Multitudes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Multitudes
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité trimestrielle
Genre revue politique, artistique et philosophique
Diffusion Actes Sud ex.
Date de fondation 2000
Ville d’édition Paris

Propriétaire Association Multitudes
ISSN 0292-0107
Site web Multitudes

Multitudes est une revue politique, culturelle et artistique, fondée en 2000 par Yann Moulier-Boutang, codirecteur de la rédaction. Elle est animée et dirigée par le collectif de l'Association Multitudes.

Ligne éditoriale[modifier | modifier le code]

« Engagée » sur le terrain d'une gauche critique, Multitudes se veut ni réformiste, ni dogmatique, et ouverte à la pluralité des approches de la transformation, au-delà de la seule figure du prolétaire et de sa conscience de classe, insuffisante aujourd'hui pour opérer un changement dans des relations sociales marquées par le statu quo capitaliste. Elle serait ainsi dégagée des logiques organisationnelles stérilisantes, et permettrait de dépasser des cadres théoriques imposés par les circonstances du moment.

Les thèmes abordés par la revue se situent ainsi dans une certaine filiation des travaux d'Antonio Negri et Michael Hardt et de leur livre Empire. L'un comme l'autre tentent de faire converger la pensée philosophique et politique de l'opéraïsme italien et la pensée française radicale des années 1970 (Michel Foucault, Gilles Deleuze et Félix Guattari). La revue Multitudes met à disposition sur son site internet des textes de référence bibliothèque diffuse.

Multitudes conjugue donc, depuis sa création, la réflexion intellectuelle à l’attention aux formes les plus contemporaines des mouvements sociaux. Elle analyse les mobilisations idéologiques, les pratiques de la création et les usages des technologies numériques. Elle articule des interrogations d’ordres philosophique, anthropologique, écologique, sociologique et économique sur les transformations du monde. Elle cherche une synthèse du meilleur de l’université, de la recherche, des arts, de la sensibilité des essayistes et de la passion de l’engagement. C’est une revue hybride, métisse, avec une ouverture internationale dont témoigne la variété de ses collaborateurs. La rigueur et la qualité du travail collectif sont pour Multitudes les clés d’un renouvellement culturel et de l’invention d’une politique nouvelle. En ce sens, le qualificatif de culturel ne signifie pas un retrait par rapport à l’engagement, mais une exigence politique plus forte, plus radicale.

L'activité intellectuelle de la revue Multitudes s'articule autour de plusieurs points :

– au point de convergence entre les écologies (celles des corps, du socius, des esprits) et les gauches intempestives (celles de l’exigence d’égalité, de l’autonomie et des acquis sociaux), la revue développe un nouveau vocabulaire politique afin de faire circuler d’autres mots (multitudes, capitalisme cognitif, care, écosophie, invention), d’autres axes de réflexion (l’intermittence, les transmigrations, les rythmes, les fictions créatrices, le féminisme, le commeun[Quoi ?]), d’autres dispositifs (un revenu universel, une taxe Pollen) pour redonner aux discours politiques une nouvelle force d’entrainement sur nos réalités sociales.
– plutôt que de répéter qu’« un autre monde est possible » Multitudes introduit l'idée qu’un autre monde est déjà en train de prendre forme parmi nous. Le nouveau vocabulaire aide à repérer les forces transformatrices déjà à l'œuvre dans la micro-politique des rapports humains, dans la texture des mouvements sociaux comme dans les évolutions globales en cours. Multitudes se veut donc un opérateur d’observation des transformations sociales qui passent en dessous des radars habituels ;
– c’est au carrefour des pratiques artistiques, des activismes politiques, des enquêtes en sciences sociales et des spéculations philosophiques que la revue se situe pour prendre la mesure des transformations en cours et pour orienter leurs devenirs. Dans les thèmes traités, comme dans la recherche de contributions, Multitudes développe une réflexion indisciplinaire, exo-hexagonale (européenne) mais aussi post-coloniale (mondialiste) dont témoigne la variété des collaborateurs réunis dans ses différentes instances (Collectif de rédaction, Comité de lecture, Conseil éditorial, Groupe Icônes).

La revue Multitudes a eu un impact certain sur le renouvellement du substrat théorique et intellectuel des mouvements sociaux en France et en Italie. Les recherches menées ont fait surgir des questions comme la propriété intellectuelle, l’activisme médiatique et le « hacktivisme », la construction de l’Europe ou la guerre globale, notions qui font partie des approches théoriques mises à la disposition du mouvement mondial.

Multitudes participe aux forums sociaux, notamment le FSE de Paris, et est donc partie prenante du mouvement altermondialiste.

Informations pratiques[modifier | modifier le code]

Revue trimestrielle, Multitudes met en outre l'intégralité de ses textes en ligne, hormis les quatre derniers numéros. On trouvera également sur le site les archives des revues Futur antérieur et Alice, ainsi que quelques textes issus des mouvements autonomes italien et français aujourd'hui introuvables (Negri, Tronti, Berardi, etc.).

Multitudes fonctionne en réseau avec un comité de rédaction, un comité de lecture et un conseil éditorial international.

Une liste de débat Multitudes-info est accessible à partir de son site.

Les articles de la revue Multitudes sont consultables sur le site Cairn pour les lecteurs des institutions abonnées aux bouquets des revues francophones. Un accès pay per view d'articles téléchargeables pour les derniers numéros. L'intégralité des numéros sont également téléchargeables sur le site Scopalto.

La revue Multitudes est conçue et réalisée par l'Association Multitudes en coédition avec Inculte et est diffusée par Actes Sud.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]