Alice in Chains (album)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne l'album. Pour le groupe homonyme, voir Alice in Chains.

Alice in Chains

Album de Alice in Chains
Sortie 21 novembre 1995
Enregistré Avril-septembre 1995
Bad Animals Studios, Seattle, État de Washington[1],[2]
Durée 64:48
Genre Metal alternatif
Grunge
Heavy metal
Sludge metal
Format CD (notice BnF no FRBNF38319630), cassette (notice BnF no FRBNF38320624)
Producteur Toby Wright
Alice in Chains[1]
Label Columbia Records

Albums de Alice in Chains

Singles

  1. Grind
    Sortie : 6 octobre 1995
  2. Heaven Beside You
    Sortie : 1996
  3. Over Now
    Sortie : 1996
  4. Again
    Sortie : 1996

Alice in Chains est le troisième album studio du groupe de rock éponyme sorti le 21 novembre 1995 chez Columbia Records. L'album est également surnommé The Tripod en raison de sa pochette qui représente un chien amputé d'une patte, c'est le dernier album studio du chanteur Layne Staley.

Bien qu'il ne connait pas le même succès que son prédécesseur Dirt, l'album est certifié double disque de platine aux États-Unis, sans tournée de promotion. Les fans du groupe considère Alice in Chains comme le plus sombre et le plus déprimant de la discographie du groupe, en raison de ses tempos lents et lourds et des paroles morbides dans les chansons Grind, Head Creeps et Frogs.

A l'exception de Grind, Heaven Beside You et Over Now, les paroles ont touts été écrits par Layne Staley.

Genèse[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

Alice in Chains est un groupe originaire de Seattle, dans l'état de Washington crée par le guitariste Jerry Cantrell et le chanteur Layne Staley et qui sous contrat avec Columbia Records, une maison de disque américaine appartenant au groupe japonais Sony Music Entertainment. Le groupe acquiert une renommée internationale grâce à l'album Dirt, et le premier single pour promouvoir l'album Would? devient l'un des représentants les plus populaire du rock des années 1990. Après la sortie de l'album Jar of Flies en 1994, le groupe entreprend une série de concerts aux États-Unis et au Japon. Après la tournée, le chanteur Layne Staley entre en cure de désintoxication en raison de sa dépendance à l'héroïne[3]. En juillet, le groupe avait prévu de faire une tournée conjointe avec Metallica et Suicidal Tendencies, mais quelques jours avant la tournée, Staley redevient toxicomane[3], ce qui force le groupe à annuler leur participation à la tournée[4]. Le groupe connaît alors une suite des conflits internes[4]. Des rumeurs à propos du groupe commence à apparaître au sein de la presse, notamment autour du chanteur. La toxicomanie de Staley devient un enjeu majeur pour de nombreux textes.

Quand le groupe était officiellement en pause, les musiciens se sont consacrés à des projets musicaux secondaires. Jerry Cantrell a enregistré la chanson I've Seen All This World I Care to See sur un album hommage dédié à Willie Nelson[4], et commence à préparer l'enregistrer son premier album solo[3]. Sean Kinney, avec Johnny Cash, est apparu dans un duo sur la chanson Time of Preachen qui est apparu sur l'album Twisted Willie dédié également à Willie Nelson[4]. Dans le même temps, le bassiste Mike Inez a rejoint le groupe Slash's Snakepit[5]. Dans le groupe enregistre son premier album studio It's Five O'Clock Somewhere[6], et une tournée pour promouvoir la sortie. En janvier 1995, Cantrell, le bassiste Mike Inez et le batteur Sean Kinney commencent à travailler sur ce qu'à écrit Cantrell. Au printemps 1995, Staley est invité à revenir dans le groupe. Jarry Cantrell réserve trois mois aux Bad Animaux ; Staley déclare : « nous avons commencé à se diviser et nous sommes allés de différentes façons, et nous nous sommes sentis comme si nous étions en train de trahir l'autre[7]. »

Enregistrement et production[modifier | modifier le code]

