • Album L’Informa-consommation, de Sempé
Mai 1971
  • Dans Planète consacré à l’Internationale situationniste, Pierre Hahn écrit : « Ce sont eux qui « piratent » la publicité en la surchargeant de graffitis, ce sont eux qui savent rire de toutes les révolutions, de toutes les récupérations, [...] ce sont eux toujours qui affirment : « Nous avons fondé notre cause sur presque rien : l’insatisfaction et le désir irréductible à propos de la vie ».
1972
1977

En Californie, autour de San Francisco, le Billboard Liberation Front, le Front de libération du panneau-réclame [1] détourne des publicités. Il fait des émules jusqu'en Australie, par exemple où le Billboard Utilizing graffitists against unhealthy promotions, le BUG-UP (Graphiteurs utilisant les panneaux-réclame contre les promotions malsaines), atteint son apogée en 1983 avec un des détournements de campagne les plus spectaculaires.

1987
  • Paris : « L'Homme est unique, ne le gâchons pas », un message affiché sur 1 000 panneaux 4 m x 3 m pendant quelques semaines. Première contre-publicité humaniste de l'association « Les Humains Associés » sur un espace publicitaire proposé gratuitement par les afficheurs, invitant à une réflexion humaniste et écologique pour un éveil de la conscience.
  • Chantelle (France, Allier): fondation de l'Association nationale de défense de la télévision (ANADET) par Jean-Paul et Colette Lerat, et Robert Heymann. La pétition "Non à la publicité dans les œuvres à la télévision" recueillera 250 000 signatures (avec l'aide des "États généraux de la culture" de Jack Ralite), dont celle de Federico Fellini, et aura un retentissement national (jusqu'au Conseil des ministres et à l'Assemblée nationale), mais restera sans effet.
1988

Paris : « Et si on parlait d'amour », deuxième campagne des humains associés sur 600 panneaux, invitant les passants à écrire librement sur des grandes affiches blanches. De larges échos dans les médias nationaux (télévision, radio, presse écrite).

1989
  • Naissance du magazine Adbusters à Vancouver, au Canada
  • Paris « Aux âmes citoyens » : campagne nationale d'affichage des « Humains associés » l'année de la commémoration du bicentenaire de la Révolution française et de la Déclaration des Droits de l’Homme.
1990
  • 1er numéro du Publiphobe d'Yvan Gradis.
  • Paris « Aimé soit qui Terre y pense », campagne nationale de contre-publicité écologique des « Humains Associés » (visuel de la terre vue du ciel).
1992
1993

Mark Dery publie la brochure Culture jamming, hacking, slashing and sniping in the Empire of Signs (en français : la résistance culturelle, s'attaquer à l'Empire des Signes à la hache, au couteau et au ciseau )[23]

1997
  • Dans Le Monde de l'éducation de septembre, l’académicien Michel Serres dénonce « la marée hurlante des affiches les plus horribles » et s’étonne que « le public lui-même se soumette et ne fomente jamais de réunion ni de forme de foule en proie à une ire prophétique pour détruire et brûler ces panneaux honteux et leurs auteurs au milieu ».
  • New York opération remarquée : une campagne anti-tabac utilise les espaces publicitaires des taxis : les affiches Virginia slime (bave au lieu de slims mince) et cancer country (pays du cancer) côtoient les vraies affiches
1998
  • Premières interventions de ZEVS "shootant" les mannequins d'affiches[24].
1999
  • Mise en place du « Comité des créatifs contre la publicité » (CCCP) par Vincent Cheynet, ancien directeur artistique chez Publicis.
  • Lancement de la revue Casseurs de pub à Lyon Par Vincent Cheynet.
  • 1re Semaine sans télé.
2000
  • Printemps: premières interventions de Tom Tom sur ce qui deviendra le M.U.R.[24]
  • Manifeste d'Yvan Gradis Vers la légitime réponse, qui appelle au barbouillage d'affiches au grand jour.
2001-2003
  • Opération "Au grand jour", à l'initiative d'Yvan Gradis: 15 barbouillages d'affiches, collectifs et au grand jour, à Paris (une fois à Bruxelles, grâce à Philippe Mazy).
2003
  • Automne : Actions spectaculaires dans le métro parisien (600 personnes) et avec un effectif moindre dans d'autre villes : Montpellier, Rouen, Lyon et Lille.
2005
2006
  • Alex Smith réalise le documentaire Montauban et les 400 panneaux. Le réalisateur a suivi le collectif Antipub 82 à Montauban pendant quelques mois afin de montrer l'invasion de l'espace public par les panneaux publicitaires et les actions possibles de récupération de cet espace[25].
  • 27 juin 2006, premier procès du Collectif des Déboulonneurs à Montpellier. Les deux prévenus, Jean-François Lenoir et Geoffroy Maguet, écopent d'une peine de 200 euros d'amende avec sursis pour avoir inscrit le message "légitime réponse" sur un panneau publicitaire.
2007
  • 12 janvier 2007, deuxième procès du Collectif des déboulonneurs, à Paris. Yvan Gradis, Céline Ramboz, Laurent de Soras, Alex Baret, David Sterboul, Jean-Michel Vourgère et Yann Le Breton écopent d'une peine d'un euro symbolique pour avoir barbouillé plusieurs panneaux publicitaires en octobre 2006 à Paris.
  • 9 mars 2007, troisième procès du Collectif des déboulonneurs, à Alès. Deux militants écopent d'une peine de 200 euros avec sursis et de 1 200 euros de dommages et intérêts, pour avoir inscrit à Anduze sur deux panneaux publicitaires en mai 2006 deux messages : « Pub= pollution visuelle », et « Halte au matraquage, votre pub en 50 cm x 70 cm ».

