Layne Staley

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Layne Staley

Description de cette image, également commentée ci-après

Layne Staley avec Alice in Chains en concert à Boston le 37 novembre 1992

Informations générales
Nom Layne Thomas Staley
Naissance
Kirkland, État de Washington Drapeau des États-Unis États-Unis
Décès (34 ans)
Seattle, État de Washington Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale Musicien, compositeur, chanteur, auteur-compositeur
Genre musical Metal alternatif, grunge, heavy metal, blues-rock, rock alternatif
Instruments Guitare électrique, Guitare acoustique, Batterie
Années actives 1979-2002
Labels Columbia

Layne Thomas Staley est un musicien, compositeur, chanteur, auteur-compositeur américain né le à Kirkland et mort le à Seattle[1]. La quasi-totalité de ses activités musicales sont associés à Alice in Chains dont il est le cofondateur. Connu pour sa voix baryton, qui couvre 3,5 octaves[2]. Les textes écrits par Staley tournait souvent autour de la décadence et de la mélancolie, qui ont été décrits comme "sombre" car ils transportait des sujets tels que la douleur, la dépression, le suicide, la solitude ou la dépendance[3].

Staley à rejoint un groupe nommé Sleze en 1984 à l'âge de 17 ans. Deux ans près, le groupe est renommé Alice N' Chains. Un an plus tard, Staley et le guitariste Jerry Cantrell forment un groupe nommé Alice in Chains. En 1990, le groupe sort son premier album Facelift puis l'album Dirt qui est devenu un moment important dans l'histoire du groupe car il a connu un grand succès commercial. Sous l'influence de la grande popularité qui est tombé sur le groupe, Staley a commencé de plus en plus à devenir dépendance de l'héroïne. Cela a conduit à la suspension de plusieurs concerts par le groupe en 1994. Pendant ce temps, Staley a rejoint le supergroupe Mad Season, composé de musiciens de Pearl Jam et de Screaming Trees. Le groupe sort un album studio - Above, conserve un climat rock alternatif et blues-rock. En Avril 1995, le chanteur revient avec Alice in Chains pour enregistrer leur dernier album studio - Alice in Chains. Il a enregistré avec le groupe un album live Unplugged. Ensuite, le musicien a pris sa retraite, devenant solitaire et de plus en plus dépendance à la drogue. Staley meurt le 5 Avril 2002 à l'âge de 34 ans, d'un mélange d'héroïne et de cocaïne, communément appelé Speedball[4],[5].

Biographie[modifier | modifier le code]

Layne grandit au sein d'une famille de la middle-class américaine. Il a 7 ans lorsque ses parents divorcent[6]. À l'âge de 12 ans, Layne apprend la batterie et joue dans plusieurs groupes glams. Mais il aspire à être chanteur et troque sa batterie pour un micro. Il rencontre le guitariste Jerry Cantrell en 1987, et forme avec lui Alice In Chains. Glam à l'origine, Alice In Chains évolue vers un son grunge/metal. En 1990, Alice In Chains signe chez Sony Music et sort un EP We Die Young, suivit par l'album Facelift qui rencontre un certain succès grâce notamment aux hits Man In The Box et We Die Young. Toxicomane, Layne Staley commence à être dépendant à l'héroïne, qui sera d'ailleurs le thème central de l'album suivant: Dirt, sorti en 1992. A partir de cet album Alice In Chains devient un des groupes phares de la scène grunge de Seattle en compagnie de Nirvana, Soundgarden, Pearl Jam et Mudhoney. Layne Staley s'y distingue par un style vocal particulier incluant souvent des "grognements-vers-un-cri" ("snarl-to-a-scream") accompagné par les harmonies vocales de son complice Jerry Cantrell.
En 1993, à la fin de la tournée du groupe, l'état d'addiction de Layne empire et ce dernier pense de plus en plus au suicide[7]. En 1994, sort ensuite un mini-LP semi acoustique, Jar Of Flies (couplé en Europe avec l'autre mini-LP acoustique, Sap). Au début de l'été, Layne Staley n'arrivant pas à se désintoxiquer, le groupe décide de se saborder et annule la tournée mondiale prévue avec Metallica. Layne Staley se replie alors sur lui même mais continue néanmoins la musique avec son groupe parallèle Mad Season, qui rassemble, entre autres musiciens, Mike Mc Cready, le guitariste de Pearl Jam.
Alice in Chains fini par se reformer et enregistre en 1995 leur album Alice In Chains. Cette même année, Staley enregistre Above pour son autre groupe Mad Season. En 1996, après une courte tournée en première partie de Kiss, c'est un Layne Staley fantomatique qui enregistre le 10 avril une poignante session MTV Unplugged à la Brooklyn Academy of Music. La mort quelques mois plus tard de sa petite amie Demri Lara Parott, décédée [1] à l'âge de 27 ans d'une endocardite bactérienne, probablement provoquée par l'utilisation d'une seringue infectée, enfonce un peu plus Layne dans son état comateux de toxicomane.
Alice in Chains est désormais à l'arrêt. Le groupe parvient tout de même à se réunir une dernière fois en studio, en octobre 1998, pour enregistrer Get Born Again et Died (2 titres qui figurent dans le coffret Music Bank sortis en 2000), ce dernier morceau étant dédié à Demri Lara Parott.
Layne Staley enregistre également en solo une reprise de Another Brick In The Wall avec Tom Morello de Rage Against the Machine et des musiciens de Porno for Pyros, destiné à la BO du film The Faculty.
Le 5 avril 2002, Layne Staley est retrouvé mort chez lui d'une overdose de « speedball », mélange d'héroïne et de cocaïne. Il avait 34 ans.

Equipement[modifier | modifier le code]

Guitare[modifier | modifier le code]

Effets et accessoires[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et Références[modifier | modifier le code]

  1. Layne Staley Biography, allmusic.com, Greg Prato
  2. Greg Prato Grunge is Dead: The Oral History of Seattle Rock Music. ECW Press. 2009
  3. Remembering Layne Staley: The Other Great Seattle Musician to Die on April, vh1.com
  4. |http://www.blabbermouth.net/news.aspx?mode=Article&newsitemID=2916 LAYNE STALEY Officially Declared Dead Following Autopsy - Apr. 20, 2002, blabbermouth.net]
  5. LAYNE STALEY's Death Was From Mix Of Heroin And Cocaine - May 7, 2002, blabbermouth.net
  6. Journal Libération, 23 avril 2002
  7. Journal Libération, 23 avril 2002
  8. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées sprzet.

Liens[modifier | modifier le code]