Le travail sur l'album a commencé en avril 1995 à Bad Animals Studio à Seattle. La production est dirigé par Toby Wright, après avoir collaboré avec des groupes comme Slayer et Corrosion of Conformity[8]. Une collaboration avec Dave Jerden était impossible en raison d'un conflit avec Staley qui est venu pendant l'enregistrement de l'album Dirt en 1992. Une grande partie du matériel est composé, à un moment où Cantrell se préparait pour son album solo[3]. Pendant les enregistrements, la radio réussit à diffuser une version démo de Grind, qui est diffusée sur les plus importantes stations de radio[9]. L'enregistrement se termine en août 1995.

La production et le mixage sont dirigés par Toby Wright, le mastering par Stephen Marcussen au Marcussen Mastering Studio, Tom Nellen était l’ingénieur du son.

Musique[modifier | modifier le code]

Paroles et compositions[modifier | modifier le code]

L'album Alice in Chains est le premier album studio avec le bassiste Mike Inez.

La plupart des compositions sont écrites par Cantrell à un moment où il se préparait la musique de son premier album solo. En raison de l'atmosphère sombre et déprimant, il est très souvent considéré comme une continuation de l'album très bien accueilli Dirt. L'album est dominé par des compositions gardé par une forte solide heavy metal, basé sur des riffs de guitares lourds et lents basés sur des accordages plus grave avec des éléments mélancolique, psychédélique et un son « sale » issu du grunge, employant ainsi l'atonalité dans la plupart des morceaux créant une ambiance doom metal[10]. Cette fois, par rapport aux précédents albums du groupe, il n'y a pas de domination écrasante quand il s'agit de composer de la musique, le groupe s'appuie moins sur les riffs metal et plus sur la mélodie et des arrangements aux textures variées, intégrant sur certains titres des ambiances acoustiques les plus délicates issus de Sap et Jar of Flies.

La plupart des chansons sont écrites par Cantrell, Inez et Kinney. À l'exception de la chanson Head Creeps, écrit par Staley. Il s'agit de la troisième chanson composée par le chanteur après Hate to Feel et Angry Chair[11]. Jon Wiederhorn du magazine Rolling Stone décrit un album « libérateur et enrichissant », et les chansons décrit comme « surprenant et étonnant[12]. » Cantrell déclare à propos de l'album : « Notre musique est un exemple de prendre quelque chose de laid et de la rendre plus belle[3]. » Les paroles sur l'album sont presque entièrement écrit par Layne Staley. Le sujet de l'album est une sorte de continuation de l'album Dirt. Un journaliste, qui décrit l'album, déclare : « Si Dirt était les souffrances quotidiennes et la colère provoquée par la dépendance, de la trahison et de l'hypocrisie, c'est Alice in Chains qui documente les conséquences désagréables du conflit, en essayant de rassembler les morceaux. » L'album est dominé par les textes traitent de sujets tels que la toxicomanie, la solitude, la mort et la dépression.

Cantrell commentent sur les paroles figurant sur l'album, à la composition de Grind, déclare que le texte est adressé à tous les journalistes qui ont déclaré sur le groupe et sur le chanteur des informations inexactes « C'était à peu près à la hauteur de la publicité sur les tournées annulées, l'héroïne, les amputations, tout, donc c'était une autre chanson pour dire « Va te faire foutre pour dire quelque chose à propos de ma vie. » » Toute rumeur que vous pouvez l'imaginer, j'ai entendu. Je suis mort plusieurs fois, Layne est maintes fois morts et des membres perdus. Je reçois sur le téléphone chaque fois que j'entends une nouvelle, « Hey Layne, radio à New York dit que vous avez perdu deux doigts.. » « Oh vraiment? Cool. », « Comme la technologie a évolué, il ne nous a coûté que 2 millions se retrouver avec Layne ensemble et nous avons obtenu de meilleures morceaux[13]. » La chanson Heaven Beside You, écrit par Cantrell se réfère à une relation, le musicien a avoué sa séparation avec la jeune fille, après sept ans de vie commune. Le texte Over Now, parle aussi de relations, beaucoup de fans en son temps reçu comme un signe avant-coureur de la fin du groupe, titre traduit par la fin. Le single Again écrit par Staley parle de la possibilité du pardon pour les erreurs qu'il a commises auparavant. La chanson God Am parle de la foi en l'existence de Dieu. Le chanteur dans le texte donne son avis, la frustration de la foi. Les paroles de la composition Head Creeps et Sludge Factory dans son ensemble sont consacrés à la toxicomanie.