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • L'École et la peste publicitaire, Nico Hirtt & Bernard Legros, Éditions Aden, Bruxelles, 2007.
  • On achète bien les cerveaux. Médias et publicité, par Marie Bénilde, Raisons d’Agir, 15 février 2007, ISBN 978-2-912107-31-2. (Acrimed)
  • Le Petit Dictionnaire paradoxal et impertinent de la publicité de Luce Tukru, Céfal, novembre 2006
  • L'Enfant jackpot (protégeons nos enfants contre les abus de la société marchande) de Nathalie Sapena, Flammarion, octobre 2005.
  • Le Temps de l’Anti Pub, l’emprise de la publicité et ceux qui la combattent, Sébastien Darsy, Éditions Actes Sud, 2005.
  • De l'Idéologie aujourd'hui, François Brune, Éditions Parangon, 2005[26].
  • De la misère humaine en milieu publicitaire, comment le monde se meurt de notre mode de vie du Groupe Marcuse, édition La Découverte/Sur le vif, septembre 2004.
  • Démarque-toi ! : Petit Manuel Antipub, Paul Ariès, Éditions Golias, 2004.
  • Un pavé dans la gueule de la pub, Casseurs de Pub, Éditions Parangon, 2004.
  • Putain de ta Marque, la pub contre l’esprit de révolte, Paul Ariès, Éditions Golias, 2003.
  • Décoloniser l’imaginaire : La Pensée créative contre l’économie de l’absurde, Serge Latouche, L’Aventurine, 2003.
  • L'Esclavemaître, Dominique Quessada, Éditions Verticales, 2002.
  • Qui veut la peau de la pub, par Arnaud Gonzague et Bruno Japy, Éditions Mango, 2002.
  • Le Livre noir de la pub, quand la communication va trop loin, Florence Amalou, Stock, 2001.
  • No Logo de Naomi Klein, Actes Sud, 2001.
  • La Société de consommation de soi, Dominique Quessada, Éditions Verticales, 1999.
  • Les médias pensent comme moi! Fragments du discours anonyme, François Brune, Éditions L'Harmattan, 1997.
  • Le Cancer publicitaire, par Grégoire Forbin, Pamphlet, Collection Ab Irato... Car Rien n’a d’importance Éditions, Perpignan, 1993.
  • Le Bonheur conforme, François Brune, Éditions Gallimard, 1985.
  • Casseurs de pub 10 ans, Éditions Parangon, 2009 (ISBN 978-2-84190-200-2)
  • S. Pietrucci, C. Vientianne, A. Vincent, Contre les publicités sexistes, Éditions l'échappée, 2012

Articles[modifier | modifier le code]

  • André Gattolin et Thierry Lefebvre, « Stopub. Analyse provisoire d’un rhizome activiste », Multitudes, no 16, printemps 2004, pp. 85-97. [lire en ligne] [PDF]

Films[modifier | modifier le code]

Revues[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Front de libération du panneau-réclame site du Billboard Liberation Front
  2. Naomi Klein, No Logo, Actes sud, coll. « Babel », 2002, p. 428.
  3. Simone Weil, L'Enfermement, chapitre La liberté, Éditions Gallimard, Paris, 1949
  4. (en) La publicité est partout: article tiré du Réseau Éducation-Médias, se basant sur des études réalisées aux États-Unis, l'auteur y affirme que « le nombre de publicités auxquelles sont exposés chaque jour les Nord-Américains a explosé au cours de la dernière décennie. Les études démontrent que nous voyons en moyenne 3 000 annonces par jour. »
  5. la publicité pour le tabac est interdite en France mais autorisée à Monaco.
  6. De la fausse gratuité
  7. Un cola de marque coûte par exemple presque trois fois le prix d'un cola sans marque chez le même commerçant, et une partie paie nécessairement la publicité du premier
  8. Les Dirigeants face au changement, Éditions du huitième jour, 2004
  9. Tatiana Faria, 1984, Le Manifeste planétaire, texte fondateur des « Humains associés »).
  10. Documents juridique utilisés par Paysages de France
  11. lien vers la page de la campagne les justiciers de l'espace public de l'association Résistance à l'agression publicitaire
  12. (fr) « Comment dire stop à la pub. Téléphone, évitez d’entendre des sonneries », 60 millions de consommateurs,‎ 1er décembre 2011 (consulté le 23 octobre 2012)
  13. (fr) « Démarchage téléphonique - Une liste pour avoir presque la paix », Que choisir (magazine),‎ 21 septembre 2011 (consulté le 23 octobre 2012)
  14. Pacitel, site officiel
  15. Ministère de l'écologie. Stop pub : moins de prospectus dans sa boîte aux lettres, c’est possible ! (janvier 2010)
  16. (fr) « Et si on stoppait (vraiment) la pub dans les boîtes aux lettres ? », Rue89,‎ 7 février 2010 (consulté le 23 octobre 2012)
  17. Campagne de Distribution d'Autocollants Stop Pub
  18. Non merci, la publicité je la lis sur Internet
  19. Liste Robinson en France
  20. Liste Robinson en Belgique
  21. Dans la revue Scrutiny. référence : Introduction aux cultural studies de Mattelart et Erik Neveu
  22. Ted Dave est un ancien publicitaire, (en) dans le site une historique de la journée internationale sans achat
  23. référence et traduction dans No Logo de Naomi Klein, éd. française 2002 page 427
  24. a et b Le Temps de l’Anti Pub, l’emprise de la publicité et ceux qui la combattent, Sébastien Darsy, Éditions Actes Sud, 2005. p. 116.
  25. Montauban et les 400 panneaux: téléchargeable sur le site des Brigades Anti Pub
  26. Blog L'Arbre migrateur et autres livres de F. Brune