Pochette[modifier | modifier le code]

La pochette de l'album montre une chien avec trois jambes pattes: Sunshine, chien adopté par Jerry Cantrell. Le dos de l'album montre Francesco Lentini, un homme avec trois jambes[14]. La conception de la pochette a été réalisée par Doug Erb, la pochette a été publiée sous différentes couleurs. Une version était de couleur pourpre, l'autre de couleur grise et un autre de couleur jaune-vert. La version couleur pourpre est maintenant très difficile à trouver. Le format cassette audio a été également publié en deux couleurs. En outre, l'album est également sorti sous forme disque vinyle avec sur la première face les pistes 1 à 6 et la deuxième 7 à 12.

Liste des titres[modifier | modifier le code]

Toutes les paroles sont écrites par Layne Staley, à quelques exceptions près. 

No Titre Durée
1. Grind 4:44
2. Brush Away 3:22
3. Sludge Factory 7:12
4. Heaven Beside You 5:27
5. Head Creeps 6:28
6. Again 4:05
7. Shame in You 5:35
8. God Am 4:08
9. So Close 2:45
10. Nothin' Song 5:40
11. Frogs 8:18
12. Over Now (Over Now) 7:03
Pistes bonus version japonaise

Toutes les paroles sont écrites par Staley, toute la musique est composée par Cantrell.

No Titre Durée
13. Again (Tattoo of Pain Mix) 4:03
14. Again (Jungle Mix) (also known as Club Mix) 4:08

Parution et accueil[modifier | modifier le code]

Notation des critiques

Compilation des critiques
Périodique Note
AllMusic 3/5 stars[15]
Entertainment Weekly C[16]
The New York Times Favorable[17]
Rolling Stone 4/5 stars[12]
Q magazine 3/5 stars[18]
Sputnikmusic 4/5 stars[10]

Le 6 octobre 1995, le groupe sort la version studio de la chanson Grind sur les ondes radio via liaison sateille. L'album sort le 7 novembre 1995 chez Columbia[15]. L'album est tout simplement nommé Alice In Chains, mais il devait être initialement nommé Tripod.

Dès sa sortie, l'album est classé en tête des chartes américains Billboard 200. Il s'agit du deuxième album dans la discographie du groupe à atteindre les premières places du Billboard avec l'EP Jar of Flies sorti un an plus tôt. En outre, le disque a atteint la cinquième place sur les chartes australiens ARIA Charts. L'album est globalement bien accueilli par la presse spécialisée. Le magazine Rolling Stone décrit l'album comme « le renouveau de la comédie musicale[12] », tandis que le New York Times note que l'album, par opposition à la caractéristique d'interférence brute de la musique grunge, présente une musique soigneusement délimitée[17]. L'éditeur prône l'album grâce aux trois singles Grind, Heaven Beside You et Again. La première chanson atteint la septième place aux Mainstream Rock Tracks[19]. Les trois chansons du groupe bénéficient d'ailleurs d'un clip vidéo ; le premier est réalisé par Rocky Schenck[20], Heaven Beside You est réalisé par Frank W. Ockenfels III[21], et Again est réalisé par Paul Fedor et Layne Staley[22]. Les chansons Grind et Again est consécutivement nommé, en 1996 et 1997, aux Grammy Awards dans la catégorie meilleure performance hard rock et le clip Again est également nommé aux MTV Video Music Awards dans la catégorie meilleure vidéo hard rock.

Malgré les critiques favorables, le groupe abandonne la tournée de promotion de l'album, cette décision est dû à l'état de santé du chanteur Layne Staley, fortement dépendant à l'héroïne. Cantrell répond dans une interview à propos de la raison de l'annulation de la tournée que l'état de la toxicomanie, Staley conduit à de fréquents conflits dans le groupe. Il a également mentionné que le groupe n'est pas sa première fois qu'il traverse une période plus lourd de sa carrière[23]. Le 4 mars 1997, la album est certifié double disque de platine pour avoir vendu plus de deux millions d'exemplaires aux États-Unis. Les chansons Brush Away, Head Creeps, Shame In You, So Close et Nothin 'Song n'ont jamais été jouées en live.

Membres[modifier | modifier le code]

Alice in Chains

Production

  • Enregistrement : de avril à août 1995 à Bad Animals studio, à Seattle
  • Producteur : Toby Wright
  • Mixage : Toby Wright au Electric Lady Studios, New York
  • Mastering : Stephen Marcussen à Marcussen Mastering Studio, Hollywood
  • Ingénieur du son : Tom Nellen
  • Assistant ingénieur du son : Sam Hofstedt
  • Direction artistique: Marie Maurer
  • Conception : Doug Erb
  • Gestion : Kelly Curtis, Susan Argent
  • Arrangement : Jerry Cantrell, Mike Inez, Sean Kinney, Layne Staley
  • Paroles : Layne Staley, Jerry Cantrell

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Alice in Chains Discography - Alice in Chains
  2. Alice In Chains Recording Session Chronology. Again! An Alice In Chains Home Page.
  3. a, b, c, d et e (en) « Alice in Chains, to Hell and Back : Rolling Stone's 1996 Feature », sur Rolling Stone (consulté le 7 décembre 2009).
  4. a, b, c et d « Alice in Chains Metal Hammer » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), 2005. Consulté le 7 décembre 2009.
  5. Slash's Snakepit - Music Biography, Credits and Discography
  6. (en) « It's Five O'Clock Somewhere - Slash's Snakepit », sur Allmusic (consulté le 23 octobre 2014).
  7. (en) Wiederhorn, Jon, « To Hell and Back », sur Rolling Stone,‎ 8 février 1998 (consulté le 30 janvier 2008).
  8. « Meldrum Working with Producer Toby Wright », Blabbermouth,‎ 26 avril 2006 (consulté le 20 décembre 2007).
  9. Alice in Chains timeline
  10. a et b Brendan Schroer, « Review: Alice in Chains - Alice in Chains », Sputnikmusic (consulté le 2014-03-16)
  11. (en) Dirt - Alice in Chains
  12. a, b et c (en) Jon Wiederhorn, « Alice in Chains », Album Reviews, Rolling Stone,‎ 30 novembre 1995 (consulté le 15 octobre 2008).
  13. Liner notes, Music Bank box set. 1999.
  14. Jerry Cantrell’s Dog Sunshine Was The 3 Legged Dog On Alice In Chains Album Cover
  15. a et b (en) Steve Huey, « Alice in Chains> Overview », sur Allmusic (consulté le 2 juillet 2009).
  16. (en) Nisid Hajari, « Alice in Chains (1995) », sur EW,‎ 17 novembre 1995 (consulté le 23 octobre 2014).
  17. a et b (en) Jon Pareles, « Recordings View;Alice in Chains Finds Persecutors All Around », The New York Times,‎ 3 décembre 1995 (lire en ligne).
  18. (en) « Alice in Chains CD » (consulté le 23 octobre 2014).
  19. Alice in Chains - Awards : Allmusic, Stephen Thomas Erlewine, Allmusic. Consulté le 20 avril 2011.
  20. (en) Alice in Chains - Grind, MTV. Consulté le 20 avril 2011.
  21. (en) Alice in Chains - Heaven Beside You, MTV. Consulté le 20 avril 2011.
  22. Alice in Chains - Again, MTV. Consulté le 20 avril 2011.
  23. (en) Degradation Trip: An Interview with Jerry Cantrell, Michael Christopher. PopMatters. Consulté le 20 avril 2012.